Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Chapitre 3 – Partie 4

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Les voleurs fantômes : « chat rouge »

Partie 4

Il fut un temps où l’aluminium valait plus que l’or, et une autre époque où le platine n’était pas du tout considéré comme très précieux. L’or gardait généralement une valeur standard et stable, mais ce n’était que sur Terre.

Le commerçant du magasin dans lequel j’étais entré plus tôt semblait considérer l’argent et l’or comme des métaux précieux, la règle était donc probablement la même ici.

Quoi qu’il en soit, j’avais une question à poser à mon nouvel ami.

« Cette machine dehors… J’en ai vu des semblables dans les environs. Qu’est-ce que c’est, exactement ? » avais-je demandé en pointant le bus crabe par la fenêtre.

« Vous voulez parler des Gollems ? Nous sommes dans la capitale, il est donc naturel qu’il y en ait une tonne de différents types. Il y en a qui ressemble au mien, mais il y a aussi des modèles plus anciens. »

« Désolé, mais… une personne normale comme moi peut-elle acheter un de ces, euh, Gollems ? »

« Je ne vois pas ce qui vous en empêcherait. Mais vous ne pourriez pas en acheter un de très bonne qualité avec seulement cinq platines. »

Il semblerait que ces choses soient assez chères. Ils étaient probablement à peu près au même prix qu’une voiture de luxe chez nous. Il ne semblait pas que la personne standard puisse s’en offrir une. Il semblerait aussi que leur prix était basé sur la qualité et l’utilité.

« Vous ne semblez pas en savoir beaucoup sur les Gollems, Tohya. Voulez-vous que je vous explique un peu plus leur histoire ? »

« Si tu le peux, j’apprécierais. Merci. »

En réponse à ma demande, Sancho commença à expliquer tout ce qu’il savait sur les Gollems.

Il y a longtemps, il y avait eu une grande guerre. Elle commença par un petit conflit entre deux grandes nations, mais le conflit s’était intensifié et consuma le monde entier. Des automates mécaniques avaient été créés. Ils s’étaient battus au nom des gens. La guerre était alors devenue davantage un exercice de gestion des ressources. Ces drones automatisés étaient ce que l’ère moderne appelait les Gollems. Une grande variété d’entre eux avaient été créés, et la guerre commença à s’intensifier. Des machines plus complexes avaient été conçues pour suivre l’effort de guerre. Finalement, les deux camps perdirent le contrôle de leurs drones. Sans maître, les automates firent tout ce pour quoi ils avaient été conçus. Combattre.

Le monde, en conséquence, avait été complètement ravagé. Mais lentement, l’humanité s’était relevée des cendres de la civilisation anéantie. Ils fouillèrent alors l’ancien monde et redécouvrirent les secrets des Gollems. Ils réussirent à les réactiver et à faire des recherches sur certaines de ces anciennes machines, appelées machines héritées. Grâce à ces recherches, ils apprirent à produire des copies de qualité inférieure de la technologie ancienne. Les modèles déclassés et produits en série avaient été appelés « machines d’usine ». C’était les Gollems les plus courants que l’on rencontrait aujourd’hui dans le monde.

« Donc, les choses que j’ai vues dehors sont des modèles d’usine ? »

« Exact. Les modèles anciens sont plutôt difficiles à trouver. C’est surtout parce qu’ils apparaissent très rarement sur le marché. Vous auriez plus de chance d’en trouver un en allant aux ruines de l’ancien monde et en essayant d’en déterrer un vous-même. »

Dans l’ensemble, les Gollems hérités semblaient assez rares… Bien qu’il soit possible de s’en procurer si l’on est suffisamment déterminé.

« Y a-t-il donc une grande différence de performance entre ceux d’usines et les hérités ? »

« C’est une bonne question. Le principal attrait des types hérités par rapport aux usines est que les hérités ont ce que nous appelons des charges de capacité. Chacun d’entre eux peut exercer des pouvoirs différents. Certaines peuvent générer de l’électricité, d’autres peuvent manipuler de la glace, etc. Étant donné que vous pouvez utiliser la magie, Tohya, je doute qu’elles soient aussi utiles ou qu’elles vous aident autant. »

C’était logique. C’était ces capacités qui avaient rendu les types hérités plus précieux que les types usines. C’était logique, puisqu’ils étaient laissés pour compte par une société plus avancée. Ce que les gens de notre monde appelaient des artefacts correspondrait à ce qu’on appelle ici des hérités. Ce qui importait, c’était qu’un hérité était un ancien dispositif magique avec une large gamme d’effets.

Sancho sourit et sortit mes cinq pièces de monnaie.

Pendant que j’y étais, je lui avais brièvement demandé de m’expliquer la valeur de base de la monnaie, en lui demandant combien une miche de pain coûterait. Il s’était avéré que le prix était à peu près le même que celui auquel j’étais habitué. Comme une pièce de platine avait une très forte valeur, je lui avais demandé de diviser une des cinq pièces en dix pièces d’or.

Les pièces d’or étaient plus petites que celles utilisées dans le monde ordinaire, mais elles semblaient être faites de la même matière. J’avais utilisé [Analyse] sur la pièce et j’avais trouvé que ce n’était pas de l’or pur, mais un alliage dont un dixième environ était du Mithril. Je m’étais demandé si le Mithril était courant ici.

Quoi qu’il en soit, j’avais enfin obtenu l’argent que je désirais tant. J’avais décidé que je voulais en apprendre un peu plus sur cet étrange monde inversé. Si je pouvais obtenir plus d’informations, j’en apprendrais aussi plus sur ces Gollems.

« Sancho, tu sais où je pourrais trouver une librairie ? »

« Il y a une librairie trois portes plus loin. Mais elle n’est pas très grande. »

Comme elle était assez proche d’ici, j’avais décidé de commencer mes recherches là-bas. J’avais remercié Sancho et Mona, puis j’étais parti. Une fois dehors, j’avais regardé à droite et je vis une enseigne de librairie trois portes plus loin.

L’atmosphère à l’intérieur de la librairie était très différente, un peu plus antique. Il y avait beaucoup de livres au premier et au deuxième étage.

Un vieil homme avec une longue barbe blanche était assis derrière le comptoir. Il me rappelait un certain directeur d’une certaine école de sorcellerie et de magie.

« … Bienvenue, mon garçon. Comment puis-je vous être utile aujourd’hui ? »

« Euh… Avez-vous des livres sur l’histoire ou la culture ? »

« L’histoire ? Histoire nationale, ou mondiale ? »

« Les deux, idéalement. »

« Deuxième étage, alors. Sur l’étagère de droite. Deuxième et troisième en partant du haut. N’hésitez pas à consulter, mais faites de votre mieux pour ne pas salir ou endommager. »

J’avais incliné la tête devant le vieux et j’avais monté les vieux escaliers grinçants. J’avais atteint le deuxième étage et m’étais dirigé vers les étagères les plus à droite.

« Hmm… Voyons voir… Le guide du débutant à Allent… La théocratie et vous… La frontière occidentale… La légende de Matlack… »

« Il y en a beaucoup, hein ? »

« Oui… Mais il semble que tout cela combiné n’équivaut même pas à une pièce d’argent… Je suppose que je vais toutes les prendre. »

J’avais continué à regarder dans les rayons, en choisissant les livres qui attirèrent mon attention. Les livres n’étaient vraiment pas chers dans ce monde…

« Oh oui, je dois aussi en trouver sur ces Gollems. »

Il n’y avait pas de livres officiels sur les Gollems, j’avais donc pris quelques livres sur les anciennes civilisations.

J’avais pris quelques livres sur la magie et la technologie et j’avais aussi empilé quelques romans d’amour pour Linze. Kokuyou m’avait aidé à transporter certains d’entre eux pendant que je les empilais.

« Ça ira, je pense. »

J’avais finalement utilisé la [Lévitation] parce qu’il y avait plus d’une centaine de livres. Le vieil homme au comptoir semblait sur le point de s’évanouir quand il vit l’énorme pile de livres flotter du deuxième étage. Quoi qu’il en soit, il commença à calculer le montant.

Au total, il y en avait pour neuf pièces d’or, j’avais donc payé avec une platine. J’avais décidé qu’au lieu de garder la monnaie sur une pièce d’or, je ferais le tour du premier étage et que je compenserais la différence en achetant aussi des livres à cet étage. J’avais alors ouvert [Stockage] et j’y avais mis tous les livres que j’avais achetés.

« Mer-merci… »

Le vieil homme abasourdi marmonna ses adieux alors que je sortais.

« J’ai un peu faim… Je devrais probablement manger. »

{Oui, j’ai aussi faim.}

{Moi aussi, mon cher. J’adorerais manger quelques œufs…}

Je m’étais promené en ville pour trouver quelque chose à manger. J’aurais pu retourner voir Sancho et lui demander ce qu’il pourrait me suggérer, mais cette fois-ci, j’avais voulu me promener et voir ce qui ressortait. L’un des meilleurs aspects d’un voyage dans un nouvel endroit était après tout de découvrir des choses par soi-même… Ou du moins, c’est ce qu’Elze m’avait dit.

Finalement, j’avais trouvé un petit café. Ils m’accueillirent et je m’étais assis à leur terrasse. Ils ne m’avaient même pas dérangé lorsque j’avais amené mes invocations à l’intérieur.

Je connaissais l’Allentese grâce à ma magie, mais cela n’avait pas toujours été utile.

Par exemple, je pouvais très bien lire le menu… mais cela ne signifiait pas nécessairement que j’avais une idée de ce qu’était un « Sandwich Snicken » ou un « Jus de Grabe ». J’étais un peu excité au moment où j’avais passé la commande… Mais quand celle-ci arriva, j’avais eu ce qui ressemblait à un sandwich au poulet et à du jus de raisin.

Mais ça avait bon goût. En fait, c’était vraiment bon. Ça ne servait à rien de s’accrocher aux ingrédients. La bonne nourriture était juste bonne.

Le trio présent avec moi appréciait aussi leur nourriture. Kokuyou mangeait des œufs, Sango du poisson et Kougyoku des légumes.

J’avais regardé en bas de la rue alors que je me détendais lentement et que je mangeais. J’aimais bien regarder les différents types de Gollems qui passaient dans la rue.

En y repensant, je n’ai vu aucun demi-homme… Pas d’elfes ni d’hommes bêtes. Je me demande si cela est dû au fait qu’il n’y en a pas par ici… J’espère qu’ils ne sont pas aussi persécutés dans ce monde.

J’avais bu ce que je croyais être du jus de raisin, mais en fait ça avait le goût de jus de tomate… Ce n’était pas mauvais.

« À l’aide ! Arrêtez ce voleur ! Il a mon sac ! »

J’avais soudain entendu quelqu’un crier depuis l’autre côté de la rue, et j’avais vu un jeune homme courir devant la terrasse. Il tenait un sac dans ses mains.

« [Glissade]. »

« Gwuuuugh ?! »

Il tomba soudainement en arrière et tapa sa tête sur le trottoir. Puis, il cria avant de s’évanouir.

Un jeune homme blond vint soudainement de derrière lui et retint l’homme tombé.

{Joli travail, mon seigneur.}

« Les grandes villes ont tendance à avoir plus de criminalité… »

Je haussais les épaules en silence tout en buvant mon jus de fruits et en regardant l’arrestation du citoyen. Bientôt, deux gardes aux cuirasses d’argent passèrent, s’emparant violemment du criminel. Ils partirent avec le type blond. J’étais heureux de voir que cette ville avait au moins des gardes.

J’avais décidé que j’avais suffisamment observé les gens. J’avais donc payé la facture. Et après cela, j’avais décidé de faire le tour de la ville, en vérifiant différents magasins. Je voulais acheter des souvenirs pour mes fiancées et pour Dieu Tout-Puissant. J’avais levé le sourcil en signe de surprise lorsque j’étais tombée sur une arme dans un magasin d’armes. Mais il était intéressant de noter qu’il n’utilisait pas de poudre à canon. Apparemment, on l’appelait « lanceur de sorts » et il tirait des balles de magie canalisée.

Je n’avais pas été trop surpris d’apprendre que ce monde n’avait pas beaucoup de mages. Les gens dans ce monde étaient conscients de la magie, mais ceux qui pouvaient réellement l’utiliser étaient extrêmement limités.

C’était probablement les Gollems qui avaient entravé le développement de la magie. Après tout, si un Gollem pouvait lancer des éclairs à partir de ses pattes, quelle raison aurait un mage d’apprendre quelque chose comme la [Flèche du tonnerre], par exemple ?

Vous n’aviez pas à payer un salaire à une machine automatisée. Vous n’aviez pas à craindre qu’il vous trahisse pour des motifs égoïstes. Il était probable que la magie n’était vraiment utilisée que par quelques nations ou personnes sélectionnées, de sorte que le pool génétique n’était pas aussi peuplé d’aptitudes magiques.

Ce n’était peut-être pas le cas autrefois… Mais j’en saurais plus après avoir fait analyser ces livres en profondeur. Mais ce n’était pas par moi. Le Doc Babylon pourrait s’en charger.

Mais il semblerait qu’il y avait aussi un danger dans le Monde Inversé. D’après ce que j’avais compris, il y avait des groupes de gens qui pensaient que les touristes étaient des cibles faciles.

« Il y en a deux… Non, trois… »

{Oui. Ils nous traquent depuis un moment.}

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire