Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Chapitre 1 – Partie 8

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Le monde inversé

Partie 8

« J’adorerais parler, mais je pense que tu devrais rentrer chez toi rapidement. Ta famille sera très inquiète. »

« Tu as raison. Merci beaucoup. »

Je m’étais incliné pour m’excuser auprès de Dieu, puis j’ai ouvert une [Porte] à nouveau. En y repensant… N’a-t-on pas mentionné une fois que je pouvais ouvrir un portail pour rentrer chez moi… Je supposais que je ne le pouvais pas. En haussant les épaules, j’étais apparu avec Karen dans le temple de l’île de Palerius.

J’avais vu Yae s’incliner profondément devant la Porte, et le Doc Babylon l’examinait frénétiquement. Les représentants de l’île les observaient nerveusement de loin.

« Je suis là. »

« T-Touya-dono ?! C’est toi, c’est toi ! »

Yae se leva, cria de joie et commença à me serrer fort.

Oof… C’était presque du niveau de Sue…

« Je… J’étais si inquiète pour toi, j’étais… K-Kohaku a disparu. Et puis l’appel n’a pas abouti ! J’ai pensé, *sniff*… Je pensais que tu étais retourné dans ton ancien monde… Waaaaaaah ! »

Je suis désolé de t’avoir inquiété… J’avais doucement brossé les cheveux de Yae avec ma main. Elle reniflait et pleurait.

« Hé, maintenant… Il n’y a pas moyen que je t’abandonne… N’est-ce pas ? »

« *sniff*… T-Tu as raison… »

« Hé, les tourtereaux. Désolé de casser un truc sympa, mais elle n’était pas la seule à s’inquiéter. »

Le Docteur Babylon me regardait, le feu dans les yeux.

« C’est ma faute. Désolé pour le dérangement. »

« … Cette excuse était un peu différente de celle que tu donnais à Yae à l’instant. Étais-tu vraiment obligé de parler de façon aussi monotone ? Eh bien, peu importe. Dans quel genre d’endroit la Porte t’a-t-elle emmené ? »

« Oh, d’accord… »

Le Mentor central commença à s’approcher par les escaliers. Je n’avais aucune idée de ce qu’il fallait leur dire.

Hmm… Qu’est-ce que je devrais dire…

« Un autre monde… La Porte a vraiment mené à un tel endroit ? »

Le Docteur Babylon était choqué, tout comme le Mentor central et les quatre représentants.

Finalement, j’avais décidé de leur dire la vérité. Ce n’était pas si important, car personne d’autre que moi ne pouvait l’activer. Mais qu’ils me croient ou non, c’était une autre affaire.

« Je suppose qu’on peut appeler ça un monde inversé. C’est similaire à ce monde, mais il y a quelques différences. »

J’avais pris une photo de la carte de M. Sancho avec mon smartphone. J’avais ensuite utilisé [Dessin] pour créer une impression.

« C’est donc ce que voulait dire Alerius Palerius quand il parlait du nouveau monde… » se marmonnait Dyent.

Il avait probablement raison. Bien que, plus précisément, ce furent les disciples d’Alerius qui tentèrent d’utiliser la Porte pour atteindre un nouveau monde et échapper à la Phase.

Mais aucun d’entre eux, pas même tous réunis, n’était aussi talentueux que le sage original. Ils n’avaient pas pu l’achever, et c’était pourquoi leurs descendants avaient été piégés sur l’île.

« Très bien, vous avez encore plus d’options. Vous pouvez rester sur l’île et continuer votre lutte contre les Béhémoths. Vous pourriez supprimer la barrière et rejoindre le monde extérieur… Vous pourriez mélanger les deux, et envoyer ceux qui voudraient partir tout en restant fermés au monde. Ou, comme dernière option, vous pourriez passer par la Porte menant à ce nouveau monde. »

La pièce était devenue complètement silencieuse. J’avais continué à parler.

« Laissez-moi cependant clarifier une chose. Si vous allez dans le nouveau monde, vous ne pouvez pas revenir. J’ai eu de la chance d’en revenir, mais c’était exceptionnel. Vous n’aurez pas la même chance. Les gens de l’autre côté ne parlent pas la même langue, et je ne sais rien de leurs affaires géopolitiques. Si vous prenez une décision, j’aimerais l’entendre assez tôt. »

C’était un monde avec des créatures bizarres dans la nature, ce n’était donc pas vraiment sûr comme le Japon moderne. Cela étant dit, il était probablement plus sûr que ce monde. Il n’y avait pas de menace de Phase à affronter là-bas.

« Nous ne pouvons pas prendre de décision maintenant… Pouvons-nous l’envisager dans les prochains jours ? »

« D’accord, c’est bon. On n’est pas pressés, mais il faut prendre en compte tous les facteurs. »

J’avais fait un signe de tête au Mentor central après avoir dit ça. Leur choix aurait des ramifications importantes, j’avais donc compris pourquoi ils avaient besoin de temps. Une discussion appropriée était tout à fait naturelle.

J’avais décidé que la meilleure chose à faire pour l’instant était de rentrer chez moi. J’étais complètement crevé.

◇ ◇ ◇

J’étais retourné à Brunhild, et j’avais été accosté par tout le monde. J’avais compris qu’ils avaient eu peur, mais ils n’avaient pas besoin de se serrer si fort…

J’avais convoqué Kohaku et les autres bêtes et je m’étais excusé de les avoir fait disparaître soudainement. Ils étaient assez choqués par ce qui s’était passé.

J’avais aussi convoqué Snow, le petit rongeur qui appartenait à Lop et à ses amis.

« Désolé pour tout ça… Retourne auprès de tes amis, d’accord ? »

J’avais renvoyé Snow avec un petit mot d’excuse, celui-ci s’était vite enfui dans l’obscurité.

Hrmph… Je ne veux pas que ça se reproduise, alors… peut-être que je devrais préparer une sorte de réservoir de stockage avec ma magie dedans ? Si je peux faire une sorte de batterie de mana qui stocke ma magie, elle devrait fonctionner comme une réserve si jamais je me retrouve à nouveau hors de portée…

« Alors cette Porte t’a emmené dans un autre monde… ? Compte tenu de la Phase, et de ta propre histoire sur tes origines, je comprends, mais… c’est quand même étrange… »

Yumina, vêtue d’un pyjama blanc, s’était roulée sur mon lit en marmonnant.

Il n’y avait pas non plus qu’elle. Toutes mes autres fiancées avaient envahi ma chambre et faisaient de mon lit leur nouveau nid. Elles disaient qu’elles voulaient me punir pour leur avoir fait peur, pour qu’elles puissent toutes dormir avec moi… Pas de cette façon, bien sûr. Ce n’était pas le moment.

Le lit était spécialement conçu pour ce genre de situation, il était donc très grand. Assez grand pour que dix personnes puissent au moins s’asseoir dessus. Même avec l’ajout de l’ours en peluche, il restait beaucoup de place.

Pour être honnête, je pensais que le lit était beaucoup trop grand. C’est pourquoi je dormais généralement sur un lit plus petit à côté, la plupart des nuits.

« Hé, Touya, comment était-ce de l’autre côté ? »

Sue, portant son propre petit pyjama jaune, s’était accrochée à mon dos et m’avait posé une question. Elle était assez stressée par l’épreuve, elle avait été donc autorisée à passer la nuit chez moi.

« Mmm… Je ne suis pas restée très longtemps. Je n’ai pas vu grand-chose. Je voulais rentrer le plus vite possible parce que je savais que vous seriez toutes inquiètes. »

« Tu avais raison, nous étions toutes inquiètes. »

« Extrêmement inquiètes… »

Linze et Sakura me fixaient du regard. Je m’étais déjà excusé une tonne de fois, alors j’avais souhaité qu’elles ne me blâment pas autant.

« Quand Kohaku a disparu, j’avais effectivement eu l’impression que mon cœur allait lâcher. »

« Moi aussi ! Je ne savais pas quoi faire quand Yae m’avait appelé pour me dire que tu avais disparu. »

« Nous sommes heureuses que tu sois rentré sain et sauf. »

Yae, Elze et Hilde avaient également exprimé leurs craintes. Mais ce n’était pas comme si j’étais responsable…

« Je suis confuse, Touya… Tu as réussi à revenir dans notre monde sain et sauf, mais… n’as-tu pas dit que tu ne pouvais utiliser aucune [Porte] ? »

« Ah… Eh bien, Lu, uhm… à propos de ça… »

« … Que nous caches-tu ? »

J’hésitais à répondre à la question de Lu, et Leen avait presque immédiatement mis le doigt dessus.

Hrmm… Dois-je sérieusement leur dire ? Je veux dire… Ce n’est pas comme si je n’avais pas le droit de leur dire, et franchement ne pas leur dire pourrait juste causer plus de problèmes.

J’avais décidé de leur dire mon plus grand secret. Je leur dis tous, sur la façon dont je suis venu au monde, tout sur Dieu, et tout sur ce que j’allais devenir. Au début, elles pensaient que je plaisantais, mais peu à peu, leurs expressions s’étaient adoucies au fur et à mesure que je continuais à parler. Elles soupiraient légèrement et me regardaient avec des expressions perplexes sur leurs visages.

« Je ne sais même pas par où commencer ici… »

Elze avait l’air choquée.

« Alors tu me dis que… non seulement tu viens d’un autre monde, Chéri… mais tu es aussi un dieu ? Pourquoi ne cesses-tu jamais de me surprendre… ? »

« Ceci… explique honnêtement beaucoup de choses… »

Lu fit un signe de tête à Leen, acceptant entièrement mon histoire. J’avais été un peu surpris par la facilité avec laquelle elles l’acceptaient.

« Alors, est-ce que ça veut dire que tes sœurs sont… »

« Des déesses, oui. Elles n’ont pas le droit d’utiliser leur divinité ici, mais elles viennent du panthéon divin. »

« … Ce pays est vraiment assez fou, non ? Je me demande si nous serons un jour vaincus à ce rythme… »

Leen poussa un autre soupir.

« Peu importe ce qu’est Touya. Il restera toujours notre mari ! »

Yumina l’avait dit franchement, et les autres filles acquiescèrent. J’étais assez étonné par mes fiancées. Elles avaient beaucoup de courage pour l’accepter comme ça.

J’étais gêné, même si c’était agréable d’être accepté. Je m’étais recroquevillé dans mon lit et j’avais essayé de dormir.

Yumina et les autres gloussaient entre elles, mais je faisais semblant de ne rien entendre. LE sommeil m’appelait.

J’allais rendre visite aux dieux après mon réveil, pour leur exprimer ma gratitude pour m’avoir sauvé. Je me demandais quel serait le meilleur cadeau à apporter…

D’après Karen, je pourrais utiliser la capacité de translocation spatiale si je concentrais ma divinité, mais je ne pouvais pas encore le faire. L’utiliser me permettrait apparemment de sauter vers d’autres mondes. Je voulais quand même obtenir une sorte de réservoir ou de réserve magique avant même de faire une autre tentative.

J’avais commencé à réfléchir à ces choses alors que le sommeil me réclamait et que l’obscurité s’installait dans les coins de ma vision.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire