Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 13 – Chapitre 1 – Partie 9

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Début du festival

Partie 9

Elles savaient que je venais d’un autre monde, mais elles n’avaient probablement aucune idée que ce type était le dieu de tous les dieux.

« Je pensais aller faire un tour en ville après avoir parlé un peu avec le pape aujourd’hui. Qu’en pensez-vous ? »

« Et l’église ? »

« A-Ah, bien ! C’est parfait ! Nous serons aussi ouverts plus tard dans l’après-midi ! »

Phyllis avait répondu nerveusement, tandis que le pape hochait la tête à plusieurs reprises. Je me demandais si elles allaient vraiment s’en sortir… Elles étaient certainement tendues toutes les deux.

Je me demandais de quoi ils allaient parler…

 

◇ ◇ ◇

Lorsque le monde venait à peine d’être créé, les esprits et la magie étaient déjà présents.

Ils agissaient comme des membres des dieux, formant le contenu du monde et faisant apparaître de nombreux aspects de la nature.

L’esprit de l’eau avait rempli les océans du monde, tandis que l’esprit de la terre avait créé la terre et le sol. L’esprit du feu provoquait l’éruption des volcans, tandis que l’esprit du vent faisait souffler de l’air chaud dans l’atmosphère.

L’esprit des forêts fit naître les arbres et les bois denses, tandis que l’esprit de la lumière apporta l’illumination au monde. L’esprit des ténèbres apporta la nuit et la paix du silence.

Des exploits miraculeux de ces esprits naquirent des créatures liées aux aspects primordiaux de la nature, et le monde se retrouva peuplé.

Les fées, les bêtes célestes, les arbres de l’Esprit saint, et ainsi de suite… On disait que parmi les dernières créatures à naître se trouvaient les humains, ainsi que des demi-hommes comme les hommes-bêtes, les nains et les elfes.

Le dieu de ce monde, satisfait de sa création, remonta au ciel et laissa le monde aux nouveau-nés.

Ce monde était un paradis que le peuple pouvait s’approprier, il s’était donc dit qu’il était préférable de le leur laisser.

« Mais pourquoi Dieu est-il retourné au ciel ? »

Un petit garçon assis au premier rang posa une question après avoir entendu le sermon de Shinnosuke.

« Parce qu’il croyait que nous devions faire de ce monde le nôtre. Si vous comptez sur Dieu pour vous sauver chaque fois qu’il y a un conflit, vous ne pouvez pas forger votre propre chemin. Un enfant doit devenir indépendant de ses parents pour devenir un adulte. »

En bref, les dieux ne pouvaient pas interférer avec les royaumes mortels de leur propre création. C’était la raison pour laquelle je ne pouvais pas renaître dans mon ancien monde. Mon monde n’avait aucune méthode pour ramener quelqu’un d’entre les morts, cela n’aurait pu être donc vu que comme un miracle.

Si j’étais mort dans ce monde, me ressusciter aurait pu alors être une possibilité. Après tout, il y avait des moyens magiques de ressusciter les gens ici. Le risque de mort était beaucoup plus élevé en moyenne.

« Le dieu suprême nous a confié ce monde. Je suis sûr qu’il serait heureux de savoir que chacun d’entre nous fait de son mieux pour rendre ce monde meilleur. »

Dieu tout-puissant regarda la foule de personnes assistant à son sermon. Il portait une robe de prêtre qu’il avait empruntée au pape.

« Faites aux autres ce que vous voudriez que l’on vous fasse. Faites tout ce que vous pouvez, même si c’est peu. Cela suffit. La bonté est une base solide. Tous sont égaux aux yeux de Dieu. Hommes, femmes, enfants, adultes, princes et indigents. Nous pouvons tous vivre pleinement notre vie. C’est ce qui rendra Dieu le plus heureux. »

Il s’était incliné devant la foule avant de quitter la zone avant.

Huh… Donc les esprits ont vraiment aidé les dieux à former le monde ? Je n’avais rencontré que celui de la forêt et l’esprit des ténèbres à Ramissh… Je n’avais pas réalisé qu’ils étaient si puissants.

Peut-être ont-ils perdu leur pouvoir avec le temps ? Ou peut-être ont-ils perdu le pouvoir de façonner le monde après que les dieux n’en aient plus eu besoin ? Ils n’ont pourtant pas l’air si puissants que ça…

Surtout l’esprit des ténèbres… Je l’ai battu assez facilement. Mais apparemment, les esprits sont immortels, il finira donc probablement par revenir.

« Merci pour le sermon. C’était fascinant… »

« Ah, aucun souci pour ça. En général, je n’ai à parler avec les autres dieux que quand ceux-ci ont des problèmes, alors c’était sympa de discuter un peu. »

Elias et Phyllis étaient déjà en train de s’extasier sur le sermon de Dieu.

« Non, c’était vraiment incroyable ! Merci beaucoup, nous veillerons à ce que les générations futures relatent ce récit et le prennent à cœur ! »

« Eh bien… Vous pouvez faire ce que vous voulez, mais je ne pense pas que c’était si intéressant que ça… »

Dieu Tout-Puissant sourit doucement au pape. Vous savez, mon vieux… Vous ne le réalisez probablement pas, mais vous venez de donner à ce monde un solide mythe de la création.

« Où vas-tu après ça, grand-père ? Je pensais te présenter aux autres. »

« Je ne suis pas tout à fait sûr… J’allais demander si tu pouvais me laisser rester ici pour une nuit, afin que je puisse rencontrer les autres ce soir. Pour l’instant, j’aimerais visiter la ville. Pourrais-je demander à quelqu’un de me guider ? »

« Je vais le faire, tu sais ?! »

Karen était apparue comme si elle sortait de nulle part pour s’immiscer dans notre conversation. Qu’est-ce que j’ai dit à propos de vous, les Dieux, et de vos absurdités de téléportation instantanée ? Montrez-vous normalement pour une fois !

Le Dieu tout-puissant sourit à Karen, apparemment insensible à son apparition soudaine.

« Cela fait un moment, ma chère. Es-tu en bonne santé ? »

« J’ai la chance d’avoir un quotidien plutôt amusant grâce à toi, tu sais ? Je vais te faire visiter, alors ne t’inquiète pas pour ça… Et si tu arrêtais de t’immiscer dans le rendez-vous de Touya, grand-père ? »

« Hmm ? Ohh… Je vois. Je n’avais pas réalisé que je m’imposais. Veuillez me pardonner, mes enfants. »

« N-Non, c’est bon… »

Lu et Yumina étaient devenues rouges. Elles agitèrent leurs bras dans un mouvement de panique.

Pourtant, j’étais reconnaissant que Karen s’occupe de lui maintenant. Même si quelque chose arrivait, elle serait plus que capable de s’en occuper elle-même.

De plus, il allait de soi que Phyllis, le pape et les gardes de Ramissh les accompagneraient également.

Yumina, Lu et moi avions quitté l’église et nous étions dirigés vers la salle de shogi. La première série de parties venait de se terminer, et les secondes commençaient.

Il y avait beaucoup plus de monde que le matin et beaucoup de gens qui avaient déjà terminé leurs parties. L’écran affichait les noms des gagnants et des perdants.

« Uhhm… Aha, on dirait que les choses avancent… »

Barral et Simon du Reflet, l’empereur de Refreese et le doge de Roadmare avaient tous perdu leur match.

Tous, à l’exception des citoyens de Reflet, s’y étaient inscrits avec des pseudonymes.

« Ah, mon père a été vaincu… », marmonna Lu à elle-même après avoir remarqué le nom de son père.

Si je me souvenais bien, son adversaire était le roi de Palouf. On dirait que le gamin était en train de botter des fesses.

J’avais regardé autour de moi et j’avais vu deux personnes assises sur des chaises devant un écran. C’était les chefs de Regulus et Refreese.

Nous nous étions approchés du groupe.

« Bonjour. Désolé pour la défaite. »

« Oh, Touya ! En fait, je me suis bien amusé. J’aimerais organiser un tournoi comme celui-ci l’année prochaine… »

« Le fait que j’ai perdu est regrettable, mais j’ai réussi à en apprendre un peu plus sur mes propres défauts. Je ne perdrai pas la prochaine fois. »

Ces deux-là n’avaient pas l’air de se soucier de leurs défaites, alors j’étais content.

J’avais regardé l’écran et j’avais vu une tuile générale argentée être déplacée sur une table. Les deux monarques avaient laissé échapper des sons mitigés en réponse à la vue.

« Qui est-ce ? »

« C’est le match entre le roi de Belfast et le roi de Palouf. C’est une bataille plutôt intéressante. »

Huh… Je vois… On dirait que le roi de Belfast passe un mauvais moment. Pas étonnant qu’il ait réussi à battre l’empereur de Regulus. J’avais regardé attentivement comme le jeune roi avait déplacé sa pièce générale en argent…

« Ne va-t-elle pas être prise par la tour du roi de Belfast ? »

« Non, c’est un sacrifice tactique. C’est un coup stratégique visant à détruire l’équilibre du jeu. Si vous ne regardez pas d’un œil attentif, cela pourrait être considéré comme imprudent… »

J’avais regardé l’écran après que l’empereur de Regulus ait parlé. Bon sang… Je n’arrive vraiment pas à suivre…

La vitesse à laquelle les gens de ce monde s’améliorent sur le plan tactique était en fait assez incroyable, mais c’était aussi un monde qui manquait de divertissement. Cela signifiait qu’ils pouvaient se concentrer sur leurs défauts individuels avec peu de distraction, et continuer jusqu’à ce qu’ils les surmontent.

Leur enthousiasme était quelque chose que je leur enviais vraiment. J’étais déjà complètement surclassé par les meilleurs joueurs de ce monde.

Il semblerait que le tournoi de shogi allait encore durer un peu plus longtemps que prévu… Nous nous étions donc décidés à aller voir le tournoi de combat en attendant.

 

◇ ◇ ◇

Dans l’arène, six combattants s’affrontent sans pitié.

Ils s’attaquaient, se défendaient, esquivaient, tailladaient et poignardaient. Ils s’écroulaient au sol les uns après les autres.

Tous les participants tombés au sol avaient été immédiatement téléportés hors de l’arène où notre personnel médical qualifié avait pu les prendre en charge.

Nous avions installé de nombreux dispositifs dans l’arène de combat pour protéger la vie des participants, le téléporteur n’était qu’une de ces méthodes.

Les deux derniers participants debout avaient croisé leurs lames. L’un d’eux était un aventurier armé d’un sabre, et l’autre était un homme d’Eashen armé d’un katana.

J’avais reconnu l’homme d’Eashen. C’était Kokonoe Jutaro, le frère de Yae.

Nous avions fourni les armes pour le tournoi, mais cela n’avait pas toujours aidé. Même avec un bord émoussé, une épée pouvait infliger des blessures sévères ou même la mort.

Tant que la mort n’était pas instantanée, nous pouvions aider la personne à se remettre. De plus, je faisais confiance à Moroha en tant qu’arbitre pour arrêter le combat avant que quelque chose de mortel n’arrive.

Jutaro continuait d’esquiver les coups de l’épée blanche avec agilité.

L’homme au sabre était celui qui semblait mettre le plus de pression sur son adversaire, mais Jutaro cherchait clairement les failles. Comme je m’y attendais, il avait profité d’une accalmie dans les mouvements de son adversaire pour s’élancer en avant.

Il dansa comme un éclair et frappa son katana dans la poitrine de l’homme à l’épée large.

L’homme tomba au sol avec un bruit sourd et s’était téléporté hors du champ de bataille.

« Match terminé ! Le vainqueur du Groupe G est… Kokonoe Jutaro ! »

Le public lança frénétiquement des applaudissements et des acclamations au moment où Moroha annonça la victoire.

Jutaro inclina la tête avant de se diriger vers la salle d’attente des participants.

« Il n’a même pas transpiré… »

« Mon frère est vraiment doué. »

Yae avait fièrement souri tout en acquiesçant à la déclaration de Yumina.

Yumina et Lu m’avaient accompagné à l’arène, où nous avions retrouvé Hilde et Yae.

Les préliminaires se déroulaient bien. La moitié des gagnants avaient déjà été déterminés. Il y avait tellement de participants que nous avions fini par opter pour une structure de bataille royale.

« Est-ce que le roi des chevaliers… Est-ce que Reinhard s’est déjà qualifié ? »

« Oui, mon frère faisait partie du Bloc A. Il est en bas, dans la salle d’attente, en train de regarder les autres matchs. »

Hilde pointa du doigt l’endroit où les gagnants étaient tous en train de socialiser.

Oh, c’est vrai… Je suppose que les frères de Yae et Hilde vont finir par se battre l’un contre l’autre… Lequel devrais-je encourager ? Je pouvais difficilement encourager les deux…

« Quelqu’un que nous connaissons est également qualifié ? »

« Le Commandant Gaspar, le Général Léon, et Baba l’ont fait ! »

Mince, même le vieux l’avait fait… J’espère qu’il n’en faisait pas trop.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire