Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Chapitre 3 – Partie 7

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Les voleurs fantômes : « chat rouge »

Partie 7

« … Quel genre de choses pouvez-vous suivre avec cette magie ? »

« À peu près tout ce que je peux reconnaître. Par exemple, Est, je ne pourrais pas chercher ta mère si tu me le demandais. Mais je serais probablement capable de la trouver si tu avais une bonne photo d’elle. »

Même si j’avais dit cela, mon sort était un peu limité dans ce monde puisque je n’avais pas fini de mettre à jour la carte pour travailler avec le nouveau monde. Actuellement, elle ne couvrait que la capitale. Mais si j’utilisais Kougyoku pour invoquer quelques milliers d’oiseaux, il suffirait de quelques jours pour cartographier le monde entier. Je ne connaissais cependant pas beaucoup le climat de ce monde… De plus, je n’avais pas de réservoir de mana de réserve ici. Ils finiraient donc par disparaître dès que je retournais de l’autre côté.

« Vous avez l’air bien capable… Avez-vous pensé à rejoindre les Chats Rouges ? »

« Non merci. »

« Pas besoin de répondre si vite… Si méchamment… Oh, oh. Et si vous m’appreniez la magie ? Montrez-moi un sort qui peut faire disparaître mes ennemis comme “Kablammo !” »

Nia s’était agrippée à mon bras et commença à le secouer. Elle commençait à m’ennuyer.

« On ne peut apprendre la magie que si on a des aptitudes élémentaires. Il y a beaucoup de gens dans le monde qui ne peuvent pas l’apprendre, peu importe leurs efforts. »

« Alors, testez-moi sur ces aptitudes ! Si je n’en ai pas, j’abandonne ! »

« Peut-être la prochaine fois. »

La magie n’était pas vraiment connue dans ce monde, et j’avais donc des sentiments mitigés quant à l’enseignement de son fonctionnement à un groupe de hors-la-loi, voleurs fantômes ou non.

« Quoi ? Pas possible ! C’est si méchant ! Apprenez-moi la magie ! La magie ! Allez ! Ça ne vous fera pas de mal de… Aïe ! Aïe ! »

Est avait rapidement donné un coup de karaté sur la tête de Nia, l’empêchant de pleurnicher.

« S’il te plaît, apprends de ce que je te dis, Nia. Agis d’une manière qui convienne à ta position. C’est moi qui suis chargée de réparer Rouge parce que tu agis avec tant d’enfantillage. Peut-être devrais-tu envisager les conséquences. »

« Mais si je connaissais la magie, alors je pourrai mieux faire ! Je ne ferai plus jamais une telle erreur, duh ! Apprenez-moi la magie, Touya ! Apprenez-moi ! »

Nia recommença à tirer sur mon bras. Au moment où Est allait la gifler à nouveau, la porte d’à côté s’ouvrit.

« C’est une conversation très intéressante que vous avez là. Je peux peut-être me joindre à vous ? »

Je m’étais tourné vers la voix et j’avais vu le loup Gollem, Fenrir, et sa maîtresse Elluka. Elle était vraiment… spéciale.

Franchement, elle avait l’air d’une épave. Ses cheveux argentés mal soignés s’étendaient en une touffe désordonnée. Elle portait une vieille robe et ses lunettes étaient… Rondes et épaisses. Comme le fond de bouteilles en verre. Ce n’était pas comme si elle n’était pas jolie, mais elle ne se souciait pas du tout de son apparence. Elle ressemblait en gros à un savant fou. Elle me rappelait un autre savant fou que je connaissais, mais un peu plus mature. Et un peu moins stylée.

« Permettez-moi de me présenter. Je m’appelle Elluka Patolakshe. Je suis une technologue, plus précisément une ingénieur en Gollem. Merci de m’avoir aidée. »

« Je m’appelle Mochizuki Touya. Ne vous inquiétez pas. »

Elluka m’avait souri. L’aider n’était pas un problème, j’étais juste un peu curieux.

« Je suis heureuse que vous ayez aidé Elluka… mais seriez-vous aussi capable d’aider Rouge ? »

« Petite morveuse… Pourquoi n’écoutes-tu pas ? Il a aidé Elluka, mais ça ne veut pas dire qu’il fera ça ! »

« O-Owie ! »

Est lança un autre coup fatal au sommet de la tête de Nia.

Je me demande combien de fois cela s’est produit.

Elluka regarda le duo avant de commencer à parler.

« Nous manquons toujours de matériel. Nous avons besoin d’orichalque. Le chef de cette nation devrait en avoir, mais… »

« Pas de, mais, nous devrions voler aux méchants pour aider les nécessiteux. »

« Ah bon sang… On doit trouver plus de ces trucs, hein ? » grogna Nia tout en se jetant sur la table de la salle de commande.

« J’ai de l’orichalque… », avais-je marmonné.

Nia s’était soudainement levée en sursaut sur son siège. Elle me fixa du regard.

Elle me regarda droit dans les yeux.

« Vous avez vraiment l’or divin ? Vous avez de l’orichalque ? Pas possible… »

« Euh… Ouaip. Tenez, regardez. »

J’avais ouvert mon [Stockage] et j’avais sorti un lingot d’orichalque. Je l’avais posé sur le bureau. Elluka l’avait pris dans ses mains et commença à le taper avec un petit objet cylindrique.

Si je me souviens bien, Sancho en avait un aussi. Ce devait être une sorte d’outil pour mesurer la pureté.

« C’est vraiment de l’orichalque. Mais je n’ai jamais vu de l’orichalque aussi pur. Peut-être avez-vous aussi du hihi'irokane ou de l’adamantite ? »

« J’en ai… mais pas autant. Tenez. »

J’avais utilisé mon [Stockage] pour sortir d’autres lingots pour qu’elle les inspecte. Elle utilisa son petit outil pour confirmer ce qu’ils étaient.

« Touya, je m’excuse si cela semble grossier, mais… peut-on acheter ça ? Nous paierons le bon prix, c’est promis. »

« Bien sûr, pas de problème. Vendre ces petites choses me convient. »

« Qui êtes-vous… ? Une sorte de noble ? »

Haha… En fait, je suis un grand-duc.

J’avais un peu ri, puis j’avais détourné la question.

« Cela devrait suffire à réparer Rouge. Il me faudra environ une journée, mais… »

« Nous avons un problème ! »

La porte qu’Akagane gardait s’était soudainement ouverte et un homme fit irruption dans la pièce. Sa respiration était irrégulière et la sueur coulait le long de son front. On aurait dit qu’il avait sprinté jusqu’ici.

« Notre cachette dans la montagne est attaquée ! L’ordre des chevaliers s’y dirige en masse ! »

« Qu’as-tu dit ? ! »

« Est-ce que le messager que nous avons envoyé a été capturé ? »

Nia était là, sous le choc. Il semblerait que des informations sur leur quartier général avaient été divulguées.

« Gh… On ne peut rien faire avec Rouge pour le moment, mais Akagane devrait pouvoir les aider… Est, qu’est-ce qu’on fait ? »

« Je ne sais pas si on peut arriver à temps… Il serait plus sage de quitter cet endroit et de les laisser se débrouiller seuls… »

« Rien de tout cela ! Un Chat Rouge n’abandonne pas sa famille ! »

Nia claqua du poing sur le bureau.

Je suppose qu’elle tient vraiment à ses camarades… Mais c’est elle la patronne.

« Je pourrais aider. »

« Hein ? ! »

Nia me jeta un regard bizarre. Mais je pouvais comprendre pourquoi.

« Affichage de la carte. La périphérie de la ville d’Allen. »

« Affichage. »

« Quoi ?! »

Nia et les autres fixaient des yeux la carte que je projetais en l’air.

Merde… la carte ne montre que les endroits où j’ai été ou survolé. Je savais que ce ne serait pas si facile. Dans l’autre monde, Dieu Tout-Puissant a rempli la carte pour moi… mais je ne peux pas lui demander de le refaire pour moi.

« Regardez, j’ai une capacité magique qui me permet de voyager instantanément dans tous les endroits où je suis déjà allé. C’est ma première fois dans la capitale, donc je ne peux aller nulle part sauf dans les endroits indiqués sur la carte. »

« Vous pouvez faire ça… ?! Vous voulez dire que vous pouvez vous déplacer instantanément n’importe où sur cette carte ? ! Combien pouvez-vous en emporter avec vous en même temps ? »

« En gros, je peux en prendre autant que je veux. J’en ai déjà déplacé des centaines avec ça. »

« Euni ! Rassemblez tout le monde ici ! Nous nous préparons à nous battre ! »

« Entendu, madame ! »

Il donna ses ordres à Euni, qui était sorti de la pièce en toute hâte.

« Vous pouvez vraiment tout faire, hein… ? Êtes-vous une couronne, peut-être ? »

« À propos, c’est quoi une couronne ? »

« Une couronne est un Gollem de la série des couronnes spécialisées. Ce sont d’anciennes machines aux pouvoirs uniques, qui se tiennent un ou plusieurs étages au-dessus du reste. Dans ce monde, elles sont considérées comme le sommet du potentiel des Gollem… »

Elluka s’était penchée et me l’avait expliqué.

Huh, c’est assez sauvage… Pendant que je pensais à ces choses, Est continua.

« Le Gollem de Nia, Sang Rouge, est l’une des couronnes. Cependant, nous avons eu un conflit avec une autre couronne, et Rouge est devenue immobile. »

« Pfff… Ce salaud nous a frappés par surprise… Je ne pardonnerai pas à ce connard de Violet ! On se vengera la prochaine fois ! »

Je n’avais pas vraiment compris ce que Nia criait, j’avais donc mis ça sur le compte d’un grief personnel.

Je voulais en savoir plus sur les couronnes, mais cela devait venir plus tard.

« Toutes les troupes sont rassemblées, madame ! », cria Euni alors qu’elle s’était penchée dans la pièce. Est se retourna pour lui répondre, voyant les deux rangées de soldats prêts à se mobiliser.

« L’escouade A se tiendra prête en cas d’attaque ! L’escadron B viendra avec nous pour sauver la forteresse ! Nous allons nous y rendre immédiatement grâce à la magie de notre nouvel ami ! Préparez-vous à un conflit immédiat ! »

« OUI MADAME !!! »

Est regarda ma carte projetée et pointa une zone spécifique.

« Pouvez-vous nous envoyer dans cette zone de montagne ? »

« Je le peux. Devrais-je y envoyer uniquement l’équipe B ou bien tout le monde ? »

D’après ce qu’on m’avait dit, il semblerait que j’emmènerais Nia, Est, Euri, Euni, Elluka, Fenrir et Akagane.

« Non, en fait. Je veux que Fenrir et Elluka restent ici. En vérité, je veux que Nia reste aussi… »

« Je vais partir ! »

Nia serra les poings et parla avec détermination.

« Franchement, vous êtes plus un handicap pour nous sans Rouge. »

« Quoi ? ! Ne sois pas si méchante ! Même sans Rouge, je suis une dure à cuir ! »

Vraiment… ? Vous me semblez un peu frêle. Franchement… J’ai peut-être fait une erreur. Je suis d’accord pour les aider s’ils ont besoin de moi, mais ce sont des criminels… Je ne suis pas sûr de vouloir devenir un homme recherché dans ce monde… Je suppose que je peux facilement y échapper en rentrant chez moi, mais quand même… Je suppose que j’ai simplement besoin de passer inaperçu.

Cela dit, je ne peux pas me résoudre à tuer quelqu’un qui n’est probablement même pas méchant. N’y a-t-il pas un moyen pour moi de m’en sortir sans me battre ? Comme faire sortir en douce les membres du Chat Rouge, ou…

« Carte, marqueurs de déclenchement. Ordre des chevaliers en bleu. Chats Rouges en rouge. »

« Affichage. »

« Wow ! C’est quoi ces couleurs ? »

Plusieurs marqueurs de couleur étaient apparus sur la carte, surprenant Nia et les autres. Les points rouges étaient pratiquement entourés par les points bleus. Ils se perdaient, petit à petit.

Il m’avait été facile d’utiliser la magie de recherche pour identifier les membres du Chat Rouge, et les membres de l’ordre des chevaliers en raison de leurs tenues respectives.

« Les points bleus représentent les chevaliers du royaume. Les marqueurs rouges représentent vos hommes. La bataille n’a pas encore commencé, mais ils sont encerclés. Je suppose que je pourrais essayer le plan B… »

« Le plan B ? »

Est n’avait pas bien compris ce que je voulais dire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire