Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 13 – Chapitre 1 – Partie 11

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Début du festival

Partie 11

Le marchand, qui s’appelait Polunga, avait quitté l’île alors qu’il était encore un jeune homme et était devenu un marchand itinérant. Depuis, il n’avait cessé de parcourir le monde. Son but à Brunhild était d’acquérir des marchandises inhabituelles que l’on ne pouvait trouver nulle part ailleurs.

Afin de le remercier un peu plus, je lui avais présenté la société d’Olba Strand. Après tout, cet endroit s’occupait de la vente de beaucoup de choses bizarres.

Je lui avais dit au revoir après ça, mais je pensais encore à ce qu’il avait dit…

« Deux chevaliers… Hmm… »

Franchement, je n’ai vraiment aucune idée de ce dont ça parlait. Je suppose que je ne peux rien faire avec cette info pour l’instant.

« Ah, hey ! Touya ! »

Je m’étais retourné et j’avais vu Yumina et Lu se frayer un chemin dans les rues bondées.

« Je vous félicite pour m’avoir retrouvé. »

Je ne m’étais pas téléporté si loin, mais le duo m’avait retrouvé assez rapidement. Je leur avais demandé comment elles savaient où j’étais, et elles s’étaient contentées de se regarder avec une expression gênée.

« Eh bien, comment puis-je dire ça… ? Dernièrement, j’ai, en quelque sorte…, su ? J’ai une vague idée de l’endroit où tu es. Lu aussi… »

« Oui, c’est un peu vague… Mais j’ai dans ma tête une sorte d’intuition me donnant l’endroit où tu es à tout moment… Je crois que c’est la même chose pour les autres filles… »

Attendez, quoi ! Depuis quand avez-vous toutes des détecteurs mentaux de Touya ?! Est-ce à cause de ma divinité ? Je suppose qu’il serait logique que des capacités comme celle-là se renforcent avec le temps… Kohaku et les autres bêtes célestes peuvent faire quelque chose de similaire.

Mais… Je ne suis pas sûr d’avoir envie qu’elles sachent où je suis à tout moment… N’est-ce pas un peu gênant ? Et si j’avais une liaison ? ! N-Non pas que je le ferais, haha…

« Où sont Yae et Hilde ? »

« Elles étaient plus intéressées par le tournoi. Elze les a aussi rejointes. »

Elles étaient le trio de tête de ma famille, il était donc logique qu’elles passent beaucoup de temps ensemble.

Elze, Yae, et Hilde formaient la clique des combattants… Linze, Leen et Sakura formaient la clique des mages… Ce qui veut dire que Yumina, Lu, et Sue devaient former la clique royale… Mais là encore, Hilde et Sakura étaient aussi royales.

Nous nous étions dirigées vers l’événement de contes que Sakura et sa famille organisaient. Apparemment, un groupe d’artistes de rue s’était joint à eux pour divertir les enfants avec des reconstitutions d’histoires. Je m’étais aussi occupé de quelques ivrognes perturbateurs.

Le chef suprême était là, faisant la lecture aux enfants avec un… visage franchement terrifiant. Plusieurs des enfants pleuraient. Sakura l’avait réprimandé pour avoir bouleversé les enfants… Je ne comprenais pas pourquoi il pensait que prendre une voix effrayante était une bonne idée.

Je ne voulais pas qu’il nous remarque et nous retienne, nous nous étions rapidement retournés à la salle de shogi.

Nous étions arrivés pour trouver les quatre moniteurs affichant la même image. C’était le match final.

« Ohh… C’est le roi de Palouf, et il affronte Dolan ! »

Beaucoup de personnes dans le public avaient été surprises.

Il s’agissait du roi de Palouf, Ernest Din Palouf. Il s’était inscrit sous le faux nom d’Ernie Palous.

Grâce au badge qu’il portait, le public le voyait comme quelqu’un de complètement différent, mais il avait toujours l’apparence d’un enfant pour eux.

L’idée qu’un garçon de dix ans puisse battre plusieurs adultes et accéder à la finale ? Pas étonnant qu’ils aient tous été choqués.

« Cet enfant est vraiment un génie… Rachael est une chose, mais ensemble ils sont incroyables… »

J’avais regardé à travers la foule et j’avais vu Rachael qui regardait son match. Les gardes de Palouf étaient là aussi.

Rachael avait un air tendu sur le visage, elle était totalement captivée. De temps en temps, elle se tournait vers le duc Rembrandt et demandait une explication de ce qui se passait. Elle semblait inquiète pour le garçon.

Pendant ce temps, le jeune roi était entièrement concentré sur le jeu. On ignorait si c’était parce qu’il savait qu’elle regardait ou non.

Son adversaire était Dolan, propriétaire de la Lune d’Argent à Reflet, il fixait l’échiquier avec des yeux bridés. Son expression était effrayante même dans un bon jour. Assez effrayante pour faire fuir un petit enfant en pleurs.

Ses pièces étaient grisées, ce qui signifiait que son temps était presque écoulé. Il avait rapidement tendu la main et déplacé un général argenté en diagonale vers la droite.

Le garçon fronça les sourcils à cause du mouvement soudain. Dolan sourit et retourna le sablier. Les couleurs des pièces étaient redevenues normales, et c’était au tour du garçon.

« Qui va gagner… ? »

« Mm… On dirait que c’est Dolan qui gagne. »

J’avais dit ce que je pensais à Lu, mais je n’en étais pas entièrement certain. Le cours de la bataille aurait pu être renversé assez facilement.

Le public échangeait tranquillement ses opinions sur le match alors que le temps imparti continuait de s’écouler.

Les deux hommes dégageaient une aura si intense que même ceux qui connaissaient peu le shogi ne pouvaient s’empêcher de s’y intéresser.

Les couleurs des pièces avaient commencé à changer, signalant l’approche de la fin du tour d’Ernest.

Il avait bougé sa main, amenant son cheval en diagonale.

Ses pièces étaient revenues à leurs couleurs normales. Il avait retourné le sablier et regarda Dolan.

L’expression de Dolan était devenue carrément sinistre. Il semblait que le jeune roi l’acculait dans un coin… Mais je n’étais pas sûr non plus.

Oui, je n’arrive vraiment pas à suivre le match, je devrais engager un commentateur la prochaine fois.

Dolan déplaça sa pièce, mais il était clairement stressé par ce mouvement. L’atmosphère était si tendue que personne dans le public n’avait élevé la voix. Personne n’avait encouragé l’un ou l’autre camp… Ils avaient simplement regardé le duo enfermé dans un combat mortel, psychologique.

◇ ◇ ◇

« … J’abandonne », soupira Dolan en signe de défaite, ce qui provoqua des applaudissements de joie de la part des membres de l’audience de Palouf.

Le roi Cloud de Lihnea avait rapidement rejoint les applaudissements aux côtés de la grande sœur d’Ernest.

Rachael fondit en larmes, ce qui avait amené son père à la réconforter doucement. Elle était probablement extrêmement soulagée qu’Ernest ait gagné… La pression avait dû être trop forte. Le garçon lui-même s’était affalé sur sa chaise avec une expression épuisée. Il avait fait tout ce qu’il pouvait, et maintenant la fatigue mentale le frappait… Il n’était après tout qu’un enfant.

Dolan croisa les bras, fronça les sourcils et ferma les yeux.

C’était dommage qu’il ait été vaincu, mais il avait tout de même obtenu la deuxième place. Il était extrêmement talentueux et avait probablement beaucoup appris de cette épreuve.

« … Le début de l’année prochaine. »

« H-Hm ? »

Dolan avait ouvert les yeux et avait commencé à murmurer vers le jeune roi. Le roi s’était soudainement penché en avant et avait essayé de fixer sa posture.

« Nous organiserons un tournoi de shogi dans ma ville natale au début de l’année prochaine. Tu veux y participer ? Ce ne sera pas aussi spectaculaire qu’ici… Mais nous pourrons régler nos comptes à ce moment-là… »

« A-Ah, oui ! Oui, bien sûr ! Je veux bien ! »

Dolan tendit alors sa main, que le jeune garçon s’empressa de saisir.

Dolan… Tu ne le sais peut-être pas, mais tu viens d’inviter le roi d’une nation à Reflet.

Quoi qu’il en soit, il semblerait que ce duo ait formé un lien indéfectible, un lien qui n’était pas affecté par l’âge ou le statut social. Il aura aussi probablement besoin de l’insigne pour le tournoi de Reflet.

La guerre était maintenant terminée. Il ne me restait plus qu’à m’occuper de la cérémonie de remise des prix… Je remettrais un bouclier et une médaille aux gagnants, comme pour le tournoi de baseball.

Le grand champion était Ernie Palous, qui était secrètement le roi Ernest Din Palouf. La deuxième place était revenue à Dolan de Reflet. Et la troisième place était revenue à un type dont j’avais déjà oublié le nom. C’était un roturier qui avait fait de son mieux.

Chacun d’entre eux souriait avec la médaille autour du cou. La médaille du roi de Palouf était en orichalque. Il la contemplait avec des étoiles dans les yeux.

Il était manifestement heureux. La médaille était la preuve tangible qu’il avait gagné par son propre mérite, et avec un peu de chance, elle serait une source de confiance pour le gamin.

« Félicitations. »

« A-Ah, merci ! Je vais garder ça précieusement pour le reste de ma vie… »

Il était presque sur le point de pleurer.

La cérémonie de remise des prix s’était terminée et tout le monde avait commencé à quitter la scène. À ce moment-là, Rachael courut vers Ernest et le renversa presque dans ses bras. C’était amusant.

« Tu l’as fait ! Tu l’as fait ! Je savais que tu pouvais, Ernie ! »

« Hh… R-Rachael, t-tu serre… Trop… »

Le garçon commença à haleter pour respirer alors que son visage devenait bleu, Rachael continua à le serrer dans une pure joie. Je ne pouvais pas dire si la scène était réconfortante ou mortifiante, mais j’étais heureux qu’il ait quelqu’un qui se souciait de lui à ce point.

Le tournoi de shogi était terminé, ce qui ne laissait que le tournoi de combat. Le festival s’était terminé par une cérémonie de clôture.

Le festival semblait s’être déroulé sans accroc. Incroyable, quand on sait à quelle vitesse j’avais tout organisé.

Et… juste à ce moment-là, alors que je me réjouissais tranquillement de la façon dont les choses s’étaient déroulées… Mon smartphone s’était mis à vibrer.

C’est Relisha… Pourquoi ai-je un mauvais pressentiment tout d’un coup ?

J’avais répondu à l’appel.

« Oh, comment va ? »

« Grand Duc, c’est Relisha. Nous avons détecté un événement d’émergence de Phase à grande échelle. C’est dans le territoire oriental de ce qui était autrefois Yulong. Ils sont un millier, mais nous n’avons détecté aucune construction supérieure. »

C’était une mauvaise nouvelle… Mais cela faisait un moment que nous n’avions plus entendu parler de la Phase.

« Y a-t-il des centres de population à proximité ? »

« La ville la plus proche est Feihang, à environ cinquante kilomètres… Mais personne n’y vit, elle a été abandonnée lorsque Yulong s’est effondré. Ceux qui y vivent ne seraient que des hors-la-loi. »

« Quand est-ce qu’ils sortent ? »

« Ce soir, dans environ cinq heures. »

Tsk… C’est ennuyeux… Donc vers 22 heures, hein…

S’ils étaient entre 500 et 1000, et qu’il n’y a pas de Constructions Supérieures, alors 30 Frame Gears devraient suffire. D’après les combats menés jusqu’à présent, même avec un millier de Phases, les Constructions intermédiaires ne représentaient que dix ou vingt pour cent des forces, tout au plus.

Si nous formons un groupe comprenant les filles et leurs Valkyries, le combat sera assez facile.

J’avais terminé ma conversation avec Relisha avant d’appeler Rosetta et Monica. Je leur avais dit de se préparer à un déploiement à petite échelle.

En y réfléchissant, c’est la première bataille nocturne contre la Phase… L’entrepôt n’a pas quelque chose que nous pouvons utiliser pour aider… ? Je suppose que je vais en parler à Parshe…

Il semblerait qu’une longue nuit m’attende…

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire