Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 13 – Chapitre 3 – Partie 6

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Le marché sanglant

Partie 6

Ses longs cheveux améthyste tombaient bien au-delà de ses épaules. Elle ressemblait d’une certaine façon à une poupée. Et puis, alors qu’elle s’avançait dans la lumière, il était devenu clair que sa peau et ses vêtements étaient ornés de taches de sang frais.

Mais ce qui m’avait le plus inquiété, c’était le Gollem qui se tenait à côté d’elle. Il était minuscule, presque comme un chevalier, et il était d’un violet profond. La faux dans sa main et la cape noire en lambeaux sur ses épaules me faisaient inconsciemment penser à la Faucheuse elle-même. L’aura qu’il dégageait, et ses caractéristiques physiques… Ils étaient presque identiques à ceux du Gollem rouge à mes côtés.

« H-Hey, qui sont-ils… ? »

« Ce Gollem violet est une couronne. Fanatic Viola. Et la femme qui le manipule… »

« Luna… Trieste… C’est elle… La Maîtresse Frénétique… »

Frénétique… ? Elle me semblait calme… Alors que je me demandais comment elles la connaissaient, ou ce que ce surnom signifiait, la femme commença à tourner sur elle-même devant la porte tout en faisant tournoyer son parapluie.

« S’il te plaît, s’il te plaît… ♪ Oh mignonne, s’il te plaît ma mignonne… ♪ Je te les arracherai si délicatement, alors s’il te plaît, donne-moi tes yeux… ♪ S’il te plaît, laisse-moi prendre ton cœur… ♪ »

Elle continuait à chanter pour elle-même, comme si elle n’était pas consciente du sang étalé sur elle… Comme si elle n’était pas consciente de la foule horrifiée qui l’entourait. Mais ensuite, son sourire s’était élargi. Elle arrêta de tournoyer, et elle reconnut ses spectateurs.

« S’il vous plaît, laissez-moi prendre votre sang, vos tripes, votre colonne vertébrale… »

◇ ◇ ◇

« Il y a beaucoup de jolis petits Gollems ici, héhé… C’est un horrible gâchis, n’est-ce pas ? Je dois tous les jeter ? Je les écrase tous ? Est-ce que je dois transformer tout le monde ici en une masse collante et molle ? Qui ne veut pas être blessé par maman Luna ? »

La femme souriante et tachée de sang s’identifia enfin en repliant son parapluie.

« Viola, ma chérie. S’il te plaît, vas-y. »

« Bip. »

Le petit Gollem bondit sur la place du marché. Il balança sa faux surdimensionnée en atterrissant, coupant en deux l’un des énormes Gollems d’exposition. Whoa, ça c’est intense !

« Qu’est-ce que… ?! »

L’homme qui vendait le Gollem maintenant coupé en deux regardait, choqué. Le Gollem violet transforma alors la faux en une lance naginata et l’enfonça profondément dans la poitrine du vendeur.

« Quoiiiii… ? »

L’arme glissa hors de lui et il tomba au sol, le sang gargouillant de la blessure béante dans son torse. Les gens dans la zone commencèrent à crier face à cette mort soudaine et inattendue.

Les cris s’enchaînèrent rapidement d’une personne à l’autre, et tout le monde se mit à courir dans toutes les directions.

« Rouge ! »

« Reconnu. »

Au commandement de Nia, la couronne rouge se tourna pour faire face à la couronne violette vers le bas. Rouge lança un coup de poing, que Viola bloqua avec le manche de son arme.

« Ohoho ? Le petit Rouge est là… ? Je me demande pourquoi… »

Luna inclina doucement la tête avant de nous fixer.

« Sale garce ! Qu’est-ce que toi et cette chose violette faites ici ?! »

« Mon Dieu, mon Dieu… C’est la petite Nia… Quelle drôle de petite coïncidence, héhé… Ou peut-être que c’était le destin. »

Rouge et Viola continuaient de s’affronter sur la place du marché, tandis que la femme nommée Luna tirait un regard exagéré de surprise.

Rouge n’avait pas d’arme à portée de main, il était donc désavantagé dans son combat contre Viola. De plus, il était si petit qu’il manquait cruellement de portée. C’était tous les deux des couronnes, donc ils étaient probablement de force égale… Ce qui signifiait que la présence d’une arme aurait pu être le facteur décisif.

Rouge essayait de diriger le combat vers une zone moins peuplée, mais il avait du mal. À chaque fois que Rouge esquivait une attaque, Viola faisait s’écraser négligemment son arme. À chaque nouvelle frappe, de nouveaux passants innocents étaient découpés en morceaux de viande, et de nouveaux Gollems étaient réduits en ferraille. Le sang, les tripes et les composants robotiques s’envolaient dans les airs à chaque coup.

« Kohaku, Luli ! Mettez les gens à l’abri, maintenant ! »

« À vos ordres ! »

« Très bien ! »

Kohaku et Luli reprirent leurs formes de bêtes divines, se déplaçant pour secourir toutes les personnes assommées ou tombées dans la zone.

Viola continuait d’attaquer imprudemment Rouge, sans aucune considération pour son environnement.

« Luna ! Arrête Viola immédiatement ! Pourquoi fais-tu ça ?! »

« Hmm ? Qu’est-ce que tu veux dire par “pourquoi” ? Je ne te comprends pas du tout, jolie petite Nia… Je suis seulement ici parce que c’est une fête amusante, tu ne crois pas… ? »

Luna pencha à nouveau la tête sur le côté. Son comportement était… Bizarre, honnêtement. Elle me faisait peur.

« C’est très amusant, tu ne trouves pas ? Je veux dire qu’arracher les yeux… Les yeux de tout le monde sont si différents. Tu ne les trouves pas jolis ? Il y a des yeux rouges et des yeux bleus… Toutes sortes d’yeux ! Le seul problème avec eux, c’est qu’ils se dessèchent et pourrissent très vite… Mais… Mmf… Ahhh… Les arracher est si amusant que ça me donne des frissons entre les jambes… ! »

« Espèce de salope… ! »

Ça ne sert à rien de lui parler… Je ne sais pas si elle pense vraiment les trucs bizarres qu’elle vient de dire, mais c’est clairement une situation dangereuse… Malgré le carnage en cours, la fille continuait de descendre les marches en agitant son parapluie.

Je m’étais avancé, avec l’intention d’éliminer Luna, mais le sol s’était soudainement mis à trembler. Un groupe d’hommes et deux grands Gollems étaient apparus devant la femme. C’était les gardes de l’entrée du Casino… Cela signifiait probablement qu’ils travaillaient pour Papillon Noir.

« Hey, psycho ! Rappelle ton Gollem maintenant ! »

« Et si je dis non ? »

« Alors tu peux crever ! »

L’homme ordonna à son Gollem de balancer son poing sur Luna, et il obéit. Le Gollem de trois mètres de haut frappa la fille directement dans la poitrine. Un craquement écœurant retentit alors que sa cage thoracique était enfoncée, et elle fut projetée en arrière contre le mur. Son corps roula sur le sol comme une poupée de chiffon. L’attaque l’avait instantanément tuée.

« Quelle idiote elle était... Maintenant, occupe-toi de ce Gollem pourpre, et dépêche-toi ! »

L’énorme Gollem s’était dirigé vers Viola en piétinant.

« … C’est inutile, idiot. Viola ne peut pas se briser… Viola est Viola, après tout… »

« Qu’est-ce que… ?! »

Luna s’était lentement relevée de l’endroit où elle était tombée. Ses bras étaient cassés et pliés en arrière, et un de ses tibias était plié en angle droit.

Une étrange fumée violette s’éleva de son corps, et j’entendis le bruit des réparations, des coupures de chair et d’os. Ses membres s’étaient remis dans leurs positions respectives.

« Comment a-t-elle fait ça… ? »

« C’est la capacité de la couronne violette. Son maître est doté d’un corps immortel… Et la couronne elle-même peut se régénérer. »

Un corps immortel… ? Elle est morte-vivante ou quoi ? C’est dégueulasse ! J’avais acquiescé à l’explication d’Euri, quand Rouge fut soudainement frappée par l’arme de Viola, ce qui fit hurler Nia.

« Rouge ! »

Nia s’était précipitée vers Rouge, un regard horrifié sur le visage.

Viola se retourna, ignorant l’autre couronne et son maître, avant de jeter son dévolu sur le Gollem massif qui se dirigeait vers elle.

Le Gollem pourpre esquiva le poing lourd avec facilité et apporta son arme, maintenant transformée en faux, tranchant le corps du géant. Un hurlement de métal glissant contre le métal résonna alors que le Gollem s’effondrait.

« Bande d’idiots… Comment pouvez-vous être aussi ennuyeux… ? Pourquoi n’essayez-vous pas de me tuer, vieux grincheux ? Mais je parie que vous ne pourrez pas poser la main sur moi… »

« Salope… ! »

L’un des gardes chargea en avant et poussa sa lance vers Luna. Elle s’était enfoncée profondément dans sa poitrine, et la pointe sanglante jaillit de son dos.

« H-Heh… Voilà, prends ça… Je t’ai tuée… Comment aimes-tu ce… Quoi ?! »

« C’est tellement ennuyeux… C’est tellement ennuyeux, ehehe… »

Luna s’était débarrassée du coup comme si ce n’était rien, et saisit la lance enfoncée dans son front. Elle secoua son poignet et cassa l’arme comme si c’était un cure-dent. C’est quoi ce bordel ?!

Je m’étais souvenu que certaines espèces de morts-vivants avaient été débarrassées de leurs limiteurs mentaux, ce qui leur donnait des niveaux de tension musculaire qu’ils ne pouvaient pas exploiter de leur vivant… Je m’étais demandé si c’était la même chose pour cette femme.

« Hmph ! »

Luna atteignit son propre torse et retira la lance de son corps. Elle la fit ensuite tourner et l’enfonça dans le visage horrifié du garde qui l’avait attaquée, pulvérisant sa cervelle.

« Je te rends ton arme, très cher ! »

L’homme tomba au sol comme un sac de briques, le sang coulant de sa tête. La fille afficha un large sourire en tournant sur elle-même et en poussant son parapluie sur un autre garde, qui était figé de peur.

« Hngh ?! »

Un bruit de froissement retentit alors que le parapluie calait, pliait… Et avec un peu plus de force, éclata dans le dos de l’homme.

« Aie… Il s’est cassé. C’était mon parapluie préféré, vieux méchant… Tout est de ta faute, tu sais… ? Et si tu t’excusais en laissant maman Luna t’arracher les yeux ? »

L’homme immobilisé se mit à pleurer de désespoir alors que les doigts fins de la jeune fille se tendaient vers son visage.

« [Téléportation]. »

Je m’étais téléporté vers la fille et j’avais saisi sa main. Elle était couverte de sang. Je pouvais sentir qu’elle se débattait contre moi. Putain de merde, elle est forte… Mais où est-ce qu’elle garde une telle puissance dans un corps comme celui-là ?!

« Bonté divine… D’où viens-tu… ? »

La fille violette m’avait regardé à travers ses lunettes. Elle semblait confuse. J’avais placé mon autre main sur l’homme blessé et j’avais invoqué une magie de récupération.

« Et bien… Monsieur… Qui es-tu ? As-tu un problème avec maman Luna… ? »

« Je ne sais pas pourquoi tu fais ça, mais je ne peux pas rester les bras croisés et te regarder tuer quelqu’un d’autre. Même si je dois utiliser la force, je t’arrêterai. »

« Ahahahaaaa ! C’est tellement bizarre ! Pourquoi est-ce que tu ferais ça ? Et comment… ? »

« Comme ceci… [Gravité]. »

J’avais fait couler de la magie dans la main qui avait saisi son poignet, elle avait commencé à s’effondrer jusqu’à ce qu’elle soit complètement immobilisée.

« Oh bonté divine… C’est quoi tout ça… ? Je ne peux même pas bouger… »

« Maintenant ! Attrapez-la ! »

Les gardes l’avaient immédiatement chargée et firent un mouvement pour la retenir. Mais le Gollem violet remarqua ce qui se passait, et bondit aux côtés de son maître. La faux scintilla dans la faible lumière de la pièce alors qu’elle se balançait.

« Guh ! »

J’avais fait un bond en arrière d’une bonne distance pour éviter sa faux, mais les gardes n’avaient pas eu cette chance. Ils tombèrent sur le sol, leurs entrailles se répandant partout.

« Bip. »

Le Gollem violet fit un bruit robotique en transformant sa faux en naginata une fois de plus. J’avais instinctivement sorti Brunhild de ma taille et l’avais transformé en mode lame, puis je m’étais retourné contre l’arme alors qu’elle s’élançait vers moi.

« Be-Beep ? »

Viola s’est arrêtée un instant, réalisant que ma lame de Phrasium avait en fait brisé le manche de la lance. J’avais chargé en avant, profitant de l’ouverture pour trancher le Gollem lui-même.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire