Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Interlude 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 2 : Peluche fantaisiste

***

Interlude 2 : Peluche fantaisiste

Partie 1

« … »

J’avais frotté mes yeux face au spectacle que je voyais devant moi.

Je ne me souvenais certainement pas d’avoir bu de l’alcool… Mais comment l’expliquer autrement ? Je voyais double… Depuis quand y avait-il deux Paulas ?

« … Est-ce que je divague ? Ne me dites pas que je dors encore… »

« Tu ne dors certainement pas. Il y a deux… »

Leen poussa un petit soupir et parla d’une manière presque déçue.

Quoi, vraiment ? Comme pour me saluer, la Paula de gauche leva son bras en l’air et me fit un petit signe. Puis, elle leva le bras du Paula à côté d’elle, en faisant aussi ce signe de la main.

« … Est-ce une peluche ? Bien que… Tu sois aussi une peluche, Paula… »

Paula était le produit du sort Néant de Leen, [Programme]. Elle avait été conçue pour agir de façon réaliste, avec des réactions et des réponses réalistes.

Paula était le résultat de plus de deux cents ans de programmation progressive. Après tout, Leen pouvait utiliser toutes sortes d’éléments, sauf l’élément Ténèbres. Le petit ours était vraiment impressionnant et pouvait afficher un large éventail d’émotions, même s’il n’était pas vraiment vivant.

J’avais pris la poupée en peluche qui ressemblait à Paula et l’avais soulevée en l’air.

Oho... Elle pèse même à peu près le même poids… C’est vraiment bien fait… Cependant, le fait qu’elle ne bouge pas est un peu bizarre.

« D’où est-ce que ça vient ? »

« Linze. Elle s’est lancée dans l’artisanat et la couture récemment, et a créé cette petite copie de Paula pour tester ses compétences. Tu l’as peut-être endoctrinée ? »

« Hmph… De toute évidence, je ne l’ai pas fait. Elle a juste commencé à s’intéresser à ce livre. »

J’avais ramené un livre du Monde Inverse. C’était un petit livre sur l’artisanat et les petites activités de couture. Il semblait contenir beaucoup de conseils sur la façon de fabriquer des jouets.

Linze l’avait ramassé et l’avait lu d’une traite. Elle avait grandi entourée de nombreux enfants, et son talent naturel pour la broderie avait donc été mis à profit au fil des ans. Il serait probablement plus juste de dire que son intérêt avait été ravivé, plutôt que de dire qu’il débutait.

J’avais fini par lui donner un kit de couture complet et beaucoup de tissu que j’avais reçu en cadeau. Ce n’était pas un problème, car ces affaires restaient de toute façon inutilisées dans mon [Stockage]. J’aurais préféré qu’il ait finalement une quelconque utilité.

« Mais c’est vraiment quelque chose… Es-tu sûr que ce n’est pas une copie exacte ? Au fait, comment as-tu pu faire Paula ? »

« Je ne l’ai pas fait. Paula a en fait été créée pour moi par Éris. Cette fille a toujours été douée pour ce genre de choses. »

Je vois… Donc Éris est ta mère, Paula ? Si je me souviens bien, Éris est la magicienne de la cour de Mismede et la fille qui m’a donné un peu de fil à retordre quand je suis allé au village des fées… Je suppose que je lui ai causé un peu d’ennuis…

Paula s’était tournée vers Leen et fit un geste. Leen avait appris à la comprendre dès le moindre mouvement.

« Hm ? Non, ce serait impossible. Même si j’appliquais la programmation à cette petite, elle ne deviendrait pas comme toi avant deux cents ans. Et pour être honnête… Je n’ai aucun souvenir du début de ta programmation, Paula. »

Paula avait l’air un peu abattue par les mots de Leen.

Je vois… Je suppose que le petit ours a demandé s’il pouvait avoir une compagne de jeu… Eh bien, c’est plutôt mignon.

Leen avait lentement ajouté différentes caractéristiques à Paula au fil du temps, il serait donc logique qu’elle ne se souvienne pas des processus individuels qui avaient mené au Paula tel qu’elle est maintenant.

Cela faisait aussi en sorte que Paula faisait des mouvements et des actions apparemment aléatoires de temps en temps.

Par exemple, si Paula était frappée, elle réagissait parfois avec colère… mais d’autres fois, elle pouvait agir avec tristesse. Paula avait aussi une réaction de combat ou de fuite, mais ce n’était pas quelque chose d’appris. C’était quelque chose de programmé en elle.

Même s’il y avait une réaction de colère, cela pouvait se manifester par un « coup de pied » ou un « lever les mains ». Il était difficile de dire exactement quelle situation provoquerait quelle réponse. Il n’était donc pas étonnant que Leen eût du mal à se souvenir de la façon dont elle avait établi la correspondance entre les réponses.

J’avais enchanté le ruban de Paula avec [Stockage] et j’avais permis à l’inanimée Paula de se glisser à l’intérieur. Elle n’avait qu’à tirer sur le côté gauche du ruban pour ranger quelque chose et à tirer sur le côté droit pour le libérer. Elle ne pouvait stocker qu’une seule chose, mais cela lui permettait de transporter son nouvel « ami » sans aucun problème.

« Merci, très cher… »

Leen me sourit gentiment.

Franchement, Linze est vraiment géniale, quoique… Je ne suis pas mauvais en peinture, mais ça demande un tout autre niveau de finesse.

Je m’étais décidé d’aller voir Linze parce que j’étais inquiet. Je ne l’avais pas vue au petit déjeuner, je m’étais donc demandé si elle dormait encore, c’était inhabituel qu’elle ne soit pas là le matin.

J’avais invité Leen à m’accompagner, mais elle m’avait dit qu’elle allait superviser Sue et Renne. Elle aimait faire ses propres choses, et je ne lui en avais certainement pas voulu.

J’avais monté les escaliers du château et j’étais arrivé dans la zone privée. Les chevaliers de notre château n’étaient pas autorisés à monter ici. Laim et les servantes passèrent, mais elles n’avaient pas beaucoup interféré, comme mes sœurs.

J’avais frappé à la porte de la chambre de Linze. Même si nous étions fiancés, je n’allais pas y aller et faire preuve de mauvaises manières.

« Linze. Puis-je entrer ? »

« H-Huh ? A- Ah… Oui, bien sur ! »

Elle va bien ? Il y avait quelque chose de bizarre dans sa voix, mais j’avais quand même ouvert la porte.

« Hé, comment ça va... Ah ? ! »

J’avais involontairement fait un drôle de bruit.

La pièce est remplie de peluches ! Il y en a toute une montagne ici… Ne me dites pas… Tu as fait tout ça, Linze ? ! Linze était elle-même assise au milieu de la pièce, se frottant doucement les yeux.

« … Tu dormais assise ? »

« D-Désolée… On dirait que je me suis endormie… »

C’est dangereux ! Il y a des aiguilles et des ciseaux partout !

J’avais sorti du café de mon [Stockage] et je le lui avais donné. Elle le regardait d’un air renfrogné, mais s’était légèrement relevée au moment où je lui apportais du lait et du sucre.

La caféine était beaucoup plus forte dans ce monde, cela la réveillera certainement. Mais je voulais qu’elle dorme bien en allant de l’avant…

« Mmm... Ça a bon goût… »

« Content que ça te plaise, mais… tu as fait tout ça, Linze ? »

« Pas toutes… J’en ai acheté quelques-uns pour m’en servir de référence. »

Hm… Je peux cependant toujours dire lesquelles tu as faites… J’avais regardé en haut de la commode et j’avais immédiatement reconnu une des peluches qui s’y trouvait. C’était un tigre blanc, et il ressemblait à Kohaku.

J’avais aussi remarqué des versions en peluche de Sango et de Kokuyou, ainsi qu’un joli Kougyoku en peluche. Ils avaient tous des motifs chibi très mignons… et avaient l’air très bien faits.

« Attendez, celui-là… c’est… »

« Hm ? Oh, eek ! N-Non, attends ! N-Ne regarde pas… ! »

C’était une peluche qui ressemblait à un jeune homme. Il avait un manteau blanc et un pantalon noir.

Est-ce que c’est… moi ? Heh... Il est un peu plus mignon que ce que j’aurais cru…

Il semblerait pourtant que la poupée que Linze cherchait n’était pas la mienne. Celle qu’elle avait attrapée en était une autre.

C’était une poupée avec des cheveux courts et argentés et un joli petit bandeau. Les yeux de la poupée étaient bleus, le même bleu que celui de la fille rougissante à mes côtés.

« … Quelle mignonne petite poupée ! »

« Qu-Quoi !? U-Uhm… E-Est-ce que tu le penses vraiment… ? »

En fait, je pense que toi et la poupée êtes toutes les deux mignonnes.

« Puis-je avoir une de ces… ? Je pense qu’elle serait bien dans ma chambre. »

« Bien sûr ! Je suis vraiment heureuse que tu les aimes ! »

Linze m’avait donné la permission d’en prendre une. Quel précieux trésor !

Elle en avait cependant fait une quantité incroyable… J’avais regardé tout autour de la pièce avec émerveillement. Il y en avait plus d’une centaine, de toutes sortes de formes et de taille.

La plupart étaient de petits animaux comme des chats et des lapins. Ils étaient tous conçus dans un style mignon et légèrement déformé. Même moi, je pouvais l’apprécier.

« J’ai perdu la notion du temps… C’était tellement amusant qu’avant de m’en rendre compte, j’avais fini par en faire tant… Je n’arrêtais pas d’avoir des idées pour le suivant… »

« Je comprends qu’on soit excité, mais c’est important de se reposer. Les gens vont s’inquiéter si tu t’endors au hasard et tout ça… Il va sans dire que je m’inquiéterais aussi. »

« D’accord… »

Linze était une fille délicate, je ne voulais donc pas qu’elle dépasse ses limites. Elle n’était pas toujours aussi énergique qu’Elze.

Mais elle était parfois assez semblable à sa sœur en termes d’obstination… En fait, c’était vraiment quelque chose que j’aimais et que je respectais chez elle.

« Hm ? Mais au fait, qu’est-ce que tu fais maintenant ? »

« Ah, ce n’est pas un jouet cette fois… Je faisais des vêtements. J’ai pensé que ma sœur les aimerait. »

Tu les as faits ? ! Je l’avais pris dans mes mains et j’avais touché le long de la manche. Il y avait une jolie dentelle cousue dans la manchette, je ne savais pas que Linze était capable de broder de façon aussi complexe.

« Ah, uhm... Je n’ai pas vraiment fait la partie en dentelle… Cela vient du magasin de M. Zanac… Je ne suis pas très douée pour le tricot, mais j’aimerais m’améliorer… »

Oh, vraiment ? Je me demandais si elle avait envisagé de travailler entre autres pour Zanac. Son magasin élargissait rapidement son répertoire ces derniers temps.

Alors que je pensais à ces choses, la porte s’était ouverte.

« … Bonjour, Linze. Oh, Grand-Duc ? Pourquoi es-tu ici ? »

Sakura avait ouvert la porte et était entrée.

As-tu déjà entendu parler du fait de frapper avant d’entrer, mlle ? Elle nous regarda avec des yeux endormis, elle passa de Linze à moi. Elle tenait beaucoup de tissu dans ses mains.

« Désolée, je me suis endormie tout à l’heure… Oh, tu l’as fait ? »

« Je l’ai fait. Je l’ai coupé selon le modèle du patron. »

Sakura disposa le tissu le long d’un bureau, ils avaient été découpés en différentes formes. On aurait dit que c’était les pièces d’une autre peluche.

« Tu l’as aidée, Sakura ? »

« Oui. C’est une marionnette pour l’école de ma mère… Linze m’a aidée à la fabriquer. On fait des spectacles de marionnettes… pour les enfants… »

« Comme celle-là ? »

***

Partie 2

Linze tenait une petite marionnette en tissu avec sa main et la faisait bouger un peu. C’était en fait une marionnette à main, du genre de celles qu’on voit dans les spectacles pour enfants.

« Il y a beaucoup d’animaux dans l’histoire… alors je suis restée debout toute la nuit à couper les morceaux… »

« Oh, c’est intéressant. J’aiderais bien, mais la [Modélisation] ne s’applique pas vraiment sur le tissu… »

Ce sort m’avait essentiellement permis de transformer des matériaux naturels et de les façonner comme je le souhaitais. Ça ne marchait pas vraiment avec des choses comme le tissu ou le cuir.

Je ne pouvais pas m’empêcher de coudre. Je pouvais faire plus d’aiguilles et de ciseaux, mais c’était à peu près tout… Oh, attends… !

« Vous deux, je crois me souvenir d’avoir vu quelque chose ressemblant à une machine à coudre magique dans l’entrepôt de Babylone… »

« Une machine à coudre… ? »

Linze inclina sa tête sur le côté. Il serait probablement plus facile de le lui montrer. J’avais sorti mon téléphone et j’avais utilisé Internet pour trouver des vidéos de machines à coudre. Je voulais qu’elles la voient en action, pour qu’elles comprennent facilement.

« Wôw ! C’est rapide ! C’est vraiment facile de coudre des trucs ! »

« … Ça a l’air utile. Mhm… »

Les deux filles étaient pratiquement collées à l’écran. L’aiguille de la machine à coudre se déplaçait de haut en bas à un rythme rapide, ce qui permettait de coudre facilement le tissu.

Il était facile de trouver sur Internet comment une machine à coudre était structurée, en construire une était possible… Mais c’était un peu compliqué pour moi. Je pourrais peut-être tout au plus en fabriquer une plus ancienne à pédale.

Je ne savais pas exactement à quoi ressemblerait une machine à coudre magique… Mais cela devait probablement être une machine de bonne qualité. Après tout, c’était un vestige d’un âge avancé.

« Donc cette chose est dans l’entrepôt ? »

« Je pense, mais… Whoa ! »

« Allons-y, Touya ! Je la veux ! »

Linze commença à tirer sur mon bras.

D’accord, j’ai compris ! Calme-toi, s’il te plaît ! Ce ne sera pas exactement la même chose que la machine à coudre dans la vidéo, et franchement, je ne savais même pas si elle fonctionnerait bien ou même si elle était là…

Mais je ne pouvais pas le dire devant Linze, qui semblait si pleine d’espoir et excitée. J’avais donc poussé un petit soupir et ouvert en silence une [Porte] vers Babylone.

◇ ◇ ◇

« C’est une machine à coudre magique ! Elle est parfaite pour la couture, oui ! Mais le Docteur Babylon n’a pas fabriqué ça. C’est une fabrication de Rosetta ! »

Parshe sortit un étrange dispositif qui ressemblait vaguement à un stylo attaché à un petit rouet. Est-ce vraiment la machine ?

« Cette machine utilise une magie de téléportation minuscule et précise pour déplacer le fil à travers un espace. Pas d’aiguille, pas de danger ! Elle possède également de nombreux dispositifs de sécurité intégrés. Pas de risque pour les doigts. »

Linze l’essaya, en frottant la partie stylo contre deux morceaux de tissu superposés. Étonnamment, un tissu cousu apparut de nulle part et lia les deux morceaux ensemble.

Ouah ! C’est cool… Je me demande combien d’applications différentes ce truc a.

« C’est utile, mais ça demande beaucoup de magie… Ça ne sera probablement pas utile pour les gros travaux, mais ça va accélérer les choses. »

« Ça a du sens pour moi… après tout, la [Téléportation] consomme beaucoup… »

Sakura hocha la tête lentement, c’était après tout son sort. Bien que dans mon cas, cela n’avait jamais beaucoup affecté ma réserve de mana. Oups.

Quoi qu’il en soit, je me demandais si ça allait alléger le fardeau de Linze. Heureusement, nous avions trois de ces dispositifs, ce qui signifiait que d’autres personnes ayant plus de magie pouvaient aussi l’aider.

Je ne voulais pas qu’elle utilise toute sa magie et qu’elle s’effondre.

« Je vais m’en sortir. Je n’en ferai pas trop. Si on en arrive là, j’utiliserai ma bague de fiançailles pour exploiter ta magie, d’accord ? »

Linze me sourit doucement, en tenant la bague de sa main gauche comme si elle lisait mes pensées. J’étais content qu’elle pense à sa santé.

« Nous pourrons finir à temps pour le spectacle… C’est bien… »

« Au fait, c’est quand le spectacle ? »

« Après-demain… Avec seulement Linze, ça aurait été impossible… »

Il semblerait que la mère de Sakura, Fiana, avait préparé beaucoup d’événements à l’école ce jour-là. L’un d’entre eux allait être un spectacle de marionnettes. Il semblerait que ce soit un événement pour les enfants, même les enfants qui n’allaient pas à l’école étaient autorisés à passer.

« Il y avait des marionnettes à l’école, mais elles étaient toutes en lambeaux… c’était juste plus facile d’en fabriquer de nouvelles à partir de rien que de réparer les anciennes. Mais j’ai fini par en faire un peu trop, haha… »

« Linze, tu es trop éxigente… Personne ne se soucie trop de la qualité de la doublure, il faut juste pouvoir mettre la main à la pâte… »

« Sais-tu qu’il y a de subtiles différences entre les mains… ? »

Comme c’est difficile… Eh bien, je suppose que c’est ainsi que sont les créateurs artistiques. Mais c’est vrai que Sakura est juste là… C’est que je ne me soucie pas vraiment de la doublure des marionnettes.

« J’ai vu un spectacle de marionnettes quand j’étais enfant… C’était très amusant, mais ce que j’ai le plus aimé, c’est le personnage de la mascotte qui apparaissait… »

« Le personnage de la mascotte… ? C’est quoi, une sorte de personnage en bois ? »

Oh… Je suppose que ce monde n’a pas de grands costumes de mascotte… Je me souviens avoir vu certaines tribus dans la Mer des Arbres avoir des fourrures d’animaux qui lui ressemblaient… Mais je suppose que ce n’est pas assez proche.

J’avais trouvé quelques images sur Internet.

« Vous voyez ? C’est un costume de mascotte… C’est comme une grosse peluche sans la garniture, et les gens le portent. Il y en a beaucoup lors de divers événements dans mon monde. »

L’image que je montrais était une mascotte dont la tête était ôtée, révélant la personne à l’intérieur. Ce genre de chose pouvait contrarier un enfant, mais c’était la façon la plus simple d’expliquer ce que je voulais dire.

« Ouah… Je veux en voir une… »

« Ouais ! Les enfants vont l’adorer ! »

Hein ? Attends une seconde… Tu vas en faire une ? Attends, ne te fais pas d’idées… Même avec la machine à coudre magique, ça prendrait trop de temps, hein ?

« Touya… Si on fait le costume… peux-tu nous aider avec les matériaux… ? »

Linze me regarda dans les yeux… C’était injuste. Comment pourrais-je dire non ?

« Je… Je veux dire… Je suppose que ça serait bien… »

« Incroyable, Grand Duc… »

« Ahhh, merci ! Sakura, utilisons le nouvel équipement pour tout finir de suite ! »

« Mhm… »

On avait récupéré le reste du matériel pour les machines à coudre magiques et on s’était téléporté à la surface.

… Comment les choses ont-elles fini comme ça ?

« Maître. Voulez-vous que je vous aide ? »

« Non, ne t’inquiète pas… Mais merci pour l’offre. »

Si cette idiote maladroite essayait quoi que ce soit, on perdrait beaucoup plus de temps.

D’accord… Voyons voir… Il faut juste chercher les matériaux, euh… du polystyrène, et de l’uréthane… Ça fera l’affaire.

Le meilleur équivalent du polystyrène était les entrailles des arbres que nous avions récemment tués, donc nous avions ça. L’uréthane pouvait être remplacé par des bêtes magiques qui avaient une peau moelleuse… Ce ne sera pas trop difficile.

Je pensais déjà à ce à quoi le costume pourrait ressembler, mais c’était difficile à imaginer. De toute façon, j’avais décidé de laisser ce genre de réflexion à Linze.

J’étais donc allé chercher le matériel nécessaire.

◇ ◇ ◇

« Whoooa !! Qu’est-ce que c’est ? ! », cria Elze avec joie alors qu’elle me serrait dans ses bras à travers le costume.

Merde… C’est trop épais, je ne peux donc rien sentir à travers ! On aurait dû prendre quelque chose de moins moelleux !

« Whoooa ! C’est un Kohaku géant ! Si mignon ! »

Sue sauta et tacla pratiquement le côté opposé à Elze. Heureusement, j’avais enchanté le costume avec l’absorption des chocs. Je savais que cela allait forcément arriver.

Le produit final était une tenue de mascotte géante basée sur Kohaku. J’avais appelé le résultat « M. Kohaku ».

Mais c’est vrai, Kohaku était une fille, peut-être aurait-il fallu que ce soit Mme. J’espérais que ce personnage devienne un peu une mascotte associée à Brunhild. Je serais capable de me déplacer et d’agiter les bras de manière amusante et de faire revenir tout le monde. Cela étant dit, c’était un travail difficile… Je doutais que ce personnage devienne aussi populaire qu’une certaine souris noire.

{Mon seigneur… Qu’est-ce que c’est que cet étrange comportement ? !}

{Franchement, Kohaku… Ce n’est pas parce qu’il te ressemble qu’il doit agir comme toi…}

Kohaku m’envoya ses réflexions sur le sujet. Elle avait l’air un peu en colère.

{Fufu, je pense que c’est plutôt bien… Il te ressemble.}

{Regarde bien, idiote. Il te ressemble vaguement. Pourquoi t’énerves-tu ?}

{Kokuyou, Luli… Vous deux…}

{Allez, Luli… Ne la taquine pas trop…}

J’avais rapidement arrêté la dispute avant que cela ne se transforme en bagarre. Mais même si elle n’était pas convaincue, cette mascotte serait probablement très populaire auprès des enfants. Sango et Kokuyou semblaient d’accord.

« Franchement, c’est quoi le problème avec cette chose ? »

« Oui, tu es là, Touya ? Qu’est-ce que ça donne… ? »

Elze l’avait un peu lâché. Elle semblait perplexe.

« Ah ! Il ne peut pas répondre, le costume est enchanté avec un sort de [Silence] sur la tête, aucun bruit ne peut donc sortir… Même s’il parle, nous ne l’entendrons pas ! »

Linze avait rapidement expliqué la situation à tout le monde. Il y avait beaucoup de mascottes qui parlaient, mais je voulais couvrir toutes les bases ici. Je m’étais dit qu’une mascotte muette serait mieux, parce qu’alors n’importe qui pourrait entrer dans le costume et jouer le rôle. C’était une décision assez intelligente.

« Je pense que les enfants vont adorer. »

« Hm… On a bien fait… », murmura Sakura tout en faisant un signe de tête à Yumina.

… Le spectacle principal n’était-il pas censé être le spectacle de marionnettes ?

C’était quand même assez lourd… J’avais bien utilisé le sort de [Gravité], mais mes mouvements étaient toujours limités.

Il faisait aussi assez chaud. J’avais essayé d’utiliser la magie du vent pour faire circuler l’air. Cela m’aurait sûrement refroidi… Mais ça n’avait pas marché. Ou alors cela prenait trop de temps.

Oh non… J’avais essayé d’enlever la coiffe, mais les bras du costume étaient trop courts et leur mobilité était limitée. Je n’avais pas pu l’enlever. Linze m’avait aidé à le mettre au début, alors je m’étais de nouveau tourné vers elle pour qu’elle m’aide.

« Désolé… Pourrais-tu enlever la tête ? »

Oh, attends. Merde… Elles ne peuvent pas m’entendre à cause de l’enchantement… Qu’est-ce que je vais faire ? J’avais essayé d’informer tout le monde que quelque chose n’allait pas en agitant frénétiquement mes bras. Allez ! Remarquez-le !

« … Que fais-tu, Touya ? »

« Ah… Tu veux nous dire quelque chose, Touya-dono ? »

C’est ça, Yae ! Tu as compris ! J’avais pointé frénétiquement sa direction.

« Ohoh ! J’avais raison ! »

***

Partie 3

J’avais fait de mon mieux pour pointer les bras du costume vers moi dans un acte de mime désespéré.

« Pointer vers soi-même… Alors… tu ? »

« Non, je pense qu’il veut dire Kohaku. »

« Je pense qu’il veut voir Kohaku… »

Hilde, Leen et Lu avaient toutes donné leurs propres idées. Franchement les filles, pourquoi ça s’est transformé en charades ? ! J’avais passé quelques minutes de plus à gesticuler comme un fou, en espérant qu’elles réalisent que je voulais enlever la coiffe. Quand elles réussirent à le deviner, j’étais tombé à genoux à cause de la fatigue mentale. J’avais été vaincu par le travail de Linze et Sakura…

« … Grand Duc, vous auriez pu vous échapper avec [Téléportation] à n’importe quel moment… »

« Oh. »

Sakura me parla franchement. Je fixai désespérément l’espace devant moi. Et merde…

◇ ◇ ◇

« Wooow ! Trop cool ! »

« Il est tout doux ! »

Un barrage d’enfants vint vers moi de toutes les directions. Ils ne faisaient pas de dégâts, mais ils étaient vraiment forts…

C’était le jour du spectacle de marionnettes, et mes débuts s’avéraient populaires. Eh bien, techniquement, c’était les débuts de « M. Kohaku »… Nous avions décidé de l’utiliser comme mascotte, car il n’était de toute façon pas vraiment destiné à être Kohaku. Au début, les enfants étaient un peu prudents, pensant que j’étais une sorte de créature bizarre convoquée, mais après un certain temps, ils s’étaient mis à courir vers moi tout excités.

J’étais content qu’ils s’amusent, même s’ils allaient certainement tout donner.

Hé, hé ! Lâchez-moi un peu… ! Je ne peux même pas m’enfuir parce qu’ils continuent de se rapprocher… Je ne peux même pas courir vite parce que ces jambes sont trop courtes ! Ma visibilité étant aussi un peu limitée, j’avais donc fini par trébucher et me cogner la tête… J’avais eu mal ! J’avais besoin de me calmer et de me ressaisir. Les enfants qui me chevauchaient étaient aussi tous tombés…

Gh…

« [Augmentation de puissance] ! »

« Wow ! Incroyable ! »

J’avais utilisé ma force accrue pour ramasser rapidement tous les enfants et les transporter. J’avais essayé de faire des gestes pour dire aux enfants d’être un peu plus prudents, mais je n’étais pas sûr qu’ils comprenaient.

« Très bien, tout le monde. Le spectacle de marionnettes va bientôt commencer. Veuillez entrer… Vous ne voulez sûrement pas rater le début, hein… »

Fiana tapa dans ses mains. Les enfants commencèrent à se ranger dans la classe. Ils semblaient habitués… J’étais reconnaissant qu’elle m’ait sauvée.

« Tu vas bien ? Je crois qu’ils se sont juste un peu excités parce qu’ils ne t’avaient jamais vu ainsi avant… »

Fiana vint me voir. J’avais essayé de lui dire : « Non, ça va… Je vais bien », mais elle ne pouvait rien entendre… j’avais donc fait un simple geste. J’avais décidé d’ajouter un interrupteur afin d’enclencher ou non le [Silence].

Après que tous les enfants soient entrés dans la classe, Fiana m’avait conduit dans une autre où je pouvais enlever la tenue. J’avais utilisé [Téléportation] pour échapper à l’infernale enceinte duveteuse et adaptée aux enfants. Au moment même où j’en étais sorti, le costume de M. Kohaku s’était rapidement effondré sur le sol.

« Ouf… »

C’était lourd. Il y avait beaucoup de choses que je pouvais améliorer.

J’avais rangé la tenue de mascotte dans le [Stockage]. Je ne voulais pas que les enfants le voient dans cet état dégonflé.

J’avais quitté la classe vide et j’étais allé à côté pour voir le spectacle de marionnettes. Le spectacle de marionnettes avait été planifié à l’origine par les enseignants qui y travaillaient. Il semblerait que Sakura l’avait compris et soit allée chercher de l’aide auprès de Linze.

Yumina et Lu avaient également apporté leur aide après avoir entendu l’histoire, et toutes les quatre avaient travaillé dur jusqu’à l’événement. J’avais aussi joué mon rôle.

Quand j’étais arrivé à la porte de la classe, j’avais pu entendre la voix de Linze. Il semblerait que le spectacle ait déjà commencé.

Je ne voulais pas interrompre la représentation en m’immisçant…

J’avais alors utilisé mon [Invisibilité] pour me dissimuler et la [Téléportation] pour apparaître au fond de la salle.

Infiltration complète… J’avais regardé autour de moi et je vis M. Mittens dans le coin… Il s’approcha de moi, le nez bougeant comme s’il prenait quelque chose. J’avais oublié que son odorat était très développé…

« … Ce n’est pas croyable… C’est vous, Grand-Duc ? »

« … Oui, c’est moi. Je ne voulais pas faire d’histoires en arrivant en retard… »

J’avais chuchoté, pour que seul M. Mittens m’entende.

« C’est logique de miauler… Faites attention, je suis devenu très méfiant. »

« Ne t’inquiète pas. Dis juste à Sakura que je suis là, ce sera parfait. »

« Entendu… »

M. Mittens partit sans un bruit. Ce chat était décidément quelque chose… C’était vraiment un bon garde, je ne pouvais que le féliciter pour ça.

À l’avant de la classe, la scène était prête. Il y avait beaucoup de marionnettes, de lapins, d’ours, de chiens et de chats… qui dansaient tous sur le bord d’un bureau. Linze et les autres artistes n’étaient pas visibles pour le public. Tout ce qu’ils pouvaient voir, c’était les marionnettes colorées. Ça devait être dur de garder les bras en l’air pendant si longtemps.

Voici une version abrégée de l’histoire… Un jour, une sorcière était arrivée dans une forêt paisible remplie d’animaux. La sorcière traita les animaux avec méchanceté. Ils lui demandèrent donc de partir, mais elle était très forte. Les animaux ne pouvaient donc rien faire contre elle individuellement. À la fin, les animaux s’étaient tous regroupés et chassèrent la sorcière de la forêt en utilisant leurs spécialités combinées.

L’histoire ressemblait un peu au comte : « Le crabe et le singe ». Mais le thème de « Le crabe et le singe » était davantage basé sur le châtiment. Dans celui-ci, le thème était un peu plus axé sur le travail en commun et la recherche de la force dans l’unité.

« C’est une belle forêt, j’aime ça ! Chers animaux, cette forêt est maintenant mienne ! Eheheee ! »

La sorcière exprima sa menace, ce qui fit trembler les marionnettes animales. J’étais étonné que ce soit Yumina qui fasse cette vieille voix rauque et effrayante. Elle jouait aussi le rôle des mignons lapins des forêts… Elle avait de sérieuses aptitudes pour le jeu de voix.

Attendez un peu… Ce son… C’est le dieu de la musique qui fait la bande-son de ce truc ? ! Les enfants semblaient encore plus attirés par l’atmosphère tendue, ils compatissaient tous au sort des animaux.

Il y avait un enfant en particulier qui regardait le spectacle, le regard perçant. Il ne devait pas avoir plus de six ou sept ans. Il regardait les marionnettes comme s’il était hypnotisé. C’était presque comme s’il mémorisait leurs mouvements. On aurait dit qu’il marmonnait aussi quelque chose… C’était vraiment un enfant bizarre.

Pourtant, chacun s’amusait à sa façon. C’était assez difficile de trouver un moyen de plaire à tout le monde dans une pièce, j’étais donc impressionné qu’ils aient réussi à faire ça. Et alors que j’y réfléchissais, le spectacle passa à l’acte final.

« Hourra ! Nous avons repris la forêt ! »

Les marionnettes-chats de Linze commencèrent à crier de joie, mettant fin ainsi à l’histoire. Sakura fit venir des oiseaux pour la scène finale et les fit chanter une chanson en accord avec l’accompagnement du dieu de la musique.

Attendez… Cette chanson… Mais qu’est-ce que… ? Je suppose qu’ils la chantent sans comprendre l’anglais, mais je sais ce qu’elle dit… C’est assez bizarre de les entendre dire « Saturday Night ! Saturday Night ! » encore et encore comme ça… Cela ne fonctionne pas vraiment !

C’était une belle chanson, et les enfants avaient tous applaudi en un rien de temps. Les marionnettes animales se balançaient aussi au rythme. Il semblerait bien que Le rock and roll pouvait unir les mondes…

Le spectacle de marionnettes connu ainsi un succès retentissant.

« Ahhh… Je suis si fatiguée… »

« On a bien fait… On a vraiment bien fait… »

« Je me suis beaucoup amusée ! »

« J’ai presque oublié certaine de mes tirages… »

« Bon travail… Vous devriez être fières, vous toutes. »

Nous avions nettoyé l’espace de représentation et remis la classe dans l’état où elle devait être. Nous étions ensuite allés manger un peu de nourriture légère, car il n’était pas encore l’heure de dîner. M. Mittens s’était assis sur les genoux de Fiana, en tapant doucement sur du saké matatabi.

… Ne t’enivre pas, petit chevalier chat… À un moment donné, Sousuke et ses chansons avaient eux aussi disparu.

« Merci beaucoup pour votre aide aujourd’hui, tout le monde. Les enfants semblaient incroyablement heureux. »

« Je suis heureuse que vous ayez aussi apprécié ! » dit Linze en souriant à Fiana.

« Tu as travaillé très dur, Linze. Mais s’il te plaît, repose-toi bien à partir de maintenant… N’en fais plus jamais trop, d’accord ? »

« D’accord. Je te le promets ! »

Linze laissa échapper un petit rire. J’étais content que tout se soit passer sans accroc.

Mais quand on était retourné en classe pour rassembler les marionnettes, quelque chose n’allait pas.

On avait rangé toutes les marionnettes dans une boîte sur le côté de la scène… mais maintenant elles avaient toutes disparu.

« Où sont-elles ?! »

Linze avait commencé une recherche frénétique, regardant en dessous et au-dessus de tout ce qui se trouvait dans la pièce. C’était une assez grosse boîte… Si elle était encore là, nous l’aurions sûrement vue.

« … Un voleur ? », murmura Sakura.

Je n’étais pas sûr de ça… Ce n’était que des marionnettes. Elles ne valaient pas grand-chose. Que leur voudrait un voleur ? Pourtant, même si elles n’avaient pas beaucoup de valeur matérielle, elles étaient quand même importantes pour nous… Linze m’avait regardé, presque en larmes. Je m’étais décidé à les retrouver.

M. Mittens s’était saoulé au saké, mais j’avais essayé de lui demander de l’aide. J’étais pourtant pratiquement certain que son nez était complètement inutile quand il était saoul.

« … Vous ne pouvez pas aider, hein ? »

« Miaou… ? Mlle… Où… Hic… Doit être par ici… Je sens… Uhm… Laisse-moi voir ça… Je sens… Hic… De l’herbe à chat ! Haha ! »

Il n’était vraiment pas utile. Je n’étais pas vraiment en colère contre lui. Il avait travaillé dur… donc c’était bien.

« Touya, peux-tu les trouver ? »

« Laisse-moi faire. Je vais les récupérer. »

J’avais fait un signe de tête à Yumina et j’avais sorti mon smartphone. Puis, j’avais lancé la carte et j’avais cherché les marionnettes faites à la main par Linze… Heureusement, la réponse était arrivée assez rapidement.

« Celui qui les a n’a pas quitté la ville. Je vais les récupérer, d’accord ? »

« A -Attends ! Je viens aussi ! »

J’étais sur le point de sortir quand Linze m’avait demandé de venir. Je me demandais si ça irait… mais j’étais sûr qu’elle pourrait tenir tête à un ou deux petits escrocs.

J’avais emmené Linze, mais je me demandais que faire des trois autres… Je ne pensais pas qu’aller là-bas en masse aiderait.

« Très bien, je vais ouvrir une [Porte]. M. Mittens fera le guet… Comme ça, on pourra tous y aller. »

« Travaillez dur… On mangera plus tard, d’accord… ? »

« Compris… Pas de problème… ! »

Le petit chat étourdi salua Sakura. Nous lui avions retiré ses bottes et je lui jetais une [Récupération].

« Très bien, allons-y. »

Nous avions passé le portail et étions sortis de l’autre côté. Nous étions arrivés à la périphérie de la ville, où de nouvelles maisons avaient été construites. C’était le soir, l’odeur du dîner flottait dans l’air. L’endroit où nous nous dirigions était la maison juste à côté du portail. C’était là que se trouvaient les marionnettes de Linze… et peut-être même le coupable.

J’étais sur le point d’avancer quand Sakura m’avait soudainement arrêté dans mon élan. Qu’est-ce qu’elle voulait ? me demandais-je…

***

Partie 4

« … Je peux entendre les mots… Tu ne peux pas ? »

« Quels mots ? »

« Quelqu’un récite le dialogue de notre pièce… »

« Hein ? »

Le dialogue ? Qu’est-ce que tu veux dire ? J’avais regardé à travers une fenêtre éloignée et je vis un jeune garçon assis dans une pièce.

Oh… ? C’est le gamin qui regardait le spectacle de marionnettes si intensément… J’avais regardé ses mains, et il portait deux marionnettes de Linze. Ça voulait dire qu’il était le coupable… Mais pourquoi a-t-il fait ça ? me demandais-je.

« Je n’arrive pas à comprendre ce qu’il se passe réellement ici… [Détection lointaine]. »

J’avais utilisé mon smartphone pour afficher mes sens de la vue et de l’ouïe projetés dans l’air. Cela nous permettait à tous de voir ce qui se passait…

« Quittez cet endroit, bande d’animaux ! Eeheheeeh ! »

J’avais été surpris par cette soudaine exclamation. Le téléphone affichait le garçon dans la pièce, brandissant la marionnette de sorcière. Il la montrait à une petite fille, couchée dans son lit.

On aurait dit qu’il recréait la pièce pour elle.

« … Il joue notre pièce ? »

« On dirait bien que… Je l’ai vu quand la pièce a été jouée… Il était vraiment concentré sur la mémorisation de tout ça. »

J’avais été sérieusement impressionné que quelqu’un de si jeune puisse mémoriser tout ça… Il s’était probablement trompé sur quelques détails, mais il avait réussi à faire le récit dans son ensemble.

La fille avait une serviette humide sur le front… C’était probablement sa sœur. À en juger par sa toux occasionnelle, j’avais supposé qu’elle était également malade.

« Je vois ce qui s’est passé… Le garçon voulait que la fille puisse aussi profiter du spectacle de marionnettes… C’est pourquoi il nous a volés. »

« Mmh… Ça ne veut pas dire qu’il avait raison de voler, mais… on comprend pourquoi il l’a fait… »

Yumina et Lu hochèrent doucement la tête. Elles avaient raison. Je n’avais rien à ajouter.

Yumina s’était tournée vers moi.

« Qu’est-ce qu’on fait ? »

« Je ne sais pas quoi faire… »

Il avait peut-être ses raisons, mais voler, c’était voler. Mais quand même… Renne était aussi une voleuse autrefois… Et je l’avais prise sous mon toit en tant qu’employée. En fin de compte, le contexte était essentiel. Je n’aimais pas juger les gens à la hâte sans les comprendre.

« Linze, Sakura ? Qu’est-ce que vous en pensez ? »

J’avais décidé de demander aux deux victimes.

« Je pense qu’il devrait rendre les marionnettes… Elles appartiennent après tout à l’école… »

« Sakura… »

Avant que je puisse parler et avoir l’opinion de Sakura, celle-ci se leva et se dirigea vers la porte de la maison.

Quoi ? !

« Ah… »

Sakura entra directement dans la chambre du garçon. Il avait la preuve de son crime dans ses deux mains. Je ne pensais pas qu’être désolé allait suffire…

« … C’est mal… »

« Hein ? »

« … Cette tirade est fausse… Ce n’est pas “On va…” mais “On y va…” OK ? C’est différent, tu vois ? Ce personnage ne parle pas comme ça… »

Elle lui donna un petit regard, puis un signe de tête.

Elle lui donne des conseils ? Sakura prit la marionnette de chien de la main du garçon, la mit, et se dirigea vers le côté du lit… Elle s’accroupit jusqu’à ce qu’elle soit hors de vue de la fille clouée au lit.

« Nous allons gagner contre cette méchante vieille sorcière ! »

La marionnette chien (Sakura) cria de façon dramatique.

Pourquoi refais-tu… le spectacle ? Linze gloussa légèrement, avant de se lever et d’entrer dans la maison après Sakura. Elle sortit la marionnette écureuil, la mit sur sa main et s’accroupit à côté de Sakura.

« Comment avons-nous pu quitter notre maison ?! C’est notre forêt ! Nous avons tant de souvenirs ici ! »

Euh… Linze, tu le fais aussi… ? Avant que je ne m’en rende compte, Yumina et Lu avaient disparu aussi. Qu’est-ce que…

« Cette sorcière peut cependant utiliser la magie ! Comment pouvons-nous la contrer ? ! »

« Il est impossible de… Nous ne pouvons pas la vaincre… Nous n’avons aucun moyen… ! »

Elles avaient pris les marionnettes du renard et du raton laveur et s’étaient accroupies avec les autres.

Le spectacle de marionnettes de Linze continuait, et la petite fille sur le lit semblait s’amuser comme jamais… Il n’y avait rien d’autre à faire.

J’étais entré dans la maison et je m’étais assis à côté du garçon, qui était en état de choc et impressionné par ce qui venait de se passer. J’avais regardé les marionnettes sur la table.

« C’est ta sœur ? »

« … Oui. »

« Tu voulais lui montrer les marionnettes, hein ? »

« Elle voulait vraiment les voir… mais ce matin, elle a commencé à avoir très chaud… Maman a dit qu’elle devait dormir, alors… J’allais les remettre en place demain, promis ! Je vous le promets ! »

Le garçon bégayait et avait l’air aussi coupable que possible. Je savais qu’il ne mentait pas. Mais un crime reste un crime, et il avait probablement dû y réfléchir.

« Ces marionnettes ont été faites pour les enfants de l’école. Même si ta sœur ne pouvait pas les voir, tu n’aurais pas dû les prendre. Cette fille là-bas a travaillé très dur pour les fabriquer. Sais-tu à quel point elle était triste quand elle a appris qu’elles n’étaient plus là ? »

« Je… Je suis… Je suis désolé… »

« Promets-moi que tu ne recommenceras pas ? »

Le garçon hocha la tête lentement avec un regard triste. Son visage montrait qu’il était sincèrement désolé.

On dirait qu’il y a assez réfléchi. Je n’aime pas vraiment être dur avec les enfants.

Le petit garçon avait promis de s’excuser auprès de tous ceux que cela avait impactés, nous nous étions alors installés pour regarder la prochaine partie du spectacle.

◇ ◇ ◇

« C’est ce qui s’est passé, hein… ? »

« Oui. Mais tout est bien qui finit bien. Tout le monde a aussi passé un bon moment au spectacle. »

On dînait tout en racontant à tout le monde ce qui s’était passé. Le garçon s’était correctement excusé auprès de Linze et promit qu’il s’excuserait auprès de Fiana plus tard. J’avais donné à sa sœur un médicament spécial que nous avions produit grâce à Babylon, ce qui signifiait qu’elle irait mieux demain matin. Après tout, la [Récupération] n’était pas capable d’empêcher des choses comme les rhumes et les fièvres.

« … Je pense que je peux comprendre les sentiments du gamin… Je me souciais aussi de Linze quand j’étais petite… »

Elze sourit doucement. Elle semblait comprendre les sentiments de vouloir s’occuper de sa sœur.

« Chaque fois que je dormais ou que je ratais des choses quand j’étais enfant, ma sœur m’apportait toujours ces choses… »

« Aha… »

J’étais heureux d’entendre cela. Elze aimait vraiment beaucoup sa sœur. Elze détournait légèrement son regard, bien que… Je me demandais bien pourquoi…

« Une fois, j’ai pris une pomme du jardin sans demander… Tante Lana s’est vraiment fâchée contre moi… »

« Oh, mon Dieu. Mais ce n’était qu’une pomme… Pourquoi s’est-elle fâchée ? »

« Non, elle, euh… a saccagé un arbre entier pour l’avoir… »

« Je n’ai pas eu le choix ! C’était vraiment haut, alors je ne pouvais pas l’atteindre ! J’ai pensé que si j’utilisais [Renforcement] et que je frappais l’arbre, elle tomberait… Je ne savais pas que l’arbre allait se briser en éclats ! »

J’avais légèrement ri. Le fait qu’elle ait pensé à frapper l’arbre avant de penser à y grimper m’amusait. Il semblerait que, même à un jeune âge, Elze était déjà une imprudente. Cela ne m’avait pas du tout surpris.

« Mmh… C’est honteux… Je voulais voir le spectacle de marionnettes… Mon père voulait que je reste pour étudier, mais… »

Sue était venue dîner, elle n’avait pas pris de dîner avec nous depuis un moment. D’habitude, elle mangeait chez le Duc Ortlinde et venait plutôt en soirée.

« Ne t’inquiète pas… J’ai demandé à ma mère d’enregistrer le spectacle sur mon téléphone. Comme ça, on pourra la regarder plus tard ! »

Sakura sortit son smartphone et sourit. Elles commençaient à s’habituer aux téléphones, ce qui était bien.

Elze attrapa de la viande avec sa fourchette et la mangea avant de se tourner vers sa sœur.

« Hé, quel genre d’histoire vas-tu faire ensuite ? »

« Ah, et bien… Je réfléchis encore, mais… Je voulais faire une histoire sur la famille… Ou peut-être une histoire d’aventure… ? »

« Une histoire d’aventure ? ! C’est vrai, ça sonne bien ! Tu veux que je t’aide avec des conseils sur le maniement de l’épée ? ! S’il te plaît, laisse-moi t’aider ! »

« L’aventure ?! Ça veut dire que ça devrait être une histoire de chevaliers ! Linze, tu devrais faire une histoire sur un héros qui tue des dragons ! »

Yae et Hilde s’étaient soudainement levées de leur siège, excitées. Je n’aurais pas hésité à les aider afin d’obtenir une histoire plus excitante.

« Oh, Paula ? Tu veux aussi en faire partie ? »

L’ours en peluche agita ses bras comme pour dire « Oui ! Oui ! »

Leen sourit légèrement. Elle était cependant bien trop grande pour un spectacle de marionnettes… À moins que… peut-être qu’on pourrait lui faire jouer une sorte d’ours géant qui garde une forêt…

« Je vais t’aider aussi, tu sais ? ! Linze ! Faisons une histoire pleine d’amour, tu sais ?! Je sais tout sur l’amour, tu sais ?! »

« Uwaaah ! »

Karen était soudainement apparue de nulle part et s’était mise à crier à l’oreille de Linze. La pauvre fille était si choquée qu’elle en fit tomber sa cuillère dans sa soupe. Calme-toi… Un de ces jours, elle ou moi allons avoir une crise cardiaque…

Si quelque chose d’intéressant se produisait, Karen avait l’habitude de surgir de nulle part pour y participer. Ses sens étaient honnêtement bien trop aiguisés.

Après avoir terminé le repas, nous avions décidé de regarder l’enregistrement du spectacle de marionnettes que Fiana avait réalisé. C’était un spectacle pour enfants, mais tout le monde l’avait beaucoup aimé. Linze et Sakura étaient particulièrement fières.

La vidéo suivant le spectacle était la suivante : « M. Kohaku » poursuivi par des enfants. Fiana… Tu as enregistré ça ?

Le lendemain, j’étais de nouveau dans la chambre de Linze. Elle fabriquait frénétiquement des marionnettes pour correspondre à toutes les idées que tout le monde lui avait données. Je m’étais senti un peu désolé pour elle. Il semblerait qu’elle doive fabriquer des peluches et des marionnettes pendant un certain temps. Mais elle semblait heureuse, et elle ne se poussait pas à bout… alors c’était bien.

Grâce à tout cet incident, je m’étais aussi un peu intéressée à la broderie.

Je me demande si, suite aux conseils de Linze, Zanac ou Olba souhaiteraient les commercialiser… Nous pourrions probablement lancer une marque de jouets pour enfants Brunhild…

… Et ainsi, Brunhild devint connu comme un pays où l’on pouvait trouver des peluches de haute qualité. Je ne m’attendais pas à ce qu’elles soient aussi populaires… mais ce monde était plein de surprises.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire