Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 11 – Interlude 1 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 1 : Les novices

Partie 2

L’inspection quotidienne était terminée. J’avais décidé de me séparer de Hilde et de retourner au château. Là, j’avais vu Sue courir vers moi dans le couloir. Son majordome, Leim, lui courait après.

« Touya ! »

« Yo. Quoi de neuf, Sue ? Salut, Leim. »

« Bonne journée, Votre Altesse. »

Sue m’avait pratiquement taclé, Leim s’était donc excusé en me saluant la tête baissée.

Sue pouvait facilement se rendre de sa chambre dans ce château depuis sa propre chambre à la maison. Il y avait une [Porte] faite sur mesure pour elle qui reliait les deux pièces, elle rendait donc souvent visite à Brunhild.

C’était l’une de mes fiancées, mais elle vivait toujours chez ses parents, c’était donc un compromis. Seule Sue pouvait passer le portail, c’était donc sécurisé. Cela dit, si elle y consentait, elle pouvait passer avec d’autres personnes comme Leim.

« Qu’est-ce qui t’amène ici aujourd’hui ? »

« Je suis venue rendre visite à Renne ! Tu sais que c’est son jour de congé ? Oh, Touya. Puis-je utiliser la salle de jeux ? J’aimerais montrer à Renne la formation du Seigneur Suprême. »

La formation du Seigneur Suprême… ? Oh, elle doit vouloir dire l’attaque suprême que fait son Frame Gear… Elle va le montrer dans le simulateur ?

La salle de formation de Frame Gear avait plusieurs simulateurs de Frame Gear, les filles pouvaient aussi accéder à leurs machines sur mesure grâce à cela. Les chevaliers ordinaires ne pourraient pas les utiliser.

« Bien sûr, pas de problème. N’oublie pas de lui montrer. »

« Yay ! Merci, Touya ! »

Sue était partie à toute vitesse vers l’endroit où se trouvait Renne. Elle était plus vivante que jamais.

« S’il vous plaît, excusez-moi. »

Leim trottait après elle. Je me sentais un peu désolé pour lui.

Alors que je les regardais partir, mon smartphone s’était mis à vibrer. C’était un appel de Rosetta.

« Yo ? »

« Maître, monsieur ? ! J’ai fait un prototype, monsieur ! Je pensais faire une expérience, oui, en effet. Vous voulez voir ? »

« Oh, vous avez fini ? Nous pouvons le tester dans la cour Nord. J’amènerai Sakura. »

« Oui, monsieur ! » J’ai coupé l’appel avec Rosetta et j’avais appelé Sakura. C’était une journée bien remplie.

◇ ◇ ◇

« … Grand-Duc. Qu’est-ce que c’est ? »

« C’est un microphone spécial avec amplification du son. Et ce n’est pas tout. »

Sakura pencha la tête dans la confusion en regardant le pied du micro.

J’avais demandé à Sakura de m’aider à réaliser une expérience avec un appareil magique spécial. Elle avait aussi amené Spica.

« Les préparatifs sont terminés, monsieur ! »

Je m’étais éloigné du micro que Rosetta avait ajusté. Monica, qui était aussi observatrice, leva le pouce. Cela signifiait qu’il était temps.

« Très bien, essayons… une musique assez simple et légère pour commencer. La tête du micro doit être dirigée vers toi, Spica, alors peux-tu t’éloigner un peu plus ? »

« Ah, bien sûr. Est-ce que c’est bon ? »

Spica se tenait au milieu de la zone d’entraînement que nous avions préparée.

« Très bien, Sakura. S’il te plaît, chante quelque chose de doux dans le micro. Et s’il te plaît, canalise ta magie sur lui aussi, si tu le peux. »

« … Je ne comprends pas bien, mais je vais essayer… »

Sakura fit un signe de tête obéissant, elle s’était ensuite mise à chanter.

 

 

Hm… Cette chanson ? C’était une chanson française assez populaire que j’avais entendue au Japon, un morceau de jazz populaire et doux.

La « Chérie » mentionnée dans les paroles n’était pas un nom de femme, mais une façon française de dire « darling ».

« Très bien, Spica. Peux-tu essayer de te déplacer ou de faire des sauts ? »

« Très bien. Quoi ?! »

Spica n’avait bougé que quelques secondes, mais elle avait parcouru une distance surprenante. Elle s’était regardée en état de choc. Elle s’était soudainement arrêtée sur place et avait sauté en l’air, se retrouvant propulsée à trois mètres vers le haut.

« Mon corps est léger comme une plume, non, c’est comme si j’avais eu des plumes et que je pouvais voler ! »

Sakura, tout aussi confuse, s’était arrêtée de chanter en regardant Spica.

« Ah. »

La vitesse accrue de Spica était soudainement tombée à un rythme standard.

Hmm… Donc les améliorations ne fonctionnent que lorsqu’elle chante. Et je suppose que les effets vont aussi changer en fonction du style de la chanson.

« Grand Duc, qu’est-ce que c’est… ? »

« Laissez-moi répondre à ça, madame ! C’est une application de la magie, madame ! Le Docteur Babylone appelle ça de la magie lyrique, madame ! Votre pouvoir magique passe par le microphone via votre voix, et peut ensuite être appliqué à d’autres personnes ! Les effets varient en fonction de l’oscillation, et nous ne connaissons pas encore tout le potentiel, madame ! Mais rassurez-vous, c’est avant tout de la magie de soutien, il n’y a donc aucun risque ! »

Rosetta avait soudainement répondu. Apparemment, cela était basé sur la magie utilisée par une espèce qui existait à l’époque de la civilisation antique, mais je ne connaissais pas les détails.

D’après ce que j’avais compris, il s’agissait simplement d’une amplification par ondes sonores, et c’est tout ce que j’avais besoin de savoir.

« Très bien, Sakura. N’hésite pas à chanter n’importe quelle chanson. »

« D’accord. »

Sakura avait chanté une chanson après l’autre à Spica. Elle ne semblait pas vraiment se soucier de ce qu’elle choisissait, car elle passait en revue plusieurs types de musique.

Il y avait beaucoup de chansons occidentales, mais seulement des trucs des années 60 à 80. C’était mon genre de musique préféré, j’avais donc fini par lui en faire découvrir beaucoup. Mon grand-père me l’avait fait découvrir au départ, c’était donc juste l’une de ces passions. Il semblerait que Sakura était aussi une grande fan. Je ne me plaignais donc pas.

Il y avait beaucoup d’effets magiques basés sur les types de chansons qu’elle chantait. Plus d’agilité, plus de résistance magique, une barrière protectrice, plus d’agressivité, plus de force, etc. Il y avait clairement une tonne d’autres effets potentiels, mais nous n’avions pas besoin de les passer tous en revue en une seule journée.

L’avantage de cette magie était qu’elle pouvait affecter n’importe qui à portée de la musique. L’effet pouvait même être appliqué à la personne qui chantait, ainsi qu’à toute personne se trouvant à proximité. De plus, quel que soit le nombre de personnes touchées, la magie consommait la même quantité d’énergie que si elle n’était appliquée qu’à une seule personne.

L’effet s’arrêtait lorsque Sakura cessait de chanter, il fallait donc veiller à ce qu’elle n’épuise pas sa voix.

Le docteur Babylon était en train de concevoir une sorte d’avion qui pourrait servir de haut-parleur mobile de combat. L’idée serait que la voix de Sakura serve efficacement de musique de fond pour la bataille tout en donnant du pouvoir à nos troupes.

Cela dit, nous ne pourrions appliquer qu’un seul effet à la fois, donc son utilisation tactique était limitée. Sakura ne pouvait pas chanter différentes chansons en même temps, et les enregistrements ne fonctionnaient pas non plus.

J’avais réfléchi davantage en regardant la performance fougueuse de Sakura.

Une fois l’expérience terminée, j’étais allé à Babylone avec Rosetta. La docteur était dans son laboratoire de recherche, réfléchissant devant une carte du monde sur son écran.

Sur son bureau, il y avait un tas de papiers, de livres et de papeterie éparpillés. J’avais remarqué un tas de biscuits et de gâteaux qui avaient l’air rassis ainsi que de tasses à thé usagées.

Range ta vieille nourriture… Tu vas attirer les insectes.

« Qu’est-ce que tu fais ? »

« Hm ? Ah, c’est Touya. Vois-tu quelque chose d’étrange ? »

« Étrange ? »

La doc fit un mouvement vers son moniteur. J’avais alors regardé la carte du monde.

Hm ? Qu’est-ce que c’est que ça… Ça ressemble à la carte du monde, mais les détails sont un peu différents.

« C’est une carte du monde telle qu’il était il y a cinq mille ans, à mon époque. C’était l’état du monde avant l’invasion de la Phase. Il y a eu une destruction magique à grande échelle pendant cette période, et la résistance générale contre leurs forces a fini par sculpter la géographie mondiale. Peux-tu voir les principales différences ? »

Elle superposa la carte du monde actuelle sur l’ancienne.

Oh, euh… Il y a effectivement des différences de côtes et de terrains… Bizarre… Refreese et Lihnea… étaient beaucoup plus grands… Et la rivière Great Gau ne descendait pas jusqu’à Ramissh ? Le terrain a-t-il changé naturellement, ou est-ce que tout cela est dû à la magie… ? Bon sang…

« La Phase ne pouvait pas être directement affectée par la magie, tu t’en souviens ? Un pays a lancé un sort interdit appelé [Grande Fissure], qui a changé beaucoup de choses dans le monde. »

Huh… Quel genre de sort était-ce ? Est-ce que ça a provoqué la rupture du sol ou quelque chose comme ça ? Eh bien, on ne peut pas nier qu’il y a de sérieuses différences topographiques ici, mais bon sang…

Il semblerait que ce soit probablement un sort terrestre qui avait provoqué le soulèvement et le déplacement d’une grande partie du sol, probablement pour essayer d’attraper la Phrase en masse.

Quelque chose d’aussi destructeur aurait été insensé… De penser que l’humanité avait été amenée à prendre une décision aussi horrible.

« C’est ici que se trouvait Parthénon. C’était une civilisation massive qui s’étendait de là où se trouve Belfast maintenant, couvrant la plupart de Regulus, Brunhild, Ramissh, Roadmare, Felsen, Lestia, et Horn. »

J’avais regardé la zone qu’elle avait montrée. C’était incroyablement vaste. Ce devait être un empire incroyable. Il s’étendait d’ouest en est sur une énorme superficie. En termes terrestres, c’est comme si une seule nation contrôlait toutes les terres entre l’Europe et la Chine.

« À l’époque, la phase est apparue là où se trouve Xenoahs aujourd’hui. Les nations qui occupaient la zone où se trouvent Yulong, Nokia et Hannock ont été les premières à tomber. C’est pourquoi tu peux voir tant de changements géographiques dans cette région. »

Cela explique tous les lacs en forme de cratères à Yulong et Xenoahs… Mais se sont-ils vraiment battus à ce point ? Pour endommager leur propre monde dans l’espoir de le défendre ? Je suppose que c’est logique, ils auraient défendu leur terre natale avec tout ce qu’elle contenait. Je ne peux même pas imaginer à quel point ces batailles ont dû être terribles.

« Hm ? Qu’est-ce que c’est ? »

« Oh, ça ? Ça, c’est… Juste au nord de l’endroit où se trouve Elfrau actuellement. »

Sur la carte de l’ancien monde, il y avait une île dans la mer juste au nord d’Elfrau. Elle était de la même taille que Ramissh. Sur la carte moderne, cette île n’existait plus, ce qui m’avait amené à penser qu’elle avait complètement coulé.

« À l’époque, cette île était connue sous le nom de La Demeure du Diable. Il y avait des monstres marins comme les Sirènes et les Cracènes qui entouraient ses eaux, il était donc impossible d’y aller en bateau. Si vous essayiez de voler, les Wyvernes vous tuaient. L’île empestait la mort, et même de loin, on pouvait voir son brouillard dense et son air vicié. »

Ça a l’air plutôt dingue, et c’est tout à fait digne de son nom.

« J’étais un peu confuse quant à la raison pour laquelle elle n’était plus là à l’époque actuelle. Je me demandais si elle avait coulé, mais je ne voyais pas pourquoi. J’ai donc utilisé une forme avancée de magie de détection sur la zone, et voilà le résultat. »

Sur la carte moderne, à l’endroit vide où l’île aurait dû se trouver, une petite brume rouge était apparue, correspondant vaguement au contour de la masse terrestre.

… Attendez, une barrière ? Est-ce que quelqu’un a érigé une barrière autour de l’île pour la rendre invisible ? Mais est-ce qu’une telle chose aurait pu durer aussi longtemps ? Et pourquoi ?

« Sais-tu que ma Babylone fonctionne sur un principe similaire ? Elle est invisible dans l’air depuis cinq mille ans. Je pense que quelqu’un a également fait cela sur l’île à l’époque. Les seules questions seraient : qui et pourquoi ? »

« … Penses-tu qu’un mage a échappé à la Phase, s’est rendu sur l’île, puis a érigé une barrière pour qu’on ne puisse pas le trouver ? »

« Ce n’est pas impossible, mais… Une magie aussi puissante serait sûrement impossible… La seule personne de cette époque capable d’un tel exploit serait le Sage des Heures, mais j’étais sûre qu’il était mort lors d’une attaque de la Phase… » murmura le Docteur Babylone en s’appuyant contre sa chaise. Elle était dans un corps minuscule, alors elle avait l’air un peu bête.

« Pardon, Sage des Heures ? »

« Effectivement. C’était un maître de la magie de l’espace-temps. Voyance, téléportation, arrêt du temps régulier, capacité de vieillir ou simplement de vieillir ses cibles, etc... C’était un vieil homme choquant. Ce n’était pas comme s’il pouvait tout faire sur un coup de tête. Il devait encore faire les réglages nécessaires et ainsi de suite, mais il était le seul à savoir comment cela fonctionnait. »

« Il pouvait arrêter le temps… ? Je ne savais même pas que la magie de l’espace-temps existait… »

« De quoi parles-tu ? Depuis combien de temps utilises-tu [Stockage], [Porte] et [Téléportation] ? Qu’est-ce que tu pensais que c’était ? Mais il était bien plus habile, il pouvait faire tout cela et même plus… Pour être vraiment honnête, je suis un peu triste que son savoir soit entièrement perdu dans le temps. »

Intéressant… Donc tu dis qu’il y avait un vieux type qui contournait les exigences de la magie Néant pour réaliser ces folles prouesses… ? Ce type semble vraiment choquant…

Mais s’il pouvait si facilement manipuler l’espace-temps, alors créer une barrière qui empêcherait quelqu’un de voir une île ne serait pas un problème. Le fait que la barrière empêche le monde extérieur de la remarquer est pratiquement de la magie de l’espace-temps en soi.

« Peut-être que le vieux avait un disciple ou quelque chose comme ça et qu’ils l’ont mis en place… ? »

« … Hm… Il est possible qu’il ait eu des étudiants. Mais je dois t’avertir, si tu prévois d’enquêter… J’hésiterais à utiliser Gungnir parce que si tu prends un véhicule volant à grande vitesse, tu risques de t’écraser sur le côté. Après tout, je ne pourrais voir aucune ombre. »

Ce serait ennuyeux. Si j’utilisais [Vol], il y avait aussi le risque qu’il désactive toute la magie, donc je finirais par m’écraser dans la mer…

Je me demandais si je pouvais utiliser un véhicule qui n’avait pas besoin de magie.

« Je ne pourrais pas y aller avec Kougyoku ou Luli ? Ce serait plus facile. »

« Oui, je suis sûr que ça marcherait. Envoyer une bête convoquée là-bas serait généralement la chose la moins risquée à faire. Mais tu devrais quand même être prudent, selon le type de barrière, tu pourrais finir par perdre le contact, ou même voir ta créature invoquée se perdre complètement. »

Je voulais me rendre sur l’île tout de suite, mais les paroles du Docteur m’avaient un peu décontenancé.

Je n’étais pas tout à fait sûr de ce qu’il y avait là, alors j’avais décidé de jouer la sécurité et de demander aux oiseaux de Kougyoku de repérer l’endroit en premier.

Si la barrière était toujours en place, il était tout à fait possible que l’invocateur y vive encore.

Mais c’était une île sur laquelle personne n’était entré, même dans les temps anciens. C’était un peu comme les îles Galapagos sur terre, complètement insensibles au monde extérieur… Ses habitants avaient peut-être même subi des différences d’évolution très marquées.

Que pouvais-je attendre d’un tel endroit… ?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire