Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 13 – Chapitre 3 – Partie 10

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Le marché sanglant

Partie 10

Après un moment, une petite masse terrestre était apparue. Ce devait être l’île de Drakliff.

Il y a beaucoup de Dragons qui volent là-bas… Oh, ils viennent par ici… J’avais entendu beaucoup de rugissements, et nous nous étions rapidement retrouvés encerclés.

« Ça ne me semble pas très amical… »

« Ils sont sortis pour nous intimider. Ce sont tous des jeunes, apparemment des amis du dragon cuivré. »

« Dis-leur que j’aimerais parler à celui qui dirige leur île. »

« Très bien. »

Luli se tourna vers les dragons environnants et laissa échapper un cri, qui suscita une série de rugissements de leur part. Oh mon dieu… Ils sont si bruyants.

« Ils disent qu’il n’y a aucune raison pour nous de rencontrer l’aîné, ils se méfient des étrangers. »

« … Ils ne peuvent vraiment pas tenir une simple conversation, hein ? »

Luli était une créature qui régnait comme l’apogée de la race des dragons, mais apparemment, son absence de manifestation dans ce monde pendant si longtemps avait fait que leur connaissance d’elle avait diminué. Il était cependant logique qu’elle ne vienne pas souvent ici. Il n’y avait pas beaucoup de magie, alors qui aurait été capable de la convoquer ?

L’Ancien devait probablement la connaître, mais ces jeunes ignorants nous retenaient pour l’instant. C’était un peu ennuyeux.

« Que devons-nous faire ? »

« Pour l’instant, vole directement vers l’île. Nous allons la traverser et rencontrer l’aîné par la force. »

« Compris. »

Luli s’était mise à voler, incitant les dragons environnants à lancer des rafales de feu, de glace et d’éclairs sur nous. J’avais utilisé [Absorption] pour annuler chacune de leurs volées.

Nous avions atterri sur l’île, mais nous nous étions retrouvés face à plusieurs dragons ressemblant à des tyrannosaures. C’était des Dragons de Terre, une espèce qui n’avait pas d’ailes.

« Ne bougez pas, bande d’idiots ! »

Kohaku sauta du dos de Luli et se transforma en bête céleste. Son impact avec le sol généra une onde de choc massive, immobilisant les ennemis qui arrivaient.

« Verrouillage de la cible ! [Gravité] ! »

J’avais utilisé mon smartphone pour lancer mon sort sur tous les Dragons de Terre environnants en même temps.

« Gyraauuugh ?! »

Les dragons effondrés commencèrent à hurler de confusion. Je n’avais pas ajouté assez de poids pour les tuer. Je les avais juste mis en pause pour un moment.

Alors que je m’occupais des Dragons de Terre, un grand s’était abattu devant Luli. Son corps vert, depuis le cou jusqu’en bas, était couvert d’épines acérées. Je me souviens avoir lu quelque chose sur lui dans le bestiaire de la guilde… C’est un dragon à pointes.

Il était massif. Bien plus massif que Luli.

« Groaaaaaaar ! »

« Gwauuuuuugh ! »

Le dragon à pointes rugi, ce qui incita Luli à rugir à son tour. Mes oreilles me faisaient mal.

Il commença à inspirer, il se préparait à expirer une attaque. Luli releva le défi et commença à inspirer à son tour.

Les deux lancèrent leurs attaques de souffle brûlant en même temps. Les deux torrents de flammes se rencontrèrent au milieu, se mêlant et se poussant l’un contre l’autre jusqu’à ce que le souffle de Luli l’emporte. L’énorme dragon à pointes fut rôti vivant et s’écroula sur place.

Des bouffées de fumée flottaient dans l’air au-dessus de son cadavre grillé.

« Était-ce l’Ancien ? »

« Non, celui-ci est encore plus jeune que celui que j’ai brûlé plus tôt. Il était en train de dire du mal de nous. »

Celui-là était jeune ? Mais il était énorme ! Je suppose que la taille n’est pas un indicateur d’âge quand il s’agit de cette espèce.

Hm ? Un autre dragon est descendu vers nous depuis la montagne au milieu de l’île. Les autres dragons, qui hurlaient dans le ciel, se sont soudainement tus lorsqu’il s’est approché.

« Ohh… ? »

J’avais posé mes yeux sur le dragon qui était sorti pour nous voir, et j’avais involontairement laissé échapper un son d’étonnement. C’était clairement un Dragon Ancien… Mais il aurait même pu être un l’Ancien.

La créature argentée s’était élevée dans les airs avec élégance et assurance, avant de se poser doucement sur le sol près de nous.

« Je ne peux contenir ma joie… Que le grand Monarque Azur apparaisse devant nous… À quoi devons-nous un tel honneur ? »

Le Dragon d’Argent parla avec un ton humain éloquent en inclinant sa tête. Les autres dragons suivirent soudainement son exemple, atterrissant dans la zone et inclinant leurs corps vers le bas.

« Je ne suis pas le monarque Azur ici, mon enfant. Tu peux m’appeler Luli. Car ce nom m’a été donné par mon maître, Mochizuki Touya. »

Le Dragon d’Argent ouvrit les yeux, en état de choc pendant un moment, avant de se tourner vers moi et d’incliner la tête.

« Je vous demande pardon pour les enfants stupides de cette île… »

« C’est ce que tu devrais faire, rustre ! Tu ne sais pas comment discipliner… ?! »

J’avais mis mes mains sur la bouche de Kohaku avant qu’elle ne gâche tout. Je ne voulais pas qu’elle gâche une situation délicate.

« C’est bon, ne vous en faites pas. Êtes-vous le dragon qui dirigeait cet endroit ? »

« C’est moi. Je dirige cet endroit, et cet incident est ma faute. Pardonnez-moi de n’avoir pu arrêter ces enfants pitoyables… »

Tu sais, ce type n’a pas l’air très bien. Il n’a pas l’air d’avoir beaucoup d’énergie… Est-ce à cause de la colère de Kohaku, peut-être ? Non, en fait… Il volait lentement juste avant aussi… y a-t-il quelque chose qui ne va pas chez lui ? C’est peut-être pour ça qu’il n’a pas réussi à unifier les dragons ici.

En plissant les yeux, j’avais remarqué quelque chose de particulier sur la queue du dragon d’argent. Il y avait une décoloration violette vers le bout. J’avais regardé d’un peu plus près et j’avais remarqué des taches violettes sur toute la queue.

« Qu’est-ce qui ne va pas avec votre queue, exactement ? »

« … J’ai un peu honte de le dire, mais il y a environ deux cents ans, un humain et une poupée mécanique m’ont infligé cette blessure. C’est une malédiction qui me ronge encore aujourd’hui. J’ai envisagé de me mordre la queue, mais je préfère vivre dans la léthargie et la douleur plutôt que de renoncer à ma capacité de voler. »

Le dragon d’argent baissa les yeux, honteux. Renoncer à ta capacité de voler ? Hein ?

« Les dragons ont-ils besoin de leur queue pour voler ? »

Luli m’expliqua la situation : « Pas vraiment… Nous comptons sur la queue pour nous équilibrer pendant le vol. Il y a en effet des dragons qui ne peuvent pas voler, comme les Dragons de Terre… Mais la physiologie des Dragons de Terre leur confère une incroyable force dans les jambes. Les espèces aériennes n’ont pas ce genre de puissance… Donc s’il enlevait sa queue, il serait incapable de voler, et incapable de s’épanouir sur le sol. Il ne serait pas du tout une créature que l’on peut appeler un dragon. »

Bon sang… Qui pourrait faire une chose pareille au dragon… ? Je suppose que par poupée mécanique, il fait référence à un Gollem, mais je me demande quel genre de Gollem pourrait mutiler un dragon comme ça.

« Ce Gollem… Euh… Cette poupée mécanique… De quelle couleur était-elle ? »

« Si je me souviens bien… Elle était violette… Pourquoi ? »

Violette… Ça devait être Fanatic Viola… Comme c’était il y a 200 ans, elle servait probablement un autre maître que Luna.

Attendez, je ne devrais pas sauter aux conclusions. Il est impossible que Viola soit le seul Gollem violet au monde. Ça ne veut pas dire qu’une couronne a fait ça.

« Je vais vous guérir. Ne bougez pas, s’il vous plaît. »

« Oh ? »

J’avais fait le tour de la queue et j’avais examiné la blessure. C’était probablement un poison puissant. Je jugeai que ce genre de chose tuerait un humain en quelques minutes, mais le corps du dragon lui avait permis d’y résister pendant plus de deux cents ans. Enlever le poison était la première étape.

« [Récupération]. »

J’avais laissé la magie de ma main pénétrer dans la queue argentée, et les tendres taches violettes avaient commencé à s’éclaircir. Ses belles écailles commencèrent à retrouver leur éclat d’argent.

« Viens, Lumière ! Calme de la Déesse : [Guérison Max] ! »

J’avais ensuite terminé en soignant tous les dommages que le poison avait causés à sa queue.

« Ooh… Mon corps… ! Comme c’est rafraîchissant… Je me sens jeune à nouveau ! »

Le Dragon d’Argent rugit dans le ciel, incitant tous les autres dragons de l’île à rugir avec lui.

J’avais déjà entendu un chien hurler, mais les dragons étaient à un niveau complètement différent. Une bande de dragons rugissant en même temps faisait frémir l’air.

« Ghhh… ! »

{Ils chantent vos louanges, mon seigneur. S’il vous plaît, pardonnez-leur pour cela.}

La télépathie de Luli m’avait empêché de grommeler trop fort. S’ils étaient polis, alors je serais poli à mon tour.

J’avais écouté les dragons et leurs hurlements bruyants pendant un moment encore, jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent enfin. Le Dragon d’Argent s’était tourné vers moi et avait incliné sa tête profondément.

« Seigneur Mochizuki Touya… Je ne pourrai jamais rembourser la dette que vous m’avez donnée aujourd’hui. Néanmoins, y a-t-il quelque chose que nous puissions faire pour vous ? »

« En fait, oui. Vous n’avez pas besoin de vous soucier de ce genre de choses, mais j’aimerais vous demander une petite faveur. Pourriez-vous m’accorder un territoire sur cette île ? J’aimerais y construire une maison. »

« Quelque chose d’aussi dérisoire ne peut être considéré comme une demande. Vous pouvez avoir un peu d’espace sur le flanc de la montagne, il y a une vue magnifique qui surplombe toute l’île. »

Ça m’avait semblé très bien. J’avais hoché la tête et lui avais demandé de m’y guider.

Contrairement à la lente élégance dont il avait fait preuve auparavant, le dragon d’argent battait maintenant des ailes à pleine puissance et s’élançait dans les airs. Nous l’avions suivi sur le dos de Luli, jusqu’à ce que nous atteignions la zone située sur le flanc de la montagne.

Quand nous étions arrivés, le Dragon d’Argent s’était enveloppé d’une lumière éblouissante, semblant changer de forme. Une fois que la lumière s’était calmée, il s’était transformé en une forme humanoïde. Il ressemblait à un jeune homme avec de longs cheveux argentés flottants qui lui arrivaient à la taille.

Il avait des cornes qui sortaient de sa tête, et des écailles rugueuses sur ses membres, il ressemblait au peuple de Sonia. Il portait un pantalon ordinaire et une veste simpliste. Franchement, il était beau. Je n’étais pas forcément jaloux, mais il était vraiment beau.

« Huh… Vous pouvez vous transformer en humain ? »

« En effet. Nous, les dragons d’argent, avons une affinité pour la forme et l’espèce humaine, et cette affinité s’est manifestée par ce trait. »

« Tu peux faire ça, Luli ? »

« Je ne vois aucune raison de le faire. Et si vous voulez mon avis, les dragons d’argent sont des créatures étranges. »

Luli secoua la tête en se transformant à nouveau en sa mini-forme. Vu qu’elle pouvait se transformer en cette forme, elle pouvait probablement se transformer en humain si elle le voulait. Il s’agissait plutôt de ne pas vouloir que de ne pas pouvoir.

Luli et les autres bêtes célestes semblaient fières de leurs formes normales, elles n’avaient donc pas besoin de se transformer en humanoïdes.

J’avais marché vers le bord de la falaise. La vue sur l’île était superbe.

« C’est plutôt bien. J’aime vraiment la vue… »

« Ping. »

Rubis commença à m’imiter, en regardant autour d’elle. Saph et Emerl commençèrent à l’imiter à leur tour. Je me demandais si ça leur plaisait.

« Je suppose que je devrais préparer la zone, alors… »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire