Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 12 – Bonus

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Bonus : Les dieux chez les mortels

« Fwuh… ! »

La houe fut descendue dans la terre, secouant les racines et autres matières végétales sous la terre. Le dieu de l’agriculture, Mochizuki Kosuke, travaillait le sol depuis les premières heures du matin. Ses efforts étaient nés d’un désir sincère d’étendre les terres agricoles de Brunhild. Il aurait pu labourer les champs en un clin d’œil s’il avait employé sa divinité, mais de tels pouvoirs étaient interdits dans les royaumes mortels. Les règles étant les règles. Il ne pouvait pas vraiment se considérer comme un dieu s’il ne les respectait pas.

« Wowie… Tu as fait beaucoup de choses… »

« Ah, l’agriculture… Euh… Papa ? Tiens, le déjeuner. »

« Oh… Si ce n’est pas Suika et Karina… Merci pour ça. »

Le dieu de la chasse, Mochizuki Karina, ainsi que le dieu de l’alcool, Mochizuki Suika, étaient venus lui rendre visite. Dans ce royaume mortel, elles prenaient l’identité des filles de Kosuke.

Il leva les yeux vers le soleil et réalisa qu’il était midi. Le fait que Suika lui tendait une boîte à lunch et que Karina avait dit « déjeuner » en était une preuve supplémentaire.

« Lu nous a préparé un déjeuner et c’était bien… mais il n’y a pas d’alcool… »

« Évidemment. Touya ne serait pas très content si tu buvais au milieu de la journée. »

« Elle a raison, jeune fille. On est de la famille du grand-duc ici. On ne peut pas le faire passer pour un idiot en jouant les imbéciles, pas vrais ? »

« D’accord, j’ai compris. Je vais faire attention à ne pas boire. Enfin, autant que je peux, en tout cas. »

Les deux dieux avaient leurs propres doutes quant à l’« attention » de Suika.

« Ah… Attends, ce bruit. Est-ce Sosuke ? »

La petite ivrogne commença à regarder autour d’elle comme un gremlin curieux, en suivant les sons des guitares d’un arbre voisin. Tous trois levèrent les yeux et ne trouvèrent personne d’autre que Mochizuki Sosuke, le dieu de la musique. Il se trouvait sur une branche d’arbre et jouait de la guitare. Il n’avait jamais été là auparavant, il avait simplement utilisé la magie de la téléportation pour s’y rendre sans se faire remarquer. Il n’y avait pas beaucoup de gens dans le monde des mortels qui pouvaient se téléporter, mais c’était l’un des trucs pratiques que les dieux pouvaient employer. Il faisait disparaître la guitare, puis sautillait au sol avant de tirer une grande boîte carrée dans l’air. Puis, il commença à tapoter doucement ses mains sur le dessus.

À première vue, c’était une simple boîte, mais c’était en fait aussi un instrument. La boîte était un instrument provenant d’un endroit sur Terre appelée Pérou. L’instrument péruvien était connu sous le nom de cajon. Celui-ci avait des cordes et des cloches attachées à l’intérieur qui généraient des sons qui résonnaient à travers un trou sur le devant. C’était un instrument à percussion dont on pouvait jouer en le frappant sous différents angles. Il le tapait rapidement à un rythme léger, comme pour dire : « J’aimerais manger maintenant. »

Ils s’étaient tous assis près du champ et étalèrent les deux boîtes que Karina et Suika avaient apportées. Il y avait une variété de délicieuses boulettes de riz et de nombreux accompagnements.

« Whoa, ça a l’air délicieux ! Je suis si contente d’être descendue dans le monde des mortels… »

« Oui… C’était vraiment bien. Je n’ai pas été dans le monde des mortels depuis… dix mille ans, non ? C’est bien de travailler, de manger et de s’amuser un peu. »

Suika et Karina sourirent et rirent en faisant la conversation. Elles se lavèrent les mains dans un globe d’eau magique qui avait été conjuré pour flotter en plein air.

« N’oublie pas que nous sommes là pour soutenir l’enfant. On n’est pas là que pour s’amuser, compris ? »

« … N’est-ce pas toi qui t’amuses le plus en venant tout le temps dans ces champs ? Je suis presque sûre que c’est toi qui t’amuses le plus. Je ne t’ai même pas vu passer au château une seule fois ! »

« Mh… »

Kosuke se calma et commença à se mettre de la nourriture dans la bouche alors que les tambours de Sosuke s’intensifiaient.

« Eh bien, ça ne me dérange franchement pas tant que nous nous amusons tous. »

« Il faut vraiment remercier Touya pour tout ça… Ou peut-être que nous devons remercier l’erreur du Dieu Tout-Puissant ? »

« Je n’arrive toujours pas à croire qu’il ait laissé tomber la foudre sur un type par erreur… Quand j’ai entendu ça, j’ai ri aux éclats ! »

« Hahaha… C’est peut-être un sacrilège, mais c’est assez drôle… »

Alors que les quatre dieux riaient ensemble, leurs smartphones s’étaient mis à sonner en même temps. Le quatuor avait maladroitement vérifié qui était l’appelant… et les écrans dirent simplement « dieu des mondes ». Ces smartphones avaient été fabriqués par le Dr Babylon… Il aurait été impossible de contacter Dieu avec eux. Être appelé par la même personne en même temps aurait également dû être impossible… Cependant, les quatre connaissaient une personne qui était vraiment au-delà de toutes les possibilités, Dieu lui-même.

Il était probable que le vieil homme les regardait en ce moment même sur son téléviseur… Les quatre dieux murmurèrent « Ne me regarde pas » dans leur tête alors qu’ils détournaient le regard et commençaient à manger leur déjeuner.

Et ainsi, la vie des dieux mortels à Brunhild continua, insouciante et détendue comme jamais.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire