Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 11 – Chapitre 1 – Partie 8

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Chevaliers recherchés. Renseignez-vous.

Partie 8

Après leur départ, je m’étais tourné vers Yumina pour avoir son avis. Elle n’avait trouvé rien de problématique. Ils avaient tous les quatre réussi. Le type en cuir n’avait pas réussi.

Nos entretiens se poursuivirent tout au long de la deuxième journée. Le nombre de personnes était immense, bien plus que ce que j’avais prévu au début. Nous ne pouvions pas nous permettre de nous relâcher, alors nous avions continué à avancer.

Après une dure journée, nous avions fini par recruter beaucoup de gens talentueux. Et finalement, nous étions arrivés aux trois derniers…

« Sarutobi Homura… Kirigakure Shizuku, et Fuma Nagi… »

C’était trois filles vêtues en ninja qui étaient assises devant moi. C’était le trio que Tsubaki m’avait recommandé.

C’était respectivement les filles de Sarutobi Sasuke, Kirigakure Saizou et Fuuma Kotarou.

Leurs filles… Honnêtement, je m’attendais à voir leurs parents. Je leur avais posé des questions sur leurs vieux. Elles me répondirent qu’ils étaient très âgés et qu’ils avaient pris leur retraite il y a quelque temps.

Les filles avaient toutes quinze ans, environ deux ans de moins que moi. Mais elles étaient dans la même tranche d’âge qu’Elze et Linze. Homura était brillante, énergique et semblait être de bonne humeur. Shizuku était une fille cool, calme et recueillie. Nagi, par contre, n’avait pratiquement pas de présence.

Homura avait les cheveux courts, tandis que ceux de Shizuku étaient longs. Ceux de Nagi étaient à longueur d’épaule. Elles avaient aussi chacune des spécialités différentes. Homura était une artiste martiale accomplie, Nagi était une experte des armes à distance et Shizuku avait un talent pour se dissimuler. Toutes avaient aussi les bases du ninjutsu.

C’était Homura qui m’avait vu me tenir en haut de cet arbre, mais je pensais que c’était un mec à cause de sa tenue…

« C’est peut-être un peu difficile à comprendre pour vous, mais je porte un œil mystique. Je peux voir les choses de loin, et j’ai la capacité de voir à travers des obstacles relativement petits. »

L’œil d’Homura était légèrement différent, de couleur marron clair. Il était cependant difficile à distinguer d’un seul coup d’œil. Elle appelait cette capacité son « Second Oeil ». Elle était similaire à ma [Détection lointaine], mais n’utilisait que le sens de la vue. Ce serait néanmoins une compétence utile.

J’avais pensé qu’elle conviendrait bien au corps de renseignements de Tsubaki. Je leur avais demandé si cela leur posait un problème, et ça n’avait pas semblé les déranger.

« Je sais me dissimuler, donc je pense que je serais bien dans un tel groupe. Une enquête privée ou une simple surveillance, ce n’est rien pour moi », déclara Shizuku.

« Je suis trop fainéante… J’ai dépassé tous les Oniii… » déclara Nagi. Il semblerait que son jeu de jambes rapide l’avait aidée à réussir l’examen.

Nagi me rappelait quelqu’un… Cécile, une de nos servantes. Sa façon de parler était assez similaire, et si je me souvenais bien, Cécile était douée pour lancer des couteaux. Elle avait après tout été employée par la division des renseignements de Belfast.

« Hé, vous. Mon nom est Cécile. »

« Je m’appelle Naaagiii… C’est sympa de vous rencontrer… »

« Ufufuuu… »

« Eheheee… »

J’avais essayé d’imaginer un scénario dans lequel elles se rencontrèrent. C’était effrayant. Elles avaient toutes les deux une aura… très particulière. Je me demandais si elles étaient des sœurs perdues depuis longtemps ou quelque chose comme ça…

Nous avions terminé le reste de l’interrogatoire et nous avions mis fin à l’interview. Elles n’avaient pas menti, et Yumina n’avait pas de problème. La recommandation de Tsubaki avait été le dernier clou de leur note positive. Elles avaient donc réussi.

Ainsi, la phase d’interview était terminée. Environ quatre cents candidats avaient réussi le deuxième essai, et la phase d’entretien avait réduit le nombre à cent trente et un. C’était un peu moins que ce à quoi nous nous attendions, alors nous avions demandé à Kousaka de préparer un entretien séparé plus tard pour que les gens puissent remplir les postes de la fonction publique.

Il ne nous restait plus qu’à assigner aux gens les rôles d’espions, de patrouilleurs et de gardes de château. Nous en avions affecté certains sur place, mais le reste n’avait pas été trié.

Quoi qu’il en soit, tous les candidats retenus avaient été sélectionnés, il nous suffisait donc de les inscrire officiellement par le biais d’une cérémonie.

◇ ◇ ◇

« Félicitations à vous tous. En tant que grand-duc, j’ai le plaisir de vous introniser dans l’ordre des chevaliers de Brunhild. »

J’étais monté sur la scène et j’avais salué la foule des candidats retenus. Ceux qui me rencontraient pour la première fois étaient stupéfaits. Après tout, j’étais connu dans le monde entier comme un aventurier héroïque qui avait vaincu des monstres de cristal, hérité des Frame Gears d’une ancienne civilisation, tué des dragons et résolu des conflits politiques en solo.

Il était naturel qu’ils soient choqués de découvrir que le héros légendaire était un jeune homme. Mais ils ne semblaient pas me prendre à la légère. Cela signifiait seulement que l’évaluation que Yumina avait faite d’eux était juste.

« Maintenant, vous avez réussi l’examen officiel et vous êtes dans… mais je veux voir vos compétences de première main. Je voudrais que vous vous battiez tous contre moi. »

La foule me regarda d’un air perplexe alors que je faisais ma demande. Ils se regardaient et murmuraient avec incrédulité.

« Alors nous allons faire ça… »

« Vous voulez parier sur la durée qu’ils vont pouvoir tenir ? »

« On ne devrait pas parier… »

« Espérons qu’aucun d’entre eux n’en ressortira traumatisé… »

Nous nous étions tous installés sur un des champs d’entraînement à l’extérieur et nous avions décidé que la bataille un contre cent trente et un commencerait. Toutes les nouvelles recrues portaient des armes d’entraînement en bois. J’aurais été bien s’ils avaient utilisé leurs armes habituelles, mais ils auraient probablement été trop agités pour me combattre sérieusement dans ce cas. De toute façon, je n’avais pas l’intention de les laisser poser un seul doigt sur moi.

J’avais décidé d’utiliser cette bataille pour juger où assigner les candidats. Après tout, tous les membres supérieurs de l’ordre des chevaliers regardaient attentivement.

« Nous sommes prêts ? [Accélération]… »

J’avais utilisé mon sort d’accélération et j’avais chargé tête baissée vers les nouveaux.

Il avait fallu vingt minutes pour que la bataille se termine, et toutes les nouvelles recrues étaient au sol. Pas une seule d’entre elles n’avait pu rester debout.

J’avais rapidement lancé [Guérison Maximale] et [Rafraîchissement] sur eux, les remettants dans l’état où ils étaient avant la bataille. Après tout, je ne voulais pas les laisser se rouler par terre.

Beaucoup m’avaient remercié de les avoir guéris, mais je m’étais senti un peu coupable. Après tout, c’était moi qui les avais mis dans cette situation, et… ce n’était pas fini.

« Très bien, à mon tour… N’est-ce pas ? »

Moroha était allée sur le terrain et avait échangé sa place avec moi.

C’est un sacré sourire que tu as… Assure-toi de ne pas les traiter trop mal…

« Écoutez, nouvelles recrues ! Je m’appelle Mochizuki Moroha, Moroha est mon prénom ! Je suis un conseiller de l’ordre des chevaliers de Brunhild et instructeur principal de maniement de l’épée ! Félicitation pour avoir rejoint la famille, maintenant je vais vous botter le cul ! »

Et c’est ainsi que commença l’éreintante semaine d’entraînement que nous avions planifiée. Moroha était en colère contre moi pour avoir refusé de la laisser participer en tant qu’Oni au deuxième test, c’était donc le compromis que j’avais trouvé pour elle.

« Très bien, commençons par courir autour du château. Cinquante tours de piste. »

Les nouveaux arrivants avaient grogné et gémis. Le périmètre du château était d’environ deux kilomètres. Si c’était cinquante tours, ils auraient couru une centaine de kilomètres… J’avais eu pitié d’eux. Moroha était une sorte de monstre.

J’avais prié le ciel pour leur sécurité, mais ça semblait un peu futile… Après tout, celle qui les poursuivait si durement avait été envoyée par les cieux eux-mêmes…

Moroha et les autres dieux n’avaient pas le droit d’interférer avec le royaume des mortels en utilisant leur divinité, mais ils avaient quand même le droit d’opérer dans les normes d’un mortel. Le seul problème était qu’ils avaient tendance à être des mortels au sommet de leur art.

Ils étaient le genre « d’humains » qui atteignaient un niveau de compétence qu’on pouvait atteindre après un millier d’années. Ils ne tenaient pas du tout compte de la durée de vie… Eh bien, encore une fois… les elfes, les fées et les autres demi-hommes pouvaient probablement atteindre ce niveau si on leur donnait suffisamment de temps.

Quoi qu’il en soit, le creuset infernal rendrait nos nouveaux venus plus forts. Ils devaient persévérer pour un avenir meilleur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

Laisser un commentaire