Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Interlude 1 – Partie 4

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 1 : La forêt enchantée

Partie 4

Je ne voulais pas courir de risque, alors j’avais utilisé [Nuage de sommeil] sur les membres de la tribu Rivet qui avaient été capturés. Mais c’était après qu’ils m’aient dit où se trouvait leur tribu.

Nous avions continué plus loin dans la forêt. J’avais soudainement vu des oiseaux voler au-dessus de moi, croassant de peur. Quelque chose se préparait… Le sol commença à trembler, et le bruit des branches qui se brisaient retentit à son approche…

Il avait une énorme bouche tordue gravée dans sa face en bois. Ses racines noueuses s’étendaient comme des jambes, et un épais lit de feuilles mortes poussait sur ses branches supérieures. Son visage mort était presque tordu en un sourire.

Il était énorme. Il était comparable à la taille d’un Golem en bois qui avait attaqué Roadmare. Si cette chose lançait une attaque, alors plus aucun elfe ne pourrait s’enfuir.

« Touya ! Attention ! », cria Yumina.

J’avais ainsi remarqué qu’un autre tréant de même taille sortait. Il y en avait… un, deux… dix au total. C’était beaucoup plus que ce que j’attendais.

« Touya-dono, peux-tu nous laisser ces arbres, s’il te plaît ? »

« Oui, faisons-le ! »

J’avais ouvert une [Porte] et j’avais appelé un Chevalier. Ensuite, j’avais regardé en direction de Yae et Hilde. Oh merde, ces choses se rapprochent !

J’avais ouvert un autre portail et j’avais fait tomber le Siegrune de Hilde et le Schwertleite de Yae.

Le sol trembla lorsque les Frames Gears spéciaux s’étaient écrasés dans la forêt.

« Allons-y, Hilde-dono ! »

« Très bien ! »

La fille samouraï et la femme chevalier s’étaient mises en action. J’avais le sentiment que la bataille allait bien se passer.

« Hé, Touya ! Ne les laisse pas s’amuser toutes les deux ! Fais sortir Gerhilde ! »

« Compris, bon sang ! Ne me presse pas ! »

Elze courut vers moi et m’attrapa par la peau du cou. Je m’étais un peu débattu en réponse et j’avais appelé Gerhilde. Elze me laissa sur place et couru avec joie vers son mécha.

Mon Dieu… Comme c’est bruyant…

« J’aimerais pouvoir y aller avec Grimgerde, mais mon équipement n’est pas adapté à cet environnement… »

Le Grimgerde de Leen était équipé d’armes lourdes. Si elle faisait tout ce qu’elle pouvait dans ce truc encombrant, la forêt serait probablement en désordre. Elle battrait les tréants, mais les elfes ne seraient pas très contents.

« Je veux piloter Ortlinde, moi aussi… »

Un Ortlinde normal serait sans doute bien, mais il est hors de question d’utiliser le Seigneur Ortlinde. La forêt n’existerait même plus.

Je m’étais demandé s’il était bon pour moi d’accepter la récompense si c’était ces trois-là qui faisaient tout le travail de nettoyage des tréants… J’avais demandé à Relisha, qui me répondit que cela ne causera pas de problème. J’étais content d’avoir l’assurance personnelle du chef de guilde…

« Très bien, pendant qu’elles font ça, allons chercher la tribu Rivet. »

« D’accord ! On se dépêche, Touya ? »

Yumina sourit et inclina la tête.

Ça me semblait bien. J’avais pris mon smartphone et j’avais utilisé [Recherche], car je pouvais identifier les membres de la tribu des Rivets facilement grâce à leur tenue.

Dans la forêt, il y avait un total de vingt-trois membres de la tribu. En excluant les quatre que nous avions déjà attrapés, cela signifiait qu’il en restait dix-neuf.

« Verrouillé sur… [Paralysie] ! »

J’avais entendu quelques légers gémissements de choc et quelques bruits redondants alors qu’ils tombaient sur le sol. C’était ça. Tout ce qu’on avait à faire, c’était de les attacher et de les ramasser. Mais je me demandais si c’était tout ce qu’il y avait à faire. Nous avions encore d’autres problèmes à régler… Comme ces tréants.

Le Siegrune de Hilde bloqua sans effort l’une des attaques du monstre avec son bouclier. Le bouclier orange n’était pas transparent, mais il était toujours composé de Phrasium. J’avais mis au point une peinture spéciale qui permettait de recouvrir le matériau.

Siegrune en avait profité pour charger en avant et frapper le tréant avec le bouclier.

« Graugh ! »

Le tréant géant était déséquilibré, ce qui donnait à Siegrune l’occasion parfaite de faire tomber sa lame sur la créature. Il fut coupé en deux sans aucun effort, le Tréant tomba au sol en deux morceaux.

L’écorce extérieure du Tréant était résistante, mais ce matériau n’était tout simplement pas à la hauteur de l’équipement au phrasium.

« Ils sont différents des Golems de bois ! Est-ce que ces Tréants ont des lignes de vie magiques ? »

« Oui ! Si tu coupes la ligne de vie magique qui remonte au milieu de son corps, alors il devrait mourir ! C’est comme couper la moelle épinière d’un humain ! Cette partie du corps est protégée par l’écorce la plus résistante, alors méfie-toi ! », répondit Relisha rapidement et avec concision. Elle avait certainement une bonne connaissance de ces choses…

« Haaah ! »

« Grauuugh ! »

Gerhilde écrasa son poing sur le visage d’un Tréant. Il en restait une bosse dans le bois maintenant fissuré, mais elle n’avait pas encore réglé son compte. Il semblerait que le Tréant ne mourrait pas à moins que la ligne de vie au milieu de son tronc ne soit coupée. Cela signifiait que les armes non blanches étaient très inefficaces.

Gerhilde avait toujours un petit couteau à la taille, alors je m’étais dit qu’elle pourrait s’en servir pour finir le travail…

« Haaaaaaaaaaaaah ! »

Tout d’un coup le poing gauche de Gerhilde frappa le monstre. Puis le droit à nouveau ! Gauche, droite, gauche, droite ! Une pluie de coups de poing tomba sur l’arbre. Je m’étais presque senti mal pour lui.

Il fut réduit en miettes. À chaque coup successif, de plus en plus d’écorce était écaillée.

« Mange ça ! »

L’un des lance-roquettes sur les poignets de Gerhilde fut finalement sorti, coupant la ligne de vie. Le Tréant tomba ensuite, vaincu. C’était une sacrée attaque… Elle m’avait même surpris.

« Qui est le prochain ? ! »

Elze abandonna le Tréant qu’elle avait presque transformé en sciure de bois et courut après sa prochaine cible.

« Mince alors… elle est vraiment douée pour piloter ce truc. »

Le Frame Gear réagissait à son pilote, le piloter devenait ainsi plus facile avec le temps. En d’autres termes, plus vous l’utilisiez, plus il commençait à fonctionner comme une extension de vous-même. C’était le cas pour tous les Frame Gears, même les Chevaliers. C’était pourquoi j’aimais m’assurer que les chevaliers utilisaient le même chaque fois.

Relisha fixait la scène, des robots géants qui se battaient contre des arbres géants, et murmurait d’étonnement.

« C’est vraiment quelque chose à voir… Même les arbres géants ne peuvent rien faire pour arrêter les Frames Gears… »

« Nous luttons toujours contre les types de phases les plus forts, bien que… »

« Sans ces guerriers géants, je crains que le monde ne soit déjà fini. Je ne sais pas qui ils sont, mais je dois vraiment un grand merci au génie antique qui a inventé ces… »

Ne dites pas ça en sa présence, vous allez gonfler son ego… Je ne veux pas qu’elle rie et jubile de partout, merci. Bien que, pour être juste, elle est une sorte de sauveuse… Sans le génie de Babylon, le monde aurait beaucoup de problèmes.

Pourtant, ce n’était pas elle qui avait réparé la frontière du monde… Si celui qui avait fait ça ne l’avait pas fait, alors les Frames Gears auraient dû être déployés bien plus tôt.

Les deux tiers du monde étaient cependant déjà en ruines à ce moment-là… Je n’étais donc pas certain que les Frame Gears auraient vraiment fait toute la différence.

« Style secret de Kokonoe : Éclair ! »

« Oh. »

Schwertleite s’était précipité en avant, coupant un Tréant proprement en son milieu en un clin d’œil.

Celui-ci tomba, faisant trembler le sol. Comparées aux Frame Gears, ces choses étaient complètement inoffensives… Pour être honnête, les Tréants n’étaient de toute façon pas hostiles par nature. Je m’étais demandé si la Tribu Rivet n’aurait pas pu choisir une meilleure créature à équiper pour la bataille…

Quoi qu’il en soit, le travail était terminé. Tous les Tréants étaient à terre.

« Vous avez ma gratitude. Le village elfe devrait pouvoir retrouver sa prospérité d’antan. »

« Ne vous inquiétez pas… Nous avons terminé une tâche assez difficile… »

Relisha était reconnaissante, mais je m’étais senti un peu mal en regardant le carnage. Au final, on en était venu à opposer des monstres à des robots au milieu d’une forêt. Même si on avait gagné facilement, on avait fini par faire un sacré bordel. Les animaux locaux nous avaient aussi causé quelques ennuis.

« Il est difficile d’utiliser les Frames Gears dans un espace aussi fermé… »

« Ne pouvais-tu pas utiliser ta magie de téléportation pour déplacer les ennemis dans un espace dégagé ? »

Je fixais Sue, qui venait de soulever un point intéressant. Merde.

Relisha la fixait aussi, en soupirant et en disant : « Oh. »

« … Désolé. »

« Ce n’est pas grave. »

J’avais légèrement incliné la tête. Une partie de moi voulait se mettre à quatre pattes pour se prosterner.

Une fois cela terminé, nous étions rentrés à la maison. Yumina et les autres prenaient une tasse de thé. Je parlais au téléphone avec Relisha.

« Attendez, comment pouvez-vous me dire que l’écorce de Tréant ne vaut rien ? ! »

Yumina et les autres m’avaient soudainement regardé fixement.

« Ce n’est pas exactement sans valeur, mais… vous n’en tirerez pas grand-chose. »

Selon Relisha, le bois de Tréant géant n’avait pas les mêmes qualités que le bois de Tréant standard et n’était pas un matériau aussi précieux.

L’enveloppe extérieure était résistante, mais l’intérieur était étonnamment mou… À l’intérieur, cela avait la consistance de la mousse de polystyrène.

Je suppose que c’était logique. Les Tréants n’étaient pas une sorte de béhémoth naturel. Ils étaient le produit de l’expérimentation des Rivet. Ce n’était pas étonnant que leur bois ne soit pas aussi bon que le vrai.

« Cela signifie donc que nous ne ferons pas beaucoup de profit ? »

« Eh bien, ce ne sera pas une perte totale. Nous pouvons toujours le vendre comme bois de chauffage de qualité… »

J’avais répondu à Yae de la meilleure façon possible. Je suppose que même si cela ne valait pas grand-chose, cela valait quand même quelque chose. Cela correspondrait à moins d’un millième de ce que j’attendais, mais… l’argent, c’était de l’argent. Il pourrait probablement être utilisé comme substitut au carton ondulé ou autre chose.

« Oh, et bien… Le bon côté des choses, c’est que le village elfe a réussi à brasser de l’alcool à partir du champignon buveur. Ira-t-on le chercher plus tard ? »

Toutes les personnes à table, à l’exception de Yumina, Sue, Sakura et Leen, s’étaient tus et avaient regardé leur tasse. Après tout, elles avaient toutes eu une assez mauvaise expérience dans ce brouillard.

À Brunhild, l’âge légal pour boire était de quinze ans, tout comme à Belfast et Regulus. Cela signifiait que Yae, Hilde, Elze, Linze et Leen pouvaient très bien boire. Mais je ne buvais pas vraiment beaucoup.

Leen avait soudain ouvert la bouche au nom de la table silencieuse.

« Je ne suis pas particulièrement intéressée par l’alcool fruité, donc ça ira très bien. Je pense que tout le monde ressent la même chose. »

« … On dirait bien. »

Il fallait s’y attendre. J’avais pris mon téléphone et j’avais commencé à envoyer des SMS à Relisha, lui disant que le village pouvait garder l’alcool.

Tout à coup, une main apparut sous la table et saisit mon poignet, m’empêchant d’envoyer le message. Aïe !

« Heeey... Ne t’avise pas de faire une chose aussi, hic… stupide ! »

C’était Suika… la déesse de l’alcool, et elle avait clairement écouté. Je n’avais aucune idée d’où elle venait, mais elle refusait de lâcher prise. Elle me griffait comme un zombie tout en hurlant à propos de l’alcool.

« Ok, ok! J’ai compris ! Lâche-moi, je vais chercher cette foutue boisson ! »

« Hic, yahoo! On va boire, hic, le meilleur truc ! Youpi ! »

Le petit rat ivre avait immédiatement brisé son emprise sur moi et tourna sur place avant de s’incliner.

Franchement…

« Bon travail, salutations, vous avez, hic, mes remerciements ! Je vais aller voir si Karina en veut aussi ! Woohoo ! »

Nous l’avions tous regardée sortir de la pièce, avec un air ahuri et irrité présent sur nos visages.

« … Est-ce que boire est amusant, Touya ? Ça a l’air un peu gênant. »

« Ehhh… »

Je ne savais pas quoi répondre à la question de Sue. Sur Terre, il y avait un dicton qui disait que « le bon vin fait du bon sang », mais on disait aussi que « la bière est le nectar de l’imbécile »… Boire pour soulager le stress était probablement bien, tant que les gens ne faisaient pas d’excès. De toute façon, les ivrognes continueraient à boire. C’était une vérité de base de mon monde.

J’avais doucement soupiré tout en reprenant mon smartphone, cette fois pour envoyer un message à Relisha sur la façon de se procurer de l’alcool.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire