Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Interlude 2 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 2 : Peluche fantaisiste

Partie 3

J’avais fait de mon mieux pour pointer les bras du costume vers moi dans un acte de mime désespéré.

« Pointer vers soi-même… Alors… tu ? »

« Non, je pense qu’il veut dire Kohaku. »

« Je pense qu’il veut voir Kohaku… »

Hilde, Leen et Lu avaient toutes donné leurs propres idées. Franchement les filles, pourquoi ça s’est transformé en charades ? ! J’avais passé quelques minutes de plus à gesticuler comme un fou, en espérant qu’elles réalisent que je voulais enlever la coiffe. Quand elles réussirent à le deviner, j’étais tombé à genoux à cause de la fatigue mentale. J’avais été vaincu par le travail de Linze et Sakura…

« … Grand Duc, vous auriez pu vous échapper avec [Téléportation] à n’importe quel moment… »

« Oh. »

Sakura me parla franchement. Je fixai désespérément l’espace devant moi. Et merde…

◇ ◇ ◇

« Wooow ! Trop cool ! »

« Il est tout doux ! »

Un barrage d’enfants vint vers moi de toutes les directions. Ils ne faisaient pas de dégâts, mais ils étaient vraiment forts…

C’était le jour du spectacle de marionnettes, et mes débuts s’avéraient populaires. Eh bien, techniquement, c’était les débuts de « M. Kohaku »… Nous avions décidé de l’utiliser comme mascotte, car il n’était de toute façon pas vraiment destiné à être Kohaku. Au début, les enfants étaient un peu prudents, pensant que j’étais une sorte de créature bizarre convoquée, mais après un certain temps, ils s’étaient mis à courir vers moi tout excités.

J’étais content qu’ils s’amusent, même s’ils allaient certainement tout donner.

Hé, hé ! Lâchez-moi un peu… ! Je ne peux même pas m’enfuir parce qu’ils continuent de se rapprocher… Je ne peux même pas courir vite parce que ces jambes sont trop courtes ! Ma visibilité étant aussi un peu limitée, j’avais donc fini par trébucher et me cogner la tête… J’avais eu mal ! J’avais besoin de me calmer et de me ressaisir. Les enfants qui me chevauchaient étaient aussi tous tombés…

Gh…

« [Augmentation de puissance] ! »

« Wow ! Incroyable ! »

J’avais utilisé ma force accrue pour ramasser rapidement tous les enfants et les transporter. J’avais essayé de faire des gestes pour dire aux enfants d’être un peu plus prudents, mais je n’étais pas sûr qu’ils comprenaient.

« Très bien, tout le monde. Le spectacle de marionnettes va bientôt commencer. Veuillez entrer… Vous ne voulez sûrement pas rater le début, hein… »

Fiana tapa dans ses mains. Les enfants commencèrent à se ranger dans la classe. Ils semblaient habitués… J’étais reconnaissant qu’elle m’ait sauvée.

« Tu vas bien ? Je crois qu’ils se sont juste un peu excités parce qu’ils ne t’avaient jamais vu ainsi avant… »

Fiana vint me voir. J’avais essayé de lui dire : « Non, ça va… Je vais bien », mais elle ne pouvait rien entendre… j’avais donc fait un simple geste. J’avais décidé d’ajouter un interrupteur afin d’enclencher ou non le [Silence].

Après que tous les enfants soient entrés dans la classe, Fiana m’avait conduit dans une autre où je pouvais enlever la tenue. J’avais utilisé [Téléportation] pour échapper à l’infernale enceinte duveteuse et adaptée aux enfants. Au moment même où j’en étais sorti, le costume de M. Kohaku s’était rapidement effondré sur le sol.

« Ouf… »

C’était lourd. Il y avait beaucoup de choses que je pouvais améliorer.

J’avais rangé la tenue de mascotte dans le [Stockage]. Je ne voulais pas que les enfants le voient dans cet état dégonflé.

J’avais quitté la classe vide et j’étais allé à côté pour voir le spectacle de marionnettes. Le spectacle de marionnettes avait été planifié à l’origine par les enseignants qui y travaillaient. Il semblerait que Sakura l’avait compris et soit allée chercher de l’aide auprès de Linze.

Yumina et Lu avaient également apporté leur aide après avoir entendu l’histoire, et toutes les quatre avaient travaillé dur jusqu’à l’événement. J’avais aussi joué mon rôle.

Quand j’étais arrivé à la porte de la classe, j’avais pu entendre la voix de Linze. Il semblerait que le spectacle ait déjà commencé.

Je ne voulais pas interrompre la représentation en m’immisçant…

J’avais alors utilisé mon [Invisibilité] pour me dissimuler et la [Téléportation] pour apparaître au fond de la salle.

Infiltration complète… J’avais regardé autour de moi et je vis M. Mittens dans le coin… Il s’approcha de moi, le nez bougeant comme s’il prenait quelque chose. J’avais oublié que son odorat était très développé…

« … Ce n’est pas croyable… C’est vous, Grand-Duc ? »

« … Oui, c’est moi. Je ne voulais pas faire d’histoires en arrivant en retard… »

J’avais chuchoté, pour que seul M. Mittens m’entende.

« C’est logique de miauler… Faites attention, je suis devenu très méfiant. »

« Ne t’inquiète pas. Dis juste à Sakura que je suis là, ce sera parfait. »

« Entendu… »

M. Mittens partit sans un bruit. Ce chat était décidément quelque chose… C’était vraiment un bon garde, je ne pouvais que le féliciter pour ça.

À l’avant de la classe, la scène était prête. Il y avait beaucoup de marionnettes, de lapins, d’ours, de chiens et de chats… qui dansaient tous sur le bord d’un bureau. Linze et les autres artistes n’étaient pas visibles pour le public. Tout ce qu’ils pouvaient voir, c’était les marionnettes colorées. Ça devait être dur de garder les bras en l’air pendant si longtemps.

Voici une version abrégée de l’histoire… Un jour, une sorcière était arrivée dans une forêt paisible remplie d’animaux. La sorcière traita les animaux avec méchanceté. Ils lui demandèrent donc de partir, mais elle était très forte. Les animaux ne pouvaient donc rien faire contre elle individuellement. À la fin, les animaux s’étaient tous regroupés et chassèrent la sorcière de la forêt en utilisant leurs spécialités combinées.

L’histoire ressemblait un peu au comte : « Le crabe et le singe ». Mais le thème de « Le crabe et le singe » était davantage basé sur le châtiment. Dans celui-ci, le thème était un peu plus axé sur le travail en commun et la recherche de la force dans l’unité.

« C’est une belle forêt, j’aime ça ! Chers animaux, cette forêt est maintenant mienne ! Eheheee ! »

La sorcière exprima sa menace, ce qui fit trembler les marionnettes animales. J’étais étonné que ce soit Yumina qui fasse cette vieille voix rauque et effrayante. Elle jouait aussi le rôle des mignons lapins des forêts… Elle avait de sérieuses aptitudes pour le jeu de voix.

Attendez un peu… Ce son… C’est le dieu de la musique qui fait la bande-son de ce truc ? ! Les enfants semblaient encore plus attirés par l’atmosphère tendue, ils compatissaient tous au sort des animaux.

Il y avait un enfant en particulier qui regardait le spectacle, le regard perçant. Il ne devait pas avoir plus de six ou sept ans. Il regardait les marionnettes comme s’il était hypnotisé. C’était presque comme s’il mémorisait leurs mouvements. On aurait dit qu’il marmonnait aussi quelque chose… C’était vraiment un enfant bizarre.

Pourtant, chacun s’amusait à sa façon. C’était assez difficile de trouver un moyen de plaire à tout le monde dans une pièce, j’étais donc impressionné qu’ils aient réussi à faire ça. Et alors que j’y réfléchissais, le spectacle passa à l’acte final.

« Hourra ! Nous avons repris la forêt ! »

Les marionnettes-chats de Linze commencèrent à crier de joie, mettant fin ainsi à l’histoire. Sakura fit venir des oiseaux pour la scène finale et les fit chanter une chanson en accord avec l’accompagnement du dieu de la musique.

Attendez… Cette chanson… Mais qu’est-ce que… ? Je suppose qu’ils la chantent sans comprendre l’anglais, mais je sais ce qu’elle dit… C’est assez bizarre de les entendre dire « Saturday Night ! Saturday Night ! » encore et encore comme ça… Cela ne fonctionne pas vraiment !

C’était une belle chanson, et les enfants avaient tous applaudi en un rien de temps. Les marionnettes animales se balançaient aussi au rythme. Il semblerait bien que Le rock and roll pouvait unir les mondes…

Le spectacle de marionnettes connu ainsi un succès retentissant.

« Ahhh… Je suis si fatiguée… »

« On a bien fait… On a vraiment bien fait… »

« Je me suis beaucoup amusée ! »

« J’ai presque oublié certaine de mes tirages… »

« Bon travail… Vous devriez être fières, vous toutes. »

Nous avions nettoyé l’espace de représentation et remis la classe dans l’état où elle devait être. Nous étions ensuite allés manger un peu de nourriture légère, car il n’était pas encore l’heure de dîner. M. Mittens s’était assis sur les genoux de Fiana, en tapant doucement sur du saké matatabi.

… Ne t’enivre pas, petit chevalier chat… À un moment donné, Sousuke et ses chansons avaient eux aussi disparu.

« Merci beaucoup pour votre aide aujourd’hui, tout le monde. Les enfants semblaient incroyablement heureux. »

« Je suis heureuse que vous ayez aussi apprécié ! » dit Linze en souriant à Fiana.

« Tu as travaillé très dur, Linze. Mais s’il te plaît, repose-toi bien à partir de maintenant… N’en fais plus jamais trop, d’accord ? »

« D’accord. Je te le promets ! »

Linze laissa échapper un petit rire. J’étais content que tout se soit passer sans accroc.

Mais quand on était retourné en classe pour rassembler les marionnettes, quelque chose n’allait pas.

On avait rangé toutes les marionnettes dans une boîte sur le côté de la scène… mais maintenant elles avaient toutes disparu.

« Où sont-elles ?! »

Linze avait commencé une recherche frénétique, regardant en dessous et au-dessus de tout ce qui se trouvait dans la pièce. C’était une assez grosse boîte… Si elle était encore là, nous l’aurions sûrement vue.

« … Un voleur ? », murmura Sakura.

Je n’étais pas sûr de ça… Ce n’était que des marionnettes. Elles ne valaient pas grand-chose. Que leur voudrait un voleur ? Pourtant, même si elles n’avaient pas beaucoup de valeur matérielle, elles étaient quand même importantes pour nous… Linze m’avait regardé, presque en larmes. Je m’étais décidé à les retrouver.

M. Mittens s’était saoulé au saké, mais j’avais essayé de lui demander de l’aide. J’étais pourtant pratiquement certain que son nez était complètement inutile quand il était saoul.

« … Vous ne pouvez pas aider, hein ? »

« Miaou… ? Mlle… Où… Hic… Doit être par ici… Je sens… Uhm… Laisse-moi voir ça… Je sens… Hic… De l’herbe à chat ! Haha ! »

Il n’était vraiment pas utile. Je n’étais pas vraiment en colère contre lui. Il avait travaillé dur… donc c’était bien.

« Touya, peux-tu les trouver ? »

« Laisse-moi faire. Je vais les récupérer. »

J’avais fait un signe de tête à Yumina et j’avais sorti mon smartphone. Puis, j’avais lancé la carte et j’avais cherché les marionnettes faites à la main par Linze… Heureusement, la réponse était arrivée assez rapidement.

« Celui qui les a n’a pas quitté la ville. Je vais les récupérer, d’accord ? »

« A -Attends ! Je viens aussi ! »

J’étais sur le point de sortir quand Linze m’avait demandé de venir. Je me demandais si ça irait… mais j’étais sûr qu’elle pourrait tenir tête à un ou deux petits escrocs.

J’avais emmené Linze, mais je me demandais que faire des trois autres… Je ne pensais pas qu’aller là-bas en masse aiderait.

« Très bien, je vais ouvrir une [Porte]. M. Mittens fera le guet… Comme ça, on pourra tous y aller. »

« Travaillez dur… On mangera plus tard, d’accord… ? »

« Compris… Pas de problème… ! »

Le petit chat étourdi salua Sakura. Nous lui avions retiré ses bottes et je lui jetais une [Récupération].

« Très bien, allons-y. »

Nous avions passé le portail et étions sortis de l’autre côté. Nous étions arrivés à la périphérie de la ville, où de nouvelles maisons avaient été construites. C’était le soir, l’odeur du dîner flottait dans l’air. L’endroit où nous nous dirigions était la maison juste à côté du portail. C’était là que se trouvaient les marionnettes de Linze… et peut-être même le coupable.

J’étais sur le point d’avancer quand Sakura m’avait soudainement arrêté dans mon élan. Qu’est-ce qu’elle voulait ? me demandais-je…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire