Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Chapitre 4 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : Le petit roi et la fille prodigieuse

Partie 3

J’avais utilisé une [Porte] pour me rendre au château de Lestia, deux chevaliers étaient déjà là pour m’accueillir. Ils m’avaient conduit dans le château. Je m’étais finalement retrouvé dans un salon décontracté. Reinhard se détendait à l’intérieur.

« Salut, désolé de vous avoir pris à l’improviste. Je ne savais pas vraiment à qui d’autre en parler, c’est tout… »

Reinhard s’était levé du canapé sur lequel il était allongé et m’avait salué. Je n’avais pas vraiment apprécié ce rendez-vous pris à la dernière minute, mais il me semblait que cela allait être une conversation sérieuse, qui ne pouvait pas se régler par le biais d’un appel téléphonique.

Reinhard tapota l’espace du canapé à côté de lui. Je m’étais donc assis. Il ordonna ensuite aux chevaliers de quitter la pièce et commença à parler de ce qui le préoccupait.

« Vous vous rappelez que Palouf et Lihnea ont été au bord de la guerre ? »

« Oh oui, tout le problème était lié au plan du Premier ministre Wardack. La situation a été stressante pendant un certain temps, mais quand Cloud monta sur le trône, il a réussi à négocier la paix. Y a-t-il quelque chose qui ne va pas là-bas ? »

La plus grande île de ce monde était une masse terrestre située au nord-ouest et connue sous le nom de Palnea. Elle était divisée en deux territoires. Palouf au nord, et Lihnea au sud. Ils étaient dans une impasse depuis des années et ne se battaient pas activement.

La nation de Palouf, au nord, était maudite par des hivers rigoureux, ce qui affectait la récolte de ses cultures. Ils avaient également connu divers malheurs liés à une crise de succession et à la mort de leur roi. Wardack, l’ancien premier ministre de Lihnea, tenta d’utiliser ces diverses faiblesses pour conquérir rapidement Palouf et s’emparer de son territoire.

Nous avions réussi à intervenir et à éviter la guerre, tout en éliminant la menace que représentait Wardack. Ensuite, Cloud s’était élevé en tant que nouveau roi de Lihnea et réussit à négocier avec succès des relations pacifiques avec Palouf.

« Les relations avec Palouf vont toujours bien. Leur roi est mort, et son fils a été couronné, ce qui a réglé la plupart des problèmes internes. Les échanges commerciaux se révèlent également favorables. Mais il y a un petit souci… »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Le défunt roi de Palouf avait deux enfants. Le premier est la princesse Lucienne Dia Palouf, et le second est son frère cadet, Ernest Din Palouf. La princesse, Lucienne, s’entend plutôt bien avec le roi Cloud… On pourrait même dire cela fait des étincelles, vous comprenez ? »

« Ohoho, j’ai compris… »

Je suppose qu’il est assez vieux pour commencer à s’intéresser à ça, hein ? Il a fait du chemin depuis que son idiot de demi-frère le menait en bateau… J’espère qu’il pourra vraiment profiter de sa jeunesse à l’avenir. C’est vraiment un type formidable.

Mais on pouvait se demander quel était au juste le problème.

« Le problème est lié au Prince Ernest. Il hérite du trône, mais c’est un garçon de seulement dix ans. Il a encore un long chemin à parcourir, et il est soutenu par son oncle et les serviteurs royaux… Cependant, il est très collant quand il s’agit de sa sœur. »

« Ah… Il se méfie donc du roi de Lihnea parce qu’il ne veut pas que sa précieuse sœur lui soit ôtée ? »

« Ahaha... Oui, absolument. Ce n’est pas comme si je ne pouvais pas comprendre ses sentiments, étant donné votre relation avec ma propre sœur. Mais pour l’instant, c’est ce qu’il ressent. »

Reinhard m’avait souri avec ironie en disant cela.

À mon avis, le petit garçon n’avait pas vraiment tort. Son père était mort, il s’était retrouvé soudainement dans une situation de grande responsabilité, et maintenant il avait l’impression de perdre sa sœur. Ce genre de chose serait presque impossible à gérer pour un enfant de dix ans.

« Qu’ont donc dit les serviteurs de Palouf ? »

« Ils favorisent la relation entre les deux. Ils pensent que ce serait un moyen parfait de solidifier les liens entre Lihnea et Palouf. »

« Et qu’en est-il des deux eux mêmes ? »

« Le roi Cloud prendrait sans aucun doute la princesse Lucienne comme reine. La princesse, par contre, est un peu… »

« Un peu quoi ? Réticente ? »

« Pas exactement. C’est plutôt qu’elle ne veut pas laisser son petit frère derrière elle. Elle a dix-neuf ans en ce moment, ce qui pose un problème. Si elle attend que le jeune Ernest devienne adulte, elle finira par se marier très tard. Le roi de Lihnea doit également s’assurer un héritier dès son jeune âge. S’il attend trop longtemps, il devra peut-être chercher ailleurs. »

Le prince Ernest, ou plutôt le roi Ernest, sera considéré comme adulte à l’âge de quinze ans, ce qui signifierait qu’il devait encore attendre cinq ans… La princesse devra donc attendre ses vingt-quatre ans.

Dans ce monde, les femmes se mariaient généralement au plus tard vers l’âge de vingt ans. Mais dans la royauté et la noblesse, on se mariait généralement beaucoup plus jeune. Les fiançailles à l’âge de treize et quatorze ans étaient courantes. Vingt-quatre ans étaient considérés comme un âge anormalement tardif pour se marier, surtout pour une princesse, c’était donc une question assez sensible.

La princesse Lucienne avait déjà eu un fiancé parmi les nobles de Refreese, mais il était mort de maladie avant même qu’ils ne se rencontrent. Après cela, la question de la mort de son père se posa, ce qui retarda encore plus la procédure de mariage pour elle.

Le roi Cloud était apparemment d’accord pour attendre qu’Ernest devienne adulte, mais en tant que dirigeant de la nation, d’innombrables pressions politiques pesaient sur ses épaules. Ce n’était tout simplement pas une décision qu’il pouvait prendre seul.

Sans parler du fait que Cloud était le seul héritier restant de la famille royale de Lihnea. Il était probable que les serviteurs et les nobles du pays réclamaient un nouvel héritier. J’étais également sûr que de nombreuses familles de haute naissance lui offriraient leurs filles pour tenter de lier leurs familles à la famille royale.

Mais là encore, c’était un monde polygame. Il y avait encore la possibilité qu’il puisse prendre une de ces filles nobles et épouser la princesse plus tard.

« Vous pensez probablement qu’il pourrait prendre une fille noble et épouser la princesse plus tard. Ce n’est malheureusement pas possible. Une fille d’une famille noble comme première épouse, et une princesse légitime comme seconde ? Les habitants de Palouf considéreraient cela comme un affront à leur fierté nationale. Si le roi de Lihnea était dans une position similaire à la vôtre et était fiancé à de nombreuses princesses, alors peut-être que la situation serait différente, quoi que… »

Oups. Je suppose que j’ai pris la plupart des princesses disponibles.

En matière de mariage, je ne me souciais pas vraiment de ces trucs comme les premières et les deuxièmes duchesses. Mais aux yeux du monde, Yumina serait probablement la « Première Reine » tandis que Lu prendrait la position de « Deuxième Reine ». En y réfléchissant bien, Hilde serait probablement la troisième.

Elze, Linze et Yae étaient toutes des roturières, donc Sue serait la suivante. Puis Leen, puis Sakura. Sakura était la fille du maître de Xenoahs et avait son sang dans les veines, mais c’était une enfant illégitime. Ce fait avait également été caché au public. Mais Leen avait une très bonne réputation auprès des fées, il était donc possible qu’elle ait surclassé le statut de noble de Lu…

Quoi qu’il en soit, je n’avais vraiment pas l’intention de classer mes fiancées par ordre d’importance. Je les aimais toutes à leur manière.

Cependant, cela n’empêcherait probablement pas d’autres pays de spéculer.

« Eh bien, je pense que j’ai compris l’essentiel de la situation. Mais qu’est-ce que je dois faire ? »

« Franchement ? C’est le roi Ernest… Il est, eh bien… un de vos fans, Grand-Duc. Il ne s’intéresse pas vraiment au roi Cloud, mais quand il entend des histoires sur vous, on me dit que son attention est absolument ravie. Je suppose qu’il est bien naturel pour un enfant d’idolâtrer ses héros. »

« … Vous moquez-vous de moi ? »

Argh… C’est un peu contradictoire… Je suis content que le gamin m’aime bien, mais… Je fais à peine les choses que font les héros… Ce n’est pas comme si je sortais pour chercher le danger ou commettre des exploits héroïques. Pour la plupart, je ne faisais que réagir simplement au monde qui m’entoure… C’est assez épuisant. Est-ce que j’ai vraiment des fans ? Pourquoi s’intéresseraient-ils à mes exploits banals… ?

« Alors, laissez-moi résumer… Je pense que j’ai une idée de ce que vous attendez que je fasse… »

« C’est comme vous l’avez peut-être deviné, oui. Grand-Duc, je souhaite que vous parliez au roi Ernest. Je souhaite que vous le persuadiez de prendre le meilleur chemin pour l’avenir collectif de Lihnea et Palouf. »

Je ne peux pas dire que je suis surpris.

J’étais convaincu que le gouvernement de Palouf voudrait que la relation progresse vers le mariage, mais évidemment, un petit garçon qui perd sa sœur aînée au profit d’une autre nation serait potentiellement traumatisant.

Je ne voulais pas le faire changer d’avis par la force ou quoi que ce soit d’autre, si je pouvais faire en sorte qu’il envoie sa sœur avec joie, cela serait parfait. Après tout, ce n’était qu’un petit garçon.

« Pour l’instant, nous devrions aller voir le roi de Lihnea et écouter ce qu’il a à dire. Je suis sûr qu’il a sa propre opinion, non ? »

En tant qu’étranger, je ne voulais pas me mêler de ses affaires. S’il ne voulait pas de mon aide, je n’allais pas m’en mêler et la lui donner.

J’avais pris mon smartphone et j’avais appelé le roi Cloud. Il venait de faire annuler une réunion, donc il était libre de nous rencontrer. Mais au moment où je partais, le roi chevalier s’était souvenu qu’il avait des affaires à régler, j’avais donc fini par y aller seul. Il s’était excusé, mais me dit qu’il espérait que je puisse débloquer la situation… Il devait vraiment être un bon ami de Cloud.

J’avais ouvert une [Porte] et j’avais passé à travers, à la grande surprise d’un des gardes.

Oups, j’aurais dû la traverser dans un endroit sans témoin.

Un autre garde attendait mon arrivée et envoya un message au château. Finalement, j’avais été accueilli par un vieil homme que je n’avais pas vu depuis longtemps.

« Et ben… Si ce n’est pas le grand-duc de Brunhild. Qu’est-ce qui vous amène ici ? »

« Ah, marquis Koupe ! Ou devrais-je dire Premier ministre Koupe… C’est bon de vous voir. »

Son corps était vraiment résistant, c’était comme s’il n’appartenait pas à un homme aussi vieux. Il s’accrochait clairement à la vie, bec et ongles, pour pouvoir voir une Lihnea complètement revitalisée et restaurée avant de mourir.

« Le chevalier roi de Lestia a demandé mon l’aide pour une certaine affaire… Une affaire concernant le Roi Cloud et une princesse voisine. »

« Oh, je vois… Oui. C’était certainement une affaire intéressante. Le roi n’a montré aucun signe de vouloir choisir une autre femme comme épouse… Je suppose que c’est probablement la faute du roi précédent. Le jeune roi Cloud croit qu’un mariage fondé sur autre chose que l’amour ne mènerait qu’à la déchéance. »

C’était vraiment logique. Je pouvais voir pourquoi il pensait de cette façon.

Le père de Cloud, l’ancien roi de Lihnea, avait contracté un mariage sans amour avec l’ancienne reine Dacia. Cela l’avait finalement conduit à sa chute, car elle l’avait délibérément trompé et avait commencé à manipuler sa vie. Cloud ne voulait probablement pas répéter les erreurs du passé et s’engager dans un mariage politique.

Cela dit, c’était un roi… Il avait parfois besoin de considérer son pays plutôt que ses propres sentiments. Malgré tout, c’était assez dur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

  1. Sebastien Valadon

    Merci pour ce nouveau chapitre et bon courage pour la suite

Laisser un commentaire