Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Interlude 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 1 : La forêt enchantée

***

Interlude 1 : La forêt enchantée

Partie 1

« Vous avez besoin de mon aide… ? »

« Oui. Nous avons besoin de votre aide en tant qu’aventurier de rang or. Les circonstances sont inhabituelles. »

Kohaku et moi étions assis avec le maître de guilde Relisha, pour discuter d’une demande.

« Je comprends vos inquiétudes concernant les affaires publiques et privées, et vos devoirs de grand-duc, mais ne considérez pas cela comme une demande du village. Considérez que c’est une demande personnelle de ma part, plutôt qu’un service aux elfes. »

Les elfes… C’était des créatures habitant la forêt, en harmonie avec la magie et ayant une longue vie. Ils avaient plusieurs attributs raciaux en commun avec les fées, mais il semblerait qu’il y avait peu de fées dans ce monde.

Dans la plupart des pays du monde, on pouvait voir des elfes dans les rues bondées ici et là, un peu comme Relisha ici.

L’image que j’avais des elfes était qu’ils étaient des habitants de la forêt qui vivaient à l’écart de la société, qu’ils utilisaient des arcs pour chasser et qu’ils se disputaient avec les nains. Ils méprisaient aussi les humains en tant que créatures inférieures… C’était une race plus hautaine qu’autre chose.

Les elfes que je connaissais au travers des romans fantastiques étaient en quelque sorte similaires aux elfes de ce monde, mais il y avait quelques différences majeures. Beaucoup d’elfes de ce monde étaient sortis de la forêt et s’étaient intégrés dans la société. Ceux qui l’avaient fait avaient tendance à être extrêmement sociables et intéressés par les voyages. Certains d’entre eux étaient aussi étonnamment agressifs sur le plan social. Relisha était un peu comme ça. Si elle n’avait pas un dynamisme considérable, elle n’aurait jamais atteint le statut de chef de guilde.

« Très bien, quelle est la demande ? »

« Les elfes venaient à l’origine des forêts, et de nos jours, on en trouve partout dans le monde. Mais tous les elfes peuvent faire remonter leurs origines aux sept villages elfes d’origine. L’un d’entre eux est dans le Royaume de Ryle, et il a un problème majeur. »

Si je me souviens bien, le Royaume de Ryle était un pays à l’ouest de Lestia. Je m’étais demandé quel était le problème avec les elfes là-bas.

« Avez-vous entendu parler des tréants ? »

« Oui. C’est un monstre constitué de bois, non ? »

Un tréant était en fait un arbre qui était devenu un monstre. Il avait un visage sur sa face avant et utilisait des branches comme membres. Il utilisait aussi ses racines pour se déplacer. Il ressemblait à un golem des bois, mais il était beaucoup plus petit et ressemblait davantage à un arbre.

Il ressemblait quelque peu aux demi-hommes à base de plantes qui recevaient des nutriments par photosynthèse. Ainsi, même s’ils étaient des monstres, ils étaient en quelque sorte dans la même catégorie que les Alraunes et autres humanoïdes à peau verte ou à écorce. Les demi-humains végétaux étaient d’ailleurs l’une des sept principales races de Mismede.

« Même si les tréants sont des monstres, ils ne sont pas vraiment hostiles. Ils n’attaqueront jamais qu’en représailles. Cependant, il y a quelques jours, un tréant a attaqué le village elfe de Ryle. »

« Sérieusement ? Mais vous venez de dire qu’ils sont passifs. Que s’est-il passé ? »

« Nous ne savons pas. C’était une attaque soudaine, sans avertissement ni provocation. Le tréant avait une couleur différente de la normale, et ses feuilles étaient de couleur cendre. Les villageois commencèrent à l’appeler tréant sombre. Nous, les elfes, tout comme les fées, n’utilisons pas beaucoup de magie du feu à cause de nos racines dans la forêt. Cela s’est avéré être un inconvénient pour nous, car la magie du feu est le seul moyen efficace pour repousser une créature de type arbre. La bataille dura un certain temps, et elle s’en est sortie largement indemne. »

Relisha poursuivit en expliquant que les villageois avaient suivi le tréant sombre et découvrirent plusieurs énormes tréants au fond des bois.

« Attendez… y a-t-il des béhémoths ou quelque chose de ce genre ? »

« Franchement, je ne le sais pas vraiment. Cet endroit ne possède pas une forte concentration de magie, donc c’est très inhabituel. »

Les Béhémoths se formaient typiquement grâce à une concentration massive de magie dans l’atmosphère, les créatures ordinaires absorbaient lentement cette accumulation de magie et grandissaient jusqu’à une taille immense.

Les béhémoths pouvaient provoquer des catastrophes nationales sans précédent s’ils n’étaient pas contrôlés, il était donc important de les tuer avant qu’ils ne deviennent incontrôlables. J’avais déjà vaincu un béhémoth dans Ryle, en utilisant un Baron Chevalier. Si je me souviens bien, c’était un énorme scorpion.

De toute façon, si c’était des Béhémoths qui menaçaient le village elfe, pas étonnant qu’ils en aient eu peur. Aucun aventurier ordinaire ne pouvait s’opposer à eux.

« Le Royaume de Ryle ne fait rien pour ça ? »

« Si on leur demandait de l’aide, ils enverraient des chevaliers dans la forêt, mais je suis sûr que les dommages collatéraux seraient importants. Les chevaliers de Ryle manquent d’un certain niveau de finesse… »

Relisha semblait préoccupée par l’idée de les voir se battre. Je me demandais s’ils étaient vraiment aussi maladroits… Mais je supposais que ça n’avait pas d’importance. Ryle n’avait jamais été menacé par la guerre. Ils avaient maintenu la paix avec Lestia pendant des centaines d’années.

« Très bien, d’accord. Je vais vérifier. Si ces tréants sont des béhémoths, la guilde achètera-t-elle les matériaux en surplus ? »

« Bien sûr. Les tréants fournissent du bois de haute qualité, donc c’est une ressource assez populaire sur le marché. Merci d’avoir pris en compte ma demande. »

J’étais un aventurier et un grand-duc… Quelle double vie pénible ! Pourtant, je devais gagner de l’argent pour payer mes chevaliers, et je devais gagner de l’argent pour continuer à développer des Frames Gears. Je couvrais tout cela de ma poche, alors je me contentais de faire des quêtes de temps en temps pour garder cet argent intact.

Rosetta et Monica achetaient souvent une quantité incroyable de ressources, et Fam importait constamment de nouveaux livres… Flora continuait à acheter des médicaments de luxe, et Parshe finissait aussi par casser beaucoup de choses… Depuis que le Docteur Babylon avait rejoint l’équipe, les coûts n’avaient cessé d’augmenter. Parfois, je me demandais si hériter de son héritage était moins une bénédiction qu’un inconvénient… En fin de compte, je devais travailler pour les garder à la maison. Je me sentais un peu comme un homme qui soutenais sa famille, malgré le fait que je n’étais même pas encore marié…

Il y avait beaucoup de pièces d’or dans l’entrepôt de Babylone, mais elles étaient toutes basées sur l’ancienne monnaie du Parthénon et étaient donc complètement inutiles à l’époque moderne. Nous avions réussi à les transformer en or, mais nous avions découvert qu’elles étaient pleines d’impuretés. Je savais que les pièces de monnaie en or n’étaient pas de l’or pur, que l’or était mélangé à d’autres métaux. C’était la norme… Mais les pièces du Partheno étaient d’une qualité ridiculement médiocre.

Le Docteur Babylone avait mentionné que le Partheno était autrefois une civilisation magnifique, mais qu’au moment où la Phase était arrivée, elle était remplie de corruption. J’avais l’impression qu’il aurait été détruit même sans la Phase.

C’était honteux, mais c’était ainsi que ça s’était passé. J’avais donc besoin de me concentrer sur la réalisation d’un profit immédiat. Les elfes étaient en difficulté, et la récompense était raisonnablement belle. J’avais fait un signe d’adieu à Relisha et j’avais quitté la guilde.

◇ ◇ ◇

« Ce sont effectivement de grands arbres… »

Yae et moi nous promenions dans les forêts de Ryle. C’était une assez grande forêt au sud-ouest du territoire du royaume. Et Yae avait raison. Les arbres étaient assez grands.

J’avais regardé autour de moi, tout ce que j’avais remarqué était vert à perte de vue. Plus profondément dans la forêt, il y avait des arbustes encore plus denses, sombres et menaçants.

« Nous y sommes. Faites attention où vous mettez les pieds. »

Relisha nous guidait tous les deux. Nous étions en route pour le village elfe afin d’enquêter sur le mystérieux cas de l’hostile tréant.

Mais Relisha et Yae n’étaient pas les seules ici. Il y avait Yumina, Elze, Linze, Lu, Hilde, Leen, Sakura et Sue. C’était essentiellement moi et ma joyeuse bande de futures mariées. Kohaku et Paula suivaient aussi.

Leen, Sakura et Sue n’avaient pas encore postulé pour être aventurières dans la guilde. Leen n’était au départ pas intéressée, mais en entendant parler du tréant sombre, son intérêt avait été suffisamment éveillé pour qu’elle vienne avec nous. Sue et Sakura souhaitaient aussi y participer, j’avais donc accepté.

Yumina et les autres filles ayant des cartes de la guilde ne pouvaient également pas postuler à cette requête. Après tout, c’était une quête pour un aventurier classé au rang d’or. Et elles n’étaient pas encore à ce niveau.

Si vous vouliez prendre des quêtes au-dessus de son rang, il fallait alors se trouver dans un groupe où la majorité des membres étaient au bon rang. Malheureusement, j’étais l’un des deux seuls rangs Or dans le monde, et mon groupe était assez important. Elles ne pouvaient donc rien obtenir de tout cela.

En fait, les filles étaient assez nombreuses pour former deux groupes, mais c’était comme ça. Quoi qu’il en soit, elles suivirent le mouvement malgré l’absence de récompense. J’étais plutôt content d’avoir leur compagnie.

« Mon seigneur. Quelque chose arrive. »

Kohaku s’était soudainement mis à prendre la forme d’une bête céleste. Il s’était mis à marcher à côté de moi. Nous nous étions arrêtés. S’il s’approchait de nous malgré le fait que Kohaku soit là, cela signifiait que ce n’était pas un simple animal. Il y avait de fortes chances que ce soit un monstre ou une bête magique.

Ce que nous avions trouvé était un arbre, un arbre en mouvement. Pour être plus précis, un tréant. Je ne m’attendais pas à en voir un si tôt.

« C’est… très différent d’un arbre standard… »

Leen se murmura à elle-même en le regardant de haut en bas.

Personnellement, je n’avais jamais vu de tréants, mais j’avais regardé dans un des livres de la guilde et j’avais vu un dessin. Ce qu’on y voyait était un grand arbre aux branches fines.

Celui-ci ressemblait un peu à ça, sauf qu’il y avait une différence essentielle au sommet. Les feuilles qui poussaient de cet arbre étaient clairement sèches, fissurées et mortes. Celui du livre avait un ensemble de feuillage vert vibrant sur son sommet… Je m’étais demandé s’il s’agissait d’une sous-espèce mutée ou quelque chose comme ça.

« Oooruuguuuuhhh… »

Le tréant cria d’une voix basse et puissante. Tout à coup, certaines des feuilles mortes à son sommet s’étaient aiguisées comme des lames et s’étaient dirigées vers nous.

« Viens, Glace ! Crête gelée éternelle : [Mur de glace] ! »

La magie de Linze fit apparaître un énorme mur de glace devant nous, bloquant facilement les feuilles mortes utilisées en tant que projectiles.

Trois personnes profitèrent de l’occasion pour partir de derrière la glace. Il s’agissait de Lu, Yae et Hilde.

Elles avaient parfaitement synchronisé leur action avec le lancement du sort de Linze, s’élançant vers le tréant juste au moment où le mur de glace fondait.

« Art de l’épée de Regulus : Coupe de ciseaux ! »

« Style secret de Kokonoe : Éclair ! »

« Épée sacrée de Lestia. Lame de décapitation ! »

« Groooouuugugh !! »

L’attaque en tenaille à trois vecteurs enfonça des lames de cristal dans le corps du tréant. Même l’écorce épaisse d’un tréant n’était rien comparée à une lame en phrasium complètement chargée.

Le monstre, maintenant déchiré en morceaux, tomba au sol avec un bruit sourd massif.

« Je n’en attendais pas moins de ceux qui accompagnent personnellement le grand-duc… Incroyable. »

Les trois filles souriaient timidement tandis que Relisha leur prodiguait ses louanges. Je me demandais quand même ce qu’il se passait avec ce tréant… Apparemment, Relisha aussi, vu qu’elle en arrachait une feuille et commençait à l’examiner.

***

Partie 2

« C’est le même genre de Tréant qui a attaqué le village elfe. »

« Alors ce Tréant foncé serait en quelque sorte une sous-espèce ? »

« Je ne suis pas sûr. Nous, les elfes, vivons depuis très, très longtemps. C’est la première fois que nous rencontrons un arbre de cette nature. Il pourrait s’agir d’une nouvelle mutation, mais… »

« Êtes-vous sûr que ce soit une mutation ? N’avez-vous pas pensé que c’était peut-être une maladie ? Son comportement et son apparence sont très erratiques… »

Leen avait raison. Les arbres étaient pour la plupart des créatures passives et ne faisaient pas de mal à moins qu’on ne les blesse d’abord. Il était rare qu’ils frappent sans être provoqués.

Pour l’instant, je rangeais le corps du Tréant foncé dans mon [Stockage].

Des oiseaux surgissaient parfois de nulle part au-dessus de nos têtes, donnant un sentiment de malaise lorsque nous marchions dans la forêt. C’était un peu comme la Mer des Arbres, mais en plus dense et plus effrayant. Honnêtement, je ne voyais pas grand-chose dans la région qui me rassurait. Cette forêt me semblait être une mauvaise nouvelle…

Alors que nous continuions, Kohaku s’était soudainement arrêtée sur ses pas.

« Quelque chose ne va pas ? »

« Oui, il y a une odeur inhabituelle… »

« Hein ? »

Soudainement, une douce odeur entra dans mes narines, et elle était incroyablement agréable. Je n’avais aucune idée de ce que c’était, mais elle était partout présente. C’était peut-être un fruit ou quelque chose comme ça. En même temps que l’odeur, une brume dense commença à descendre autour de nous. C’était arrivé avant même que nous puissions dire ce qui se passait, juste un épais brouillard venu de nulle part. Je ne voyais presque plus rien devant moi.

« Seigneur ! Attention ! »

« Quoi ? ! »

Alors que je me demandais si c’était une attaque d’un monstre ou d’une bête magique… Elze s’était soudainement précipitée sur moi à plein régime et m’avait attiré dans une étreinte. Elle me serrait très fortement.

« Attends, qu’est-ce que tu fais ?! »

« Je t’ai eu… Nyuufufufufu… »

Elze émit un rire inhabituel et refusa simplement de me lâcher.

Hé ! C’est vraiment bien, mais je dois me concentrer maintenant, alors s’il te plaît, laisse-moi partir !

« Heeey, Touya… Tu as été si occupé ces derniers temps, tu sais ? On va passer du bon temps, compris ? ! Rien que moi et le grand-duc ! »

« O-Ow ! S’il te plaît, hey ! Ça fait mal ! »

« Nyuufufufufu… »

Elze continua son câlin d’ours jusqu’à ce que je sente mes os craquer.

Gaaah ! Tu vas me briser ma putain de colonne vertébrale !

« Ga-Ga… Viens, Ténèbres ! Repos apaisant : [Nuage de sommeil] ! »

« Hngh ?! »

Une fine fumée violette s’installa autour d’Elze et elle s’affaissa contre moi. Elle ne s’était pas vraiment évanouie. C’était plutôt comme si je l’avais mise en sieste forcée.

[Nuage de sommeil] était un ancien sort que j’avais découvert en lisant dans la bibliothèque de Babylone.

« Tout va bien, mon seigneur ?! »

« Ouais… un peu… Juste un peu endolori. »

J’avais utilisé la [Guérison] sur moi-même afin d’effacer la douleur. Qu’est-ce qui a bien pu arriver à Elze ?

Je ne pouvais voir aucune des autres filles à travers le brouillard dense. C’était comme si nous étions séparés.

« Touyaaa… Ufufufu… »

« Hein ? Lu ? »

Lu était soudainement apparue de nulle part et m’avait serrée dans ses bras par derrière. Elle pressa son corps contre mon dos. Mon nez se remplissait encore de cette étrange et douce odeur…

« Je suis vraiment heureuse de t’avoir rencontrée, Touya… Je n’aurais jamais pu trouver quelqu’un d’aussi incroyable que toi, même si j’avais parcouru le monde entier pour les trouver… »

« Eh bien, merci, je suppose… Tu vas bien ? »

Ok, il se passe quelque chose de bizarre ici ! C’est quoi le problème ? !

« Mmm… Heeey… Et si on… se s’embrassait, et si on faisait ensuite d’autres choses… »

« Ga-Ga… Viens, Ténèbres ! Repos apaisant : [Nuage de sommeil] ! »

« Uwaaah ! »

Lu était tombé à terre.

Qu’est-ce qui se passe ici ? !

« Mon seigneur… Je crois qu’elles sont peut-être ivres. »

« Quoi ? ! Avec de l’alcool ou autre chose ? ! »

Attendez, en y repensant… cette douce odeur ressemble à celle du saké, non ? Ne me dites pas que ce brouillard en est imprégné ! J’avais soudainement entendu un bruissement venant d’un endroit proche, Relisha était apparue dans les sous-bois.

« Votre Altesse, vous allez bien ? ! »

Relisha semblait au moins avoir retrouvé la raison. J’étais un peu soulagé qu’elle ne soit pas aussi ivre que les autres filles. Je me demandais quand même si les autres allaient bien.

« Désolé, je l’ai remarqué bien trop tard. Leen surveille les autres filles en ce moment. »

« Qu’est-ce que tu n’as pas remarqué exactement ? »

« C’est le travail du champignon buveur. »

Le quoi maintenant ?

« C’est une espèce de champignon. Il détecte les formes de vie à proximité et asperge un brouillard d’alcool depuis ces spores. Sa tactique consiste à abattre ses ennemis en les rendant trop ivres pour agir. Mais l’alcool qu’il contient n’est pas très puissant, donc il est inefficace contre les personnes qui ont une tolérance décente. »

C’était logique. Kohaku et moi n’avions pas été affectés en raison de mon statut d’être divin et du statut de Kohaku en tant que bête céleste. Relisha et Leen étaient en vie depuis un certain temps, elles avaient donc probablement une bonne tolérance à l’égard de l’alcool.

J’avais sorti mon smartphone de ma poche de poitrine et je l’avais examiné. Relisha m’avait donné assez d’informations pour l’identifier… alors tout ce que j’avais à faire était de chercher des champignons. Il n’avait pas fallu longtemps pour que la recherche fonctionne. Bien sûr, il y en avait trois dans la région.

« Viens, Glace ! Javelot Glacé : [Lance de glace] ! »

Trois lances de glace apparurent dans le ciel. J’avais utilisé mon smartphone pour verrouiller les cibles et les lances avaient rapidement trouvé leurs cibles. J’aurais pu les faire cuire en utilisant la magie du feu, mais je ne voulais pas que la forêt s’enflamme et qu’elle se déchaîne. C’était pourquoi j’avais choisi de les congeler.

Ils avaient cessé de bouger sur la carte. J’avais donc pensé qu’ils étaient morts.

« Souffle, Vent ! Élance-toi, rafale tourbillonnante : [Tourbillon] ! »

J’avais utilisé la magie du vent pour disperser le brouillard. Cela fit aussi tourbillonner l’alcool dans l’air, mais ce n’était pas comme si nous pouvions avoir un ivrogne de plus.

J’avais ensuite utilisé [Récupération] sur Elze et Lu. Celles-ci s’étaient progressivement réveillées. Elles trébuchèrent sur leurs pieds, puis regardèrent nerveusement le sol…

« … Je crois que j’ai fait quelque chose de stupide… Auugh… Comme c’est embarrassant… »

« Uwah... J’ai fait quelque chose d’effronté… »

« C’est bon, vous deux. C’est bon. »

Elles avaient juste dit ce qu’elles ressentaient. Pourtant, il semblait qu’elles étaient toutes les deux embarrassées par ce dont elles se souvenaient…

J’étais allé voir Leen. J’avais ainsi réalisé que Linze, Yae et Hilde dormaient profondément, tout comme Elze et Lu.

Sue, Sakura et Yumina se tenaient avec Leen. Cela m’avait un peu troublé. Je m’en doutais un peu pour Sakura, mais je ne pensais pas que Yumina et Sue seraient des personnes ayant une tolérance à l’alcool.

Apparemment, Yumina était celle qui avait endormi les trois autres. Elle avait des affinités avec Ténèbres, elle était donc aussi capable de lancer le sort [Nuage de sommeil]. Quoi qu’il en soit, j’étais content qu’elles aillent bien.

« Tout va bien ici ? »

« Mhm. La lignée royale de Belfast est plutôt tolérante en matière d’alcool, surtout les femmes. »

Huh, maintenant que tu le dis… C’est cependant un peu dommage. Cela aurait été drôle de voir Yumina bourrée.

« J’ai le sang du seigneur en moi. Nous résistons bien au poison… »

Sakura parlait assez franchement.

Mais ce n’est pas vraiment du poison… hein ? C’était de l’alcool.

J’avais le sentiment que si le seigneur de Xenoahs avait entendu Sakura parler de son sang comme d’un bienfait pour elle, il aurait éclaté en sanglots de joie. J’aurais dû faire un enregistrement pour lui.

J’avais lancé [Récupération] sur le trio déchu et je les avais ramenés à la raison.

Ensuite, j’étais allé enquêter sur un des champignons buveurs. Ce que j’avais finalement trouvé était un champignon d’un mètre de haut avec un coup de couteau béant sur le côté. Il avait à peu près la même forme qu’un argouane. Il avait de petits bras et des jambes courtes, et une structure effrayante ressemblant à un visage sur son devant.

Mais il sentait bon… Je pensais que le goût serait encore meilleur après la cuisson, mais je n’en avais pas vraiment eu le courage. Kohaku, par contre, salivait… Honnêtement, ça ne m’aurait pas dérangé qu’elle le mange si elle pensait pouvoir le digérer.

« C’est inhabituellement gros… Les champignons buveurs ne sont pas aussi gros d’habitude, ils sont généralement cette taille-là… »

Relisha leva la main jusqu’à ce qu’elle atteigne la moitié de la taille du champignon que je regardais. C’était vraiment étrange… Je m’étais demandé s’il y avait vraiment une zone de concentration de magie par ici.

Apparemment, les elfes pouvaient préparer un délicieux alcool à partir de ces champignons, alors j’avais mis les cadavres dans [Stockage]. En fin de compte, l’argent était roi et j’étais là pour régner… même si cela semblait un peu bizarre… Mais je me demandais si je devais accepter le paiement sous forme d’alcool ou simplement vendre les ingrédients bruts et obtenir de l’argent… Je ne savais pas quelle solution prendre.

« Ma tête me semble moins lourde… »

Linze ferma légèrement les yeux et frotta sa paume contre son front. Je lui avais déjà jeté un sort, ce qui aurait dû guérir la gueule de bois qu’elle avait. Le sort n’était pas bon pour le mal des transports, mais il faisait des merveilles pour l’ivresse. Elle se sentait probablement juste mal.

Selon Yumina, Linze avait commencé à beaucoup marmonner quand elle était devenue saoule et avait dit des choses embarrassantes. Yae s’était mise à rire tellement fort qu’elle s’était roulée par terre… et Hilde s’était mise à essayer de faire la morale à un arbre. J’aurais tellement voulu assister à cette réunion chaotique.

« Les gens ivres sont effrayants… Tout le monde a changé tout d’un coup et a commencé à me faire peur… Quand mon père boit, tout ce qu’il fait c’est d’être heureux et de chanter beaucoup ! »

Sue grogna doucement. Je ne savais pas que le Duc Ortlinde était un ivrogne aussi joyeux… Mais je n’étais pas vraiment fan de découvrir comment était sa voix de chanteur.

« Hé sœurette, ça va ? »

« M-Moi ?! Je… J’allais très bien ! Vraiment ! Il ne s’est rien passé ! »

Linze s’était tournée vers Elze et lui avait posé une question qui provoqua la panique de sa sœur. Mon visage devint un peu rouge quand je m’étais souvenu de ce qui s’était passé. Mais je n’avais rien dit.

Même s’il faisait jour, il faisait assez sombre… Mais c’était parce que, par endroit, la dense canopée de la forêt bloquait la lumière du soleil. Parfois celle-ci était juste bloquée par d’épais troncs d’arbres. Ce serait vraiment difficile de se repérer sans ma carte. Cela dit, si nous nous perdions, je pourrais utiliser ma magie pour nous ramener à la maison sans problème.

« … Hm ? »

« Quelque chose ne va pas, Kohaku ? »

Sue, sur le dos du tigre blanc, lui avait soudainement posé une question.

« Méfiez-vous. Je sens des bêtes magiques dans le coin. »

Suite aux paroles de Kohaku, tout le monde avait sorti ses armes. Curieusement, je ne pouvais rien sentir.

***

Partie 3

« … Où ça ? »

« L’ennemi pourrait-il être au-dessus ? »

Yae regarda vers le haut, et tous les autres suivirent son regard. Les rayons de soleil dispersés rendaient difficile la distinction de quoi que ce soit, et je ne voyais pas vraiment ce qui ressemblait à un monstre ou à une bête magique.

« Il y a une espèce dans cette région qui s’appelle le singe fouet. Ils attaquent en utilisant leurs longues queues comme fouets, et sont souvent suspendus à de hautes branches lorsqu’ils attaquent les gens qui passent. »

« Hein… »

J’avais soigneusement balayé le sommet des arbres pendant que Relisha parlait. Je n’avais pas vraiment de bons souvenirs des singes dans ce monde. Du roi singe au chef de guerre singe à Eashen, ce n’étaient que de mauvaises nouvelles pour moi.

Non, il est encore trop difficile à voir là-haut… D’accord, je sais.

« [Détection lointaine]. »

J’avais envoyé ma vision dans les arbres, ce qui était bien plus facile que de regarder depuis le sol.

Des singes, des singes… Voyons voir… Non, pas de singes. Mais je peux voir quelques écureuils et des oiseaux.

« Kohaku, où as-tu senti ça ? »

« Par là… C’est une légère odeur portée par le vent tout près. »

« Eeeeeek ! »

Ce cri soudain fit stopper ma [Détection lointaine].

Qu’est-ce qui s’est passé ?

« C’est quoi le problème, Sakura ? »

« Quelque chose m’a touché… Il m’a touché… ! »

Sakura répondit à Lu et avança ses propres mains vers sa taille… avant de tapoter autour de ses fesses.

« E-Eeek !!! »

Sakura sursauta et poussa un autre cri, les mains se rétractant de son derrière. Ses paumes étaient toutes deux couvertes d’un liquide brillant et collant. Elle serra la main et le mucus bizarre tomba sur le sol. Au premier coup d’œil, cela ressemblait à du sirop de maïs, mais il avait une couleur brillante, semblable à un arc-en-ciel.

« C’est tout collant… C’est… C’est horrible… S’il te plaît, Grand Duc, aide-moi… C’est horrible… »

Les larmes commencèrent à couler des yeux de Sakura alors qu’elle essayait d’enlever le mucus de ses mains. Elle se dirigea vers moi comme un zombie.

« C’est bon, ne bouge pas. Compris ? [Nettoyage]. »

Une faible lumière verte entoura Sakura de la tête aux pieds et tourna autour d’elle. Tout ce qui était collant sur ses mains et son derrière avait été nettoyé en un instant.

« Ça va mieux ? »

« Bien mieux… Merci… »

Sakura poussa un soupir de soulagement et se tapota pour confirmer que tout était parti.

« Qu’est-ce qui s’est passé, exactement ? »

« Je ne sais pas… Quelque chose m’a touché les fesses par en dessous… C’était effrayant… »

Sakura frissonna en réponse à la question de Linze. Ça avait dû être assez désagréable.

Hilde et Yae avaient pointé leurs lames vers l’extérieur et avaient pris une position prudente.

« Alors il y a un ennemi dans le coin… »

« Tu as raison. Je ne sais pas où il se cache, mais il est ici, il est… Leen-dono ! Accroupis-toi, s’il te plaît ! »

« Hein ? »

Leen avait obéi à l’ordre soudain de Yae et s’était accroupie. L’instant d’après, le sol sous Leen avait été perturbé comme par une force invisible.

« Qu — ?! »

« Il est là, il est là ! »

Yae s’était soudain précipitée vers l’avant, balançant sa lame dangereusement près du cul de Leen. Hélas, la lame n’avait pas du tout traversé et était ressortie propre.

« Gyuraughugh ! »

« Oh ?! »

Je pensais que sa lame n’avait traversé que du vide, mais ça a fait un bruit ! Yae avait finalement heurté quelque chose.

C’était comme un gros lézard. Il avait tendu une longue langue et l’avait enroulée autour du parasol de Leen, qui était maintenant par terre. Heureusement, cette langue avait été proprement coupée par la lame de Yae.

Il avait de grands yeux étranges, une grande bouche et une queue tordue. Il ressemblait un peu à un gros caméléon. Il disparut soudainement, et je n’avais pu distinguer clairement sa silhouette. C’était comme une huile chatoyante sur l’eau.

Attendez, il peut se fondre dans le décor !

« C’est un lézard furtif ! Il détourne la lumière avec de la magie et l’utilise pour se déguiser ! », cria Relisha.

J’avais finalement compris ce qui se passait. C’était le même principe que le sort [Invisibilité] que Leen et moi avions utilisé.

« Espèce de petit con ! Tu disparais et tu lèches les fesses des filles ?! Quel genre de monstre merdique es-tu ?! »

Elze grogna alors qu’elle balançait son poing, qui s’écrasa dans sa zone approximative. Il avait disparu, mais nous pouvions le suivre maintenant. Après tout, du sang coulait de l’endroit où se trouvait sa langue.

« [Renforcement] ! »

« Grahagah ! »

Elze canalisa toute sa puissance dans son poing droit et envoya un puissant coup de gantelet qui s’écrasa sur le corps du lézard. Il avait été emporté en moins d’une seconde et s’écrasa contre un arbre… Ou du moins, c’était ce que j’avais deviné. Je ne pouvais pas le voir. J’avais fait cette supposition, car le feuillage était sensiblement plus ensanglanté à un certain endroit. Son camouflage ayant finalement disparu, il avait commencé à se contracter.

C’était une créature massive, étant donné qu’elle était censée être un caméléon… Il mesurait environ trois mètres. Et si vous aviez déployé sa queue et sa langue, elle aurait été encore plus grande.

Une fois qu’il cessa de se tortiller, Relisha se rapprocha un peu plus de la zone ensanglantée pour l’examiner correctement.

« C’est bien un lézard furtif, mais il est beaucoup trop gros… Tout comme le tréant sombre, et le champignon buveur… Qu’est-ce qui se passe dans cette forêt ? »

Apparemment, les lézards furtifs devaient mesurer environ un mètre. Je me demandais si la forêt était maudite.

« Je me demande s’il y a vraiment un rassemblement de magie dans cette zone… Bon sang… Il y a aussi des trucs gluants sur mon parasol préféré… Ne touche pas, Paula. C’est sale… »

Leen soupira doucement en tenant son parasol loin de Paula. Le petit ours voulait probablement le lui prendre. C’était mignon.

« On va bientôt régler ça, ne t’inquiète pas. »

« Merci, mon chéri ! »

Leen sourit doucement. Je me demandais quand même s’il y avait une source magique quelque part. Je me demandais si nous aurions une autre situation comme celle de Palerius dans cette forêt. Avec tant de créatures surdimensionnées qui rôdaient dans les environs, il était difficile d’imaginer une autre solution.

Je m’étais retourné vers Leen, quand soudainement Yae et Hilde s’étaient mises à mes côtés.

« … Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Quelque chose nous regarde de l’avant. »

« Oui, je crois qu’il y a quelque chose devant nous. »

« Ah, je vois. Je peux aussi sentir quelqu’un dans les arbres… J’ai pensé qu’il y avait peut-être quelque chose là-haut. Probablement encore un champignon. »

Je me demandais ce qu’il en était… J’avais supposé qu’il s’agissait juste de quelques champignons puisqu’ils étaient juste à l’affût, mais comment pourraient-ils grimper là-haut avec leurs petits membres trapus ?

« Je vais faire tomber ceux qui se cachent dans les arbres. Vous deux, allez-y et voyez s’il y en a d’autres. »

« Compris. »

« Je serai rapide. »

Le duo se précipita dans les buissons.

Hmm… Il y en a certainement deux sur l’arbre… À gauche et au fond… Utiliser la magie à fond pourrait être un peu excessif, alors je suppose que je devrais utiliser une balle spéciale.

« Recharge. »

Les balles avaient été échangées dans le cylindre de Brunhild, et j’avais aligné mon tir.

J’avais tiré une balle qui toucha le tronc de l’arbre en plein centre, ce qui provoqua un tourbillon en spirale qui éclata et tourna autour de l’arbre. C’était une version affaiblie du sort [Tempête] que j’avais imprégné dans la balle.

« Gwah ! »

« Gaaah ! »

Ceux qui se cachaient dans les arbres tombèrent au sol assez vite. Kohaku avait ensuite immédiatement couru vers eux.

« E-Eeep ! »

« Attends… Tu… »

Il y avait un couple de personnes qui se recroquevillaient dans le sillage de Kohaku. Il m’avait fallu un moment pour les reconnaître, mais j’avais reconnu leurs vêtements. Ils portaient d’étranges masques qui couvraient la moitié inférieure de leur visage, et ils avaient de longs ongles. Ils étaient vêtus de ponchos et portaient des bracelets en or autour des poignets et des chevilles.

« Vous êtes de la Tribu Rivet ? »

Les deux hommes regardaient fixement, les yeux écarquillés, mon exclamation soudaine.

La tribu Rivet. C’était une tribu de la Mer des Arbres qui excellait dans le combat au poison. Nous les avions vaincus pendant la taille et avions assuré la victoire de la tribu de Pam.

Ils étaient également responsables de la croissance des énormes golems de bois qui avaient fait des ravages dans Roadmare… Je ne savais pas ce que cette tribu faisait par ici.

« Hm… Laissez-moi deviner. Vous êtes responsables des irrégularités des tréants, hein ? Et les autres créatures de la forêt, hein ? C’est aussi votre faute ? »

Après tout, ils étaient liés à un précédent cas de créatures dépassant leur taille standard. Je me demandais s’ils avaient lavé le cerveau des arbres ou s’ils les avaient rendus plus agressifs. Je m’étais demandé si les monstres surdimensionnés étaient aussi de leur fait.

« Touya-dono, nous les avons capturés. »

« Nous les avons amenés… »

Yae et Hilde avaient amené deux autres membres de la tribu Rivet.

« Alors, ils viennent de la Mer des Arbres ? »

« Qui sont-ils ? »

Relisha et Leen ne les connaissant pas, elles s’étaient donc montrées curieuses. Sakura n’avait pas l’air très intéressée.

J’avais expliqué brièvement ce qui s’était passé pendant la taille. Quand j’avais posé la question de savoir si les arbres surdimensionnés et hostiles étaient peut-être de leur fait, Relisha hocha la tête.

« Nous avions entendu parler de l’incident de Roadmare, mais je n’aurais jamais pensé que les responsables de ce carnage auraient pu se rendre en territoire elfique… »

La Tribu Rivet avait été bannie de la Mer des Arbres après son comportement immoral lors de la taille.

Il semblerait que les survivants avaient dû errer jusqu’à ce qu’ils arrivent dans la forêt du royaume de Ryle et commencent une nouvelle vie ici… La tribu Rauli de Pam avait accepté quelques individus qui s’étaient repentis, mais une bonne partie de la tribu avait refusé et était passée à autre chose. C’était des idiots.

Ils étaient probablement encore en colère à propos de ce qui leur était arrivé. Les anciens de la tribu Rivet planifiaient probablement encore leur vengeance. Après tout, ils seraient toujours en colère après leur expulsion de la Mer des Arbres.

J’avais appris des captifs que plus d’une douzaine de membres de la tribu Rivet chassaient dans cette forêt.

« De la chasse, dites-vous ? Et vous chassez quoi ? » soupira Leen.

C’était clair. Ils essayaient probablement de chasser les elfes et de revendiquer cet endroit comme leur propriété.

« Je me demande s’ils essayaient de créer quelque chose de plus fort que les golems de bois avec ces animaux et ces arbres… »

Linze avait probablement raison. Ils avaient probablement l’intention de chasser les elfes de la forêt, puis d’élever les tréants pour faire la guerre à la Mer des Arbres.

« Je suis heureux que nous soyons venus ici, aujourd’hui… Si nous avions attendu plus longtemps pour agir, la Mer des Arbres aurait pu avoir de sérieux problèmes. »

D’une certaine façon, on avait eu de la chance. Les villageois elfes dispersés et perdus auraient eu des ennuis… Ils auraient probablement dû se réfugier dans le royaume de Ryle.

***

Partie 4

Je ne voulais pas courir de risque, alors j’avais utilisé [Nuage de sommeil] sur les membres de la tribu Rivet qui avaient été capturés. Mais c’était après qu’ils m’aient dit où se trouvait leur tribu.

Nous avions continué plus loin dans la forêt. J’avais soudainement vu des oiseaux voler au-dessus de moi, croassant de peur. Quelque chose se préparait… Le sol commença à trembler, et le bruit des branches qui se brisaient retentit à son approche…

Il avait une énorme bouche tordue gravée dans sa face en bois. Ses racines noueuses s’étendaient comme des jambes, et un épais lit de feuilles mortes poussait sur ses branches supérieures. Son visage mort était presque tordu en un sourire.

Il était énorme. Il était comparable à la taille d’un Golem en bois qui avait attaqué Roadmare. Si cette chose lançait une attaque, alors plus aucun elfe ne pourrait s’enfuir.

« Touya ! Attention ! », cria Yumina.

J’avais ainsi remarqué qu’un autre tréant de même taille sortait. Il y en avait… un, deux… dix au total. C’était beaucoup plus que ce que j’attendais.

« Touya-dono, peux-tu nous laisser ces arbres, s’il te plaît ? »

« Oui, faisons-le ! »

J’avais ouvert une [Porte] et j’avais appelé un Chevalier. Ensuite, j’avais regardé en direction de Yae et Hilde. Oh merde, ces choses se rapprochent !

J’avais ouvert un autre portail et j’avais fait tomber le Siegrune de Hilde et le Schwertleite de Yae.

Le sol trembla lorsque les Frames Gears spéciaux s’étaient écrasés dans la forêt.

« Allons-y, Hilde-dono ! »

« Très bien ! »

La fille samouraï et la femme chevalier s’étaient mises en action. J’avais le sentiment que la bataille allait bien se passer.

« Hé, Touya ! Ne les laisse pas s’amuser toutes les deux ! Fais sortir Gerhilde ! »

« Compris, bon sang ! Ne me presse pas ! »

Elze courut vers moi et m’attrapa par la peau du cou. Je m’étais un peu débattu en réponse et j’avais appelé Gerhilde. Elze me laissa sur place et couru avec joie vers son mécha.

Mon Dieu… Comme c’est bruyant…

« J’aimerais pouvoir y aller avec Grimgerde, mais mon équipement n’est pas adapté à cet environnement… »

Le Grimgerde de Leen était équipé d’armes lourdes. Si elle faisait tout ce qu’elle pouvait dans ce truc encombrant, la forêt serait probablement en désordre. Elle battrait les tréants, mais les elfes ne seraient pas très contents.

« Je veux piloter Ortlinde, moi aussi… »

Un Ortlinde normal serait sans doute bien, mais il est hors de question d’utiliser le Seigneur Ortlinde. La forêt n’existerait même plus.

Je m’étais demandé s’il était bon pour moi d’accepter la récompense si c’était ces trois-là qui faisaient tout le travail de nettoyage des tréants… J’avais demandé à Relisha, qui me répondit que cela ne causera pas de problème. J’étais content d’avoir l’assurance personnelle du chef de guilde…

« Très bien, pendant qu’elles font ça, allons chercher la tribu Rivet. »

« D’accord ! On se dépêche, Touya ? »

Yumina sourit et inclina la tête.

Ça me semblait bien. J’avais pris mon smartphone et j’avais utilisé [Recherche], car je pouvais identifier les membres de la tribu des Rivets facilement grâce à leur tenue.

Dans la forêt, il y avait un total de vingt-trois membres de la tribu. En excluant les quatre que nous avions déjà attrapés, cela signifiait qu’il en restait dix-neuf.

« Verrouillé sur… [Paralysie] ! »

J’avais entendu quelques légers gémissements de choc et quelques bruits redondants alors qu’ils tombaient sur le sol. C’était ça. Tout ce qu’on avait à faire, c’était de les attacher et de les ramasser. Mais je me demandais si c’était tout ce qu’il y avait à faire. Nous avions encore d’autres problèmes à régler… Comme ces tréants.

Le Siegrune de Hilde bloqua sans effort l’une des attaques du monstre avec son bouclier. Le bouclier orange n’était pas transparent, mais il était toujours composé de Phrasium. J’avais mis au point une peinture spéciale qui permettait de recouvrir le matériau.

Siegrune en avait profité pour charger en avant et frapper le tréant avec le bouclier.

« Graugh ! »

Le tréant géant était déséquilibré, ce qui donnait à Siegrune l’occasion parfaite de faire tomber sa lame sur la créature. Il fut coupé en deux sans aucun effort, le Tréant tomba au sol en deux morceaux.

L’écorce extérieure du Tréant était résistante, mais ce matériau n’était tout simplement pas à la hauteur de l’équipement au phrasium.

« Ils sont différents des Golems de bois ! Est-ce que ces Tréants ont des lignes de vie magiques ? »

« Oui ! Si tu coupes la ligne de vie magique qui remonte au milieu de son corps, alors il devrait mourir ! C’est comme couper la moelle épinière d’un humain ! Cette partie du corps est protégée par l’écorce la plus résistante, alors méfie-toi ! », répondit Relisha rapidement et avec concision. Elle avait certainement une bonne connaissance de ces choses…

« Haaah ! »

« Grauuugh ! »

Gerhilde écrasa son poing sur le visage d’un Tréant. Il en restait une bosse dans le bois maintenant fissuré, mais elle n’avait pas encore réglé son compte. Il semblerait que le Tréant ne mourrait pas à moins que la ligne de vie au milieu de son tronc ne soit coupée. Cela signifiait que les armes non blanches étaient très inefficaces.

Gerhilde avait toujours un petit couteau à la taille, alors je m’étais dit qu’elle pourrait s’en servir pour finir le travail…

« Haaaaaaaaaaaaah ! »

Tout d’un coup le poing gauche de Gerhilde frappa le monstre. Puis le droit à nouveau ! Gauche, droite, gauche, droite ! Une pluie de coups de poing tomba sur l’arbre. Je m’étais presque senti mal pour lui.

Il fut réduit en miettes. À chaque coup successif, de plus en plus d’écorce était écaillée.

« Mange ça ! »

L’un des lance-roquettes sur les poignets de Gerhilde fut finalement sorti, coupant la ligne de vie. Le Tréant tomba ensuite, vaincu. C’était une sacrée attaque… Elle m’avait même surpris.

« Qui est le prochain ? ! »

Elze abandonna le Tréant qu’elle avait presque transformé en sciure de bois et courut après sa prochaine cible.

« Mince alors… elle est vraiment douée pour piloter ce truc. »

Le Frame Gear réagissait à son pilote, le piloter devenait ainsi plus facile avec le temps. En d’autres termes, plus vous l’utilisiez, plus il commençait à fonctionner comme une extension de vous-même. C’était le cas pour tous les Frame Gears, même les Chevaliers. C’était pourquoi j’aimais m’assurer que les chevaliers utilisaient le même chaque fois.

Relisha fixait la scène, des robots géants qui se battaient contre des arbres géants, et murmurait d’étonnement.

« C’est vraiment quelque chose à voir… Même les arbres géants ne peuvent rien faire pour arrêter les Frames Gears… »

« Nous luttons toujours contre les types de phases les plus forts, bien que… »

« Sans ces guerriers géants, je crains que le monde ne soit déjà fini. Je ne sais pas qui ils sont, mais je dois vraiment un grand merci au génie antique qui a inventé ces… »

Ne dites pas ça en sa présence, vous allez gonfler son ego… Je ne veux pas qu’elle rie et jubile de partout, merci. Bien que, pour être juste, elle est une sorte de sauveuse… Sans le génie de Babylon, le monde aurait beaucoup de problèmes.

Pourtant, ce n’était pas elle qui avait réparé la frontière du monde… Si celui qui avait fait ça ne l’avait pas fait, alors les Frames Gears auraient dû être déployés bien plus tôt.

Les deux tiers du monde étaient cependant déjà en ruines à ce moment-là… Je n’étais donc pas certain que les Frame Gears auraient vraiment fait toute la différence.

« Style secret de Kokonoe : Éclair ! »

« Oh. »

Schwertleite s’était précipité en avant, coupant un Tréant proprement en son milieu en un clin d’œil.

Celui-ci tomba, faisant trembler le sol. Comparées aux Frame Gears, ces choses étaient complètement inoffensives… Pour être honnête, les Tréants n’étaient de toute façon pas hostiles par nature. Je m’étais demandé si la Tribu Rivet n’aurait pas pu choisir une meilleure créature à équiper pour la bataille…

Quoi qu’il en soit, le travail était terminé. Tous les Tréants étaient à terre.

« Vous avez ma gratitude. Le village elfe devrait pouvoir retrouver sa prospérité d’antan. »

« Ne vous inquiétez pas… Nous avons terminé une tâche assez difficile… »

Relisha était reconnaissante, mais je m’étais senti un peu mal en regardant le carnage. Au final, on en était venu à opposer des monstres à des robots au milieu d’une forêt. Même si on avait gagné facilement, on avait fini par faire un sacré bordel. Les animaux locaux nous avaient aussi causé quelques ennuis.

« Il est difficile d’utiliser les Frames Gears dans un espace aussi fermé… »

« Ne pouvais-tu pas utiliser ta magie de téléportation pour déplacer les ennemis dans un espace dégagé ? »

Je fixais Sue, qui venait de soulever un point intéressant. Merde.

Relisha la fixait aussi, en soupirant et en disant : « Oh. »

« … Désolé. »

« Ce n’est pas grave. »

J’avais légèrement incliné la tête. Une partie de moi voulait se mettre à quatre pattes pour se prosterner.

Une fois cela terminé, nous étions rentrés à la maison. Yumina et les autres prenaient une tasse de thé. Je parlais au téléphone avec Relisha.

« Attendez, comment pouvez-vous me dire que l’écorce de Tréant ne vaut rien ? ! »

Yumina et les autres m’avaient soudainement regardé fixement.

« Ce n’est pas exactement sans valeur, mais… vous n’en tirerez pas grand-chose. »

Selon Relisha, le bois de Tréant géant n’avait pas les mêmes qualités que le bois de Tréant standard et n’était pas un matériau aussi précieux.

L’enveloppe extérieure était résistante, mais l’intérieur était étonnamment mou… À l’intérieur, cela avait la consistance de la mousse de polystyrène.

Je suppose que c’était logique. Les Tréants n’étaient pas une sorte de béhémoth naturel. Ils étaient le produit de l’expérimentation des Rivet. Ce n’était pas étonnant que leur bois ne soit pas aussi bon que le vrai.

« Cela signifie donc que nous ne ferons pas beaucoup de profit ? »

« Eh bien, ce ne sera pas une perte totale. Nous pouvons toujours le vendre comme bois de chauffage de qualité… »

J’avais répondu à Yae de la meilleure façon possible. Je suppose que même si cela ne valait pas grand-chose, cela valait quand même quelque chose. Cela correspondrait à moins d’un millième de ce que j’attendais, mais… l’argent, c’était de l’argent. Il pourrait probablement être utilisé comme substitut au carton ondulé ou autre chose.

« Oh, et bien… Le bon côté des choses, c’est que le village elfe a réussi à brasser de l’alcool à partir du champignon buveur. Ira-t-on le chercher plus tard ? »

Toutes les personnes à table, à l’exception de Yumina, Sue, Sakura et Leen, s’étaient tus et avaient regardé leur tasse. Après tout, elles avaient toutes eu une assez mauvaise expérience dans ce brouillard.

À Brunhild, l’âge légal pour boire était de quinze ans, tout comme à Belfast et Regulus. Cela signifiait que Yae, Hilde, Elze, Linze et Leen pouvaient très bien boire. Mais je ne buvais pas vraiment beaucoup.

Leen avait soudain ouvert la bouche au nom de la table silencieuse.

« Je ne suis pas particulièrement intéressée par l’alcool fruité, donc ça ira très bien. Je pense que tout le monde ressent la même chose. »

« … On dirait bien. »

Il fallait s’y attendre. J’avais pris mon téléphone et j’avais commencé à envoyer des SMS à Relisha, lui disant que le village pouvait garder l’alcool.

Tout à coup, une main apparut sous la table et saisit mon poignet, m’empêchant d’envoyer le message. Aïe !

« Heeey... Ne t’avise pas de faire une chose aussi, hic… stupide ! »

C’était Suika… la déesse de l’alcool, et elle avait clairement écouté. Je n’avais aucune idée d’où elle venait, mais elle refusait de lâcher prise. Elle me griffait comme un zombie tout en hurlant à propos de l’alcool.

« Ok, ok! J’ai compris ! Lâche-moi, je vais chercher cette foutue boisson ! »

« Hic, yahoo! On va boire, hic, le meilleur truc ! Youpi ! »

Le petit rat ivre avait immédiatement brisé son emprise sur moi et tourna sur place avant de s’incliner.

Franchement…

« Bon travail, salutations, vous avez, hic, mes remerciements ! Je vais aller voir si Karina en veut aussi ! Woohoo ! »

Nous l’avions tous regardée sortir de la pièce, avec un air ahuri et irrité présent sur nos visages.

« … Est-ce que boire est amusant, Touya ? Ça a l’air un peu gênant. »

« Ehhh… »

Je ne savais pas quoi répondre à la question de Sue. Sur Terre, il y avait un dicton qui disait que « le bon vin fait du bon sang », mais on disait aussi que « la bière est le nectar de l’imbécile »… Boire pour soulager le stress était probablement bien, tant que les gens ne faisaient pas d’excès. De toute façon, les ivrognes continueraient à boire. C’était une vérité de base de mon monde.

J’avais doucement soupiré tout en reprenant mon smartphone, cette fois pour envoyer un message à Relisha sur la façon de se procurer de l’alcool.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire