Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 13 – Chapitre 3 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Le marché sanglant

Partie 1

« Je l’appelle le Disrupteur Dimensionnel Mk. II ! Il est pourtant totalement identique au premier. »

Le docteur Babylon et moi étions dans le jardin. Elle pointait du doigt un dispositif de portail non installé juste à côté de celui qui l’était déjà.

C’était une arche argentée qui ressemblait vaguement à l’Arc de Triomphe en France. Tout comme la première édition qui avait été installée, il avait plusieurs petits compteurs installés autour de lui.

« Ces deux objets sont liés par la chronomancie, la magie de l’espace-temps. Ils sont fixés l’un à l’autre, peu importe où va l’autre. En gros, ils sont connectés. Si tu installes le Mk. II de l’autre côté, alors nous aurons un accès dans le Monde Inversé. »

« C’est logique… Donc je dois juste trouver un endroit sûr là-bas ? »

Le Disrupteur Dimensionnel ne s’activerait pas à moins qu’on y déverse de grandes quantités de magie, le fait de voir arriver des visiteurs de l’autre côté ne me rendait pas inquiet… Mais d’un autre côté, je ne voulais pas qu’il soit dans un endroit dangereux où il pourrait être détruit.

Je pensais que le mettre au milieu de nulle part et ériger une barrière de protection serait probablement l’approche la plus sûre.

Ce serait encore mieux si je pouvais mettre la main sur un Gollem là-bas. Je pourrais le charger de protéger le portail.

« Alors ça veut dire… qu’on va aussi pouvoir visiter ce lieu ? »

Linze avait parlé doucement, ce qui fit que le Docteur Babylon changea un peu de regards.

« Eh bien… En grande partie, je suppose ? En vérité, il y a encore quelques ajustements à faire… Si quelqu’un veut aller avec Touya, il y a des limitations en place pour le moment. »

« Veux-tu dire le nombre de personnes qui peuvent y aller ? »

Yae avait incliné la tête. Merde, je ne peux emmener qu’un certain nombre de personnes ? Mais je veux emmener tout le monde !

« Il n’y a pas de limite au nombre de personnes… La limite est en fait basée sur le poids. Les personnes autres que Touya ne doivent pas peser plus de 48 kg chacune. Je dirais que 45 kg serait une limite plus sure… »

Les mots du Docteur Babylon figèrent les filles sur place. Oups… C’est euh… Le poids est un sujet sensible…

J’avais aménagé un vestiaire dans le château avec une balance précise, chacune devait donc avoir une vague idée de son poids.

Je ne voulais pas vraiment être indiscret, mais je ne doutais pas que Sue et le Docteur Babylon pèseraient moins de 45 kg. Leen, Yumina et Lu étaient probablement également assez petites pour répondre aux normes.

Sakura était toujours aussi inexpressive, mais Linze, Yae, Elze et Hilde regardaient tout autour d’elles avec une petite panique.

Les filles avaient environ quinze ou seize ans… Ce serait bizarre qu’elles pèsent plus de 50 kg, non ? J’avais réalisé que je ne le savais pas vraiment. Je n’avais aucune norme de comparaison.

Il semblerait que même dans ce monde, les filles étaient conscientes de leur corps. Mais j’avais remarqué que les hommes ne semblaient pas vraiment s’en soucier en général.

« En y réfléchissant, je dois d’abord localiser la zone sûre de l’autre côté, non ? Vous ne devriez pas toutes venir avec moi tout de suite… Quelque chose de mauvais pourrait arriver, et vous ne voulez pas être bloquées là-bas ! »

J’avais souri aux filles pour essayer de leur donner une petite porte de sortie, quand les filles avaient soudainement commencé à parler toutes en même temps.

« O-Oui, Touya-dono ! Tu as raison, tu as raison ! Nous ne pouvons pas dire que le monde là-bas est sûr ! »

« Yae a raison ! Nous ne pouvons pas faire de suppositions ! »

« Oui ! Ce n’est pas comme si nous étions pressés ! Ce monde ne partira nulle part ! »

« O-Oui, ça ne me dérange pas d’attendre un peu plus longtemps pour notre voyage de groupe… »

Je pouvais voir ce qu’elles pensaient vraiment, mais j’avais décidé de ne pas le savoir. Il y avait certaines choses dans lesquelles un homme n’avait pas à s’immiscer.

Yumina et les filles plus petites n’avaient pas soulevé d’objections réelles. Elles ne pouvaient probablement pas contester le fait qu’il était un peu tôt pour les amener. Sue est un peu grincheuse, mais elle se calma rapidement.

« C’est pourtant tout à fait logique pour moi. Je vais faire quelques ajustements en attendant une meilleure configuration de l’autre côté. », acquiesça le docteur Babylon. Tu aurais dû le dire dès le début !

J’avais haussé les épaules et mis le Disrupteur Dimensionnel Mk. II dans mon [Stockage]. Puis j’avais commencé à canaliser la magie dans le portail actif. Même si je l’avais complètement rempli la dernière fois, un seul voyage avait épuisé toutes les réserves.

Nous devions aussi améliorer les fonctions de conservation de l’énergie sur les portails… Il est vrai que cela signifiait que j’étais le seul à pouvoir vraiment l’utiliser, mais je me demandais si c’était vraiment assez sûr. Les compteurs s’étaient remplis sur l’arche et l’intérieur de la structure avait commencé à scintiller. L’image d’une plaine dégagée était clairement apparue.

Le Mk. II était dans mon [Stockage], il venait donc de se connecter à nouveau à un endroit aléatoire du Monde Inversé.

Mais ce n’était pas grave. Je pouvais facilement utiliser la [Porte] pour me rendre à Allent, la capitale que j’avais visitée.

La dernière fois, Kokuyou, Kougyoku et Sango étaient venus avec moi, j’avais donc décidé d’emmener Kohaku et Luli cette fois-ci.

« Ça ne vous dérange pas de prendre ces deux-là avec vous, Maître ? »

« J’espère qu’ils ne vont pas se chamailler… »

« Je m’inquiète vraiment… »

« Nous ne nous battrons pas !! »

« Assez, allons-y. »

Kohaku et Luli râlaient contre les autres Bêtes Célestes, mais ils les avaient rassurés en leur disant que tout irait bien. Je n’avais pas le temps de m’occuper de ces histoires, nous étions donc partis.

« Très bien, je m’en vais. Je serai de retour demain ou après-demain. »

La dilatation du temps se produisait souvent pendant le processus de téléportation, il faudrait donc probablement au moins un jour pour trouver un endroit sûr. J’étais sûr que tout irait bien.

« Ne fais rien d’insensé comme tu le fais d’habitude, Touya… »

J’avais l’impression que Yumina m’avait poignardé en plein cœur avec ses mots. Ce n’était pas comme si je voulais faire toutes ces choses folles… C’est juste que ça s’était terminé comme ça.

« Ce n’est pas seulement la faute de l’environnement de Touya-dono. »

« Il prend toujours des mesures sur l’impulsion du moment. »

« Ne va pas mettre ta tête dans des problèmes inutiles, d’accord ? »

« T-Très bien. J’y vais ! »

Yae, Hilde et Elze avaient toutes effectué des attaques de suivi suite aux paroles de Yumina, je m’étais donc échappé en sautant à travers le portail.

L’étrange sensation de passer à travers une membrane caoutchouteuse m’avait de nouveau envahi, mais les plaines que j’avais vues à travers l’arche étaient enfin apparues.

Je voyais une falaise rocheuse non loin devant moi, et la zone derrière moi semblait poussiéreuse et sèche. L’endroit ressemblait un peu au Far West américain. Je m’étais demandé si des bandits à cheval allaient apparaître…

« Alors c’est ça le Monde Inversé… »

« Le voir de mes propres yeux est intéressant. »

Le duo regarda autour d’eux avec un regard curieux. Ce n’était pas comme si le monde entier ressemblait à ça… J’avais été dans des endroits plus cool.

« Bon, voyons voir… Wôw, je suis loin d’Allent. »

J’avais regardé ma position sur la carte et j’étais loin au sud-est du Monde Inversé… La zone la plus proche de l’endroit où je me trouvais dans le monde normal serait autour de Sandora. Allent était approximativement situé dans le territoire de Roadmare si nous étions des équivalents cartographiques.

Ce n’est pas grave, je peux facilement ouvrir une [Porte] et passer à la civilisation.

« Hmm… Bon, alors… Je peux toujours installer le portail ici… Il n’y a pas âme qui vive. »

Je ne pouvais voir que des plaines vastes et sèches. Il n’y avait aucune trace de vie humaine dans cet endroit. Cela ressemblait à un endroit qu’aucun humain n’aurait jamais visité. C’était en fait un endroit parfait.

« Monseigneur, cet endroit n’est pas forcément sûr. Il peut y avoir des bêtes errantes dans le coin… »

« Bon point… »

Kohaku avait raison. Je m’étais souvenu du monstre à deux têtes que j’avais rencontré lors de ma première visite dans le Monde Inversé, il pouvait facilement y avoir des créatures similaires.

Je pouvais toujours mettre en place une barrière invisible en lançant [Bouclier], ou déguiser le portail en rocher en utilisant [Mirage], mais il valait mieux prévenir que guérir.

Avoir un terrain ou une maison serait la meilleure solution. De cette façon, je pourrais installer le portail en toute sécurité dans le sous-sol.

Avoir quelqu’un pour surveiller la maison serait utile, mais probablement pas pratique.

Je pourrais toujours appeler une bête invoquée pour faire office de garde… Mais elle disparaîtrait dès que je rentrerais chez moi. Ce n’était pas idéal non plus… J’aurais dû demander à Doc Babylon de fabriquer un autre réservoir de magie…

« Il est peut-être dans mon intérêt d’avoir un Gollem… »

C’était ainsi que j’avais décidé de mon prochain plan d’action. Sancho m’avait dit que n’importe qui dans ce monde pouvait avoir un Gollem, à condition d’avoir la somme absurde nécessaire pour l’acheter.

J’avais vu des Gollems faire office de videurs ou de gardes du corps en ville. Je pourrais peut-être en prendre un bon marché et l’améliorer ou l’enchanter pour qu’il soit plus fort…

« Je suppose que je dois donc gagner de l’argent. »

Je n’avais pas d’argent à mon nom dans ce monde. J’avais vendu quelques lingots d’or à Sancho, mais j’avais fini par parier tous mes gains dans un casino…

Attendez… J’ai aidé les Chats Rouges avec l’orichalque et l’adamantite… Ils me doivent toujours quelque chose !

La dernière fois que je les avais vus, je les avais aidés à échapper aux chevaliers qui attaquaient leur cachette. Je n’avais pas d’argent en ce moment, donc je savais quoi faire. Je devais juste récupérer ce qui m’était dû !

« Uhm… Voyons voir ici… Cherche… Chat Rouge… »

J’avais cherché Nia, leur chef. Elle se trouvait actuellement dans un endroit que la carte appelle le Royaume de Streign. Plus précisément, dans une ville appelée Carne.

Elle n’était cependant pas réellement dans la ville. Ils se disaient chevaleresques, mais ils restaient une bande de voleurs. C’était normal qu’ils veuillent garder les choses discrètes.

J’avais vérifié l’emplacement et j’avais découvert qu’ils étaient dans une forêt. Le marqueur sur la carte montrait qu’il y avait une structure en pierre à cet endroit… Elle s’appelait les vestiges du fort de Douze… Ils utilisaient donc probablement cet endroit comme leur base avancée actuelle. Mon application cartographique n’était pas assez sophistiquée pour me montrer plus que les informations de base.

J’avais cherché d’autres membres de leur groupe, mais il n’y en avait même pas trente. Cela semblait trop peu, je m’étais alors demandé s’ils étaient en mission.

Bon… Nia va pouvoir m’aider, j’en suis sûr. Je crois que je sais où aller.

Je ne pouvais pas utiliser la [Porte] puisque je n’y étais jamais allé auparavant, et la [Téléportation] était un choix instable puisque l’endroit était trop éloigné pour avoir une destination précise en tête. Si je l’utilisais sans précaution, je pouvais me retrouver au milieu de la maison de quelqu’un ou d’un lac. Heureusement, le sort ne permettait pas de se transformer en matière solide existante… C’est un petit soulagement.

La [Téléportation] n’était pas vraiment adaptée aux voyages longue distance.

Mais je m’étais dit qu’il s’agissait d’une forêt et que j’avais donc une certaine marge d’erreur. J’avais vérifié la carte une fois de plus, et aucun des Chats rouges ne se trouvait dans la forêt, à part ceux du fort. Cela n’aurait cependant pas été un problème même s’ils m’avaient vu. Ils auraient dû être informés de mes capacités. J’avais donc décidé que la téléportation était la meilleure idée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire