Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 13 – Chapitre 3 – Partie 9

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Le marché sanglant

Partie 9

J’étais sur le point d’activer l’Étoile bleue, Saph, quand Nia était soudainement intervenue pour me dire quelque chose d’intéressant.

On m’avait dit que lors de l’enregistrement d’un Gollem, il était préférable de n’en avoir qu’un seul par personne. En effet, si vous aviez plus d’un Gollem sous vos ordres, il était possible que des interférences de signaux se produisent, ce qui avait un impact important sur les performances.

Par exemple, si vous ordonniez au Gollem A de se déplacer vers la gauche et au Gollem B de se déplacer vers la droite, les interférences pouvaient faire en sorte que les Gollem obéissent aux mauvais ordres ou ne se déplacent pas du tout.

Cela pourrait provoquer une erreur fatale en situation de combat.

Mais apparemment, si les Gollems étaient du même type et du même fabricant, l’interférence des signaux était beaucoup moins probable. Comme ces trois-là étaient des Étoiles, il était statistiquement moins probable que leurs ordres soient brouillés… Mais le risque n’était pas nul, alors on m’avait dit de le garder à l’esprit.

J’avais éveillé Emerl et Saph de la même façon en utilisant [Craquage], puis je m’étais enregistré comme maître.

« Enchanté de vous rencontrer toutes les deux. »

« Pong. »

« Pang. »

Apparemment, Rubis avait dit ping, Saph avait dit pong, et Emerl avait dit pang.

J’avais décidé de tester les interférences du signal pour m’assurer que tout allait bien.

« Rubis, lève ta main droite. Saph, lève ta main gauche. Emerl, lève tes deux mains. »

Je leur avais donné des ordres contradictoires, mais elles les avaient suivis sans problème. On aurait dit qu’il n’y avait pas de problème.

Ces trois-là me rappelaient le trio ninja. Sarutobi Homura, Kirigakure Shizuku, et Fuma Nagi. Surtout parce que les noms étaient associés au feu, à l’eau et au vent… Et ça allait plutôt bien avec le thème rouge, bleu, vert.

Je m’étais demandé si je pouvais confier les Gollems à ces trois filles… Mais ce n’était probablement pas possible. L’idée de Ninja Gollems semblait cependant cool…

De plus, j’avais acheté ces trois-là pour qu’elles gardent le Disrupteur Dimensionnel.

C’est un peu tard pour demander ça, mais… est-ce qu’ils vont même être capables de protéger l’endroit ? Ces Étoiles semblaient plus aptes à s’occuper des gens et à soigner… Je ne savais pas si elles étaient bonnes pour le combat. Mais il était un peu trop tard pour s’en inquiéter, j’avais donc décidé de faire en sorte que ça marche. Il serait probablement préférable que je les équipe de quelques armes décentes…

Tout se passera normalement bien. J’avais donc décidé de ne pas m’en inquiéter. J’allais de toute façon me concentrer maintenant sur la recherche d’un endroit où installer le Disrupteur Dimensionnel. Un endroit inhabité serait probablement le meilleur.

S’il y avait un endroit similaire à l’île des Dragons dans le monde normal, ce serait plutôt bien. Je ne pensais pas que quelqu’un s’approcherait de quelque chose comme ça.

J’avais demandé s’il y avait un endroit comme ça. La réponse que j’avais obtenue était inattendue.

« … Il y a un endroit comme ça ? »

« Si tu parle d’une île de Dragons… Alors oui. L’île de Drakliff. Personne n’y va jamais, car c’est plein de Dragons enragés. Leur nid est là. »

Le nom était assez similaire. Je l’avais regardé sur ma carte. Si je la comparais au monde normal, elle se trouverait au milieu de la mer enclavée qui bordait Hannock, Roadmare, Yulong et Regulus. Elle était un peu plus petite que Brunhild.

Hmm… Personne ne l’a vérifié à cause des Dragons, c’est plutôt pratique… Luli pourrait aussi m’aider pour les négociations.

« Les Dragons de ce monde t’écouteront-ils ? »

« S’il y a des Dragons anciens ou aînés, alors ça devrait aller… C’est en tout cas ce que je pense. Mais si l’île ne compte que de jeunes Dragons qui ne sont pas au courant de mon existence, nous risquons de voir une résistance. Si c’est le cas, alors laissez-moi faire… Je serai capable de les submerger et de les dominer par la force. »

Cela semblait avoir du sens. Les jeunes Dragons semblaient certainement avoir la gâchette facile. C’était une espèce avec une longue durée de vie, leur jeunesse était donc beaucoup plus longue. Un Dragon de cent ans était à peu près aussi raisonnable qu’un humain de dix ans. S’il n’y avait que de jeunes Dragons, alors Luli n’aurait qu’à affirmer sa domination. Avec un peu de chance, les aînés seraient dans le coin. Mais je ne voulais pas qu’on en arrive là.

Pourtant, si nous pouvions obtenir le soutien des Dragons de ce monde, ils feraient d’excellents gardes.

« D’accord, je pense que je vais y aller. Merci pour votre aide, sérieusement. »

« Nous aimerions également te remercier de nous avoir enseigné la magie. Es-tu sûr que nous pouvons les garder ? »

Nia fit un geste vers les fragments de pierre à sorts et le livre de sorts pour débutants que j’avais laissé derrière moi pour elles.

« Ça ne me dérange pas, j’ai eu ce livre quand j’ai commencé moi aussi. Vous ne pourrez pourtant pas lire les mots si vous ne portez pas ces lunettes. »

J’avais tendu les lunettes traductrices à Nia. Les sorts de base des six écoles de magie étaient couverts par le livre, j’avais donc pensé qu’elle le trouverait utile.

« Juste un rappel, cependant… Faites attention à qui vous enseignez, d’accord ? Mes propres professeurs m’ont appris que la magie est quelque chose que l’on utilise pour apporter la joie aux autres, pas la misère. »

Je les avais appelés mes professeurs, mais c’était Linze et Leen, mes fiancées.

« Je comprends. Je jure sur le nom des Chats Rouges, le nom de nous, voleuses chevaleresques. Nous ne ferons que faire pleurer les méchants avec nos sorts. »

Nia fit un grand sourire. Et comme je lui faisais confiance pour ne pas abuser du pouvoir, tout irait bien. Ou plutôt, je faisais confiance à Est pour la garder sous contrôle.

J’avais quitté la tente. Je voulais voler directement vers l’île avec Luli, mais ce serait trop voyant si je la montais ici. N’importe qui dans les environs découvrirait probablement cet endroit s’il voyait des choses étranges s’envoler du fort.

J’avais donc décidé d’utiliser la [Téléportation] pour partir.

« Très bien, je m’en vais. J’espère que nous pourrons nous revoir. »

« Ok ! »

J’avais serré la main des deux filles, puis j’avais utilisé [Téléportation] pour atteindre des montagnes proches. J’avais pensé à me téléporter directement sur l’île, mais je ne voulais pas me tromper de lieu et me téléporter dans la mer. Après tout, mieux vaut prévenir que guérir.

J’avais demandé à Luli de se transformer en bête céleste, et j’avais sauté sur son dos avec Kohaku, Rubis, et les autres Gollems. J’avais lancé [Invisibilité] pour nous garder cachés.

« Partons, mon seigneur. »

Luli s’était envolée dans les airs, et nous avions commencé à voler vers le nord.

Notre destination était l’île de Drakliff.

J’espérais que les Dragons de ce monde soient plus raisonnables que ceux du monde d’où je venais.

◇ ◇ ◇

« Grauuuuuurgh ! »

Un énorme dragon de cuivre se tenait devant nous sur la plage de sable. Il poussa un rugissement assourdissant.

J’avais une vague idée de ce qu’il disait, mais j’avais vérifié juste pour être sûr.

« Qu’est-ce qu’il a dit… ? »

« Il a dit… Ne t’approche pas de moi ou je te tue. »

Luli laissa échapper un petit soupir en s’asseyant perchée sur mon épaule.

Nous étions actuellement dans un petit village de pêcheurs près de l’île de Drakliff.

J’allais chercher quelques informations sur l’île avant de m’y rendre directement, mais au moment où j’avais commencé à me renseigner, ce Dragon de cuivre était descendu et avait commencé à attaquer le village.

Luli et moi étions intervenus. Il se mit alors à nous rugir dessus.

« A-t-il une raison d’attaquer la ville ? Les gens d’ici ont-ils fait quelque chose de mal ? »

« Non, il semble nous crier dessus, car on a interféré avec sa partie de plaisir. »

Il ne faisait que s’amuser ? Tout comme ce maudit Dragon Noir… Les Dragons de ce monde méprisent-ils aussi les autres espèces ? Bien sûr, ils sont forts, mais c’est quand même un peu trop…

« Il est donc jeune ? »

« Oui. En termes humains, il a l’équivalent de seize ans environ. Il a toute cette puissance, mais il n’a pas beaucoup d’empathie. »

Je ne pouvais pas supporter que ce Dragon vienne s’en prendre aux gens juste pour le plaisir. Plusieurs maisons avaient déjà été réduites en cendres, mais heureusement personne n’était mort.

« Tu peux lui dire de retourner sur l’île, ou pas ? »

« Je ne pense pas qu’il va écouter… »

Luli avait essayé de parler au Dragon dans sa langue maternelle, mais il répondit en rugissant encore plus fort. Puis, sans crier gare, il cracha une énorme boule de feu dans notre direction.

« [Absorption]. »

Le souffle de feu ardent s’était dispersé dans l’air, disparaissant comme une fine brume. Le sort que j’avais invoqué rendait les attaques magiques inertes, et les transformait en ma propre puissance.

Pour l’essentiel, le souffle du Dragon était une combustion magique interne qui utilisait la réserve de magie du Dragon qui le crachait. C’était pourquoi il était plutôt facile de l’absorber.

« Ça ne sert à rien de parler, hein ? Je suppose que nous n’avons donc pas besoin de nous retenir. »

« Monseigneur… Est-ce que je peux déjà le découper en morceaux ? Je ne supporte pas la façon dont il vous traite… Qu’il vous parle comme ça. »

Je n’étais pas trop surpris par le comportement de Kohaku. Elle était sur le point d’exploser. Elle ne comprenait pas la langue du Dragon, mais elle pouvait dire que l’ennemi était probablement en train de dire du mal de moi.

Je pouvais la voir s’accroupir, comme si elle se préparait à bondir.

« S’il te plaît, attends un moment, Kohaku. Laisse-moi m’en occuper, d’accord ? Je vais discipliner cet enfant malpoli. »

« … Hmph. Ne te retiens pas juste parce que c’est l’un des tiens. »

« Je ne me retiens jamais, Kohaku. Je ne suis pas comme toi. »

Luli s’était envolée de mon épaule et reprit sa vraie forme. C’était un magnifique Dragon Bleu, maintenant exposé sur la plage.

Le Dragon de Cuivre la vit se transformer, ce qui le fit reculer d’une légère crainte.

« Gaauuuuuuuugh ! »

Le dragon cuivré poussa un autre rugissement dans une tentative futile de l’intimider. Elle l’ignora, mais j’avais remarqué qu’un de ses yeux avait tressailli… Ça t’a mis en colère… ? Qu’est-ce qu’il a dit ? Luli inspira soudainement, puis laissa échapper une flamme bien plus intense que celle que le Dragon de Cuivre avait soufflée plus tôt.

Le Dragon de Cuivre avait été englouti par la flamme azur jusqu’à ce qu’il soit réduit en cendres. Au bout d’un moment, son corps s’était complètement effondré. Bon sang

« … Tu en as peut-être un peu trop fait. »

« Je n’avais aucune pitié pour un individu aussi insolent que lui. Il y a une limite à l’ignorance, et il vous a insulté assez chèrement. »

Ahh… Donc ce dernier rugissement devait être une sacrée insulte… Luli avait vraiment une façade calme et posée, mais elle était vraiment fougueuse quand elle le voulait. Je le voyais assez régulièrement dans ses disputes avec Kohaku.

J’étais content qu’elle soit en colère pour moi, mais… Elle avait complètement détruit cet animal. Je me sentais un peu mal pour lui.

Mais ça ne servait à rien de s’en faire. Il brûlait le village, alors je suppose qu’il l’avait bien cherché.

« Allons sur l’île pour l’instant. Si on peut parler à un Ancien ou à un Dragon Vénérable, on trouvera peut-être quelqu’un qui écoutera la raison. »

« En effet, je l’espère. Espérons que cet enfant n’était qu’une aberration. »

J’avais sauté sur le dos de Luli avec Kohaku et les Étoiles, et nous étions partis pour l’île.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire