Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Chapitre 1 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Le monde inversé

Partie 1

« Il fait si chaud… »

Juste après avoir fini le ménage à Sandora, l’été avait déjà fait son chemin à Brunhild.

Ce n’était pas tout à fait la chaleur d’un désert brûlant, mais il faisait quand même d’une certaine manière assez chaud.

« Souffle, Vent ! Douce Rafale : [Vent frais] ! »

J’avais convoqué une brise calmante le long du balcon au moment où Leen arrivait de l’intérieur. Kohaku était assis à côté de moi. Tout naturellement, Paula était venue avec Leen. Dès qu’elle sortit sur la terrasse, ses queues doubles argentées tremblèrent dans le vent.

« On se relâche, n’est-ce pas ? Tu vas donner le mauvais exemple à tes sujets à ce rythme. »

« Garder les apparences est une douleur dans des moments comme celui-ci. Les choses chaudes sont chaudes, bon sang… »

J’avais été surpris qu’elle soit si calme et recueillie, vu que sa tenue de lolita gothique devait la tenir vraiment au chaud. Alors que je réfléchissais à cela, elle s’était rapprochée de moi, et l’air avait commencé à se refroidir. J’avais compris son truc, elle avait utilisé la magie pour envelopper son corps dans de l’air frais. Leen était après tout assez tolérante aux basses températures, je n’étais donc pas surpris qu’elle ait un sort comme ça sous la main.

« Il semble que nous devrons supporter la chaleur un peu plus longtemps. Même certains de tes habitants se sont effondrés à cause d’un coup de chaleur. »

« Ah oui ? Je suppose donc qu’on ferait mieux de rester hydratés. »

« Beaucoup de gens sont passés par les portails des îles donjons ces derniers temps. L’environnement y est beaucoup plus frais. Mais il y a encore des bêtes magiques là-bas, alors on devrait vraiment faire attention à ne pas laisser passer les civils… »

Les îles avaient une brise venteuse, c’était donc probablement beaucoup plus rafraîchissant que l’îlot enclavé de Brunhild. Les nuits étaient cependant extrêmement impitoyables et froides.

« De toute façon, c’est un peu pour ça que je suis venu ici… On devrait faire une zone de baignade sur les îles. »

« Hein ? »

« Beaucoup de gens voulaient se rafraîchir dans la mer. Ce serait une bonne occasion de gagner un peu d’argent. Des boissons, de la nourriture, des maillots de bain, et des frais généraux pour s’y téléporter. Ce serait une bonne occasion, non ? »

« Hoho… Ça me semble bien. »

Une voix résonna derrière nous. C’était Kousaka.

« Nous avons beaucoup d’immigrants sandorans maintenant, non ? Ce serait donc bien de gagner autant d’argent que possible. Alors, Mme Leen, qu’avez-vous en tête ? »

Leen avait soudainement sorti une carte et l’avait étalée sur la table.

« Eh bien, regardez ici. Voici une carte complète des îles. Vous voyez, cette île particulière n’a pas de donjon. Je pensais modifier son littoral avec la magie de terre, ce qui nous permettrait de créer une grande plage de sable. Nous installerions également une barrière spéciale qui éloignerait les animaux sauvages dangereux. En plus de cela, nous créerions un nouveau portail séparé qui y mènerait. »

« C’est fou… Tu suggères donc que nous créions un portail séparé de ceux que la guilde gère ? »

« C’est ça. Nous rendrons aussi l’île inaccessible d’accès depuis les autres portails. De cette façon, elle pourra aussi être complètement autosuffisante. Après cela, nous verrons s’il est possible de construire des restaurants, des boutiques touristiques, et peut-être même des logements… »

« Hm… J’aime ça. Nous pourrions gagner un peu d’argent. »

Hé, là ! Ne me laissez pas en plan, vous deux… n’ai-je pas mon mot à dire ? Vous allez me forcer à tout construire, à mettre en place la barrière et à terraformer le paysage, non ? C’est ça ? !

« Ne t’inquiète pas trop. Je vais t’aider, c’était après tout mon idée. »

Tsk… Bien sûr, mais je ne peux pas tout laisser à toi et au Doc Babylon, Leen… Je t’aiderai, ne t’inquiète pas.

« Kohaku… Je pense que je vais travailler dur à partir de maintenant. »

« Ne considérez pas cela comme une occasion de profiter de vous, mon seigneur. Considérez seulement qu’elles veulent prendre en compte vos conseils et votre protection. »

Je suppose que tu as raison… J’étais cependant un peu en mode détente… Pas la peine de se plaindre, mais je voulais vraiment profiter des vacances d’été.

« Ça devrait le faire… », m’étais-je murmuré à moi-même en posant mes pieds sur le sable.

Le sable blanc et granuleux me faisait du bien sous mes pieds. J’étais entré dans la mer, et le sable avait été emporté… Ça aussi, ça faisait du bien.

Je ne voulais pas que les gens soient emportés par le sable et attaqués par des monstres en dehors du rayon de la barrière, j’avais donc installé des bouées marquant la zone de sécurité.

La barrière était presque parfaite, il n’y avait donc rien de dangereux dans son périmètre d’action. Même les enfants n’auraient aucun problème à nager dans les environs. Mais des accidents étaient toujours possibles, j’avais donc décidé qu’il serait sage de poster un garde-côte et une équipe médicale sur la plage.

J’avais également aménagé une plage similaire sur une petite île voisine. C’était une plage privée pour moi et ma famille proche.

Je ne pensais pas qu’il était déraisonnable de vouloir avoir un peu de temps en privé.

« Très bien, c’est comme ça. Maintenant, tout ce que j’ai à faire, c’est de construire le portail. »

« Restons là un peu plus longtemps. Ça fait si longtemps que je n’ai pas apprécié la mer, chéri. »

« Mh… Je suis d’accord avec Kokuyou. Nous sommes après tout des créatures aquatiques… »

Kokuyou et Sango nageaient dans la mer. On aurait dit qu’ils s’amusaient.

« Je sais ce que vous ressentez, mais on a des choses à faire. Vous pouvez utiliser la plage privée quand vous voulez, d’accord ? On rentre maintenant. »

« C’est une honte… »

Kokuyou et Sango sortirent de la mer.

Il ne me restait plus qu’à penser à ce qui se passera après la construction du portail. J’avais demandé au roi de la mode Zanac de s’occuper des ventes de maillots de bain, les stands de nourriture avaient été confiés à Micah de la Lune d’argent, et les autres trucs généraux comme les sandales, les serviettes de plage, les parasols, les ballons de plage, les flotteurs, etc. avaient tous été pris en charge par Olba Strand.

Tout ce qui venait après, c’était l’affectation de sauveteurs.

Plusieurs membres de notre ordre de chevaliers étaient assez doués pour la natation, j’avais donc décidé de les affecter comme sauveteurs pendant la saison estivale. Ils vont donc devenir nos sauveteurs.

Je n’avais pas non plus d’objection à ce que les autres chevaliers viennent profiter de la plage en dehors de leurs heures de service. Avec cela, les préparatifs seraient enfin terminés. Nous pourrions donc aller de l’avant avec l’ouverture de la plage au public.

Et donc, quelques jours plus tard…

Ce fut un succès complet et total. Les projections de Leen et Kousaka étaient parfaites, et la plage était bondée presque tous les jours. Il y avait tellement de monde, même des gens de Regulus et de Belfast étaient venus. On aurait dit que la nouvelle se répandait rapidement.

Mais il était logique qu’ils viennent de là-bas. Ils n’avaient pas vraiment le choix en termes de destinations de loisirs, et la plupart des citoyens n’avaient jamais eu la chance de profiter de la mer.

Naturellement, un endroit où se rassemblait tant de monde donnait lieu à des disputes et des querelles. Nos chevaliers étaient généralement à l’affût de toute dispute qui éclatait entre les gérants. J’avais fini par augmenter leur charge de travail… J’avais pris la décision d’augmenter leur salaire avec mon propre argent.

« Très bien, il est temps pour moi de me reposer un peu… »

« Tu as travaillé dur ces derniers temps, Touya. »

Je me reposais sous un parasol, pour essayer de me détendre un peu. Yumina était là aussi, me parlant alors qu’elle portait un maillot de bain une pièce à froufrous.

Nous étions sur notre plage privée, une zone de terre réservée à ma famille proche.

Elze, Yae et Hilde jouaient à « brise pastèque » avec Moroha. Linze et Leen bavardaient à l’ombre. Lu préparait le déjeuner avec Crea, tandis que Sue et Sakura jouaient au ballon de plage avec Karen.

Karina pêchait au harpon au large de la côte, tandis que Suika perdait son temps dans l’ivresse la plus totale. J’entendais un ukulélé jouer, j’avais donc supposé que c’était l’œuvre de Sousuke. Kousuke n’était pas là, car il s’occupait probablement de ses cultures.

« Mon Dieu, mon Dieu… Nous avons un jeune maître de harem qui se détend au soleil, n’est-ce pas ? Comme c’est misérable… Tu devrais faire des choses plus vilaines que ça. »

« Ferme-la. »

Cesca papotait comme d’habitude pendant qu’elle se gargarisait d’une boisson tropicale à la main. Ce n’était pas une situation typique de harem ! Il y avait un autre gars ici ! Il était juste… hors de vue, il jouait du ukulélé ailleurs.

J’avais invité tous les numéros de Babylon, mais Rosetta, le Docteur Babylon et Monica étaient trop occupés avec la maintenance. Noël dormait, et Liora ne pouvait pas la laisser seule. Fam avait dit qu’elle ne voulait pas quitter la bibliothèque… Flora était stationnée dans le bureau médical, elle avait donc du travail à faire. Quant à Parshe et Tica… Je ne voulais pas que cette maladroite ou que cette gamine traîne autour de nous un jour de détente.

« Qu’est-il arrivé à ta vigueur de jeunesse ? Ne devrais-tu pas regarder ces dames en maillot de bain ? Ou peut-être qu’une telle chose n’est pas nécessaire… Serait-ce… ?! As-tu un sens caché qui peut voir à travers nos vêtements !? »

« Comme si je le pouvais ! »

Yumina se couvrit la poitrine et l’aine avec ses mains, devenant ainsi rouge comme une betterave.

N’ai-je pas dit que je ne pouvais pas ? ! En fait… Je le peux probablement avec ma divinité… Mais je n’ai pas l’intention de le faire. Pour l’instant, du moins.

J’avais repoussé Cesca et rassuré Yumina. Je ne voulais pas que des rumeurs bizarres circulent à mon sujet. Ce serait alors vraiment pénible…

« On aurait pu inviter papa, non ? »

« Ah… Je veux dire… Je pense que les autres leaders mondiaux seraient probablement jaloux si j’accordais un traitement préférentiel à Belfast… Ils voudraient aussi venir. »

Les choses étaient différentes maintenant, il y avait beaucoup plus de leaders mondiaux dans mon cercle social. Si j’appelais seulement le roi de Belfast, les autres allaient probablement se plaindre… Il serait naturel qu’ils finissent également par exiger de venir.

Je ne pourrais pas me détendre si tous ces types couraient sur ma plage privée. Je les inviterais une autre fois, mais en toute honnêteté, je voulais juste un petit moment de détente pour moi.

« C’est quand même assez étrange… Jusqu’à ce que vous arriviez, rassembler et faire coopérer autant de leaders mondiaux était considérée comme une chimère. »

« Mais je suis content qu’ils s’entendent bien. Pourtant on ne peut pas s’entendre avec tout le monde. C’est comme ça que certaines personnes sont. »

Le roi de Sandora m’était venu à l’esprit.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

Laisser un commentaire