Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 13 – Chapitre 1 – Partie 4

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Début du festival

Partie 4

Le deuxième jour était bien entamé.

Les finales de baseball et les matchs préliminaires du tournoi de shogi se déroulaient pendant cette journée. Il y aura ce matin les demi-finales avec Lestia contre Mismede au stade 1, et Belfast contre Regulus au stade 2. Puis, l’après-midi, les équipes gagnantes s’affronteraient dans le match final.

Il y aurait aussi un match pour la troisième place autour du déjeuner. Nous avions veillé à ce que les équipes ne soient pas épuisées. Il y avait beaucoup de potions d’endurance à portée de main de Flora et du laboratoire d’alchimie.

Les matchs de shogi allaient se dérouler du matin au soir. Nous avions eu un nombre étonnamment élevé de participants, plus que ce que nous avions prévu.

Le shogi avait des limites de temps pour les mouvements, mais les règles étaient trop compliquées. J’avais décidé que nous donnerions à chaque joueur un maximum de deux minutes pour effectuer son tour.

Nous avions pu faire respecter cette règle en utilisant des pièces de shogi magiques qui devenaient grises après une minute, puis noires après deux minutes. C’était assez simple.

S’ils jouaient leur tour avant que la pièce ne devienne noire, ils étaient en sécurité. Sinon, ils devaient déclarer forfait.

Nous avions aussi un sablier pour montrer aux joueurs combien de temps il leur restait.

Honnêtement, j’aurais aimé que le tournoi se déroule selon des critères corrects, mais il y avait beaucoup plus de participants que prévu. Le shogi était un jeu qui ne se souciait ni de l’âge ni du sexe, toutes sortes de personnes avaient donc décidé de s’y essayer. J’étais sûr qu’il y aurait aussi des gens qui voudraient faire durer leur tour aussi longtemps que possible pour pouvoir réfléchir.

Quoi qu’il en soit, les préliminaires se terminaient aujourd’hui, et les gagnants s’affronteraient le troisième jour entre eux ainsi que contre les joueurs spéciaux que j’avais invités.

À mon arrivée, la salle était bondée de participants et de spectateurs. Quelques-uns des invités, comme Dolan et le jeune roi de Palouf, observaient déjà attentivement certains matchs.

Personnellement, je ne m’intéressais pas vraiment au shogi, je me contentais donc de me promener un peu.

L’un des participants avait intentionnellement retourné la table alors qu’il était sur le point de perdre, mais nous avions des planches de shogi spécialisées qui enregistraient les positions de chaque pièce. Sa tentative avait été complètement vaine… Il fut bien sûr disqualifié. Certaines personnes n’avaient vraiment pas de manières du tout.

Le vieux Naito était chargé de superviser ces matchs, mais il avait clairement la gueule de bois suite à la soirée de la veille.

« Oui… Je suis sûr qu’il est encore un peu ivre… »

« On dirait quand même que tout le monde s’amuse. Regardez là-bas, un homme plus âgé joue joyeusement avec un adversaire plus jeune… »

Yae pointa du doigt ce qui était probablement un grand-père et son petit-fils jouant un match de shogi ensemble. D’après ce que l’on voyait, le gamin donnait du fil à retordre au vieil homme.

« Oh, mais au fait, Yae… Est-ce bon pour toi d’être loin de Jutaro ? »

Yae et Hilde s’étaient ostensiblement inscrites au service de sécurité de leurs familles, et j’étais curieux de savoir pourquoi Yae était ici au lieu de se promener avec son frère comme Hilde le faisait avec le sien.

« Mon frère va certainement travailler dur pour le tournoi de demain. C’est pourquoi il s’est entraîné sur le terrain depuis ce matin. Je ne veux pas le déranger, donc… J’… J’ai pensé que je pourrais me joindre à toi aujourd’hui, Touya-dono… »

Yae avait légèrement rougi en entrelaçant ses doigts. Je n’avais certainement aucune raison de ne pas l’accompagner, j’étais donc flatté.

« Très bien, devrions-nous aller voir les stades de baseball ? Il devrait être temps que les équipes soient décidées. »

« A-Ah… B-Bien, dans ce cas… je peux aller me changer d’abord, n’est-ce pas ? J’aimerais te retrouver à la Lune d’Argent, je… »

« Hein ? Euh oui, bien sûr… »

Yae hocha la tête et commença à se diriger vers le château. Je ne pensais pas vraiment qu’elle avait besoin de se changer… Mais elle était probablement gênée d’être en sueur après son entraînement matinal.

J’avais commencé à me diriger vers la Lune d’Argent, mais je m’étais arrêté quand quelqu’un tira fort sur l’ourlet de mon manteau. J’avais failli trébucher.

Alors que je me retournais pour me plaindre, j’avais remarqué que c’était la toute petite poivrote… Suika. Mais qu’est-ce qu’elle voulait, bon sang ? !

« … Qu’est-ce que tu fais ? »

« Touya… Le dieu de l’alcool a besoin de ton aide… De l’argent… De l’argent, maintenant… J’ai besoin d’argent… Karina a pris mon alcool ! Donne-moi de l’argent ! C’est un péché de ne pas se bourrer la gueule pendant un festival ! Auuugh ! »

Suika commença à grogner bruyamment tout en s’accrochant à moi.

Lâche-moi ! Tu as le nez qui coule ! Je pensais que, puisqu’elle était le dieu de l’alcool, elle pouvait fabriquer son propre alcool à partir de rien, mais ce n’était pas le cas. Comme cela nécessitait une divinité, elle n’avait pas le droit de le faire ici. En ce qui concerne ses pouvoirs, elle disposait d’une analyse avancée lui permettant d’identifier tout alcool qu’elle buvait, et elle avait également la capacité de rester sobre quelle que soit la quantité d’alcool ingérée. Il semblerait qu’elle n’avait pas vraiment de pouvoirs pratiques.

Mais bon… Je me demande si elle peut utiliser le style du poing ivre… Ce serait effrayant…

« N’as-tu pas une coupe magique qui peut produire de l’alcool à l’infini ? C’est l’un de tes trésors sacrés, n’est-ce pas ? »

« Ne me dis pas ça ! Cette coupe ne peut produire que du vin sacré ! J’en ai marre de le boire, aaagh ! Je ne veux pas boire ça ! Je veux boire les différents trucs de ce festival ! Il y a des trucs de partout ici ! Allez ! Allez ! »

Suika commença à taper du pied comme une enfant. Je pouvais comprendre ses sentiments, mais j’aurais aimé qu’elle agisse de manière un peu plus adulte… Après tout, elle était censée être un être divin. N’avait-elle pas de fierté en tant que déesse ?

On disait qu’on ne pouvait pas gagner un débat contre des enfants ou des ivrognes, et malheureusement, elle était les deux à la fois.

Ah merde… Les gens nous regardent…

Je soupirai doucement et m’accroupis pour que mes yeux soient au niveau des siens.

« Tu pourras boire après la fin du festival. Si tu restes sobre et que tu aides les femmes de chambre, on s’arrangera pour que tu puisses boire des trucs variés après, d’accord ? »

« C’est tout ce que tu avais à dire, patron ! Je ne boirai rien si cela signifie que je peux avoir ce que je veux plus tard ! Promis ! Je vais devenir sobre à partir de maintenant ! »

Honnêtement, c’était un peu bizarre de voir quelqu’un qui ressemblait à une enfant parler de devenir sobre. Mais franchement, ce n’était pas grave. J’étais juste content qu’elle ne soit plus ennuyeuse.

« Très bien, alors. C’est bon ? Juste… prends ça avec toi pour l’instant, ok ? Ça devrait te dépanner. »

J’avais ouvert le [Stockage] et j’avais sorti une pièce d’or, et un sac de viande de bœuf… Ou plutôt, de la viande de dragon séchée, que j’avais ensuite passée à Suika.

Cette pièce était suffisante pour son argent de poche, et j’étais sûr qu’elle le dépenserait en alcool. Bon marché ou cher, l’alcool était de l’alcool pour elle.

D’après Suika, même le goût ne comptait pas tant que ça. Elle disait que même un mauvais alcool avait sa propre nuance et sa propre saveur, ce qui était quelque chose que je n’arrivais pas à comprendre. Honnêtement, j’étais curieux de savoir pourquoi elle voulait savourer les différentes boissons du festival alors qu’elle les avait probablement déjà toutes essayées, mais je ne pouvais pas prendre la peine de le lui demander. Pourtant, avec tout ça, elle devrait pouvoir tenir les trois jours. Au moins, comme ça, je n’avais pas à m’inquiéter qu’elle me harcèle à nouveau.

« Woohoo ! Merci ! Merci beaucoup, Grand Frère ! »

Suika me donna un petit coup de bec sur la joue et s’éloigna rapidement en direction du magasin de spiritueux. Acheter son affection n’avait pas pris beaucoup de temps…

Après l’avoir laissée derrière moi, je m’étais dirigé vers la Lune d’Argent, qui était bien plus fréquentée que d’habitude.

Il était juste avant midi et la salle à manger était bondée de convives. Les invités devaient attendre encore plus longtemps que le premier jour… Il y avait probablement un manque de personnel, car Dolan était parti regarder les matchs de shogi.

D’habitude, il n’y avait pas autant de monde, et donc deux serveurs suffisaient pour gérer la foule un jour normal.

J’avais passé la tête dans la cuisine et j’avais vu Micah travailler désespérément, un plat après l’autre. Elle était clairement en train de mener sa propre guerre là-dedans.

« Hé là. Besoin d’aide ? Pfft. »

« Ah, entrez, entrez ! Je suis vraiment occupée, désolée ! Pouvez-vous amener cette commande à la table 3, s’il vous plaît ?! »

En fait, je plaisantais en disant ça, mais il semblerait qu’elle avait sérieusement accepté mon offre. Elle m’avait immédiatement jeté un plateau de soupe, de viande et de légumes frits. Quoi, sérieusement ? ! Il n’y a aucun moyen de dire que je plaisantais maintenant… Je vais passer pour un con ! J’avais apporté la commande à la table 3, en alignant les plats devant les invités. Et alors que je terminais, un autre client avait levé la main et m’avait fait signe.

« Hé là, sers-nous un ragoût de tato, une salade de légumes, et un polo grillé. »

« Huh ? Ah, d’accord… Ragoût de tato, salade de légumes… Un polo grillé. Entendu. »

D’accord, l’ordre est mémorisé… Attends une seconde. Je ne suis pas un serveur, bon sang !

J’étais retourné à la cuisine et j’avais donné la commande à Micah. Elle m’avait alors tendu un autre plateau et me renvoya dehors.

Attends une seconde, bon sang ! J’avais essayé de parler, mais j’avais été réduit au silence par l’intensité de son regard. Elle me criait pratiquement dessus avec ses yeux. Si c’était une zone de guerre, alors Micah elle-même était un terrifiant seigneur de guerre.

Même moi, grand-duc ou pas, je ne pourrais pas lui tenir tête dans cet endroit.

Je soupirai en signe de défaite alors que j’apportais la commande suivante à la table désignée, me lamentant intérieurement sur mon propre sort.

« Seigneur ? ! Que faites-vous… ? »

La voix venait de Lanz, un de nos chevaliers. Il venait d’entrer dans la pièce et m’avait repéré. Oh, il est ici pour le déjeuner ? Ou peut-être qu’il est là pour voir Micah… Quoi qu’il en soit, je vais pouvoir m’en sortir !

« Lanz ! Je te donne par la présente un ordre royal ! »

« H-Huh ?! Oui Seigneur ! »

« Pour le reste de la journée, tu dois travailler ici à la Lune d’Argent ! Tu es sous le commandement de Micah ! Je vais prévenir l’ordre des chevaliers. Tu dois prendre des commandes et apporter des plats. C’est un devoir vital, Lanz ! »

« Hein ? Mais… Ah… Oui Seigneur ! »

Lanz fit un salut et s’était élancé dans la cuisine. J’étais heureux de voir à quel point il était dévoué. C’était logique, puisqu’il était de Lestia.

Presque immédiatement, il était sorti avec un tablier, portant des plats aux tables et prenant autant de commandes qu’il pouvait.

Ne pense à rien de mal envers moi pour ça, Lanz… Utilise ça comme une chance de te rapprocher de Micah.

Je ne voulais plus être utilisé pour servir des tables, j’étais donc sorti de la Lune d’Argent, laissant Lanz à son sort.

J’avais attendu Yae près de l’entrée et j’avais envoyé un message à Lain pour savoir ce que Lanz allait faire pour le reste de la journée. Il semblerait qu’il n’était pas vraiment nécessaire pour l’entraînement, donc tout allait bien.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire