Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 11 – Chapitre 1 – Partie 6

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Chevaliers recherchés. Renseignez-vous.

Partie 6

Beaucoup de gens voyaient encore les démons comme une sous-espèce de bête magique, et il y avait beaucoup de discrimination contre les hommes bêtes, comme s’ils étaient tous des sauvages indisciplinés ou quelque chose comme ça.

Les démons humanoïdes, en général, avaient été historiquement maltraités, ayant été considérés comme des créatures inférieures sur le plan génétique et social. Il y avait même eu une période dans le passé où ils étaient couramment utilisés comme esclaves pour des travaux manuels ou d’autres tâches dégradantes.

Après la fondation de Mismede, la discrimination à l’égard des hommes bêtes avait été quelque peu réduite, mais elle n’avait pas complètement disparu. Les démons étaient cependant extrêmement rares, de sorte que la peur qu’ils suscitaient pouvait également être considérée comme synonyme de peur de l’inconnu. Quoi qu’il en soit, je ne voulais pas de gens comme ça dans mon pays.

Notre pays était spécial, ils avaient raison… Notre ordre de chevaliers ne semblait peut-être pas approprié, mais il l’était néanmoins.

Mais je ne voyais pas le problème. La plupart des leaders mondiaux que j’avais rencontrés n’agissaient pas vraiment comme des rois ou des empereurs stéréotypés. Ils avaient tous des bizarreries, à bien y penser. Si vous basiez l’idée d’un « bon » ordre de chevaliers sur une image stéréotypée, alors vous étiez un imbécile.

Il était vrai que Lain et les autres s’étaient vu confier les fonctions de chevalier au départ parce que nous n’avions pas beaucoup de monde. Mais ils avaient subi un entraînement qui permettait au chevalier le plus expérimenté de se battre à fond. C’était l’ordre des chevaliers de Brunhild. Ils l’avaient fait leur.

Ils avaient été entraînés par Moroha elle-même, ce qui les rendait comparables en puissance à Yae ou Hilde. Les gens qui parlaient avec arrogance comme eux ne pouvaient pas tenir la chandelle au commandant et aux vice-commandants de ma nation.

Baba et les autres vieux hommes mis à part, ils étaient réellement les trois meilleurs chevaliers de Brunhild. Leurs pouvoirs avaient été aiguisés par le dieu des épées lui-même.

Je n’avais aucune patience pour les gens qui jugeaient au premier coup d’œil.

« Nous vous aiderons à éliminer ces salauds. »

Trois autres Onis étaient apparus dans la forêt. D’après leurs cheveux, je pouvais dire qu’il s’agissait de Yae, Elze et Hilde. Il semblerait qu’elles aient entendu.

« Ils méritent d’être punis… Ils sont vraiment indisciplinés… »

« Je ne peux pas rester les bras croisés alors que mes compagnons sont raillés, je ne peux pas. »

« Oui. Ils ne sont pas dignes d’être chevaliers. »

Toutes les trois semblaient en colère. Elles n’étaient pas officiellement membres de l’ordre des chevaliers, mais elles s’entraînaient quand même à leurs côtés quotidiennement. Il était logique pour elles de considérer les chevaliers comme de proches camarades. Je ressentais après tout la même chose.

« Bien… Alors, occupons-nous de ces gars ensemble. »

Les Onis du coin avaient tous acquiescé à ce que je leur avais dit. Personne n’avait protesté, ce qui était compréhensible.

« Mais voyons voir… Avant d’attaquer le camp, nous devons nous assurer que nous désignons tous ceux qui se comportaient bien là-bas. »

« Dans ce cas, pas ces gars. Ils ont juste bavardé tout le temps, ils n’ont pas une once de prudence. »

« Ces deux-là ont cependant été attentifs et prudents toute la nuit. Ne les ciblons pas. »

« Ces trois-là… Hmm, c’est difficile à dire. Combattons-les et basons-nous sur ça. »

On décidait qui on allait cibler pour disqualifier, et qui on allait cibler pour tester. Les concurrents désespérants seraient éliminés d’un seul coup et ce serait tout. Ceux qui se montraient prometteurs perdaient leur badge ou non, selon leurs résultats.

S’ils faisaient preuve d’un certain niveau de compétence, nous les ignorions et les laissions inconscients. Sinon, nous leur prenions leur badge. Tout le monde allait se faire tabasser, de toute façon.

Notre stratégie était simple. On se précipitait sur eux. On n’avait pas besoin de se retenir, surtout contre ces racistes. Mais c’était un examen officiel… alors je devais faire attention à ne pas trop les torturer.

« On y va ? »

Tout le monde tenait sa canne paralysante, s’assurant que son masque soit bien fixé avant de se lever.

Nous nous étions séparés en trois groupes et avions flanqué le feu de joie. Le plan était d’assommer instantanément les personnes que nous avions jugées sans valeur, puis de nous battre contre les autres.

Les équipes étaient respectivement dirigées par moi-même, le vieux Baba et Nikola. Nous avions coordonné l’assaut à l’aide de nos smartphones.

« … Trois, deux, un… Allez ! »

Nous avions sauté de l’ombre, en entourant le feu de joie de trois côtés.

« Ghah ! Oni ! »

« Ils attaquent ! Défendons-nous ! »

« Attendez, ils sont derrière nous aussi ! »

« Oh merde, ils arrivent par les côtés ?! »

Les gardes avaient tous sauté dans l’action, mais les gars qui paressaient avaient eu des réponses tardives.

Les participants paniqués avaient tenté de sortir leurs armes, mais il était trop tard. Ils avaient été frappés au ventre par nos cannes paralysantes. Ils étaient bien trop lents ! C’était pourquoi la préparation était vitale dans des cas comme celui-ci.

« Gwuh ! »

« Hgh ! »

« Hrgh ! »

Les concurrents lâches avaient été éliminés un à un par une dizaine d’Oni.

Il y avait des femmes autour de nous, mais cela n’avait pas affecté notre comportement. Nous les avions éliminées à la loyale. Et bien… Je les avais frappées un peu plus doucement que les hommes. Mais j’avais fait en sorte de bien frapper les gars.

« Gh ! »

« Hm ? »

Ouah… Ce type a pris un de mes coups, bien… Mais il est tombé au second coup. J’avais fait une note mentale pour mémoriser son numéro de badge, puis je l’avais laissé derrière sans l’arracher.

Pendant que je me battais de ce côté, Nikola était à l’autre bout du camp, en train d’affronter le groupe raciste. Nikola brandissait une tige paralysante de deux mètres en forme de bâton.

« Ghuh ! Haaah ! »

« … Silence. »

L’un des accusateurs avait été abattu d’un coup rapide dans le ventre.

« Ghaaaugh ! »

L’homme s’était évanoui sur le coup, les yeux grands ouverts en état de choc. Même sans l’effet de surprise, un coup aussi fort aurait assommé la plupart des hommes.

« Hnnngh… ! »

Les hommes avaient progressivement reculé alors que Nikola leur tombait dessus comme une tonne de briques.

« … Quelque chose ne va pas, roquets ? Je ne suis qu’un demi-homme, non ? N’allez-vous pas vous opposer à moi, même si vous êtes plus nombreux que moi ? Ou bien n’avez-vous que de la gueule? »

Nikola était vêtu d’un masque et de vêtements noirs. Ses oreilles de renard étaient toutes couvertes, mais sa queue touffue était fièrement exposée. Il était impossible que les hommes ne se rendent pas compte qu’ils avaient affaire à un homme bête.

Nikola était le seul homme bête de Brunhild à avoir des traits de renard. S’ils savaient quelque chose sur notre ordre de chevaliers, ils le sauraient. Si vous vous demandiez à quoi servait le costume d’Oni si nos membres pouvaient être identifiés par des traits de ce genre, eh bien… je dirais euh… l’esthétique.

« Entourez-le, idiots ! Encerclez-le ! »

« Heh… »

Six d’entre eux avaient rapidement encerclé Nikola. Baba, Elze, et l’autre Oni avaient remarqué l’attaque. Aucun d’entre eux n’avait bougé pour intervenir. Il n’y avait après tout aucune raison de le faire.

« HAAAAAAAH !!! »

« Wastrel ! »

Nikola surpassa tous les hommes en termes de vitesse, enfonçant habilement son bâton paralysant dans le sol, il utilisa l’élan pour se propulser dans les airs.

Et ainsi, il avait atterri derrière les hommes, en dehors de leur cercle. Se retournant sur place, il s’était empressé de les frapper tous par-derrière, les rendant ainsi incapables de se battre plus longtemps.

« Ghah ! »

« Hughah ! »

Un des hommes avait été frappé si fort qu’il avait vomi son dîner en plein vol, puis avait atterri face contre terre dans les éclaboussures gastriques. C’était dégoûtant.

Chaque homme était tombé, les uns après les autres, et aucun n’avait porté un seul coup sur Nikola. Il était vraiment, dans la façon dont il les avait combattus, comme un oni brutal. Un véritable oni en effet…

Finalement, Nikola s’était avancé, face à l’homme qui avait lancé des ordres auparavant.

« E-Eeek ! »

« L’ordre des chevaliers de Brunhild est un lieu de travail où règne l’égalité des chances. Les fanatiques n’ont cependant pas ce privilège. »

« Gaaaaaaah ! »

Le candidat s’était avancé avec une épée, mais cela n’avait servi à rien. Nikola l’avait frappé au cou. L’homme s’était effondré, dans un état de spasmes.

J’avais regardé autour de moi et je n’avais pas vu beaucoup d’autres cibles, j’étais donc allé voir Nikola.

« Hé, bon travail. »

« … j’ai laissé mes sentiments prendre le dessus. Je m’excuse pour ça. Il semble que j’ai encore beaucoup à faire en termes de calme et d’entraînement… »

« Je ne m’inquiéterais pas autant. Nous sommes Oni maintenant, non ? Si c’était moi, je les aurais déshabillés et pendus à des branches d’arbre. »

Je voulais réconforter Nikola avec une petite anecdote, mais il avait fini par me faire un sourire un peu gêné et inquiet en réponse.

H-Hey, ne me prends pas au sérieux…

« Je suis presque certain que vous l’avez déjà fait, Touya-dono… pas vrai ? »

Elze et Yae avaient raconté une histoire du passé. (NDT voir l’interlude 1 du tome 1 pour relire cette histoire.)

Allez… C’est de l’histoire ancienne ! De toute façon, ces types ne méritaient même pas d’être appelés des gens ! Je faisais juste ce qui est naturel.

« Tout est fini ici. »

Je m’étais tourné vers Hilde et j’avais vu un tas de concurrents tombés près du feu. La canne paralysante n’avait pas forcément privé les gens de leur conscience, elle les avait juste paralysés et empêchés de bouger. Elle était cependant capable d’assommer les gens. L’efficacité de l’objet dépendait de la résistance magique individuelle, de la forme physique, etc.

Les Onis avaient pris tous les insignes de leurs cibles tombées. Mais on tenait compte des gars compétents… Il n’y avait pourtant qu’une dizaine de bonnes personnes sur la centaine qui s’étaient rassemblées.

Ils se réveillèrent en une trentaine de minutes. Certains des Onis s’étaient retirés dans la forêt et ils les avaient surveillés, en s’assurant qu’aucun d’entre eux n’avait accidentellement perdu son badge.

« Je vais les surveiller, Votre Altesse. S’il vous plaît, allez vous occuper des autres. »

« Vous êtes sûr ? Alors c’est parfait. »

« Nous retournerons aussi au château. Je ne veux pas que le personnel s’inquiète. »

Hilde avait raison. J’avais ouvert une [Porte] pour qu’elle et les autres filles puissent revenir. Et après ça, je m’étais séparé de Nikola et j’avais quitté la zone.

J’avais sauté d’arbre en arbre, de branche en branche. Je m’étais brièvement demandé si ma vision nocturne avait toujours été aussi bonne. Je pouvais voir assez loin si je concentrais ma vue. C’était une étrange capacité. Je m’étais demandé si c’était un autre réveil de ma divinité…

Cette nuit-là, j’avais tué beaucoup de bêtes magiques qui menaçaient les participants. Mais j’avais aussi vaincu les participants qui ne pouvaient pas vaincre les monstres. J’avais aidé les participants qui s’étaient fait prendre dans des pièges, puis je les avais rapidement vaincus pour s’être fait prendre dans des pièges. Au bout d’un moment, le matin était arrivé.

◇ ◇ ◇

Les trois jours étaient passés.

« L’examen est maintenant terminé. Félicitations pour avoir réussi. Tous ceux qui ont un badge ont réussi la deuxième phase d’examen. Veuillez retirer vos badges maintenant, et vous serez téléportés au point de départ. »

Tous les concurrents avaient commencé à retirer leurs badges, un par un. J’avais aussi retiré le mien.

Après s’être téléportés, ils devaient indiquer leur nom complet et leur numéro de badge. L’entretien devait avoir lieu deux jours plus tard.

J’avais fait attention à la longue file de candidats qui avaient réussi, et j’avais vu le type ninja, le type commandant et le type aux plantes. J’avais été surpris que le type aux plantes ait survécu… Il avait l’air plutôt mal en point. Je m’étais dit qu’il avait trouvé un endroit où se cacher et qu’il y était resté pendant les trois jours.

J’avais remarqué la femme lionne, l’homme ailé, le chien de guerre et l’arachne. Ils avaient apparemment aussi réussi. J’étais content de voir ça.

J’avais utilisé ma magie de recherche pour m’assurer qu’il ne restait plus personne dans la forêt. Heureusement, il n’y avait personne.

Tsubaki, toujours déguisé en concurrent, s’était approché de moi et m’avait secrètement informé du nombre de personnes qui avaient réussi.

« Il y a quatre cent seize candidats qui ont réussi. La partie entretien devrait ramener ce nombre à environ cent cinquante. »

« Yumina nous aidera, elle pourra donc mettre hors course tout type suspect ou douteux… mais je me demande si nous finirons par avoir assez de types après tout ça… Eh bien, même si ça nous laisse en sous-effectif, je préfère ça que d’avoir des méchants dans mon ordre de chevalier. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire