Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 13 – Chapitre 2 – Partie 4

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Fin du festival

Partie 4

Le festival était terminé quand j’étais revenu à moi.

J’avais dormi pendant plus d’un jour… Trente-six heures, pour être plus précis.

La fatigue provoquée par mon Apothéose était bien plus intense que je ne l’avais prévu, ce qui m’avait fait perdre connaissance pendant un certain temps.

Yumina et les autres Valkyries, ainsi que l’ordre des chevaliers, s’étaient occupées des Phases restantes après mon évanouissement. Même Moroha avait participé.

Les démons de métal étaient à coup sûr bénis par le dieu maléfique. Je craignais que leur divinité ne les rende immortels, mais heureusement, ils n’avaient pas beaucoup de revêtement sur leur âme.

Les dieux n’étaient pas autorisés à utiliser leur divinité, mais ma sœur avait réussi à se débarrasser des démons de métal sans aucun problème.

Après la bataille, le Dieu tout-puissant utilisa [Porte] pour renvoyer tout le monde à Brunhild. De là, on m’avait mis directement au lit. Flora confirma que je n’étais que fatigué, ils m’avaient laissé dormir… Pendant un jour et demi…

Ainsi, j’avais dormi jusqu’à la fin des festivités. Le roi chevalier de Lestia et Jutaro avaient fini par s’affronter lors de la finale du tournoi de combat, et le frère de Yae avait fini par gagner d’un cheveu.

Le Seigneur Ieyahsu était dans le public. Lui et la délégation d’Eashen étaient apparemment ravis. Tous les anciens immigrants d’Eashen qui vivaient à Brunhild étaient également heureux que Jutaro ait gagné. C’était logique qu’ils soient fiers.

Comme je dormais, Kousaka avait organisé la cérémonie de remise des prix à ma place. Le gagnant était Jutaro, et le deuxième était le roi chevalier. Il avait utilisé « Rei Hard » comme pseudonyme. La troisième place avait été remportée par Sonia, ce qui m’avait un peu surpris.

Il y avait aussi des batailles intéressantes comme cet affrontement père-fils entre Léon et Lyon, un combat féroce entre le vieux Baba et le roi-bête, et bien d’autres combats pleins d’action. Les avoir ainsi tous ratés en faisant la sieste était dommage.

Kousaka avait également officié lors de la cérémonie de clôture, et apparemment, la ville avait été animée toute la nuit, la fête s’étant poursuivie jusqu’à l’aube.

Le festival s’était terminé comme ça, tout le monde était rentré chez soi avant le matin, et j’avais ouvert les yeux juste avant midi.

Les seules personnes présentes dans ma chambre étaient mes neuf fiancées et Paula l’ourse en peluche.

« Merde… Sérieusement ? »

Je m’étais assis dans mon lit, soupirant doucement pendant qu’elles m’expliquaient la situation.

Il n’y a aucune chance… Il est impossible que j’aie dormi pendant tout ça et que j’aie laissé nos invités seuls…

Les autres dirigeants du monde s’étaient fait expliquer la situation et n’avaient donc pas été offensés. En fait, les personnes qui gouvernaient les nations limitrophes de Yulong avaient exprimé leur plus profonde gratitude. Mais j’avais quand même manqué beaucoup de choses, et ça craignait.

Les dirigeants du monde et leurs groupes avaient été renvoyés chez eux grâce à plusieurs sorts [Porte] invoqués par Dieu lui-même.

Ils étaient d’abord confus quant à la façon dont quelqu’un d’autre utilisait ma magie, mais une fois que le pape avait expliqué qu’il était mon grand-père, cela avait semblé satisfaire leur curiosité.

« Je suis une épave… »

« Ce n’est pas vrai ! Tu t’es battu dans un combat où ta vie était en jeu ! C’est normal que tu te sois effondré ! »

Lu avait tenté de me rassurer, mais cela n’avait fait que me faire sentir encore plus impuissant.

J’avais pris des risques en activant mon Apothéose, mais je ne m’attendais pas à ça. J’avais à coup sûr causé des problèmes à un tas de gens…

Ugh… Le timing pour tout ça craint vraiment. Gila, espèce de salaud…

« Ne t’en veux pas, Touya. Le festival était génial ! »

Elze avait soulevé un point important, mais je voulais quand même le voir par moi-même.

« Je souhaite participer au tournoi la prochaine fois, vraiment. »

« Moi aussi. Mon frère souhaite probablement aussi une revanche contre le frère de Yae. »

Yae et Hilde se souriaient l’une à l’autre en planifiant le prochain festival. Il semblerait que cela allait devenir un événement annuel… J’avais fait une note mentale pour mieux me préparer pour le prochain.

« Attends, où est-ce que Papy-Dieu… Grand-père est allé ? Est-il rentré à la maison ? »

« Ce matin. Il a utilisé sa magie pour rentrer. » Merde… Je n’ai pas pu te remercier, vieil homme… Bon, peu importe, je l’appellerai plus tard.

Je commençai à me lever du lit puisque mon corps se sentait plutôt normal, mais tout le monde se pressa soudainement autour de moi et me poussa sur le dos.

« Tes projets pour aujourd’hui ont été annulés, compris ? Tu dois rester au lit et te détendre. Si tu ne te reposes pas, les gens autour de toi vont vraiment s’inquiéter. »

Leen mettait la pression, et je n’avais pas la force de discuter.

J’avais soupiré et m’étais adossé à mon lit, ce qui fit que tout le monde quitta la pièce avec des sourires sur le visage. Kohaku et Luli s’étaient avancés et s’étaient tenus à côté, il semblerait qu’ils allaient garder un œil sur moi.

« Maître, le repos est important pour votre santé. »

« Bien, comme vous voulez… Mais sérieusement, je n’ai même pas sommeil. Je me sens bien. »

Pour être honnête, mon corps se sentait un peu lourd à cause de l’inactivité. J’avais envie de me dégourdir un peu les jambes.

Utiliser un sort de téléportation permettrait de s’échapper facilement, mais je ne voulais pas me faire surprendre.

« Au fait, où sont Sango, Kokuyou, et Kougyoku ? »

« Sango et Kokuyou sont avec dame Suika dans une taverne, tandis que Kougyoku surveille les affaires de la ville du château. »

« Une taverne, hein… »

J’avais fait une petite grimace en entendant ce que Kohaku avait dit. Je m’inquiétais de voir Sango et Kokuyou s’enivrer d’alcool. Cela dit, elles semblaient apprécier les sorties avec Suika… J’avais entendu des histoires sur les serpents qui pouvaient boire beaucoup…

« Bonté divine… Ce duo aime certainement se la couler douce… »

« Et pas toi, minou ? N’étais-tu pas en train de paresser comme un gros chat pendant le festival ? As-tu le droit de reprocher aux autres d’être trop négligents ? »

« Qu’est-ce que tu dis ? ! Comme si c’était à toi de parler ! Je sais que tu as volé des snacks à Maîtresse Crea dans la cuisine ! »

« … Je testais juste la nourriture. Je devais m’assurer que c’était approprié pour notre maître. »

« Ça ressemble à une excuse pour moi ! »

Je soupirai tranquillement tandis que ces deux-là se chamaillaient lorsque deux plumes enflammées flottèrent à travers la fenêtre et se posèrent sur les têtes de Luli et Kohaku.

« Yeoooowch ! »

Elles crièrent toutes deux de douleur au moment où Kougyoku vola à travers la fenêtre. Elle s’était perchée sur un bureau à proximité.

« Notre maître a besoin de repos, et pourtant vous vous disputez ? Soyez plus conscientes de votre environnement, bande d’idiotes. »

« C’est elle qui a commencé ! »

« Et je vais la terminer. »

Le duo était sur le point de se disputer à nouveau, mais elles furent réduites au silence par le regard furieux de Kougyoku. Elle était vraiment effrayante.

Kougyoku était la plus douce et la plus raffinée de mes invocations, mais elle pouvait aussi être impulsivement effrayante.

« Bon retour parmi nous, Kougyoku, comment va la ville ? »

« Plutôt bien. Les gens sont en train de ranger maintenant que le festival est terminé. Les magasins ont tous nettoyé ce matin, mais ils ont repris leurs activités normales maintenant. »

C’était bon à entendre. J’étais sûr que l’après-fête aurait laissé un tas d’ordures partout… Nous devions mettre en place des mesures pour cela dès le prochain festival. Installer plus de poubelles serait probablement suffisant, mais un grand incinérateur pourrait aussi aider.

« Les clients de l’auberge commencent également tous à partir. D’ici quelques jours, nous devrions retrouver nos habitudes. »

J’étais heureux d’entendre que la Lune d’Argent serait un peu moins agitée, Micah pourra ainsi un peu se reposer.

Mais j’y pense, Lanz était probablement encore en train de l’aider… Il avait fait beaucoup pour l’aider en tant que serveur pendant le festival, j’avais donc décidé de lui donner une petite prime… Peut-être assez d’argent pour qu’il puisse acheter quelque chose de sympa comme cadeau pour Micah.

« Et la criminalité ? Tout va bien ? »

« Ceux qui ont été arrêtés ont été relâchés après la fin du festival. Aucun crime majeur n’a été commis, c’était surtout des ivrognes turbulents. »

Dans ce monde, les ivrognes avaient souvent des armes sur eux… Il n’était pas rare de voir quelqu’un mourir à cause d’une dispute d’ivrognes. J’étais content que rien de tout cela ne soit arrivé pendant le festival.

« Merci pour votre travail acharné, les gars. Et si vous preniez tous les trois votre journée, c’est moi qui vous l’offre. »

« … Vous pourrez donc vous faufiler dehors sans surveillance ? »

« Guh… »

J’avais été démasqué. Le regard scrutateur de Kougyoku était un peu trop dur à supporter pour moi. Il était inutile de lutter, j’avais déjà été lu comme un livre.

« Nous sommes vos humbles serviteurs, maître. Si vous souhaitez vous éclipser, nous devrons nous plier à votre volonté. Mais même si nous fermons les yeux… Êtes-vous prêt à faire face aux conséquences si l’une de vos estimées futures épouses le découvre ? »

« Ghuhh… »

Je… Je pense que tu as raison…

Yumina et les autres avaient récemment développé une compétence innée qui leur permettait de me localiser précisément… Si je m’éclipsais, j’étais sûr qu’elles finiraient par me trouver.

« Je suppose que je n’ai pas le choix… Je vais dormir. »

« Un choix judicieux, mon seigneur. »

Je suis pratiquement assigné à résidence, bon sang… Ça craint… Je ne veux pas dormir, merde…

Au lieu de faire la sieste, j’avais allumé mon smartphone et parcouru les nouvelles en ligne de mon ancien monde. Oh… cet acteur est mort ? C’est une honte… Oh, une élection surprise ? Je n’ai même pas eu la chance de voter…

J’avais décidé d’envoyer des SMS d’excuses aux invités, puisque j’étais absent pour les dernières parties du festival. Je leur passerais des coups de fil ou des salutations plus tard, mais cela suffirait pour l’instant.

J’avais pris note d’envoyer des lettres par le biais des Miroirs Portails pour m’excuser auprès des personnes qui n’avaient pas de smartphones.

C’était un peu gênant… La meilleure chose à faire serait d’intégrer plus de pays dans l’alliance, de cette façon je pourrais donner des smartphones à tout le monde et tout coordonner beaucoup mieux.

J’ai probablement gaspillé une bonne occasion… Ce festival avait tous les leaders mondiaux au même endroit, nous aurions pu discuter… J’avais appris par la suite que les dirigeants du monde entier avaient eu l’occasion de se parler lors de l’après-fête, les choses avaient donc pu se passer très bien même sans moi.

Le Royaume Démoniaque de Xénoah avait officiellement déclaré son intention de rejoindre l’alliance, j’avais au moins obtenu ça.

J’avais du temps à perdre, alors j’avais ouvert [Stockage] et j’avais sorti les livres que j’avais achetés dans le Monde inversé. Il s’agissait en fait de duplicatas que j’avais fabriqués dans l’atelier. J’avais mis les originaux dans la bibliothèque de Babylone. Ceux que j’avais avaient été traduits de la langue qu’ils parlaient là-bas.

Le premier livre que j’avais commencé à lire s’appelait Précis de Magie par Redia.

C’était un livre sur la magie écrit par quelqu’un appelé évidemment Redia. Les informations qu’il contenait étaient rares par rapport à ce qui était connu dans ce monde.

Apparemment, dans le Monde Inversé, seules les personnes nées avec des qualités spéciales étaient capables d’utiliser la magie, et ces personnes étaient très rares.

Je m’étais demandé pourquoi il n’y avait pas beaucoup de magie dans leur monde, mais c’était probablement dû à leur dépendance à la technologie. Les Gollems avaient sûrement été le point de départ de ce déclin.

Plutôt que d’aiguiser ses compétences naturelles pour lancer une [Boule de feu], il était bien plus facile d’utiliser un Gollem hérité qui pouvait la lancer en un clin d’œil.

Il n’y avait pas besoin d’entraînement, pas de problème ou de difficulté.

Ceci étant dit, les Gollems étaient toujours terriblement chers. Les bons Gollems étaient aussi difficiles à obtenir. De plus, leurs fonctionnalités étaient limitées. Si un Gollem avait la capacité d’allumer un feu, c’était la seule capacité qu’il pouvait réellement déclencher.

C’était toutefois un peu similaire à un mage qui n’avait que l’attribut Feu.

Je lisais tranquillement le livre et réfléchissais, quand j’avais reçu un appel du docteur Babylon. Elle était occupée au laboratoire de recherche depuis un moment.

« Oh, ça va ? »

« Touya ? Je l’ai fait, Touya ! J’ai construit le truc ! Maintenant, tu peux voyager librement de et vers l’autre côté ! »

« Tu quoi ?! »

Attends, tu l’as vraiment fait ?! Tu as construit une porte que je peux utiliser dans le Monde Inversé ?! Le disrupteur dimensionnel installé à Babylone était un aller simple, il n’y avait pas de retour possible. Je devais passer par le Royaume Divin à chaque fois si je voulais revenir dans ce monde.

Pour surmonter cela, nous devions construire un autre portail qui pourrait être installé de l’autre côté, pour permettre de voyager librement entre les mondes. Et il semblerait qu’elle l’avait finalement fait.

Tout ce que j’avais à faire était de le mettre dans mon [Stockage] et de l’amener dans le Monde inversé, puis de trouver un endroit sûr pour l’installer là-bas.

« Cependant, l’activer nécessite une quantité horriblement importante de puissance magique… Je ne pense pas que quiconque soit capable de passer d’un côté ou de l’autre sans toi, Touya. »

« En toute honnêteté, c’est très bien comme ça. Ça rend les choses moins susceptibles d’être abusées. »

« Je suppose que c’est vrai… J’aimerais commencer les tests tout de suite ! Es-tu prêt ? »

« Ah… Désolé, mais je ne peux pas. Je suis en quelque sorte assigné à résidence… »

« Huh ? »

Je lui avais expliqué toute cette situation irritante alors qu’elle grognait en même temps que je parlais. Finalement, nous nous étions mis d’accord pour faire le test le jour suivant.

Il semblerait que j’aurais une journée chargée devant moi.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire