Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Interlude 1 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 1 : La forêt enchantée

Partie 1

« Vous avez besoin de mon aide… ? »

« Oui. Nous avons besoin de votre aide en tant qu’aventurier de rang or. Les circonstances sont inhabituelles. »

Kohaku et moi étions assis avec le maître de guilde Relisha, pour discuter d’une demande.

« Je comprends vos inquiétudes concernant les affaires publiques et privées, et vos devoirs de grand-duc, mais ne considérez pas cela comme une demande du village. Considérez que c’est une demande personnelle de ma part, plutôt qu’un service aux elfes. »

Les elfes… C’était des créatures habitant la forêt, en harmonie avec la magie et ayant une longue vie. Ils avaient plusieurs attributs raciaux en commun avec les fées, mais il semblerait qu’il y avait peu de fées dans ce monde.

Dans la plupart des pays du monde, on pouvait voir des elfes dans les rues bondées ici et là, un peu comme Relisha ici.

L’image que j’avais des elfes était qu’ils étaient des habitants de la forêt qui vivaient à l’écart de la société, qu’ils utilisaient des arcs pour chasser et qu’ils se disputaient avec les nains. Ils méprisaient aussi les humains en tant que créatures inférieures… C’était une race plus hautaine qu’autre chose.

Les elfes que je connaissais au travers des romans fantastiques étaient en quelque sorte similaires aux elfes de ce monde, mais il y avait quelques différences majeures. Beaucoup d’elfes de ce monde étaient sortis de la forêt et s’étaient intégrés dans la société. Ceux qui l’avaient fait avaient tendance à être extrêmement sociables et intéressés par les voyages. Certains d’entre eux étaient aussi étonnamment agressifs sur le plan social. Relisha était un peu comme ça. Si elle n’avait pas un dynamisme considérable, elle n’aurait jamais atteint le statut de chef de guilde.

« Très bien, quelle est la demande ? »

« Les elfes venaient à l’origine des forêts, et de nos jours, on en trouve partout dans le monde. Mais tous les elfes peuvent faire remonter leurs origines aux sept villages elfes d’origine. L’un d’entre eux est dans le Royaume de Ryle, et il a un problème majeur. »

Si je me souviens bien, le Royaume de Ryle était un pays à l’ouest de Lestia. Je m’étais demandé quel était le problème avec les elfes là-bas.

« Avez-vous entendu parler des tréants ? »

« Oui. C’est un monstre constitué de bois, non ? »

Un tréant était en fait un arbre qui était devenu un monstre. Il avait un visage sur sa face avant et utilisait des branches comme membres. Il utilisait aussi ses racines pour se déplacer. Il ressemblait à un golem des bois, mais il était beaucoup plus petit et ressemblait davantage à un arbre.

Il ressemblait quelque peu aux demi-hommes à base de plantes qui recevaient des nutriments par photosynthèse. Ainsi, même s’ils étaient des monstres, ils étaient en quelque sorte dans la même catégorie que les Alraunes et autres humanoïdes à peau verte ou à écorce. Les demi-humains végétaux étaient d’ailleurs l’une des sept principales races de Mismede.

« Même si les tréants sont des monstres, ils ne sont pas vraiment hostiles. Ils n’attaqueront jamais qu’en représailles. Cependant, il y a quelques jours, un tréant a attaqué le village elfe de Ryle. »

« Sérieusement ? Mais vous venez de dire qu’ils sont passifs. Que s’est-il passé ? »

« Nous ne savons pas. C’était une attaque soudaine, sans avertissement ni provocation. Le tréant avait une couleur différente de la normale, et ses feuilles étaient de couleur cendre. Les villageois commencèrent à l’appeler tréant sombre. Nous, les elfes, tout comme les fées, n’utilisons pas beaucoup de magie du feu à cause de nos racines dans la forêt. Cela s’est avéré être un inconvénient pour nous, car la magie du feu est le seul moyen efficace pour repousser une créature de type arbre. La bataille dura un certain temps, et elle s’en est sortie largement indemne. »

Relisha poursuivit en expliquant que les villageois avaient suivi le tréant sombre et découvrirent plusieurs énormes tréants au fond des bois.

« Attendez… y a-t-il des béhémoths ou quelque chose de ce genre ? »

« Franchement, je ne le sais pas vraiment. Cet endroit ne possède pas une forte concentration de magie, donc c’est très inhabituel. »

Les Béhémoths se formaient typiquement grâce à une concentration massive de magie dans l’atmosphère, les créatures ordinaires absorbaient lentement cette accumulation de magie et grandissaient jusqu’à une taille immense.

Les béhémoths pouvaient provoquer des catastrophes nationales sans précédent s’ils n’étaient pas contrôlés, il était donc important de les tuer avant qu’ils ne deviennent incontrôlables. J’avais déjà vaincu un béhémoth dans Ryle, en utilisant un Baron Chevalier. Si je me souviens bien, c’était un énorme scorpion.

De toute façon, si c’était des Béhémoths qui menaçaient le village elfe, pas étonnant qu’ils en aient eu peur. Aucun aventurier ordinaire ne pouvait s’opposer à eux.

« Le Royaume de Ryle ne fait rien pour ça ? »

« Si on leur demandait de l’aide, ils enverraient des chevaliers dans la forêt, mais je suis sûr que les dommages collatéraux seraient importants. Les chevaliers de Ryle manquent d’un certain niveau de finesse… »

Relisha semblait préoccupée par l’idée de les voir se battre. Je me demandais s’ils étaient vraiment aussi maladroits… Mais je supposais que ça n’avait pas d’importance. Ryle n’avait jamais été menacé par la guerre. Ils avaient maintenu la paix avec Lestia pendant des centaines d’années.

« Très bien, d’accord. Je vais vérifier. Si ces tréants sont des béhémoths, la guilde achètera-t-elle les matériaux en surplus ? »

« Bien sûr. Les tréants fournissent du bois de haute qualité, donc c’est une ressource assez populaire sur le marché. Merci d’avoir pris en compte ma demande. »

J’étais un aventurier et un grand-duc… Quelle double vie pénible ! Pourtant, je devais gagner de l’argent pour payer mes chevaliers, et je devais gagner de l’argent pour continuer à développer des Frames Gears. Je couvrais tout cela de ma poche, alors je me contentais de faire des quêtes de temps en temps pour garder cet argent intact.

Rosetta et Monica achetaient souvent une quantité incroyable de ressources, et Fam importait constamment de nouveaux livres… Flora continuait à acheter des médicaments de luxe, et Parshe finissait aussi par casser beaucoup de choses… Depuis que le Docteur Babylon avait rejoint l’équipe, les coûts n’avaient cessé d’augmenter. Parfois, je me demandais si hériter de son héritage était moins une bénédiction qu’un inconvénient… En fin de compte, je devais travailler pour les garder à la maison. Je me sentais un peu comme un homme qui soutenais sa famille, malgré le fait que je n’étais même pas encore marié…

Il y avait beaucoup de pièces d’or dans l’entrepôt de Babylone, mais elles étaient toutes basées sur l’ancienne monnaie du Parthénon et étaient donc complètement inutiles à l’époque moderne. Nous avions réussi à les transformer en or, mais nous avions découvert qu’elles étaient pleines d’impuretés. Je savais que les pièces de monnaie en or n’étaient pas de l’or pur, que l’or était mélangé à d’autres métaux. C’était la norme… Mais les pièces du Partheno étaient d’une qualité ridiculement médiocre.

Le Docteur Babylone avait mentionné que le Partheno était autrefois une civilisation magnifique, mais qu’au moment où la Phase était arrivée, elle était remplie de corruption. J’avais l’impression qu’il aurait été détruit même sans la Phase.

C’était honteux, mais c’était ainsi que ça s’était passé. J’avais donc besoin de me concentrer sur la réalisation d’un profit immédiat. Les elfes étaient en difficulté, et la récompense était raisonnablement belle. J’avais fait un signe d’adieu à Relisha et j’avais quitté la guilde.

◇ ◇ ◇

« Ce sont effectivement de grands arbres… »

Yae et moi nous promenions dans les forêts de Ryle. C’était une assez grande forêt au sud-ouest du territoire du royaume. Et Yae avait raison. Les arbres étaient assez grands.

J’avais regardé autour de moi, tout ce que j’avais remarqué était vert à perte de vue. Plus profondément dans la forêt, il y avait des arbustes encore plus denses, sombres et menaçants.

« Nous y sommes. Faites attention où vous mettez les pieds. »

Relisha nous guidait tous les deux. Nous étions en route pour le village elfe afin d’enquêter sur le mystérieux cas de l’hostile tréant.

Mais Relisha et Yae n’étaient pas les seules ici. Il y avait Yumina, Elze, Linze, Lu, Hilde, Leen, Sakura et Sue. C’était essentiellement moi et ma joyeuse bande de futures mariées. Kohaku et Paula suivaient aussi.

Leen, Sakura et Sue n’avaient pas encore postulé pour être aventurières dans la guilde. Leen n’était au départ pas intéressée, mais en entendant parler du tréant sombre, son intérêt avait été suffisamment éveillé pour qu’elle vienne avec nous. Sue et Sakura souhaitaient aussi y participer, j’avais donc accepté.

Yumina et les autres filles ayant des cartes de la guilde ne pouvaient également pas postuler à cette requête. Après tout, c’était une quête pour un aventurier classé au rang d’or. Et elles n’étaient pas encore à ce niveau.

Si vous vouliez prendre des quêtes au-dessus de son rang, il fallait alors se trouver dans un groupe où la majorité des membres étaient au bon rang. Malheureusement, j’étais l’un des deux seuls rangs Or dans le monde, et mon groupe était assez important. Elles ne pouvaient donc rien obtenir de tout cela.

En fait, les filles étaient assez nombreuses pour former deux groupes, mais c’était comme ça. Quoi qu’il en soit, elles suivirent le mouvement malgré l’absence de récompense. J’étais plutôt content d’avoir leur compagnie.

« Mon seigneur. Quelque chose arrive. »

Kohaku s’était soudainement mis à prendre la forme d’une bête céleste. Il s’était mis à marcher à côté de moi. Nous nous étions arrêtés. S’il s’approchait de nous malgré le fait que Kohaku soit là, cela signifiait que ce n’était pas un simple animal. Il y avait de fortes chances que ce soit un monstre ou une bête magique.

Ce que nous avions trouvé était un arbre, un arbre en mouvement. Pour être plus précis, un tréant. Je ne m’attendais pas à en voir un si tôt.

« C’est… très différent d’un arbre standard… »

Leen se murmura à elle-même en le regardant de haut en bas.

Personnellement, je n’avais jamais vu de tréants, mais j’avais regardé dans un des livres de la guilde et j’avais vu un dessin. Ce qu’on y voyait était un grand arbre aux branches fines.

Celui-ci ressemblait un peu à ça, sauf qu’il y avait une différence essentielle au sommet. Les feuilles qui poussaient de cet arbre étaient clairement sèches, fissurées et mortes. Celui du livre avait un ensemble de feuillage vert vibrant sur son sommet… Je m’étais demandé s’il s’agissait d’une sous-espèce mutée ou quelque chose comme ça.

« Oooruuguuuuhhh… »

Le tréant cria d’une voix basse et puissante. Tout à coup, certaines des feuilles mortes à son sommet s’étaient aiguisées comme des lames et s’étaient dirigées vers nous.

« Viens, Glace ! Crête gelée éternelle : [Mur de glace] ! »

La magie de Linze fit apparaître un énorme mur de glace devant nous, bloquant facilement les feuilles mortes utilisées en tant que projectiles.

Trois personnes profitèrent de l’occasion pour partir de derrière la glace. Il s’agissait de Lu, Yae et Hilde.

Elles avaient parfaitement synchronisé leur action avec le lancement du sort de Linze, s’élançant vers le tréant juste au moment où le mur de glace fondait.

« Art de l’épée de Regulus : Coupe de ciseaux ! »

« Style secret de Kokonoe : Éclair ! »

« Épée sacrée de Lestia. Lame de décapitation ! »

« Groooouuugugh !! »

L’attaque en tenaille à trois vecteurs enfonça des lames de cristal dans le corps du tréant. Même l’écorce épaisse d’un tréant n’était rien comparée à une lame en phrasium complètement chargée.

Le monstre, maintenant déchiré en morceaux, tomba au sol avec un bruit sourd massif.

« Je n’en attendais pas moins de ceux qui accompagnent personnellement le grand-duc… Incroyable. »

Les trois filles souriaient timidement tandis que Relisha leur prodiguait ses louanges. Je me demandais quand même ce qu’il se passait avec ce tréant… Apparemment, Relisha aussi, vu qu’elle en arrachait une feuille et commençait à l’examiner.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire