Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 13 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Le marché sanglant

Partie 3

Je parlais comme un professeur sage et bien informé, mais en réalité je ne faisais que régurgiter ce que Linze m’avait dit. S’ils étaient utilisés de manière créative, même les sorts de base pouvaient devenir des outils inestimables.

« Wow… J’ai été capable d’utiliser de la magie, c’est trop génial ! »

« Pas juste ! Laisse-moi faire ! Hé, apprends-moi des trucs de feu ! »

Comme Nia commençait à grogner, nous étions sortis de la tente. Nous ne pouvions pas vraiment la laisser allumer des feux alors que nous étions entourés de tissu.

Nous ne pouvions pas non plus la laisser allumer des feux dans la forêt voisine…

Et beaucoup de murs de pierre dans ce vieux fort étaient envahis par le lierre sec et d’autres plantes. Finalement, nous avions choisi un coin relativement sûr de la cour.

« Viens, feu ! Grêle de pierres rouges : [Feu Ignis]. »

Un petit paquet de feu s’était dispersé du bout de mes doigts. Les flammes avaient touché une poutre effondrée près d’un mur de pierre et l’avaient enveloppée de flammes. Je m’étais un peu retenu, la chaleur n’était donc pas suffisante pour faire fondre la pierre. Une partie de la mousse avait fini par brûler, mais la flamme s’était éteinte d’elle-même après un petit moment.

« Whoa ! C’était vraiment un feu ! »

« Ce n’est pas suffisant pour tuer, mais c’est un outil précieux en soi. C’est le sort de feu le plus basique qui existe. »

Nia semblait excitée après avoir entendu mon explication. Elle fit face au même mur de pierre que moi et psalmodia l’incantation elle-même.

« Viens, Feu ! Grêle de pierres rouges : [Feu Ignis] ! »

Le chant de Nia fit jaillir une petite boule de feu au bout de ses doigts, qui s’était abattue sur le mur comme la mienne. La sienne avait l’air d’avoir un sacré punch, détruisant une petite partie de la façade du mur à l’impact. J’étais surpris de voir ce genre de puissance de la part d’une novice.

« Je l’ai fait ! Yahoo ! »

Nia s’était mise à applaudir alors que de multiples tirs semblables à du feu sortaient de ses doigts. On dirait qu’elle avait une sacrée réserve de pouvoir magique. Et puis j’avais réalisé ce à quoi j’aurais dû faire attention pendant tout ce temps. Attends un peu. Comment fait-elle pour relancer le sort aussi vite sans chanter ? ! Je veux dire, c’est possible de le faire, mais c’est une technique avancée ! Tu ne peux pas le faire d’emblée, c’est quoi ce bordel ? !

Nia n’avait d’aptitude que pour un seul élément, et il était vrai qu’elle savait déjà comment faire couler la magie grâce à son Gollem… Mais pour lancer un tel sort, il fallait un degré de contrôle magique extrêmement expérimenté. Son talent était vraiment irréel.

« Touya ! Connais-tu d’autres sorts ? »

« Hm ? »

Il y en avait beaucoup, mais la magie du feu était surtout composée de sorts offensifs. Je pouvais lui montrer un petit sort comme [Feu Ignis], mais je ne voulais pas que la forêt entière parte en fumée. Je pourrais quand même lui apprendre autre chose…

« Lève-toi donc, Feu ! Défenses enflammées : [Mur de feu]. »

« Wôw ! C’est un mur de feu !! »

Je lui avais montré un sort de Feu plus défensif, mais ce sort était nettement plus avancé, je savais bien qu’elle ne pourrait pas l’utiliser elle-même.

« Lève-toi donc, Feu ! Défenses enflammées : [Mur de feu] ! »

ELLE PEUT L’UTILISER ? ! Nia répéta sans effort le sort que je venais de lancer. Ok, pas possible… C’est vraiment un peu trop.

Je commençais à ressentir ce que Linze avait dû ressentir lorsque j’avais commencé à apprendre la magie avec elle. Dans mon cas, c’était grâce à la bénédiction de Dieu… Enfin, plutôt parce que j’étais surpuissant, mais qu’en était-il de Nia ? Je m’étais demandé si tous les humains du Monde Inversé avaient un potentiel magique incroyable. Pour tester cette théorie, j’avais demandé à Euri d’essayer un sort de lumière plus avancé, mais elle n’avait rien pu faire. Elle avait une bonne aptitude pour la magie, et elle serait capable de le faire après un peu de pratique… Mais elle n’arrivait pas à la cheville de Nia.

J’avais décidé de ne pas lui montrer de sorts plus puissants, du moins pour cette session. Si elle était capable de lancer un sort comme [Méga Explosion], on ne pourrait pas savoir quel genre d’horreurs elle pourrait déclencher.

J’avais décidé qu’il serait plus sage de parler à Est quand à la façon de procéder.

« Dis, Touya… Pourquoi es-tu venu ici ? »

Euri s’était tourné vers moi et m’avait posé une question assez simple. Oh, c’est maintenant que tu me le demandes ?

« Je voulais m’acheter un Gollem, mais je n’ai pas d’argent. Je suis venu chercher le paiement de l’orichalque et d’autres trucs que je vous ai vendus la dernière fois. »

« Aaaagh ! J’ai complètement oublié ça ! »

Quoi.

Je ne m’attendais pas à ce qu’elle essaie d’esquiver le paiement, mais dire qu’elle avait déjà oublié, c’était un peu trop…

« C’est vrai qu’on ne t’a pas encore payé, mais on peut payer ! Euri, va chercher l’argent de Touya dans le coffre. »

« Oui M’dame ! »

Euri salua et entra dans le fort. … Tu as oublié de me payer, mais tu avais toujours l’argent préparé et enfermé dans un coffre ? Eh bien, peu importe… Je suppose que toute cette histoire remonte à un certain temps.

Euri était revenue avec un petit sac dans les mains, qu’elle avait rapidement déposé dans ma paume. Il était lourd, et je pouvais entendre les pièces de monnaie s’entrechoquer à l’intérieur.

« Uhhm… Il devrait y avoir environ… Cent cinquante royaux ? Ça devrait suffire… Il nous a fallu beaucoup d’effort pour en avoir autant ! »

Je n’étais pas sûr du taux de change, mais j’appris que l’argent que je tenais dans mes mains représentait à peu près un milliard et demi de yens.

Je n’arrivais pas à croire qu’une bande de voleuses puisse avoir autant d’argent sur elles… Ou peut-être avaient-elles autant d’argent précisément parce qu’elles étaient des voleuses.

« Je peux donc avoir une Gollem avec ça ? »

« Tu peux acheter un modèle d’usine, bien sûr. Pourtant, je ne sais pas si tu peux avoir un modèle d’héritage… Ils sont assez spéciaux. »

« C’est assez rare de voir un modèle d’héritage sur le marché. »

C’était intéressant. Personnellement, j’aurais préféré un modèle d’héritage, mais un modèle d’usine aurait également suffi à mes besoins. Après tout, j’avais prévu que le Docteur Babylon inspecterait et améliorerait le Gollem que je recevrais.

« Mais bon… On pourrait te trouver un modèle d’héritage… Si on y va, je veux dire. »

« Ah… C’est vrai. Nous pourrions certainement en trouver un là-bas… »

« Où ? »

J’avais regardé le duo qui hochait la tête en face de moi avec confusion. Euri ouvrit la bouche pour m’expliquer.

« Les Gollems d’héritage sont découverts la plupart du temps par des aventuriers qui fouillent dans les ruines. Il y a des endroits où ils sont vendus sans passer par les voies légales… Il y a aussi un endroit où l’on peut acheter des Gollems que l’on ne trouve pas habituellement à vendre… Peut-être parce que ces Gollems ont été volés ailleurs, ou peut-être parce qu’ils sont inhabituels et ne sont plus recherchés… »

« Il y a un endroit comme ça ? Serais-je sérieusement capable d’obtenir un Gollem d’héritage là-bas ? »

« Je pense que oui. Nous pourrons t’y emmener, d’accord ? C’est… Un endroit particulièrement dangereux. Mais je suis sûr que ce n’est pas un problème pour toi, Touya. »

Dangereux ? Ça a l’air de présager quelque chose… Avant que je puisse demander plus de détails, Nia sourit et ouvrit la bouche.

« On va au marché noir. »

« Le… quoi ?? »

C’est certainement un nom sinistre… Le nom en lui-même est assez évocateur du type d’endroit que c’est… Mais je me demande si nous pourrons y aller sans problème.

« C’est un endroit idéal pour les transactions sournoises. On peut y acheter tout et n’importe quoi. Il y a bien plus que des Gollems à vendre là-bas. »

« Ça a l’air dangereux… C’est lié à une sorte d’organisation clandestine ? »

« C’est exact. Le marché noir est géré par une organisation clandestine appelée le Papillon Noir. Ils sont différents de nous, ils sont prêt à faire n’importe quoi pour de l’argent. Un jour, mon but est d’utiliser les Chats Rouges pour les faire tomber… Attends, tu pourrais m’aider à les vaincre, Touya ! »

Nia commença à concocter un plan sans le moindre consentement de ma part.

« Attends, ne te fais pas d’idées. N’entraîne pas un homme bon et droit comme moi dans tes plans. »

« Le genre d’homme gentil et droit qui regarde une fille quand elle se change ? »

Ugh… Cela n’a strictement pas sa place ici…

« Eh bien, mettons cela de côté pour l’instant… Si tu veux un modèle d’héritage, alors nous allons devoir descendre au marché noir. Après tout, les ruines n’en possèdent pas toujours. »

Explorer les ruines était certainement une option… Mais j’avais décidé de suivre cette idée pour l’instant.

De plus, j’étais quelque peu intrigué par ce qu’on m’avait dit sur cet endroit. Il était possible que je mette la main sur quelque chose de bizarre.

« Le marché n’est pas dangereux si tu es là pour acheter, mais il y a une règle d’or que tu dois suivre… Ne jamais demander d’où vient un objet. Si tu suis cette règle, tu seras probablement en sécurité. »

Euri me donna plus de détails. C’était logique, si l’endroit faisait du commerce de marchandises volées. Il serait suspect de commencer à poser des questions sur les marchandises. Dans le pire des cas, le Papillon Noir pourrait finir par cibler celui qui posait des questions.

« Que faisons-nous, mon seigneur ? »

Hrm… Eh bien, comme le dit le proverbe… Qui ne risque rien n’a rien.

« Très bien. Emmenez-moi là-bas. Mais laissez-moi être clair, je ne vais pas vous aider à combattre cette organisation, d’accord ? »

« Tsk… Ah bon… C’est bon. Je vais en profiter pour espionner l’ennemi pendant un petit moment. Maintenant, il ne nous reste plus qu’à attendre Rouge… Oh attendez, le voilà. »

Le regard de Nia se tourna vers l’une des entrées latérales du fort. J’avais vu quelque chose de petit marcher depuis la forêt.

Son corps était rouge, un cramoisi sombre et brûlant. Il ressemblait presque à un chevalier en armure, mais il était aussi incroyablement petit. Il avait des pointes qui sortaient de sa tête. Malgré sa taille, il traînait un sanglier massif, de la taille d’une voiture.

Il avait clairement une force incroyable… Il laissa tomber le sanglier devant nous avec un bruit sourd.

« Bon retour parmi nous. Jusqu’où es-tu allé ? »

« Vers le nord. Au plus profond de la forêt. J’ai rencontré un danger inattendu. »

« Il parle… ? »

La voix était quelque peu mécanique, mais le Gollem rouge avait clairement parlé. Je me souvenais du loup Gollem à côté d’Elluka qui avait aussi parlé, mais avec un peu plus d’éloquence. C’était à peu près aussi conversationnel que n’importe laquelle des sœurs Babylon.

« Rouge, voici Touya. C’est lui qui nous a donné les objets que nous avons utilisé pour te réparer. Et Touya, voici Rouge. C’est mon partenaire. Techniquement, son nom complet est Rouge Sang, mais Rouge est plus facile à dire de manière décontractée. »

« J’ai entendu parler de toi. Tu as ma reconnaissance. »

« Ahh… Ne t’inquiète vraiment pas pour ça. »

Le Gollem inclina sa tête. On sentait que son apparence et sa façon de parler se heurtaient un peu… Mais honnêtement, il semblait assez humain dans ses mouvements. Le Gollem d’Est, Akagane… Celui-là semblait beaucoup plus robotique que celui-ci.

Si je me souvenais bien, Rouge faisait partie d’un sous-type spécial de Gollem appelé la série de la couronne. Apparemment, ceux de la couronne étaient des modèles légendaires dotés de compétences exceptionnelles. Ils étaient censés surpasser tous les autres Gollem du monde… Mais franchement, je n’avais pas vu beaucoup de choses pour être impressionné par ce petit gars.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire