Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Chapitre 1 – Partie 6

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Le monde inversé

Partie 6

Elle avait complètement ignoré leurs yeux vigilants et posa les deux mains sur la Porte. Ses propres yeux s’étaient fermés alors qu’elle concentrait son pouvoir magique.

« [Analyse]. »

Elle avait commencé à essayer de traiter les informations dans sa tête. Ou du moins, c’était ce que je pensais qu’elle faisait à cause de tous les marmonnements qui se produisaient maintenant.

J’avais aussi essayé d’utiliser [Analyse], mais il ne m’avait fallu que quelques secondes pour abandonner l’idée de me faire une idée de ce que je voyais. J’avais compris certaines choses, comme la façon dont il avait été construit et ce dont il était fait, mais c’était une question d’étendue. En fin de compte, mes connaissances n’étaient pas assez spécialisées. Je ne pouvais pas faire bon usage de l’information. C’était comme si une personne âgée ordinaire voyait les schémas d’un appareil électrique.

« Je ne reconnais certainement pas les formules magiques ici. Mais il va sans dire que c’est un appareil incroyable. D’après ce que je comprends ici, ça fonctionne comme une [Porte], c’est-à-dire qu’il fonctionne comme un dispositif de transfert espace-temps… Je suis cependant quelque peu confuse par le manque de coordonnées. Ou plutôt, je ne peux tout simplement pas sentir aucune coordonnée de destination. La quantité de puissance magique nécessaire pour l’activer est également obscène, ce qui signifie en fait… »

J’avais arrêté d’écouter le docteur qui divaguait et je m’étais tourné pour poser une question au Mentor Central.

« Alerius Palerius a laissé ça derrière lui, non ? »

« C’est exact. Mon ancêtre a utilisé cette île comme son terrain d’essai personnel. Ce temple a été construit uniquement pour abriter la Porte à l’intérieur, mais malheureusement, Palerius a quitté l’île avant d’avoir pu la terminer. Ses quatre disciples ont repris les opérations par la suite, mais même eux n’ont pas pu terminer —. »

« Non, c’est déjà terminé. J’en suis en fait presque sûre. »

Le docteur Babylon s’était immiscé dans la conversation de Mentor Central, essuyant la sueur de son propre front lorsqu’elle retira finalement sa main de la porte.

« Nous ne saurons pas exactement où elle va à moins de la mettre en marche, mais elle est à tous les coups terminée. La formule permettant à la magie de s’y infiltrer est terminée. »

« … Alors pourquoi ne se déclenche-t-elle pas ? Nous avons essayé d’y verser de la magie pendant des années, des générations. »

« N’est-ce pas évident ? La magie que votre peuple a fournie n’était pas suffisante. »

Sérieusement ? Ce n’était pas suffisant ? Êtes-vous en train de me dire que cette porte a besoin de plus de magie que des générations de personnes ? Mais c’est une si petite porte ! Attendez, ne me dites pas que la porte est une métaphore pour l’île entière ou quelque chose comme ça, et qu’en fait vous avez besoin de charger beaucoup plus. Est-ce que la porte est juste une fausse ?! Une illusion ?! La vraie porte, c’était les amis qu’on s’est faits en chemin ?

« … Comment est-ce possible ? Je suis une personne avec un pouvoir magique incroyable comparé à l’individu standard, et même le mien n’est pas suffisant pour que cette Porte fasse quelque chose. »

Le Mentor Central fronça les sourcils en sondant le Doc pour obtenir des réponses.

« Vous n’avez pas tort, vous avez beaucoup d’énergie magique. Pourtant, je parie que votre magie équivaut à celle de deux ou trois personnes. Ce n’est pas suffisant. Si je voulais faire une estimation basse, je pense que cette porte a besoin de la magie de cent mille personnes pour s’activer. »

« Qu — ?! »

« Aussi, cette magie permettrait d’allumer la porte pendant une fraction de seconde. Il est impossible qu’une personne normale puisse l’activer. Il faudrait probablement environ 300 ans à une personne normale pour l’activer, à condition qu’elle épuise sa magie chaque jour. »

C’était absolument absurde, cette chose ne possédait aucune efficacité énergétique !

Le Mentor Central et les quatre représentants avaient été complètement abasourdis.

Yae, par contre, avait juste incliné la tête dans la confusion. Elle n’arrivait pas à saisir l’échelle dont nous parlions, mais elle ne pouvait de toute façon pas utiliser la magie.

« Il semble que les disciples de Palerius aient essayé de graver une formule magique d’efficacité qui aurait réduit la quantité de puissance nécessaire… mais ils n’ont pas réussi à la terminer à temps. Cela n’aurait pris qu’un centième du temps, s’ils avaient terminé cette partie. »

« Alors, vous voulez dire que si cette formule est terminée, nous pourrions ouvrir la porte en seulement trois ans ? »

« Oui, ça semble raisonnable. »

Trois ans… Je suppose que ça semble plus raisonnable. Je me demande si le fait d’utiliser trois personnes permettrait d’aller plus vite, comme le réduire à un an… Ou peut-être qu’ils pourraient utiliser trente-six personnes pour le faire en un mois !

Mon idée avait été rejetée. Apparemment, utiliser la magie de plusieurs personnes ne suffirait pas. C’était une honte.

Chaque humain avait une longueur d’onde magique différente… Il serait plus facile d’y penser en termes de couleurs. Une toile peinte sur une longue période avec la même couleur finirait par avoir un aspect complètement différent d’une toile sur laquelle on aurait éclaboussé un tas de couleurs pendant une courte période. Lorsqu’il s’agit d’appareils nécessitant une magie concentrée, il est préférable qu’une seule personne s’en occupe.

« Donc c’est incomplet, alors… »

« Eh bien, c’est toujours utilisable. Touya devrait pouvoir l’allumer maintenant. »

« Ahaha… On a vraiment recours à moi, Doc ? »

Celle-ci fit un sourire dans ma direction. Je soupirai.

« Désolé, je comprends que le Grand Duc possède une grande quantité d’énergie magique… Il doit en falloir beaucoup pour faire venir ces guerriers géants, mais… combien en a-t-il exactement ? »

« Je ne suis pas vraiment sûr. Ma réserve de magie est assez importante. J’ai des centaines de créatures invoquées actives en ce moment et aucune d’entre elles n’en pompe beaucoup. »

« Qu — ?! »

Même après avoir invoqué Kohaku et les autres Bêtes Célestes, ainsi que les créatures qui leur étaient apparentées, je n’avais pas eu l’impression que ça avait beaucoup diminué. En fait, après que ma divinité soit apparue, j’avais eu l’impression d’avoir plus de magie pour jouer avec. J’étais dans une ligue à part entière ces jours-ci, bien qu’il me semblait un peu tard pour le dire.

« Je crois pouvoir activer cette Porte, mais… Je vais vous demander la permission. Me laisseriez-vous essayer ? »

« O-Oui, bien sûr. Si cela peut nous aider à comprendre exactement ce qu’Alerius Palerius préparait il y a tant d’années, alors j’en serais heureuse… »

Le Mentor Central m’avait donné la permission, j’avais alors haussé les épaules et j’avais commencé à me préparer à l’allumer.

D’après la façon dont elle fonctionnait, elle semblait fonctionner de façon assez similaire à mes portails. Le seul problème, c’était que je n’avais aucune idée de la destination.

Je ne voulais pas que ce truc s’ouvre sous la mer ou quoi que ce soit… Ce serait très embêtant.

« Je suis ici pour te protéger, Touya-dono. Je ne peux pas te laisser te mettre en danger, je ne peux pas. »

« C’est de moi qu’on parle, Yae. Si c’est un mauvais endroit, je vais me téléporter. Si ce n’est pas trop mal, je m’occuperai des problèmes là-bas. »

Yae ne voulait pas me laisser partir, mais je l’avais persuadée du contraire. Après tout, je ne voulais pas l’exposer à des dangers potentiels de l’autre côté. Après cela, j’avais installé une barrière de protection autour de la Porte. C’était une mesure préventive au cas où elle mènerait quelque part sous l’océan. La barrière bloquerait le flux. Il ne me resterait plus qu’à fermer la Porte.

« Très bien, laissez-moi essayer ça… »

J’avais fait reculer tout le monde, puis j’avais posé mes mains sur la Porte. Ma magie commença à y pénétrer. Les mécanismes de la porte commencèrent à s’animer. Le tachymètre s’était aussi mis à tourner. Comme je le soupçonnais, les compteurs devaient mesurer la magie canalisée dans l’objet. Le design avait un côté un peu rétro-chic à cet égard…

J’avais accéléré le taux de transfert. Elle s’était mise à ronronner et à bourdonner énormément. La lecture du tachymètre commença à augmenter rapidement. La formation magique sur le sol sous la porte avait également commencé à s’éclairer.

« Oh, wôw ! »

« Ça marche ! »

Tout le monde autour de moi semblait surpris par ce qui se passait. J’étais surpris aussi, mais pour une raison complètement différente. Malgré les grandes quantités de magie que j’avais canalisées, ce n’était pas encore fini. Elle continuait d’absorber. Peu à peu, le temple entier était enveloppé d’une faible lueur de lumière. Le tachymètre avait atteint environ quatre-vingts pour cent de son cadran.

L’espace entre l’arche commença à se tordre et à s’éclairer. Il suffisait d’un peu plus pour que le portail apparaisse. J’avais intensifié mon envoi, en y injectant encore plus de magie.

Le tachymètre avait finalement atteint 100 %. J’avais regardé à travers l’arche pour voir des arbres et un ciel ouvert. L’autre côté n’avait pas l’air dangereux, ce qui était un soulagement.

« On dirait que ça a marché… »

Je ne voulais pas que la porte se ferme parce que mon lien avec elle était coupé, alors j’avais traversé l’arche avec ma main toujours dessus.

« Très bien, à bientôt. »

J’avais souri aux autres, puis j’avais continué à travers la Porte.

C’est bizarre…

Le sentiment était inhabituel. C’était presque comme si je marchais dans de la mélasse chaude, ou que mon corps tout entier se pressait doucement dans du caoutchouc souple.

Je n’aimais pas vraiment cette sensation, alors j’avais franchi la Porte d’un seul coup.

En un instant, j’avais senti le sol sous mes pieds. J’avais levé les yeux pour voir une zone boisée.

Je m’étais retourné pour regarder derrière moi, mais il n’y avait rien. Comme je m’y attendais, le voyage était à sens unique.

Je me sentais sacrément épuisé, ce qui était normal vu la quantité de magie qui avait été consommée. Heureusement, elle commençait déjà à se rétablir.

Maintenant… laissez-moi m’orienter… Suis-je dans la Mer des Arbres… ? Pour une raison inconnue, je ne le crois pas… Je suppose que l’endroit ressemble à une forêt ordinaire.

J’avais sorti mon Smartphone et j’avais essayé de projeter la carte.

« Qu’est-ce que… ? »

Il avait refusé de s’ouvrir. Je m’étais demandé si cette zone avait une barrière autour d’elle, ou si c’était l’œuvre d’Alerius Palerius. Cette dernière hypothèse était peu probable, puisqu’il n’avait jamais réussi à terminer la Porte de son vivant. C’était quand même vexant.

J’avais sorti mon téléphone et j’avais essayé d’appeler Yae, mais l’appel avait refusé de se connecter. Je ne pouvais pas non plus contacter Kohaku par voie télépathique. J’avais cru comprendre qu’il y avait une sorte de barrière d’interférence qui me bloquait.

Mais ma magie était toujours efficace. J’avais invoqué un petit vent comme test et ça avait bien fonctionné. Je m’étais demandé ce que cela voulait dire. Alors que je réfléchissais à moi-même, j’avais soudainement entendu des cris venant de la forêt. C’était accompagné du bruit des arbres qui tombaient.

Qu’est-ce qui se passe ici ? J’avais couru à travers la forêt jusqu’à ce que je sorte enfin sur ce qui ressemblait à une grande route. Il y avait des arbres dans la région, mais ils avaient tous été arrachés à leurs racines. J’étais extrêmement confus.

C’était à ce moment-là que je vis un dinosaure à deux têtes attaquer une voiture de tourisme métallique.

« Quoi… ?! »

La créature ressemblant à un tyrannosaure était clairement une espèce de bête magique que je ne reconnaissais pas du tout. Ou peut-être un dragon… J’avais un peu froncé les sourcils en voyant ça.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

Laisser un commentaire