Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 13 – Interlude – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude : Préparation du festival

Partie 2

Hmm… Des desserts que vous pouvez porter… Des trucs à une main… Hm… Aha… Je m’étais demandé si les desserts faciles à transporter étaient si populaires parce que les filles aimaient grignoter des choses sucrées sur le pouce. Quoi qu’il en soit, il était clair qu’il y avait beaucoup de variétés.

« Ça, ça, et ça… Ça devrait faire… »

J’avais mis en évidence quelques résultats de la recherche d’images et les avais projetés en l’air.

« Incroyable… ! Il y en a tellement… Vous avez fait tout cela vous-même ? »

« Euh… En quelque sorte. Ces recettes sont courantes dans la ville où j’ai grandi… Je ne suis pas sûr de ce que ça va donner tant qu’on ne les aura pas essayés… »

J’avais donné une réponse vague à la question d’Aer. Heureusement, aucune des images n’avait quelque chose qui laissait deviner qu’il s’agissait d’images d’un autre monde… Mon secret était encore pour l’instant à l’abri du grand public.

Aer fixait avec avidité les images flottantes de desserts. Lu et les autres semblaient également excités.

« On dirait qu’il y a beaucoup de crêpes… »

« Je veux manger ce truc qui ressemble à une gaufre ! »

« C’est quoi ce gâteau roulé fin… ? Il a l’air incroyable… »

« Et ce bâton de tarte aux pommes… ! Je veux l’essayer… J’ai vraiment envie ! »

« Hmm… On dirait qu’il y a beaucoup de choses à faire avec ces trucs… »

J’avais trouvé quelques recettes, permettant à Aer et Lu de les mémoriser.

« Quelle est cette étrange pâtisserie en forme de poisson… ? »

Leen avait pointé un taiyaki… Je me demandais si c’était le genre de dessert à une main qu’on pourrait utiliser. Vous pourriez certainement le transporter facilement.

Leen se méfiait de ce qu’il y avait à l’intérieur de la pâtisserie, alors je le lui avais expliqué. Le Taiyaki était un assez bon encas.

« Je vois. Il y a de la pâte de haricot à l’intérieur, alors… »

« Ça a l’air vraiment savoureux… »

Yae salivait presque. Elle engloutissait aussi des gâteaux et des snacks provenant de la table. Cette fille était une vraie amatrice de délicieuses friandises… C’était vraiment une faiblesse.

« Peut-on mettre d’autres choses dedans ? »

« Oui, on peut. J’ai déjà vu des variantes avec de la crème ou du chocolat dedans. »

« Ça a l’air bien. »

Il y avait beaucoup de variantes de taiyaki. J’avais même vu des variantes plus originales avec du bacon, du fromage ou du curry à l’intérieur.

« Faut-il vraiment que ce soit en forme de poisson ? »

« Non. Vous pouvez le créer sous une autre forme si vous voulez. En fait, euh… attendez une seconde. Voilà, elle avait plutôt une forme ronde à l’origine. »

J’avais cherché l’image d’un imagawayaki, une pâtisserie ronde remplie de pâte de haricot. C’était vraiment un design simple.

« Je vais faire un moule pour vous. Ce n’est pas si compliqué. »

« Super ! Je vais préparer la pâte de haricot ! »

« Oh ! Ça a l’air bien ! »

Elze avait l’air plutôt enthousiaste. Je n’avais pas réalisé qu’elles voulaient déjà le manger ! Comme tout le monde semblait excité, j’avais soupiré et j’avais sorti un lingot de fer de mon [Stockage] pour en faire un moule pour la pâtisserie.

Le café était équipé d’un fourneau magique de Felsen. Il fonctionnait comme un poêle normal, mais était simplement alimenté par une pierre de feu. Aer l’avait acheté avec les bénéfices du café de Reflet, et il semblerait qu’elle en ait tiré un bon prix.

Naturellement, elle l’avait acheté à Olba Strand. Ce type ne manquait jamais une bonne occasion…

J’avais créé cinq moules afin qu’elles puissent les utiliser. Comme ils étaient un peu lourds à utiliser pour les femmes, je les avais enchantés avec la [Gravité] afin d’en réduire leur poids.

Aer courut dans la cuisine, un des moules à la main. Lu l’avait suivie de près. C’était un spectacle amusant.

« Le festival va être très amusant… »

Yumina avait gentiment souri. C’était difficile, mais tout le monde en ville se préparait. Tout avait commencé comme un stratagème pour donner confiance au jeune roi de Palouf, mais j’étais heureux de voir comment tout cela se mettait en place.

« Personnellement, je suis vraiment impatiente d’assister à ce concours d’habileté martiale. Vous verrez tous combien mon frère est puissant, vous verrez ! »

« Mon propre frère aîné ne se laissera pas vaincre si facilement, lui non plus ! »

Yae et Hilde avaient ostensiblement été affectées au service de sécurité, mais elles auraient le temps d’assister aux événements. Elles n’étaient pas différentes des autres participants à l’événement, après tout. C’était bien pour elles de prendre un peu de temps libre.

Pourtant, je ne voulais pas que l’ordre des chevaliers soit trop submergé… Ils avaient beaucoup à faire pendant l’événement à venir. J’avais décidé que je devrais probablement leur verser une prime en plus de leur salaire. Et puis, je venais d’accorder à tout le monde une augmentation de salaire… Au final, le salaire de l’ordre des chevaliers provenait toujours de ma propre poche. Kousaka contribuait certainement au revenu national, mais nous n’en tirions pas grand-chose.

Nous devions utiliser les fonds du trésor pour réparer les Frame Gears endommagés lors des escarmouches contre les Phases, et nous avions aussi récemment injecté beaucoup d’argent dans la création de la porte du Monde Inversé, ainsi que dans le réservoir de mana. Ces dépenses étaient nécessaires, je devais donc les classer par ordre de priorité.

Les Béhémoths avaient une certaine valeur, j’étais donc content de les avoir tués. Mais je ne voulais pas non plus inonder le marché de matériaux de dragons ou de pierres à sorts… j’avais donc dû délibérément me retenir de vendre ce genre de choses.

Les aventuriers allaient et venaient toujours sur les îles des donjons, et ils payaient le péage en chemin. C’était une précieuse source de revenus pour Brunhild.

L’argent gagné par les péages s’ajoutait également au trésor public… Personnellement, la chasse aux Golems de Mithril me semblait être de l’argent facile, mais je ne voulais pas braconner trop de monstres forts dans d’autres nations. Cela reviendrait à voler le gagne-pain d’autres aventuriers. Prendre tout leur butin ne serait pas juste, puisqu’ils avaient besoin de construire leurs propres fortunes et chemins dans la vie.

J’étais un aventurier de rang Or, ce qui faisait de moi un concurrent redoutable pour les autres aventuriers. Il serait probablement préférable que je m’occupe des Golems d’Orichalque. Mais encore une fois, qui sait quels dommages économiques je pourrais causer si je courais imprudemment partout pour récolter de l’argent comme ça…

Atteindre le rang or demandait beaucoup d’efforts… Le grand-père de Hilde avait fait la même chose que moi, il y a longtemps… et il répondait rarement aux quêtes qu’on lui demandait.

En fin de compte, l’argent était la racine du bonheur, mais je devais réfléchir soigneusement à la façon dont je le gagnais. Ne pas avoir besoin d’argent pour faire fonctionner les choses serait tellement plus facile…

« On a réussi ! »

Lu et Aer avaient apporté une assiette de la cuisine. Les pâtisseries sur l’assiette étaient un peu brûlées ici et là, mais elles avaient l’air assez savoureuses.

« Celui-ci est à la pâte de haricot, et celui-là à la crème anglaise. Veuillez excuser les coins brûlés… »

« Non, ne t’inquiète pas. Les parties croustillantes sont aussi plutôt bonnes. J’aime beaucoup ça. »

J’avais tendu le bras pour attraper une pâtisserie.

Mince, c’est chaud !

J’avais mordu dans la pâte croustillante, et la crème chaude coula de l’intérieur et se répandit sur ma langue. Hmm… Délicieux… On pouvait vraiment les vendre… Ils étaient savoureux et faciles à manger.

Mon estomac était plein à cause du gâteau que j’avais mangé plus tôt, alors je ne voulais pas en abuser.

« Délicieux… Je pourrais en manger toute la journée… Je veux essayer tous les différents types… Ah… Khh ? ! »

« S-Sakura ? ! Tiens, du thé ! »

Sakura avait mangé trop vite, et une partie de la pâtisserie s’était coincée dans sa gorge. Linze lui avait rapidement tendu une tasse de thé. Elle n’aurait vraiment pas dû se fourrer les deux types de pâte dans la bouche avec les deux mains… Je ne pensais vraiment pas que la pâte de haricot et la crème anglaise soient une bonne combinaison.

« On peut en faire de toutes sortes si on change la garniture. Je suis sûre que ça va être populaire. »

« On doit s’entraîner pour rendre les bords un peu plus croustillants… Ça dépendra aussi de la garniture. »

Aer et Lu parlaient déjà de la façon d’améliorer le produit. C’était presque comme si Lu était devenu une employée de l’endroit avant même que quelqu’un ne le remarque.

« Ah, je suis désolée d’être en retard ! Ah… Il reste quelque chose ?! »

Une femme passa la porte d’entrée du café et regarda frénétiquement autour d’elle en direction de la table empilée de friandises.

C’était Micah, la propriétaire de l’auberge la Lune d’Argent. Elle avait quitté Reflet pour Brunhild, tout comme Aer.

« Il en reste encore beaucoup, ne t’inquiète pas. Je vais en apporter d’autres maintenant ! »

Aer sourit et retourna dans la cuisine alors que quelques autres personnes entraient dans le café derrière Micah.

Oh, non.

« Wow ! Sais-tu qu’il y a beaucoup de bonnes friandises ici ? Bien joué d’avoir flairé cet endroit. »

« Pas de problème. Je savais que tu serais intéressée par ce genre de choses, Karen. »

« En effet… C’est arrivé à point nommé cette fois. »

« Wow ! Hic ! Je sens le dessert, hic ! Ça sent comme… De l’alcool ! Yahoo ! »

Oh mon dieu. Les nouveaux intrus étaient Karen, Moroha, Karina, et le petit lutin bourré connu sous le nom de Suika. C’était un malheureux rassemblement de dieux.

Il y avait des sièges et des tables disponibles pour elles, mais nous venions juste d’ouvrir l’endroit et il n’y avait même pas encore d’inscription… Je n’avais aucune idée de comment elles nous avaient découverts. Finalement, je n’y avais pas trop réfléchi. C’était inutile de questionner le divin. Je l’avais construit, donc elles viendraient.

« Lu, ma chérie ! Apporte-moi un peu de cette pâtisserie au poisson, tu sais ? Et du thé, aussi ! C’est Touya qui paie, tu sais ?! »

« O-Oui, je vais m’en occuper ! »

Lu prit un plateau de service et retourna en courant à la cuisine. Elle se comportait vraiment comme une employée… Mais bon, Karen était sa future belle-sœur, elle faisait donc probablement de son mieux pour l’apaiser. Et puis, qu’est-ce qui lui avait pris de dire que c’était moi qui payais ? N’avait-elle pas d’argent ? J’avais soupiré silencieusement pendant que Karen explorait le menu.

« Oho… Voici donc le menu. C’est si joli, tu sais ? Tout semble incroyable… »

« Attends une seconde, tu viens de commander un taiyaki ! N’en fais pas trop… ! »

« Ne t’inquiète pas, tu sais ? Et si on te racontait un truc intéressant ? »

« Hein ? »

J’avais levé les yeux au ciel. Ça avait l’air un peu sinistre. Mais j’étais certainement curieux d’entendre ce que quelqu’un comme Karen considérait comme intéressant.

Je l’avais regardée fixement, et Moroha prit soudainement la parole.

« Apparemment, l’île du donjon possède elle-même une escarboucle. Karina a dit qu’elle en avait vu un, du moins… N’est-ce pas vrai ? »

« Ouais, c’est sûr. Ce n’était pas dans le donjon, mais je l’ai vu de loin. C’était une escarboucle, c’est sûr… Ça va valoir beaucoup d’argent. »

De l’argent, tu dis ? Mais c’est quoi ton escarboucle truc ? Comme j’avais l’air perplexe, Linze était intervenue avec une clarification bien nécessaire.

« Une escarboucle est une espèce de bête magique avec une pierre précieuse incrustée dans son front. La pierre est en fait une pierre magique, et ils sont généralement de qualité très pure. Les bâtons et baguettes de haut niveau ont généralement des pierres magiques d’escarboucle incrustées dans leurs extrémités. »

Ohhh, je crois que je me souviens avoir lu ça dans la bibliothèque de la guilde. L’illustration ressemblait à un animal surdimensionné avec une pierre de feu sur le front.

Pourtant, une seule pierre de sort ne ferait pas gagner une tonne d’argent. Cela pourrait cependant couvrir un bon dîner à volonté…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire