Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Les voleurs fantômes : « chat rouge »

Partie 2

« Il est possible qu’il ait essayé de construire cette Porte après avoir rencontré un visiteur de l’autre monde et réalisé qu’il y avait une potentielle issue de secours. »

C’était possible, bien sûr… mais je m’étais demandé si le costume blindé était la personne qu’il avait rencontrée. Peut-être que ce n’était pas un humain en costume, mais un robot. Il y avait nombre infini de possibilités. Une planète possédant des formes de vie artificielles n’était pas à exclure. Une partie de moi espérait qu’il y avait un monde rempli de robots déguisés qui pourraient se transformer en voitures et autres choses cool… mais j’avais le sentiment que je ne rencontrerais jamais rien de tel.

Quoi qu’il en soit… si c’était un visiteur d’un autre monde, alors peut-être qu’il venait du Monde Inversé… Mais y aurait-il eu des formes de vies robotisées il y a cinq mille ans… ? En fait, en y repensant, il y avait ce truc, ce bus crabes… Je pensais que c’était un véhicule, mais ça pouvait être une créature vivante ou un robot… Je suppose que ce genre de choses était tout à fait normal pour les gens de ce monde.

Quoi qu’il en soit, je savais que je n’obtiendrais aucune réponse dans ce monde.

« Au fait, es-tu sur le point de faire fonctionner ton disrupteur dimensionnel ? »

« En fait, il fonctionne maintenant. Cesca m’a laissé le mettre dans le jardin. Ton réservoir de mana est là aussi. Ma version du portail tirera de la magie du réservoir chaque fois que tu ne seras pas à proximité, alors veux-tu bien le remplir lors de ta visite. Il a une capacité incroyablement élevée grâce à ma technologie pionnière de condensateur magique, alors ne t’inquiète pas si elle s’épuise trop vite. De plus, son efficacité est amplifiée grâce à la tour. »

C’était logique. La tour semblait avoir amélioré d’autres fonctions de Babylone. J’étais content d’avoir un réservoir d’une capacité suffisante pour faire fonctionner ma magie si je n’étais pas là. Non pas que je m’attendais à être absent très souvent… Néanmoins, en avoir assez pour soutenir Kohaku et les autres était un soulagement pour moi. J’avais décidé de le remplir avec assez de magie pour quelques décennies… Non pas que j’aie voulu me retrouver dans une situation où je serais bloqué ailleurs pendant aussi longtemps.

« Alors oui, j’aimerais que tu testes son activation et que tu le fasses… mais j’aimerais également que tu m’y emmènes… »

« C’est hors de question. Si je t’amène, tu n’auras aucun moyen de revenir. Si j’arrive à construire une chose similaire de l’autre côté qui mène en toute sécurité à ce monde, alors je t’emmènerai. Qu’en penses-tu ? »

« Tsk… Si c’est vraiment comme ça que ça doit l’être, je peux exercer ma patience un peu plus. »

Il m’avait été facile de rentrer chez moi en utilisant le royaume divin comme tremplin, mais une personne ordinaire comme la doc ne pourrait pas prendre ce chemin. Seuls les dieux ou ceux qui étaient invoqués par le Dieu Tout-Puissant pouvaient voyager à travers des mondes comme celui-ci. Enfin, c’est sans compter des gens comme Ende.

Cependant, si je pouvais acquérir un terrain dans ce monde, rassembler suffisamment de matières premières et bricoler une version du portail qui mène à ce monde, alors les deux seraient plus librement reliés. Mais c’était encore loin d’être le cas. Donc, pour l’instant, je m’étais décidé à aller dans le jardin afin de canaliser la magie dans le réservoir de mana cylindrique.

Il pourrait certainement contenir beaucoup de choses. J’avais vidé environ la moitié de ma capacité totale dans le réservoir, et il restait encore un peu d’espace à l’intérieur. Après cela, j’y avais relié un chemin qui permettrait d’entretenir Kohaku et les autres. J’étais soulagé d’avoir réglé ce petit problème.

Elle voulait que je teste l’activation, donc ce n’était pas comme si je devais aller dans le Monde Inversé… Mais, en même temps, je voulais vérifier certaines choses. S’il y avait par exemple une différence dans la façon dont le temps s’écoulait et tout ça. J’étais pressé la dernière fois que j’y étais allé, je n’avais donc pas eu le temps de me concentrer sur des détails comme ça.

Avant de partir, j’avais pris la décision d’appeler Yumina et les autres filles pour m’assurer qu’elles ne s’inquiètent pas. J’avais l’habitude de partir à l’aventure en solo sans leur dire, et j’avais le sentiment que c’était un peu irritant. Je les avais toutes rassemblées dans le jardin et Yumina prit la parole.

« Ça ne me dérange pas que tu y ailles, mais s’il te plaît, n’y va pas seul. Pourrais-tu emmener Kohaku ? Je pense que ce serait plus intelligent. »

« Quoi, tu ne me fais donc pas confiance… ? »

La plainte de Yumina était un peu frustrante. Bien qu’elle n’ait pas tort à propos de Kohaku. Kohaku était une bête céleste, et mon invocation. Elle pouvait donc revenir au royaume divin avec moi.

« Ce n’est pas une question de confiance, Touya. Tu as tendance à tout faire et à te mettre en danger. Avoir Kohaku avec toi pourrait t’aider à tempérer un peu les choses. »

Je ne pouvais pas le nier, mais si je ne me précipitais pas dans le danger, je n’aurais peut-être jamais rencontré mes fiancées.

« Nous aimerions venir avec toi cette fois-ci. Tu prends souvent Kohaku et Luli. »

« En fait, tu devrais plutôt nous emmener cette fois-ci. Sango et Kokuyou sont doués pour la défense, et je peux faire du repérage depuis le ciel. »

« Mmm… Je suis d’accord cette fois. Tu devrais les prendre à la place… »

Kohaku fit un signe de tête à ce que Kougyoku disait.

Hmm… Ces trois-là ?

Kokuyou était vraiment discret, mais les deux autres se distinguaient trop… Ils étaient à peu près aussi visibles que Luli et Kohaku… mais comme tout était déjà convenu, j’avais décidé de les prendre.

Heureusement, toutes mes fiancées étaient d’accord pour que je parte. J’avais été un peu surpris qu’elles soient si disposées à accepter… C’était probablement parce que je leur avais confirmé que j’étais un dieu quelques jours auparavant. En plus, j’avais promis de leur apporter à toutes un souvenir.

Je resterais une journée entière. Mais comme le transfert prenait du temps, ce sera plutôt un jour et demi.

J’avais rencontré quelqu’un dans l’autre monde. Ce n’était qu’un gars, mais c’était mieux que rien. C’était un commerçant, donc l’idéal serait que je puisse commencer à m’établir avec lui.

Quoi qu’il en soit, j’avais en quelque sorte hâte d’enquêter sur l’endroit… Tester la porte du docteur était une excuse commode. Mes sœurs pourraient aussi me contacter si quelque chose de vraiment mauvais arrivait.

J’avais commencé à déverser ma magie dans le disrupteur dimensionnel. En fait, ça m’avait pris beaucoup de temps, surtout que j’en avais déjà déversé une quantité considérable dans le réservoir. Mais je savais que la régénération ne prendrait pas trop de temps, je n’étais donc pas inquiet.

L’affichage du tachymètre avait atteint 100 %, et je vis une image apparaître à travers l’arche de la structure.

Oho? Ce n’est pas la forêt comme la dernière fois. On dirait des montagnes… Je suppose que c’est parce que j’y entre depuis Brunhild au lieu de Palerius… Très bien, allons-y.

« Très bien, j’y vais. »

« Assure-toi d’avoir quelque chose à manger, d’accord ? »

« Ne parle pas non plus à des femmes bizarres ! »

Linze et Elze m’avaient donné quelques… conseils d’adieu lors de mon passage dans le Monde Inversé. Tout comme avant, j’avais l’impression de marcher dans un air solide et humide. C’était extrêmement désagréable.

J’étais sorti dans une zone rocheuse près de la côte. Il y avait le bruit fort d’une marée montante, et quelques cigales gazouillaient au loin.

Comme prévu, j’étais dans un endroit complètement différent.

« L’océan est beau. Je suis heureux de le voir… »

« Mhm… J’aimerais aller nager… »

Sango et Kokuyou étaient heureux de voir de l’eau salée, mais nous n’étions pas en vacances à la plage.

« Tout d’abord, il faut savoir où sont les gens… Recherche, êtres humains. »

Oh. Zut.

Je n’avais entré aucune information sur ce monde dans mon smartphone. Je n’avais pas de carte. J’étais un idiot… J’avais complètement oublié de demander à M. Sancho si je pouvais utiliser mon téléphone pour copier sa…

« Dois-je appeler ma famille pour nous informer de la région ? »

« Pas besoin de ça, marchons et reposons-nous un peu… »

J’avais décliné l’offre de Kougyoku et j’avais marché le long de la côte. Au bout d’un moment, nous étions tombés sur un pêcheur solitaire qui pêchait près de quelques rochers.

J’avais utilisé la magie de traduction pour lui parler et lui demander s’il pouvait me dire où je me situais… J’étais heureux d’avoir rencontré quelqu’un d’aussi serviable. Il regarda Sango et Kokuyou flotter dans l’air à côté de moi et me lança un regard étrange, mais il n’avait rien dit.

Il s’était avéré que j’étais loin de mon point d’atterrissage initial… C’était probablement dû au fait que Brunhild et Palerius étaient très éloignés l’un de l’autre sur la carte. Soit ça, soit la destination était choisie au hasard chaque fois. Si je me souvenais bien, M. Sancho se dirigeait vers la capitale de la théocratie d’Allent, c’était donc là que je devais aller.

Au moment où j’avais regardé la carte que le type m’avait fournie, les indications m’avaient un peu décontenancé, mais je me trouvais à peu près à l’endroit où Felsen se trouvait dans le monde ordinaire. Allent était situé à peu près dans la même zone que celle où se trouvait Roadmare.

Si j’utilisais le [Vol], ça ne prendrait pas longtemps pour l’atteindre.

« D’accord, on y va. »

J’avais utilisé l’[Invisibilité] sur moi et les autres, juste pour être sûr.

Vu du ciel, ce monde ressemblait beaucoup à un monde normal. Mais j’avais eu un véritable choc quand un énorme dirigeable était passé juste devant moi. Il avait l’air un peu rétro, comme un dirigeable de style steampunk avec un ballon. Je m’étais demandé ce que faisaient les bras robotiques qui sortaient des côtés…

Non, ce monde n’était pas du tout similaire. Il y avait beaucoup de différences ici. Il semblerait que la technologie de ce monde avait au moins été poussée un peu plus loin.

Quoi qu’il en soit, j’en apprendrais plus une fois que je serais à la théocratie. J’avais donc fait un repli arrière, prêt à en apprendre plus sur ce brave nouveau monde…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire