Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 13 – Chapitre 1 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Début du festival

Partie 2

J’avais distribué quelques coupons de réduction à Lana et ses enfants. Ils pouvaient être échangés aux stands du festival contre 50 % de réduction sur certains achats. J’avais fait ensuite un signe d’au revoir avant de me rendre à l’école.

« Whoa! C’est quoi ce bordel ?! »

Je regardais avec incrédulité la foule de chats rassemblés dans la cour de l’école. Il y avait des chats tricolores, des chats tachetés, des chats noirs, des chats blancs, des chats à rayures de tigre… Des chats à perte de vue. Et ils fixaient tous Mr. Mittens… Il se tenait au sommet d’une boîte à mandarines, tenant son épée vers le ciel.

« Mes chers amis à fourrure ! Aujourd’hui est un jour pour moi et vous ! La paix de la ville repose sur nos pattes ! Commencez la patrouille des pattes, mes yeux et mes oreilles de félins ! »

« Miaou ! Miaou ! »

« Si vous voyez quelque chose de suspect, alors gardez un œil sur eux, compris ?! Si quelque chose arrive, courez vers le garde le plus proche et amenez-le à l’incident ! Ensuite, allez miauler là-bas ! »

« Miaou ! Miaou ! Miaou ! »

« Les chats qui se battent pour le bien de l’humanité ! L’humanité qui donne son sang aux chats ! Les cieux pleurent ! La terre pleure ! Les chats pleurent ! Ils seront les témoins de notre chevalerie féline ! La gloire attend ceux qui travaillent dur aujourd’hui ! Un thon séché pour tous, je dis ! Un pour tous ! »

« Miaou ! »

Les chats s’étaient tous dispersés dans diverses directions, se dispersant dans la ville. Son leadership était certainement… incroyable. Il était honnêtement presque trop bon pour être gaspillé sur des chats. Mais encore une fois, le thon séché avait probablement quelque chose à voir avec ça.

« Ah, miaou messire. Vous êtes ici pour purifier la zone ? »

« Eh bien, je suppose que oui. Mais il semblerait que tu as tout pris en charge ici. »

« Mais bien sûr ! Je suis le parfait gardien de cette ville et de la mère de Milady ! Car je suis M. Mitt… Euh… D’Artagnan ! »

Wôw… Il s’était trompé dans son propre nom. C’était plutôt drôle… Oh oui, je devais le prévenir.

« Le seigneur de Xenoahs pourrait vouloir visiter Fiana pendant qu’il est ici… »

« J’ai déjà obtenu une récompense de la princesse ! S’il se comporte de manière insolente devant Dame Fiana, j’ai la permission de le tuer sur place ! »

« N’est-ce pas un peu trop ?! »

Cela causerait un incident international, Sakura… Pardonne ce vieil homme. Je commence sérieusement à me sentir désolé pour ce gars. Il veut juste l’amour de sa fille… Bon sang.

J’avais gentiment demandé à M. Mittens de ne pas assassiner le suzerain, de peur que la déstabilisation politique n’en résulte.

J’avais soupiré tranquillement et vérifié mon smartphone. Le docteur Babylon m’ayant envoyé un mail, je m’étais donc décidé à retourner au château. Les choses semblaient se dérouler assez paisiblement.

Une fois de retour au château, j’avais trouvé Kohaku, Kougyoku, Sango, Kokuyou, et Luli qui m’attendaient pour m’accueillir.

« Mon seigneur, nous envoyons nos propres animaux subordonnés pour surveiller également les rues. »

« Compris. Faites-moi savoir si quelque chose de bizarre se produit. »

Kohaku envoya des chiens et des souris, Kougyoku envoya plusieurs petits oiseaux, tandis que Sango et Kokuyou dispersèrent plusieurs petits serpents dans la zone urbaine. Ils seront une sécurité supplémentaire pour nous. Évidemment, nous ne pourrions pas faire grand-chose des subordonnés de Luli, puisqu’elle gouvernait les dragons. Luli elle-même s’envolerait dans les airs, ce qui lui permettrait d’avoir une vue d’ensemble de tout incident en ville.

J’avais franchi la porte du château et j’avais remarqué un groupe de personnes de Ramissh qui se dirigeait vers la ville. Sa Sainteté le Pape était parmi eux. Je suppose que certains des envoyés étrangers sont déjà en train de visiter la ville du château…

Le pape m’avait remarqué et avait commencé à s’approcher, il y avait un prêtre qui marchait avec elle. Oh ! Je te connais… Tu es Phyllis !

Après tout ce qui s’était passé à Ramissh, Phyllis était devenue cardinale. Elle était aussi la seule personne, à part moi et le pape lui-même, à avoir rencontré Dieu tout-puissant.

Toutes les deux portaient leur badge en forme d’étoile. J’avais été heureux de constater que les deux badges étaient verts.

« G-Grand Duc… Sais-tu quand il arrivera… ? »

Il… ? Ah, ça ne peut vouloir dire qu’une seule personne… Dieu tout-puissant ! Je l’avais informée il y a peu de temps qu’il allait descendre pour le festival, et elle avait fini par s’affoler. Heureusement, elle s’était un peu calmée depuis… Mais pas complètement. Il n’y avait rien que je puisse faire à ce sujet.

« Je ne pense pas qu’il viendra aujourd’hui. Il m’a contacté récemment, je pense qu’il sera là à partir de demain. Ne t’inquiète pas trop, je te ferai savoir quand il sera là. »

« Penses-tu qu’il se souvient de moi… ? »

Phyllis s’était tournée vers moi et avait poussé un léger soupir. Elle semblait préoccupée.

« Il s’en souviendra, tu sais ? Il n’est pas encore sénile, tu sais ? »

« Wh-Whoa ! Ne surgis pas de nulle part comme ça, Karen ! »

J’avais sursauté au moment où mon agaçante sœur était apparue de nulle part pour répondre à Phyllis. Il faut que tu arrêtes de faire ça ! Je vais avoir une crise cardiaque, tu as aussi fait peur au pape et à Phyllis !

« Je vais ouvrir un bureau de consultation dans l’église aujourd’hui, tu sais ? Je suis impatiente de résoudre les problèmes des gens ! Je vais leur montrer mes compétences ! »

Hmm… Ça a l’air super au premier abord, mais la façon dont elle le dit me met mal à l’aise… J’espérais tranquillement qu’elle ne causerait pas de problèmes.

« Eh bien, allons-y ! Les agneaux perdus ont besoin de nous, tu sais ? »

« A-Ah, attendez, Dame Karen ! »

« A-Ah, d-désolée, Grand Duc ! On se voit plus tard ! »

Karen attrapa Phyllis et le pape et commença à les traîner vers la ville. Leurs gardes avaient commencé à se précipiter après les trois, visiblement confus. Je me demande s’il est bon de traiter un représentant étranger comme ça… Bon sang, Karen. Tu es techniquement de la royauté ici, agis un peu plus comme tel !

Je ne m’étais cependant pas trop inquiété. Ils étaient incroyablement en sécurité tant qu’ils étaient près d’elle. Cette fille était effrayante quand elle le voulait.

Quelques groupes supplémentaires s’étaient dirigés vers la ville du château. Il était enfin temps de commencer.

La tour de l’horloge au milieu de la ville sonna huit coups, Babylon lança alors plusieurs feux d’artifice dans l’espace aérien.

Sousuke, qui était positionné dans la tour de l’horloge, commença à jouer de son violon, envoyant une mélodie à travers toute la ville. Il jouait Pomp and Circumstance Marches d’Edward Elgar.

J’avais entendu dire que cette chanson était connue sous le nom de The Land of Hope and Glory au Royaume-Uni, et qu’elle y était adorée au point que beaucoup la considéraient comme leur deuxième hymne national. Je trouvais quelque peu amusant qu’une telle chanson soit maintenant jouée dans un autre monde.

Personnellement, je souhaitais que Brunhild devienne une « Terre d’Espoir et de Gloire » à part entière… J’avais doucement souri, puis je m’étais approché d’un microphone relié aux haut-parleurs de la tour de l’horloge. Il était temps que les festivités commencent officiellement.

◇ ◇ ◇

Le premier jour était bien avancé.

Le commerce était en plein essor, la bataille simulée entre les Frame Gears s’était déroulée à merveille, et les rues de la ville du château étaient maintenant animées.

Il y avait toutes sortes d’étals le long des rues, et de merveilleuses odeurs se mêlaient dans l’air. Je voulais goûter à la nourriture du festival…

Nous avions des gardes de l’ordre des chevaliers qui patrouillaient et surveillaient le crime, et quelques gardes belfastiens et réguliens étaient là pour profiter aussi des festivités. En plus de cela, nous avions les chats de M. Mitten, et les animaux subordonnés de mes bêtes célestes dispersés autour. La sécurité était pratiquement garantie.

Je n’avais donc pas vraiment besoin de patrouiller moi-même…

« Je suppose que je vais m’amuser un peu ! »

« Ça me paraît bien. Les leaders mondiaux ont leurs badges et leurs gardes, alors on peut se la couler douce… »

Leen marchait à mes côtés, vêtue de son habituelle tenue gothique Lolita et brandissant une ombrelle noire.

Les autres étaient partis rejoindre leurs propres familles… Sakura était cependant un peu irritée quand le chef suprême avait essayé de lui parler. Elle essayait probablement de l’empêcher de visiter Fiana. Ce type était vraiment désespéré.

Leen avait proposé de passer un peu de temps avec le Roi Bête de Mismede, mais il voulait se promener un peu tout seul. Elle avait donc décidé de m’accompagner à la place. Leen était assez bien considérée à Mismede, elle avait donc invité quelques amis au festival, mais ils n’étaient pas encore arrivés.

Paula trottinait derrière nous également, mais elle était parfois retenue par des enfants excités qui voulaient l’embêter.

« Hm… ? »

J’avais jeté un coup d’œil vers la scène près de la tour de l’horloge et j’avais vu un essaim de jeunes femmes séduisantes se pâmer devant Sousuke.

Tu fais un concert de piano impromptu ou quoi ?

« Il est franchement étonnant… Je n’ai jamais entendu une mélodie aussi belle de ma vie. »

Même Leen semblait enchantée par la musique. Je m’étais demandé si la nature ensorcelante de sa musique était sa propre marque de divinité… Il portait des vêtements assez voyants, presque comme un musicien de la cour… En fait, maintenant que j’y pensais, il était bien notre musicien de cour…

Il jouait un air français sur son piano, une mélodie assez simple.

Bien que, aussi simple qu’elle soit, il allait sans dire que les compétences de Sousuke surpassaient les miennes de loin. C’était certainement naturel pour lui, mais ce n’était pas trop surprenant… C’est un dieu… S’il n’était pas un dieu, je serais sûrement le meilleur, je le jure !

Je voulais continuer à écouter sa chanson, mais nous étions passés devant lui et nous nous étions dirigés vers l’un des stades.

Il y avait quatre matchs à jouer aujourd’hui, deux dans chaque stade. Deux le matin, et deux l’après-midi.

Les matchs se déroulaient de cette manière :

Stade 1

Matin : Brunhild vs Lestia

Après-midi : Mismede vs Refreese

Stade deux

Matin : Belfast vs Roadmare

Après-midi : Regulus vs Lihnea

Ça me semblait assez simple.

Après la bataille simulée plus tôt, nous avions organisé le tirage qui avait déterminé qui jouerait contre qui.

Nous étions contre le Royaume des Chevaliers de Lestia… Leur équipe était axée sur l’offensive, mais cela ne signifiait pas nécessairement qu’ils avaient beaucoup de poids morts. Ils étaient du genre à accumuler lentement des points pour conserver un avantage.

Logan avait dit qu’il était confiant, que les batteurs de Brunhild étaient plus équilibrés et plus capables que ceux de Lestia.

Le premier match était déjà en cours lorsque j’étais arrivé. Le score était toujours à 0-0. Ils en étaient à la deuxième manche, et Lestia venait de finir de lancer.

J’avais regardé dans les tribunes et j’avais vu le Roi Bête avec l’équipe de Mismede, et l’empereur de Refreese avec son équipe également. Ils regardaient attentivement le déroulement du match.

Mismede affronterait Refreese après ça, et le gagnant affronterait celui qui avait gagné ici. C’était logique qu’ils surveillent le jeu.

J’avais regardé dans les tribunes et j’avais vu le roi chevalier de Lestia assis un peu plus loin que la troisième base. Hilde était assise à sa droite, et leur grand-père était assis à sa gauche.

Du côté des tribunes de Brunhild se trouvait le vieil homme Naito. Lui et ses hommes dégustaient des bières et riaient entre eux.

Les personnes qui travaillaient dans l’ordre des chevaliers et au château avaient droit à un jour de congé pendant le festival afin de pouvoir s’amuser. Je voulais qu’ils se reposent également un peu. Il n’y avait pas beaucoup d’opportunités pour eux de s’amuser comme ça pendant les jours de vacances, alors je les avais laissés les saisir quand ils le pouvaient. Mais évidemment, tout le monde ne pouvait pas prendre le même jour de congé, il y avait donc un roulement qui faisait que certains employés étaient en congé le premier jour, d’autres le deuxième, et ainsi de suite.

Les seuls événements du premier jour étant les matchs de baseball, les personnes qui avaient eu ce jour de congé avaient donc probablement tiré la courte paille… Néanmoins, j’étais heureux de voir qu’ils s’amusaient.

« Ah, monseigneur. Vous patrouillez ? »

« Je regarde juste les alentours pour le moment. Tout le monde s’amuse ? »

« Oui ! C’est le festival d’une ville que nous avons nous-mêmes construite, vous savez ? Bien sûr qu’on s’amuse ! »

D’habitude, le vieil homme ne faisait pas grand-chose pour se faire remarquer, mais il semblait être d’une humeur inhabituellement élevée. C’était probablement dû à l’alcool. Naito était responsable de la construction et des développements agricoles, il était donc probablement très fier de ce que Brunhild était devenu.

J’avais construit les fondations de cet endroit, mais ce sont eux qui construisirent dessus et qui le modelèrent. La ville ne serait pas ce qu’elle était aujourd’hui sans eux. Non, le pays entier avait besoin d’eux.

Je leur avais adressé un sourire, j’avais commandé pour Leen et moi-même du pop-corn et des boissons, et nous avions passé du temps à apprécier le match ensemble avec Naito et les ouvriers.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire