Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Chapitre 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : La méchante bête divine

***

Chapitre 2 : La méchante bête divine

Partie 1

Le lendemain, j’avais rendu visite au Dieu Tout-Puissant. J’avais apporté quelques gâteaux que Crea avait faits, ainsi que des plats faits maison par Lu.

« Encore désolé pour les ennuis… »

« Je t’ai dit que ce n’était pas un problème, ne t’inquiète pas. Tout ce que j’ai fait, c’est téléphoner et regarder un peu autour de moi pour toi. Cependant, j’accepterai tes cadeaux avec gratitude. »

Il sourit un peu en prenant les repas et en les mettant dans un petit réfrigérateur compact. Je n’aurais pas été surpris d’apprendre que le réfrigérateur qu’il utilisait était une sorte de trésor sacré…

« Voyager dans d’autres mondes n’est pas si inhabituel dans le grand ordre des choses. Il y a des gens dans d’autres mondes qui peuvent même convoquer des gens de l’autre côté de l’espace-temps. De plus, il y a même des gens qui sont nés avec la capacité de se déplacer à travers les mondes. »

Le fait d’être appelé dans un autre monde ressemble à une sorte de prémisse d’un LN quelconque… Mais je suppose que cela signifie qu’il y a aussi d’autres personnes comme Ende dans le monde.

« Au fait, ce monde où je suis allé… Sais-tu quelque chose à ce sujet ? »

« Celui-là ? Eh bien, pour le dire simplement, il existe à côté du monde dans lequel tu vis actuellement. De ce fait, il a beaucoup de caractéristiques qui le rendent similaire à ton monde actuel. Cela étant dit, il ne s’agit pas d’une situation où il existe des versions miroir de personnes que tu connais. »

Je suppose donc que la ressemblance ne va pas plus loin que le fait d’avoir une carte du monde de forme similaire, des monstres qui errent, et aussi de la magie… Je suis content que ce ne soit pas un monde inversé bizarre où il y aurait une version féminine de moi courant partout.

« Ce monde a aussi été ravagé une fois par une grande guerre. »

« Attends, vraiment ? C’était la phase ? »

« Ce n’était pas la phase. C’était juste une simple guerre mondiale. Leur technologie s’est développée au point que cela fut inévitable. Leur civilisation a été détruite. Cela arrive en fait à de nombreux mondes. »

Même chez nous, nous avions des mythes et des légendes comme l’Arche de Noé et Ragnarok. Beaucoup de mondes étaient probablement morts pour ensuite renaître de leurs cendres.

« Est-il interdit pour moi ou pour quiconque de visiter ce monde à nouveau ? »

« Hm ? Pas du tout. Je ne vois pas de raison de t’empêcher d’enquêter plus avant sur ce monde. Il y aurait peut-être eu un problème si tu avais pris certains de ces parasites de cristal, mais tu t’en es occupé pour l’instant. Il n’y a donc pas de problème, après tout, ce n’est qu’un monde parmi tant d’autres. »

On a donc bien le droit de retourner dans le monde inversé ? Je suppose que je peux le dire aux habitants de l’île s’ils décident de faire ce choix.

« … Au fait, ma sœur m’a dit que je pourrais utiliser quelque chose appelé “Translocation Spatiale”. Est-ce que je peux utiliser cette capacité pour aller dans des mondes au-delà de celui qui est adjacent ? »

« Translocation Spatiale, hmm… D’habitude, tu ne peux pas utiliser la magie de téléportation habituelle pour aller entre les mondes. C’est à cause de la frontière qui entoure chaque monde, qui est presque impossible à pénétrer. »

D’après Dieu, il était déjà assez inhabituel que je puisse utiliser la [Porte] pour accéder au royaume divin. Il était assez curieux de savoir comment j’avais réussi à le faire, mais il voulait la jouer cool la première fois. Ou quelque chose comme ça… Mais le fait que le dieu des mondes ne l’ait même pas remarqué était un peu inquiétant… Si leur sécurité était si faible, pas étonnant que ce dieu servile soit sorti.

Mais c’était peut-être la juridiction d’un autre dieu, c’était donc lui qui avait besoin de tirer la couverture à lui.

« La translocation spatiale est différente de la magie typique du transport ou de la téléportation. C’est une technique divine qui permet de contourner la frontière. »

« Dans ce cas… ne pourrais-je pas l’utiliser pour retourner dans mon ancien monde ? »

« C’est possible, oui. Mais j’aimerais que tu n’entretiennes pas ce genre de pensée. Après tout, tu es déjà mort dans ce monde. Il serait très troublant que tu réapparaisses soudainement, ressuscité. »

C’était logique, je ne voulais pas vraiment provoquer une panique générale en revenant d’entre les morts. Revenir dans mon ancien monde causerait juste un tas d’ennuis aux gens qui y vivaient.

Mais je me demandais s’il n’y avait pas un moyen de revoir mon ancien monde… À travers les rêves des gens, peut-être…

« Quand tu pourras utiliser la translocation spatiale, tu seras devenu un dieu à part entière. Je t’ai dit que je pense qu’il serait préférable que tu ne rejoignes pas nos rangs si rapidement. Cela finira par arriver, quoi qu’il arrive, donc je pense que tu devrais profiter encore un peu de la marge de manœuvre dont tu disposes actuellement. »

Il avait raison. J’avais actuellement des pouvoirs divins, mais je n’étais pas limité par leurs règles. Il y avait des choses que moi seul pouvais faire en raison de mon statut de demi-dieu. Il était probablement préférable de rester un peu plus longtemps dans ma situation actuelle.

Si je pouvais aller et venir librement de ce monde, alors peut-être que le doc pourrait trouver une solution. Elle avait déjà utilisé [Analyse] sur la structure du portail, je m’étais donc demandé si elle pourrait construire une autre Porte à Brunhild en utilisant l’atelier.

J’avais réfléchi tranquillement en prenant une bonne tasse de thé avec Dieu.

◇ ◇ ◇

« Un réservoir de magie de réserve… ? Je suppose que ça devrait être possible. Je vais fabriquer le réservoir pendant que je construis le disrupteur dimensionnel. Ils partageront après toute certaine fonctionnalité, puisqu’ils sont tous deux destinés à stocker de grandes quantités de magie. »

« Un je ne sais plus quoi Dimensionnel ? Tu es sérieusement en train de construire une autre Porte ici ? »

« N’est-ce pas évident ? Je ne veux pas avoir à admettre que j’ai emprunté le design du vieux, mais ce truc a des applications intéressantes. »

Selon le Doc Babylon, la nouvelle porte… ou disrupteur dimensionnel… serait prête en trois jours seulement. C’était affreusement rapide, même pour l’atelier. Mais une fois de plus, tout le travail nécessaire pour le mettre en service a été fait. Elle ne faisait que le dupliquer en se basant sur les résultats existants.

J’avais haussé les épaules et j’avais décidé de lui confier ce travail. Après tout, j’avais mes propres affaires à régler. Plus précisément, les problèmes contenus dans le rapport sur la table basse à proximité.

Le Mangeur d’âmes s’était remis à la tâche. Ou, pour être plus précis, des Squelettes en cristal avaient été repérés à nouveau. Cette fois-ci, c’était à Refreese, dans une ville portuaire.

C’était une ville commerciale où divers commerçants allaient et venaient à toute heure de la journée. Il y avait ainsi dans cette ville des commerçants honnêtes, mais aussi des commerçants sans scrupule. Et d’après ce qu’on m’a dit, la corruption l’emportait sur l’équité dans les affaires. C’était une ville dominée par les commerçants corrompus et leur philosophie de droit à gagner de l’argent.

Je ne pourrais cependant pas exactement utiliser cela pour dire que le gouvernement de Refreese avait tort. La cupidité était une force motrice, une énergie qui pouvait conduire à la prospérité. Il se trouvait que la force motrice de la prospérité était suffisamment imprégnée de négativité pour attirer quelque chose de terrible.

On avait plutôt l’impression que le Mangeur d’âmes était simplement attiré par des émotions négatives en général. Il n’apparaissait pas nécessairement dans les endroits où ces sentiments étaient concentrés, il apparaissait simplement dans leurs environnements immédiats.

Il semblait se déplacer au hasard. Je ne pouvais qu’espérer que les futurs sites d’attaque entreraient en contact avec nous avant qu’il ne soit trop tard.

« L’absence d’attaques de Phase ces derniers temps est un peu troublante… »

« Il n’y a rien que nous puissions faire pour l’instant. »

« J’aimerais juste qu’on puisse trouver cette chose avant qu’il ne soit trop tard… »

Yumina et Lu soupiraient doucement en exprimant leurs inquiétudes.

Kousaka s’occupait de la plupart des questions domestiques, mais il y avait aussi des domaines où certaines de mes fiancées pouvaient apporter leurs conseils.

Yumina et Lu étaient des membres de la famille royale, alors elles aidaient à la diplomatie étrangère et aux questions intérieures de temps en temps. Mais je ne voulais pas les surcharger de travail.

Toutes les autres étaient au bord de la mer aujourd’hui, Karen les avait invitées. Je voulais y aller aussi, mais j’avais des choses à faire. Si je n’y allais pas, je le regretterais plus tard, quand d’autres personnes innocentes auront subi des dommages.

« Où cela apparaîtra-t-il ensuite… ? »

« Je n’espère pas à Regulus… Ah, je veux dire… J’espère qu’il n’apparaîtra nulle part ! Désolé, je ne veux pas que vous pensiez que j’ai donné la priorité à mon lieu de naissance… »

« Ce n’est pas grave. Regulus est toujours en train de reconstruire son armée depuis le coup d’État. Ce serait mauvais s’ils étaient touchés maintenant. »

Alors que je réfléchissais, mon smartphone s’était soudainement mis à vibrer. C’était Relisha. Je me demandais s’il se passait quelque chose avec la guilde.

« Quoi de neuf, Relisha ? »

« Votre Altesse ! La créature, la dévoreuse d’âmes ! Elle est apparue à Yulong ! Elle est à Changyung, une ville du sud ! »

« Quoi ? »

Quand on parle du loup. Apparemment, des membres de la branche de la guilde de Roadmare s’étaient rendus à Changyung pour créer une nouvelle guilde. Leur venue était une bénédiction et une malédiction, à cause des horreurs qu’ils y avaient découvertes.

Je ne pouvais pas me permettre de laisser tomber. J’avais ouvert ma carte et j’avais vérifié où se trouvait Changyung sur la carte.

« C’est là… D’accord, j’y vais! »

« Je viens avec toi ! »

« Moi aussi ! »

J’avais ouvert un portail pour m’y rendre, mais Yumina et Lu m’avaient appelé. Elle m’avait demandé la permission d’y aller.

En toute honnêteté, j’hésitais à les emmener dans un endroit aussi horrible et dangereux, mais elles s’étaient aussi entraînées sous la direction de ma sœur. Je ne pouvais pas continuer à les couver ou bien à les prendre à la légère.

Cela pouvait devenir trop difficile pour une seule personne. Il était possible que les rôles soient inversés. Il était aussi possible que je doive sacrifier des gens, ou que quelque chose tourne mal… Mais…

« C’est bon. Nous écouterons tout ce que tu diras, et nous n’en ferons pas trop. »

« … Bien, alors. Je compte sur vous. »

Yumina sourit doucement. Il semblerait qu’elle ait remarqué mon hésitation. Elle voyait clair en moi…

« Kohaku ! Luli ! »

J’avais canalisé ma magie et j’avais appelé deux de mes convocations vers moi.

Il était tard, il semblerait donc que Kohaku dormait. Luli, d’un autre côté, semblait lancer tranquillement des raisins dans sa bouche directement de la vigne. Bon sang…

***

Partie 2

« Je vais affronter le méchant Dieu. Kohaku, tu protèges Yumina. Luli, tu protèges Lu. Compris ? »

« O-Oui ! Bien sûr, tout de suite ! »

« Mmm… Mhm... ! »

Kohaku s’agitait dans une sorte de demi-sommeil, tandis que Luli répondit avec une bouche pleine de raisins. C’était très bien.

Pour une raison inconnue, je n’avais pu joindre aucune de mes sœurs au téléphone… Elles étaient probablement en train de nager et n’avaient pas pris leur téléphone pour éviter de le détruire. C’était dommage, mais inévitable. Je leur avais envoyé à la place un SMS.

« Très bien, allons-y ! »

« Oui ! »

« Ok ! »

Nous avions passé la [Porte] et étions sortis dans les ruines de l’ancienne capitale de Yulong. L’endroit était vraiment un champ de ruines. En fait, cela semblait s’empirer depuis la dernière fois. Il ne restait plus qu’à utiliser le [Vol] et à filer vers Changyung.

« … Vous serez en mesure de voler ? »

« Ah, oui. C’est un peu effrayant, mais je suis sûre qu’on peut le faire. N’est-ce pas, Lu ? »

« Bien sûr ! Volons aussi vite que possible ! »

Elles avaient toutes les deux été effrayées par l’instabilité de la situation lorsque je les avais soumis à la [Lévitation] chaque fois que je volais. Mais je n’avais pas beaucoup de temps. Elles devaient donc s’en accommoder.

Je les avais prises toutes les deux par la main et j’avais rapproché leurs corps du mien, un bras autour de leur dos.

« T-Touya ?! »

« A-Ah, Touya ?! »

« Tenez-vous bien toutes les deux. On y sera dans un instant. »

J’avais utilisé la [Lévitation] pour ramasser Kohaku et Luli. Luli était un peu ennuyée parce qu’elle avait ses propres ailes, mais je m’en fichais. Je pouvais voler plus vite qu’elle à ce moment-là, et le temps était un facteur essentiel.

Je m’étais lancé dans les airs et j’avais foncé vers ma destination. Je pouvais voler à pleine vitesse et ne sentir aucune résistance au vent grâce aux barrières de protection que j’avais érigées. Malgré cela, les deux filles s’accrochaient à moi avec crainte.

Il me faudra que cinq minutes pour atteindre Changyung à cette vitesse.

Mes yeux avaient immédiatement été attirés par les signes de mort et de carnage dans la rue, plutôt que par la belle architecture et les toits rouges.

Nous avions atterri sur le sol et avions trouvé des cadavres ici et là. De leurs corps poussaient de petits cristaux, et leurs visages étaient tous déformés par l’agonie.

« Quelle horreur… ! »

« Terrible… ! »

Yumina et Lu regardèrent le désastre avec dégoût.

J’avais utilisé ma divinité pour vérifier les corps. Leurs âmes avaient disparu. Il n’y avait aucun doute. Le Mangeur d’âmes était là.

« Gyaaaaaaugh ?! »

Un cri horrible résonna dans les rues. Ce n’était pas loin de moi. C’était comme une agonie rendue audible.

« Allons-y ! »

Kohaku prit sa forme de tigre et Luli prit une taille plus adaptée au vol urbain.

Yumina s’était assise sur le dos de Kohaku, et Lu chevaucha Luli. Kohaku se mit à marcher dans la zone, et Luli battit des ailes.

Nous avions tourné au coin de la rue et étions arrivés à la source du son. Nous avions trouvé un énorme monstre qui arrachait la gorge d’un homme.

Il avait une crinière dorée et ce qui ressemblait à un manteau de fourrure d’une dureté irréaliste, son éclat était quelque peu trouble. Il ressemblait à un chien ou à un grand loup, mais certains de ses aspects ressemblaient aussi à un lion. Une brume troublante émanait de la créature. Il ressemblait à une divinité, mais une divinité souillée.

« Est-ce le méchant dieu ? »

Il mesurait quatre mètres de haut. Quand il remarqua ma présence, il tourna deux yeux rouges scintillants dans ma direction. Sa crinière d’or sombre était hérissée d’une force maligne, ne faisant qu’intensifier le danger que je pouvais ressentir dans l’atmosphère.

Cette… méchante bête divine… avait fait tomber l’homme au sol avant de bondir sur un toit. La blessure au cou de l’homme s’était immédiatement refermée alors que son corps se ratatinait et séchait. Une fleur de cristal s’était alors épanouie dans son cou.

« C’est ici… »

La bête n’avait pas perdu de temps et sauta du toit vers moi. J’avais sorti Brunhild de mon [Stockage] et je l’avais mis en mode lame, puis j’avais moi-même sauté vers elle. Je l’avais frappée alors que nous nous croisions. Mais… d’un seul coup, un bruit métallique retentit dans l’air au moment où je l’avais touché.

« C’est si dur que ça ? ! »

Mon bras s’était tendu et j’avais senti l’impact résonner dans mon corps. Mon attaque n’avait occasionné aucun dommage. Et au moment où je regardais mon Brunhild avec admiration, je découvris que la lame au phrasium avait en fait un éclat.

C’est impossible !

La bête s’était retournée et s’était dirigée vers moi.

Gah !

« Viens, terre ! Barrière de la mère nourricière : [Mur de terre] ! »

« Whoa ! »

Le sol entre moi et la bête se souleva, forçant la créature à se cogner le visage contre le sol durci.

« Tu vas bien, Touya ?! »

« Merci, Yumina ! »

La bête fixa Yumina et Kohaku avant de courir vers eux, pour être interceptée par Lu, qui fit vomir une pluie de boules de feu par la bouche de Luli.

La créature fut stupéfaite par l’attaque, mais pas beaucoup. Elle s’était mise debout et sauta en arrière.

Bon travail !

« Mode Pistolet ! »

J’avais changé la forme de Brunhild et l’avais rapidement dirigée vers mon ennemi.

J’avais tiré quelques coups de feu sur la bête. Celle-ci s’était soudainement enveloppée dans un torrent de flammes.

Je l’avais chargé avec des balles spécialisées. Plus précisément, celles enchantées par la [Tempête de feu].

Les flammes s’étaient rapidement dissipées, s’écoulant dans le corps de la bête. Sa forme lourde scintillait alors qu’elle consommait entièrement la magie.

Elle semblait avoir les propriétés d’absorption des sorts que la Phase avait… C’était logique, la couleur or boueuse et le revêtement semblable à de la fourrure m’avaient déstabilisé, mais il était indubitablement fait du même matériau que celui de la Phase. Je m’étais demandé s’il s’agissait d’une sorte de sous-espèce modifiée.

« Grauuugh ! »

Une aura sombre et dorée commença à émaner de la créature et se concentra progressivement autour d’elle, avant de se disperser en un large éclat.

Attendez, c’est… de la divinité !

« Yumina, Lu ! Est-ce que ça va, vous deux ?! »

« On va bien ! Je ne sais pas ce que c’est, mais on s’en sort ! »

« Je-je vais bien, oui ! »

Yumina et Lu avaient obtenu la protection divine de moi et de mes sœurs. Si une personne ordinaire avait été frappée par cette explosion de divinité, elle aurait été assommée, ou tout au moins forcée de s’agenouiller.

Tsk… Il n’y avait donc plus de doute, ce monstre contenait quelque chose de divin en lui… Même si c’était causé par ce stupide dieu NEET.

« Essayez de garder vos distances avec lui ! »

Pour la première fois depuis longtemps, j’avais déclenché mon Apothéose. Mes cheveux poussèrent vers l’extérieur en un instant, et la divinité s’était enroulée autour de mon corps. En un instant, mon aura de platine entoura le champ de bataille.

La méchante bête divine s’était arrêtée sur ses pas. J’avais soudainement entendu un rire sourd retentir de quelque part. J’avais reconnu cette voix !

« Kukuku… Je connais cette divinité… C’est toi, n’est-ce pas, mon garçon ? »

Un tourbillon d’or et de boue apparut dans l’espace à côté de la bête, et il prit peu à peu la forme d’un vieil homme maigre. Je me demandais quand il se montrerait.

« Tu as beaucoup de temps libre, mais je suppose que c’est naturel pour un dieu NEET. »

« Tu es vraiment très grossier… Mais bon, merci d’être venu. Je suis sûr qu’avec une âme comme la tienne dans le ventre, mon petit animal de compagnie évoluera bien plus vite. »

« Alors vous avez créé cette méchante bête divine ? Tu es même allé jusqu’à utiliser certains aspects de la Phase dans sa conception ?! »

C’était à tous les coups au moins aussi durs que les monstres de cristal. Ce type était un vrai emmerdeur, et je voulais qu’on en finisse avec lui. Il était allé trop loin. Ce monstre avait dévoré des âmes et s’était lentement autonomisé. C’était tout simplement mal. Aucun dieu ne devrait jamais faire ça dans un royaume mortel… Mais cet homme n’était pas un dieu pour moi.

« C’est grâce à mon bienfaiteur… Ne t’inquiète pas pour ça. C’est grâce à eux que j’ai réussi à créer un dieu si magnifique et si méchant. Maintenant, nous n’aurons plus de mal à ravager ce monde ensemble. »

« … Pardon ? »

« Oh, tu ne le sais pas ? Tout monde détruit par un dieu malfaisant ne relève plus de la juridiction du dieu des mondes. Il ne l’observera plus et ne le gérera plus, tu comprends ? J’ai l’intention de tout détruire complètement dans ce petit monde stupide, et ensuite je m’élèverai comme son nouveau dieu, sans être gêné par des supérieurs stupides ! Kuhuhuhu… Joli plan, n’est-ce pas ? »

Quoi, son plan est de faire en sorte que le Dieu Tout-Puissant abandonne complètement ce monde et qu’il règne ensuite sur lui ? Est-ce que ce type est un idiot ? Est-ce qu’il pense vraiment qu’il peut faire ça ?

Il avait quand même raison. Les mauvais dieux sont des entités qui naissaient dans le royaume des mortels. Cela signifiait que les dieux n’avaient pas le droit d’interférer dans leur ascension. C’était pourquoi les héros ou les élus dans les romans se voyaient accorder des trésors sacrés pour s’en occuper…

Si ces héros tombaient, alors le monde serait abandonné. C’était assez logique. Le monde serait alors abandonné par les dieux et arriverait lentement à sa fin. Le plan du dieu NEET était donc de devenir le nouveau dirigeant de ce monde une fois qu’il sera abandonné… Il était vraiment misérable.

« Maintenant, je comprends pourquoi tu as été un dieu servile pendant si longtemps. Tu es pathétique. »

« Silence, crétin ! Comment oses-tu parler si haut alors que tu n’es même pas un vrai dieu ! Tu n’es même pas un dieu servile… Tsk ! Tu vas devenir du fourrage pour mon animal de compagnie, et ensemble nous allons ruiner cet endroit ! »

La bête, à l’appel de son maître, ouvrit sa gueule et cracha plusieurs frappes de feu noirs.

« Gah ! »

J’avais repoussé l’une de ses frappes de feu noirs avec un coup de poing habillé de divinité. Ce n’était pas chaud, mais l’impact m’avait secoué jusqu’au poignet.

Bon sang ! Si je n’avais pas utilisé mon truc divin, ça m’aurait brisé le bras !

***

Partie 3

J’étais tenté de revêtir Brunhild de divinité et de l’utiliser pour détourner les coups de feu, mais je ne voulais pas courir le risque. Si les explosions étaient suffisantes pour me secouer pendant mon Apothéose, alors mon arme se serait probablement brisée entièrement. J’avais essayé de bloquer une autre des explosions à mains nues, mais le simple fait de la toucher pendant plus d’une seconde m’avait fait un mal de chien ! Je l’avais juste dévié à nouveau avec mon poing. Les explosions noires déviées atterrirent loin de la ville, créant un torrent de flammes à chaque impact avec le sol. J’avais de sérieux problèmes à gérer ici. Cette bête était clairement plus forte que le dieu NEET lui-même !

« Tu sais, le truc avec les dieux méchants, c’est qu’ils mangent les âmes et évoluent progressivement en fonction de la façon dont ils vivent pendant la période de gestation. Ce Yula a beaucoup bricolé mon animal de compagnie ici présent. C’est assez intéressant. Le résultat final est très impressionnant. Il a évolué jusqu’à ce point en un rien de temps ? »

Yula ?! Bon sang, ce bâtard a vraiment passé du temps avec une Construction Dominante !

« Maintenant, si ça ne te dérange pas, j’aimerais conclure rapidement. Si la femme au sabre et la femme amour arrivent ici, je pourrais avoir des ennuis… C’est pourquoi je dois m’occuper de toi tout de suite ! »

« Hmph… Le sentiment est réciproque, mon pote. [Augmentation de puissance], [Téléportation] ! »

Je m’étais téléporté à côté de la bête et j’avais enfoncé avec force mon poing dans son abdomen. Son corps entier s’était effondré comme une nouille et s’était envolé.

« GRAUWAUUUUGH ! »

Il s’était envolé dans le ciel et s’était écrasé contre un grand bâtiment, faisant s’effondrer la structure lors de l’impact. Il était ensuite tombé au sol et s’était retrouvé coincé sous les décombres fraîchement créés.

« Qu — ?! »

Le dieu servile regarda fixement, déconcerté. Il s’était retourné pour regarder son animal de compagnie. J’en avais profité pour revêtir Brunhild de divinité et tirer deux balles directement dans les jambes de ce pathétique NEET.

« Gaugh ! Qu-Quoi ?! Comment ? ! Tu n’es même pas un dieu à part entière ! Comment as-tu pu pénétrer ma divinité ?! »

« Est-ce que ça a de l’importance ? J’ai une bénédiction du dieu des mondes lui-même. »

« Tu quoi ?! », cria-t-il de douleur en tombant à genoux.

Au lieu de sang, une brume dorée dégoulinait des blessures de ses jambes.

« Comment est-ce possible ? ! Comment peux-tu avoir une telle aura ? ! Tu es déjà au niveau d’un dieu supérieur, mais tu n’es pas au panthéon ! C’est impossible ! »

« Contrairement à toi, j’ai une certaine humilité. Contrairement à toi, je travaille dur et je ne me souille pas avec des actes malveillants. Je connais aussi la honte, contrairement à toi. »

Je ne prendrais aucun plaisir à occuper un poste de haut rang juste à cause du corps dans lequel je suis né. Je ne voulais pas déranger les autres dieux, pas avant d’être prêt à accepter la responsabilité de ce poste.

Il ne me restait plus qu’à trouver une solution pour ce stupide NEET. Si je m’en débarrassais ici et maintenant, je finirais par faire le travail de Karen et Moroha à leur place… Bien qu’elles auraient probablement senti notre divinité à ce stade et étaient probablement en route.

Soudainement, les débris de l’immeuble détruit grondèrent, et la méchante bête divine s’échappa de dessous. Elle grogna comme si elle attendait mon hésitation, et sauta sur mon chemin.

Elle avait atterri entre moi et le dieu servile avant de me lancer trois autres salves de flammes noires.

Pas encore !

J’aurais bien pu l’éviter, mais il y avait la possibilité que des survivants soient présents dans cette ville. Je ne voulais pas qu’ils soient blessés. Sans parler du fait que Yumina et Lu étaient juste derrière moi.

Je n’avais pas d’autre choix que de repousser les explosions loin de la ville à nouveau. Cette fois-ci, j’avais pris soin de soutenir massivement mes mains avec un excès de divinité, car je ne voulais pas me blesser trop gravement à nouveau.

Malheureusement, cela n’avait pas fonctionné et chaque coup m’avait causé une douleur considérable dans les membres.

« Aïe, bon sang ! Stupide animal ! »

En grimaçant de douleur, j’avais remarqué que le dieu servile se traînait vers la bête.

« Kuku… Kuhuhu… Je crois que ça suffit pour aujourd’hui ! Mais retiens bien mes mots, mon garçon… À la prochaine… »

Il avait prévu de s’échapper avant l’arrivée de mes sœurs. Je ne pouvais pas laisser cela se produire.

Mais, avant que je puisse faire un pas en avant pour l’arrêter, la bête avait lentement tourné la tête vers le dieu servile.

Que fait-elle… ?

La bête avait lentement ouvert la bouche. Je l’avais fixée, incertain de ce qui se passait, mais… elle s’était avancée et avait fait descendre sa gueule sur la gorge du dieu servile.

« Ngh... Gh-Ghah ! Whah… Qu… oi… ?! »

Les yeux du dieu servile s’écarquillèrent en état de choc. Il regarda la bête dorée qui commençait à dévorer son âme. Même moi, je m’étais trouvé trop choqué pour bouger.

« Je… Kh… Je vois… maintenant… Gh… Dieu… bon sang… Y-Yu… la… Tu as fait… gngh… ça ?! Ghah… ! Bâtard… ! »

Le dieu servile commença lentement à se transformer en sable noir, à commencer par ses jambes. Il était dévoré, ainsi que sa divinité. Au bout d’un moment, il explosa en éclairs de lumière boueuse, et seule la divinité resta.

« Est-ce que… est-ce qu’il vient de le manger ? Est-ce que… est-il mort ? »

J’avais regardé avec horreur la méchante bête déchaînée qui libéra une pulsation de divinité de l’intérieur de son corps. La divinité avait lentement fusionné jusqu’à ce qu’elle se transforme en une matière douce, semblable à du coton. Elle commença à s’enrouler autour de la bête, presque comme le cocon d’un ver à soie.

La bête était lentement mais sûrement obscurcie par ce coton tissé par la divinité jusqu’à ce qu’elle soit entièrement enveloppée dans un cocon. Peu à peu, le cocon s’était élevé d’un mètre dans l’air et avait commencé à vaciller et à pulser avec une lumière d’or sale.

« … Qu’est-ce que c’est que ça ? »

C’était un cocon. Un cocon massif. Flottant dans l’air, pulsant et vacillant avec une lumière sinistre…

Je n’avais pas compris ce que c’était, mais j’avais reconnu que ce n’était pas bon. Je voulais m’en débarrasser le plus vite possible.

J’avais fait passer Brunhild en mode lame et l’avais revêtue de divinité. Ensuite, j’avais essayé de couper le cocon en deux.

Cependant, mes efforts s’étaient avérés infructueux. Il ne s’était rien passé. Mon attaque n’avait tout simplement pas fonctionné. Le cocon s’était légèrement déformé, mais avait rapidement retrouvé sa forme comme un oreiller en mousse à mémoire de forme.

Tsk...

Je pensais pouvoir utiliser [Liens de Glace] pour l’immobiliser et le tuer plus facilement, mais cela s’était avéré inutile.

Au moment où j’avais préparé le sort, le cocon commença à briller et à trembler, et sa forme même a commença à s’effacer de ce monde. Il s’estompait, au point que je pouvais partiellement voir à travers lui.

« Attends, merde ! C’est le phénomène de recul qui affecte la Phase ?! »

Les créatures assez grandes qui passaient la frontière du monde étaient finalement rappelées par l’effet de recul. C’était un système de défense automatisé qui faisait en sorte que ceux qui forçaient le passage ne pouvaient pas rester. Si une vague arrivait sur la plage, elle devait toujours reculer.

J’avais toujours été reconnaissant que quelque chose comme ça existe, mais c’était utilisé maintenant contre moi.

« Enlace-toi donc, Glace ! Malédiction gelée : [Liens de Glace] ! »

Je m’étais empressé de réciter l’incantation dans une ultime tentative de le bloquer, mais les liens de glace n’avaient pas réussi à capturer le cocon.

Le cocon doré avait déjà disparu, et l’aura divine qu’il émettait avait également disparu.

« … Il s’est échappé. »

Je soupirai calmement tout en coupant mon Apothéose.

Et, juste au même moment, Karen et Moroha étaient apparues du ciel.

« Vous êtes en retard. »

« Je suis désolée. Karen dormait. »

« Chut, chut ! Ne lui dis pas ça ! »

… Sérieusement ? C’était donc ça ? Je regardais Karen, qui avait l’empreinte d’une serviette sur la joue.

Ce n’était pas comme si une de mes sœurs aurait pu empêcher la bête de manger le dieu servile.

Yumina et moi avions expliqué la situation à mes sœurs.

« Attends… sérieusement ? Un dieu malfaisant a fait quelque chose comme ça… ? »

« Une existence mortelle qui gagne en divinité n’est pas nouvelle, mais c’est assez troublant… »

Ainsi, les dieux malfaisants confirmés étaient des créations mortelles et étaient probablement nés séparément des dieux eux-mêmes.

De toute façon, il n’y avait aucun moyen de contrer cela. Un dieu malfaisant qui s’emparait des pouvoirs d’un dieu réel était sans précédent. Il n’y avait aucun moyen pour un humain de s’y opposer. Si ce monde était abandonné et que personne n’était plus là pour le surveiller, il finirait par ressembler à ce que le dieu servile voulait. Il était ironique de constater que sa mort serait probablement le carburant qui permettrait de laisser vivre cet idéal.

Le dieu malfaisant serait toujours confiné à ce monde, et rien ni personne ne s’y opposerait. Il resterait simplement dans ce monde stérile qu’il avait ruiné jusqu’à sa mort. C’était ainsi que les choses fonctionneraient dans des circonstances normales. Mais ce n’étaient pas des circonstances normales. J’étais un homme qui détenait le pouvoir des dieux, même si je n’étais pas encore un dieu à part entière. Je n’étais pas tenu de respecter leurs règles.

« … Alors je vais devoir tuer la bête divine ? »

« J’ai bien peur que oui, mon pote. Désolé, tu devras faire notre travail maintenant. »

« Nous resterons sur place et te soutiendrons du mieux que nous pourrons. C’est le moins qu’on puisse faire, sais-tu ? »

Ce stupide dieu NEET avait tout gâché. Je ne voulais pas avoir à faire face à ce genre de conneries !

« Le cocon est probablement en train de construire un nouveau corps pour la bête divine à partir de la base. Dans ton cas, Touya, le Dieu Tout-Puissant t’a reconstruit de la même manière. Mais le corps de cette créature va subir une transformation et il devrait en ressortir encore plus puissant qu’auparavant. »

C’était logique, car le cocon semblait vraiment protéger une créature en pleine croissance. Je voulais le détruire avant que ce qui se trouvait à l’intérieur ne finisse par éclore.

« Eh bien, cela mis à part, nous devons voir s’il y a des survivants. »

« Laisse-moi donc t’aider. »

« Oui, je vais aussi aider. »

« Moi et Yumina allons également aider ! »

Il y avait probablement des personnes non touchées dans cette ville, puisque nous étions arrivés au milieu de l’attaque. Les zombies de cristal allaient probablement se soulever assez tôt, alors nous devions nous assurer de trouver les innocents avant que les monstres ne le fassent.

Maintenant que la méchante bête était un cocon, les choses allaient se calmer pendant un certain temps. Mais je ne me sentais pas du tout serein.

Je soupirais doucement en moi-même, sachant très bien qu’une bataille très difficile se préparait.

« C’est bon. C’est toi, Touya. Nous allons survivre. »

« C’est vrai. Nous sommes avec toi, Touya. »

« … Oui, tu as raison. Nous n’avons pas d’autre choix. »

En fin de compte, voilà à quoi on était réduit. Nous n’avions pas d’autre choix que de gagner. Peu importe les ennemis qui se présentaient à nous, nous devions protéger ce monde. Quand j’avais réalisé cela, j’avais marché plus vite en ville, ma résolution étant renforcée par les encouragements de Yumina et Lu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire