Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 14 – Chapitre 4 – Partie 5

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Les deux mondes

Partie 5

« Il peut se téléporter, les gars ! Il sera donc assez simple pour lui de se téléporter dans le camp ennemi et de voler le commandant. »

Le docteur Babylon l’expliqua en termes concis. Elle avait raison.

C’était lâche, mais assez simple pour bien fonctionner. Je n’avais pas vraiment envie de tuer tous les envahisseurs… Quoi qu’il arrive, ce commandant impérial finirait par être déshonoré, le kidnapping était donc la voie la moins sanglante.

« Si… Si vous pouvez faire une telle chose, le Saint Empire pourrait bien se retirer… »

« Laissez-moi cependant clarifier une chose. Si je kidnappe ce second héritier pour vous, alors notre seule demande sera un cessez-le-feu. Je ne veux pas que vous en profitiez pour demander des rançons ou quoi que ce soit. Évidemment, nous n’allons pas blesser ou tuer l’otage. »

Je voulais mettre fin à la guerre, pas détruire un autre pays. Je ne voulais pas qu’ils m’utilisent à des fins égoïstes.

« Et s’ils nous envahissent à nouveau après qu’on l’ait ramené ? »

« J’ajouterai quelques menaces quand je le rendrai. Je dirai que la prochaine fois, je viendrai prendre leur dieu-roi. »

J’avais réalisé à un moment donné que je ressemblais beaucoup à un méchant, mais il n’y avait pas de retour en arrière possible à ce stade.

« … Vous êtes très énergique, Grand Duc. »

« Je pense que c’est une bien meilleure tactique que de laisser mourir d’autres personnes. Dans le monde d’où je viens, les pays ont rarement des conflits entre eux. Que cela vous plaise ou non, ce monde devra suivre le même chemin. Les pays qui ne coopèrent pas finiront par s’effondrer. »

J’avais lancé un regard doux au Premier ministre Beroah. Pour être honnête, je ne le pensais pas vraiment. Je n’avais pas l’intention de laisser tomber les nations les plus irrécupérables.

Mais je ne pouvais pas non plus être partout à la fois. Même si je voulais sauver quelque chose, je ne pouvais pas toujours le faire.

« Alors… Grand Duc. Que voulez-vous que nous fassions après tout cela, exactement ? »

« Une fois que les choses se seront calmées, je veux que vous vous alliiez à mon pays. Mais ce n’est pas comme si nous étions présents ici. Je ne suis pas vraiment sûr de ce que vous penseriez d’une alliance avec un Duché dans un autre monde. »

« Ce n’est pas un problème. Je vous fais confiance jusqu’à un certain point. Ma lignée vient aussi de l’Autre Côté. Je ne doute pas de l’existence d’un tel endroit, d’après les preuves et les bons mots d’Elluka à votre égard. »

Hmm… Jusqu’à un certain point, hein ? Je suppose que je n’ai pas encore leur entière confiance, mais ça ira pour le moment. Ils peuvent croire que je suis un gars d’un autre monde, mais ne sont pas nécessairement convaincus que je suis une royauté.

« Affiche la carte. Montre l’emplacement de la bataille actuelle entre l’armée de Primula et l’armée du Saint Empire. »

« Compris. »

Mon smartphone projeta une carte de Primula dans l’air et commença à se concentrer sur le lieu.

Reyvan, hein… ? Une sorte de ville forteresse ? On dirait que l’armée du Saint Empire arrive de trois directions.

« Ça a vraiment l’air dangereux. »

« Oui. On dirait qu’ils arrivent à peine à retenir l’ennemi… »

Yae et Hilde murmurèrent entre elles en voyant la situation. Ça avait l’air d’être un endroit fortifié, mais je n’étais pas sûr que ça tienne longtemps contre un assaut de Soldats.

« Recherche. Le second héritier du Saint Empire de Triharan. »

« Recherche… Vingt-trois trouvés. »

« C’est vingt-deux de trop… »

« Hrmph… »

J’avais grommelé en regardant la carte. Cela signifiait que les critères de recherche étaient trop larges. Puisqu’ils étaient basés sur ma perception, il avait identifié vingt-trois personnes que je pouvais confondre avec la cible. Ce sort est donc toujours aussi imprécis.

« Savez-vous à quoi ressemble ce deuxième héritier ? Ou si vous aviez une sorte d’image, ce serait génial. J’ai besoin de réduire les résultats. »

« Euh, et bien… Il a dix-neuf ans. Il est censé avoir un visage fin et beau. Ses cheveux sont blonds, aussi ! Ah, et il a un teint pâle dû à son état maladif. Il devrait également porter l’emblème impérial de sa famille. »

Un beau blond, hein… Ce serait bien si j’étais né comme ça. J’avais soupiré intérieurement en demandant à voir à quoi ressemblait l’emblème.

C’était deux épées croisées au-dessus d’un lion à deux têtes. Je gardai cette image en tête et répétai la recherche, elle me fournit un seul résultat.

Cela signifiait qu’il devait être la cible.

« Très bien, je vais y aller. »

« Oh, emmène-moi aussi. »

Le docteur Babylon demanda soudainement si elle pouvait venir.

« Et nous aussi ! », ajouta Elze alors que les autres filles hochèrent la tête.

« Uhh… Je suppose que c’est bon. »

Je n’avais vraiment pas envie de laisser tout le monde assis. Le Grand Chambellan Every et les autres étaient manifestement encore un peu méfiants, je ne voulais donc pas les laisser seules.

De plus, ce serait mieux pour ma propre tranquillité d’esprit si nous étions ensemble.

« D’accord… La distance est de ça… Dans cette direction… Je pense… [Téléportation]. »

J’avais immédiatement pris mes compagnons avec moi et je m’étais téléporté. Nous avions atterri en plein milieu d’une tente dans le camp ennemi.

Depuis que j’avais appris à utiliser ma divinité pour voyager à travers les mondes, ma précision avec [Téléportation] s’était considérablement améliorée. À ce stade, je pouvais le faire parfaitement, et ce malgré la distance.

Un jeune homme se tenait devant nous, regardant avec surprise notre apparition soudaine. Il semblait correspondre à la description du second héritier, Listin. Ses cheveux étaient d’un beau blond. En gros, il ressemblait au genre d’homme princier que l’on voyait dans les mangas destinés aux femmes.

Il y avait également deux femmes dans la tente avec nous, elles semblaient être des servantes.

« Qu-Qui êtes-vous ?! »

« Euhh… Je suppose que nous sommes des représentants de Primula ? Serais-tu Listin, deuxième héritier du trône sacré ? »

Le prince dégaina immédiatement son épée et la pointa vers moi.

« Intrus ! Gardes ! »

« Oups… [Prison]. »

J’avais dressé une barrière autour de nous dans la tente, l’isolant de l’extérieur.

Les soldats s’étaient précipités vers la tente, armes dégainées, mais s’étaient retrouvés bloqués par un mur invisible à l’intérieur.

« Hiyaah ! »

« Oh. Attention, Touya-dono. »

Listin chargea vers moi avec son épée, mais Yae tendit le bras et attrapa la lame, la tordant vers le haut et le désarmant. Cela me faisait mal de le dire, mais mes fiancées étaient clairement en train de devenir quelque chose de plus qu’humain.

« Désolé pour ça, Yae. »

J’avais attrapé l’héritier désarmé et j’avais lancé [Paralysie] sur lui.

Alors qu’il s’effondrait sur le sol, un chevalier d’apparence plus âgée cria depuis l’extérieur de la tente.

« Salaud ! Que comptez-vous faire de notre vénérable héritier ? ! Rendez-nous le Seigneur Listin immédiatement ! »

Et bien, j’ai la bonne personne. Je suis content qu’il n’y ait pas eu de confusion.

« Pour l’instant, arrêtez votre progression vers Primula. Nous garderons votre précieux héritier jusque-là. Je ne le rendrai que lorsque le Saint Empire Triharien aura complètement quitté ce pays. Compris ?! Vous ne le reverrez plus jamais si vous ne m’écoutez pas ! »

J’avais hurlé mes exigences vers les hommes qui se pressaient sous la tente. Ces derniers grinçaient des dents et grognèrent tout en dirigeant des regards haineux vers moi. Je voulais en quelque sorte qu’ils s’arrêtent, parce que je pouvais sentir leur chagrin… J’avais l’impression d’être le méchant.

« Vraiment les mots d’un méchant… »

« Touya-dono est donc comme ça… »

« … Ce n’est certainement pas chevaleresque, mais la guerre oblige à prendre des décisions difficiles… Je vais détourner les yeux pour cette fois. »

« Geez… » Allez, les filles… Ce n’est pas si grave, n’est-ce pas ? Pour une raison quelconque, le docteur souriait devant l’héritier déchu, comme si elle savait quelque chose que nous ignorions. Comme j’avais lancé [Paralysie] sur lui, il devait être encore conscient. Il pouvait clairement voir et sentir Babylon qui le poussait et le fixait.

« Oho… Eheh… Aha… Maintenant je vois… Ohhh et bien… C’est très intéressant. »

Elle marmonnait des trucs tout en tapotant le gars ici et là. Comme cela commençait à frôler le harcèlement sexuel, je l’avais éloignée de lui. Je ne voulais pas que l’autre camp pense que nous abusions sexuellement des otages…

« Touya. Nous devrions emmener ces servantes avec nous pour qu’elles puissent s’occuper de l’otage. On ne peut quand même pas le laisser comme ça à Primula. »

Babylon prit alors la parole. Elle avait raison.

« Vous deux, venez par ici. Vous pouvez aider à prendre soin de lui pendant qu’il est sous notre garde. »

Les deux servantes acquiescèrent et se mirent à avancer. J’avais modifié la [Prison] pour les laisser passer. Lorsqu’elles s’étaient approchées, elles sortirent des couteaux et tentèrent de me poignarder dans le cou.

Je m’y attendais. J’avais calmement esquivé leurs attaques et les avais éliminés avec [Paralysie]. Je n’étais pas idiot, je savais qu’un champ de bataille n’était pas un endroit pour une femme de chambre ordinaire.

« Très bien, nous allons emmener l’héritier maintenant. Si vous vous retirez de Primula, il sera ramené sans aucun dommage. »

« Êtes-vous sérieux ? »

« Très sérieux. Je ne laisserai personne à Primula toucher un seul de ses cheveux. »

L’homme qui me parlait était le même chevalier plus âgé que précédemment, je pouvais sentir plus d’intensité derrière ses sentiments que n’importe qui d’autre. Je me demandais s’il connaissait l’héritier de plus près, peut-être était-il une sorte de tuteur. Cela n’avait pas d’importance, puisque j’avais terminé ce que j’avais à faire.

J’avais utilisé [Téléportation] pour ramener la [Prison] et son contenu dans la pièce à Primula. Celle d’où nous venions.

Au moment où nous étions sortis de nulle part, le gouvernement de Primula fit des histoires. Ils n’avaient pas été surpris par moi, mais plutôt par les trois personnes paralysées sur le sol.

« G-Grand Duc… Est-ce que ce sont… »

« Oui. Le second héritier du Saint Empire de Triharan, et deux de ses servantes. »

En expliquant la situation, j’avais rapidement fouillé l’héritier pour trouver des armes. J’avais passé sa lame, qui portait l’emblème impérial, au roi de Primula. Cela prouvait que l’arme était authentique.

J’avais demandé au docteur Babylon de fouiller les servantes, mais celle-ci commença à leur masser les seins à mi-chemin, je l’avais donc frappée à la tête.

« Tu devrais pouvoir m’entendre. Tu es dans le château royal de Primula. Je vais te libérer dans un instant, alors s’il te plaît, ne fait rien d’inconsidéré. Je m’assurerai que personne de Primula ne te fasse de mal. »

L’homme hocha la tête autant qu’il le pouvait au moment où je lui avais parlé. On aurait dit qu’il avait compris. J’avais lancé [Rétablissement] sur lui pour annuler la paralysie.

Il réalisa progressivement qu’il pouvait à nouveau bouger son corps, et il se leva. Ce ne fut qu’à ce moment-là que j’avais réalisé à quel point il était petit.

« … Tu n’es pas de Primula ? »

Le jeune homme me regarda avec des yeux effrayés et méfiants. Étant donné que je l’avais kidnappé, je pouvais comprendre sa méfiance.

« Non. Je suis juste une personne qui veut mettre fin à ce conflit. C’est pourquoi je combattrai les Primuliens s’ils te font du mal à toi aussi. »

« … Je ressens la même chose que toi. Ce conflit est inutile. Si m’humilier en tant qu’otage est ce qu’il faut, alors j’accepterai un tel sort. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire