Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Chapitre 2 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : La méchante bête divine

Partie 3

J’étais tenté de revêtir Brunhild de divinité et de l’utiliser pour détourner les coups de feu, mais je ne voulais pas courir le risque. Si les explosions étaient suffisantes pour me secouer pendant mon Apothéose, alors mon arme se serait probablement brisée entièrement. J’avais essayé de bloquer une autre des explosions à mains nues, mais le simple fait de la toucher pendant plus d’une seconde m’avait fait un mal de chien ! Je l’avais juste dévié à nouveau avec mon poing. Les explosions noires déviées atterrirent loin de la ville, créant un torrent de flammes à chaque impact avec le sol. J’avais de sérieux problèmes à gérer ici. Cette bête était clairement plus forte que le dieu NEET lui-même !

« Tu sais, le truc avec les dieux méchants, c’est qu’ils mangent les âmes et évoluent progressivement en fonction de la façon dont ils vivent pendant la période de gestation. Ce Yula a beaucoup bricolé mon animal de compagnie ici présent. C’est assez intéressant. Le résultat final est très impressionnant. Il a évolué jusqu’à ce point en un rien de temps ? »

Yula ?! Bon sang, ce bâtard a vraiment passé du temps avec une Construction Dominante !

« Maintenant, si ça ne te dérange pas, j’aimerais conclure rapidement. Si la femme au sabre et la femme amour arrivent ici, je pourrais avoir des ennuis… C’est pourquoi je dois m’occuper de toi tout de suite ! »

« Hmph… Le sentiment est réciproque, mon pote. [Augmentation de puissance], [Téléportation] ! »

Je m’étais téléporté à côté de la bête et j’avais enfoncé avec force mon poing dans son abdomen. Son corps entier s’était effondré comme une nouille et s’était envolé.

« GRAUWAUUUUGH ! »

Il s’était envolé dans le ciel et s’était écrasé contre un grand bâtiment, faisant s’effondrer la structure lors de l’impact. Il était ensuite tombé au sol et s’était retrouvé coincé sous les décombres fraîchement créés.

« Qu — ?! »

Le dieu servile regarda fixement, déconcerté. Il s’était retourné pour regarder son animal de compagnie. J’en avais profité pour revêtir Brunhild de divinité et tirer deux balles directement dans les jambes de ce pathétique NEET.

« Gaugh ! Qu-Quoi ?! Comment ? ! Tu n’es même pas un dieu à part entière ! Comment as-tu pu pénétrer ma divinité ?! »

« Est-ce que ça a de l’importance ? J’ai une bénédiction du dieu des mondes lui-même. »

« Tu quoi ?! », cria-t-il de douleur en tombant à genoux.

Au lieu de sang, une brume dorée dégoulinait des blessures de ses jambes.

« Comment est-ce possible ? ! Comment peux-tu avoir une telle aura ? ! Tu es déjà au niveau d’un dieu supérieur, mais tu n’es pas au panthéon ! C’est impossible ! »

« Contrairement à toi, j’ai une certaine humilité. Contrairement à toi, je travaille dur et je ne me souille pas avec des actes malveillants. Je connais aussi la honte, contrairement à toi. »

Je ne prendrais aucun plaisir à occuper un poste de haut rang juste à cause du corps dans lequel je suis né. Je ne voulais pas déranger les autres dieux, pas avant d’être prêt à accepter la responsabilité de ce poste.

Il ne me restait plus qu’à trouver une solution pour ce stupide NEET. Si je m’en débarrassais ici et maintenant, je finirais par faire le travail de Karen et Moroha à leur place… Bien qu’elles auraient probablement senti notre divinité à ce stade et étaient probablement en route.

Soudainement, les débris de l’immeuble détruit grondèrent, et la méchante bête divine s’échappa de dessous. Elle grogna comme si elle attendait mon hésitation, et sauta sur mon chemin.

Elle avait atterri entre moi et le dieu servile avant de me lancer trois autres salves de flammes noires.

Pas encore !

J’aurais bien pu l’éviter, mais il y avait la possibilité que des survivants soient présents dans cette ville. Je ne voulais pas qu’ils soient blessés. Sans parler du fait que Yumina et Lu étaient juste derrière moi.

Je n’avais pas d’autre choix que de repousser les explosions loin de la ville à nouveau. Cette fois-ci, j’avais pris soin de soutenir massivement mes mains avec un excès de divinité, car je ne voulais pas me blesser trop gravement à nouveau.

Malheureusement, cela n’avait pas fonctionné et chaque coup m’avait causé une douleur considérable dans les membres.

« Aïe, bon sang ! Stupide animal ! »

En grimaçant de douleur, j’avais remarqué que le dieu servile se traînait vers la bête.

« Kuku… Kuhuhu… Je crois que ça suffit pour aujourd’hui ! Mais retiens bien mes mots, mon garçon… À la prochaine… »

Il avait prévu de s’échapper avant l’arrivée de mes sœurs. Je ne pouvais pas laisser cela se produire.

Mais, avant que je puisse faire un pas en avant pour l’arrêter, la bête avait lentement tourné la tête vers le dieu servile.

Que fait-elle… ?

La bête avait lentement ouvert la bouche. Je l’avais fixée, incertain de ce qui se passait, mais… elle s’était avancée et avait fait descendre sa gueule sur la gorge du dieu servile.

« Ngh... Gh-Ghah ! Whah… Qu… oi… ?! »

Les yeux du dieu servile s’écarquillèrent en état de choc. Il regarda la bête dorée qui commençait à dévorer son âme. Même moi, je m’étais trouvé trop choqué pour bouger.

« Je… Kh… Je vois… maintenant… Gh… Dieu… bon sang… Y-Yu… la… Tu as fait… gngh… ça ?! Ghah… ! Bâtard… ! »

Le dieu servile commença lentement à se transformer en sable noir, à commencer par ses jambes. Il était dévoré, ainsi que sa divinité. Au bout d’un moment, il explosa en éclairs de lumière boueuse, et seule la divinité resta.

« Est-ce que… est-ce qu’il vient de le manger ? Est-ce que… est-il mort ? »

J’avais regardé avec horreur la méchante bête déchaînée qui libéra une pulsation de divinité de l’intérieur de son corps. La divinité avait lentement fusionné jusqu’à ce qu’elle se transforme en une matière douce, semblable à du coton. Elle commença à s’enrouler autour de la bête, presque comme le cocon d’un ver à soie.

La bête était lentement mais sûrement obscurcie par ce coton tissé par la divinité jusqu’à ce qu’elle soit entièrement enveloppée dans un cocon. Peu à peu, le cocon s’était élevé d’un mètre dans l’air et avait commencé à vaciller et à pulser avec une lumière d’or sale.

« … Qu’est-ce que c’est que ça ? »

C’était un cocon. Un cocon massif. Flottant dans l’air, pulsant et vacillant avec une lumière sinistre…

Je n’avais pas compris ce que c’était, mais j’avais reconnu que ce n’était pas bon. Je voulais m’en débarrasser le plus vite possible.

J’avais fait passer Brunhild en mode lame et l’avais revêtue de divinité. Ensuite, j’avais essayé de couper le cocon en deux.

Cependant, mes efforts s’étaient avérés infructueux. Il ne s’était rien passé. Mon attaque n’avait tout simplement pas fonctionné. Le cocon s’était légèrement déformé, mais avait rapidement retrouvé sa forme comme un oreiller en mousse à mémoire de forme.

Tsk...

Je pensais pouvoir utiliser [Liens de Glace] pour l’immobiliser et le tuer plus facilement, mais cela s’était avéré inutile.

Au moment où j’avais préparé le sort, le cocon commença à briller et à trembler, et sa forme même a commença à s’effacer de ce monde. Il s’estompait, au point que je pouvais partiellement voir à travers lui.

« Attends, merde ! C’est le phénomène de recul qui affecte la Phase ?! »

Les créatures assez grandes qui passaient la frontière du monde étaient finalement rappelées par l’effet de recul. C’était un système de défense automatisé qui faisait en sorte que ceux qui forçaient le passage ne pouvaient pas rester. Si une vague arrivait sur la plage, elle devait toujours reculer.

J’avais toujours été reconnaissant que quelque chose comme ça existe, mais c’était utilisé maintenant contre moi.

« Enlace-toi donc, Glace ! Malédiction gelée : [Liens de Glace] ! »

Je m’étais empressé de réciter l’incantation dans une ultime tentative de le bloquer, mais les liens de glace n’avaient pas réussi à capturer le cocon.

Le cocon doré avait déjà disparu, et l’aura divine qu’il émettait avait également disparu.

« … Il s’est échappé. »

Je soupirai calmement tout en coupant mon Apothéose.

Et, juste au même moment, Karen et Moroha étaient apparues du ciel.

« Vous êtes en retard. »

« Je suis désolée. Karen dormait. »

« Chut, chut ! Ne lui dis pas ça ! »

… Sérieusement ? C’était donc ça ? Je regardais Karen, qui avait l’empreinte d’une serviette sur la joue.

Ce n’était pas comme si une de mes sœurs aurait pu empêcher la bête de manger le dieu servile.

Yumina et moi avions expliqué la situation à mes sœurs.

« Attends… sérieusement ? Un dieu malfaisant a fait quelque chose comme ça… ? »

« Une existence mortelle qui gagne en divinité n’est pas nouvelle, mais c’est assez troublant… »

Ainsi, les dieux malfaisants confirmés étaient des créations mortelles et étaient probablement nés séparément des dieux eux-mêmes.

De toute façon, il n’y avait aucun moyen de contrer cela. Un dieu malfaisant qui s’emparait des pouvoirs d’un dieu réel était sans précédent. Il n’y avait aucun moyen pour un humain de s’y opposer. Si ce monde était abandonné et que personne n’était plus là pour le surveiller, il finirait par ressembler à ce que le dieu servile voulait. Il était ironique de constater que sa mort serait probablement le carburant qui permettrait de laisser vivre cet idéal.

Le dieu malfaisant serait toujours confiné à ce monde, et rien ni personne ne s’y opposerait. Il resterait simplement dans ce monde stérile qu’il avait ruiné jusqu’à sa mort. C’était ainsi que les choses fonctionneraient dans des circonstances normales. Mais ce n’étaient pas des circonstances normales. J’étais un homme qui détenait le pouvoir des dieux, même si je n’étais pas encore un dieu à part entière. Je n’étais pas tenu de respecter leurs règles.

« … Alors je vais devoir tuer la bête divine ? »

« J’ai bien peur que oui, mon pote. Désolé, tu devras faire notre travail maintenant. »

« Nous resterons sur place et te soutiendrons du mieux que nous pourrons. C’est le moins qu’on puisse faire, sais-tu ? »

Ce stupide dieu NEET avait tout gâché. Je ne voulais pas avoir à faire face à ce genre de conneries !

« Le cocon est probablement en train de construire un nouveau corps pour la bête divine à partir de la base. Dans ton cas, Touya, le Dieu Tout-Puissant t’a reconstruit de la même manière. Mais le corps de cette créature va subir une transformation et il devrait en ressortir encore plus puissant qu’auparavant. »

C’était logique, car le cocon semblait vraiment protéger une créature en pleine croissance. Je voulais le détruire avant que ce qui se trouvait à l’intérieur ne finisse par éclore.

« Eh bien, cela mis à part, nous devons voir s’il y a des survivants. »

« Laisse-moi donc t’aider. »

« Oui, je vais aussi aider. »

« Moi et Yumina allons également aider ! »

Il y avait probablement des personnes non touchées dans cette ville, puisque nous étions arrivés au milieu de l’attaque. Les zombies de cristal allaient probablement se soulever assez tôt, alors nous devions nous assurer de trouver les innocents avant que les monstres ne le fassent.

Maintenant que la méchante bête était un cocon, les choses allaient se calmer pendant un certain temps. Mais je ne me sentais pas du tout serein.

Je soupirais doucement en moi-même, sachant très bien qu’une bataille très difficile se préparait.

« C’est bon. C’est toi, Touya. Nous allons survivre. »

« C’est vrai. Nous sommes avec toi, Touya. »

« … Oui, tu as raison. Nous n’avons pas d’autre choix. »

En fin de compte, voilà à quoi on était réduit. Nous n’avions pas d’autre choix que de gagner. Peu importe les ennemis qui se présentaient à nous, nous devions protéger ce monde. Quand j’avais réalisé cela, j’avais marché plus vite en ville, ma résolution étant renforcée par les encouragements de Yumina et Lu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire