Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 11 – Chapitre 1 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Chevaliers recherchés. Renseignez-vous.

Partie 3

Notre campagne de recrutement pour l’ordre des chevaliers avait finalement attiré beaucoup d’attention. J’avais attribué cela au fait que des affiches étaient placées dans des endroits comme la guilde et les routes très fréquentées.

En toute honnêteté, les salaires offerts par mon ordre de chevaliers étaient bas. Même si un chevalier gagnait une promotion, il n’y avait pas beaucoup de place pour l’évolution. S’il cherchait un emploi lucratif, il était préférable qu’il travaille pour une autre nation.

Les aventuriers gagnaient souvent de grandes richesses en prenant d’énormes risques et en combattant des bêtes magiques. Le risque était proportionnel au gain. Mais même les aventuriers médiocres pouvaient probablement gagner plus que ce que mes chevaliers gagnaient. Je voulais officiellement augmenter leur salaire une fois que Brunhild serait devenu un peu plus prospère, mais ce n’était pas faisable pour le moment.

L’avantage de travailler pour l’ordre des chevaliers de Brunhild était que le salaire était régulier et que les besoins vitaux de base étaient également couverts. De plus, c’était un travail moins risqué que celui d’aventurier. Certains d’entre eux combattaient la Phase, mais ils étaient toujours équipés de Frame Gear, qui les mettait relativement à l’abri du danger.

Je pensais que dans ces circonstances, nous aurions peut-être un millier de candidats tout au plus, mais j’étais loin du compte. Nous avions plus de trois mille personnes qui voulaient s’engager. J’étais stupéfait.

Nous voulions en recruter environ cent cinquante personnes dans ce groupe.

Il y avait trop de gens pour tenir dans la cour, nous avions donc demandé à tous les candidats potentiels de se rendre dans une plaine du nord que nous utilisions habituellement pour l’entraînement de Frame Gear.

Il y avait aussi beaucoup de gens présents qui ne faisaient que regarder. Ce n’était pas comme si nous faisions un spectacle ou quoi que ce soit, mais le fait d’avoir les habitants de la ville autour de nous pour voir leurs nouveaux gardes potentiels n’était probablement pas la pire chose.

 

 

« Salutations. Je suis Lain Netherland, et je suis responsable de l’ordre des chevaliers de Brunhild. Je vais présider la procédure de recrutement d’aujourd’hui. »

Lain était monté sur une plateforme et s’était présentée en utilisant le haut-parleur de son smartphone comme micro amplificateur.

En passant, Nikola portait comme nom de famille « Strand », mais Lain et Norn n’avaient que des prénoms parce qu’ils n’avaient pas de famille.

J’avais pensé qu’un nom de famille serait bénéfique aux personnes occupant des postes élevés, alors je leur avais donné comme noms Lain Netherland et Norn Siberia. Les noms venaient des Lapins nains des Pays-Bas et des Huskies de Sibérie, mais les gens de ce monde n’en savaient rien. C’était des hommes bêtes, j’avais donc pensé que ces noms correspondaient parfaitement.

Je ne pensais pas que c’était une bonne idée d’apparaître en public, je m’étais donc tenu à l’écart. Plus précisément, je m’étais déguisé en participant avec [Mirage]. Après tout, je voulais tout voir comme mes futurs chevaliers le verraient.

J’avais dû me déguiser parce que mon visage était déjà assez connu à ce moment-là, et je ne voulais pas que quelqu’un vienne vers moi au milieu de l’événement.

J’avais informé mes chevaliers du plan, pour qu’ils ne s’inquiètent pas de ce que je faisais. Je leur avais également dit de me traiter comme n’importe quel autre candidat.

De plus, être au niveau du sol me permettrait de faire connaissance avec ceux qui souhaitent me rejoindre. J’avais déjà découvert quelques personnes qui ne convenaient pas à l’ordre de Brunhild.

J’avais remarqué quelques personnes dans la foule qui faisaient des gaffes. Par exemple certains ignoraient complètement le discours de Lain. Je ne savais pas s’ils l’ignoraient parce que c’était une femme ou parce que c’était un homme bête, mais dans un cas comme dans l’autre, cela les rendait inaptes au service.

J’avais remarqué qu’un nombre remarquable de candidates au titre de chevalier étaient des femmes. Environ quarante pour cent des habitants de la région étaient des filles. C’était un peu logique, étant donné que la plupart des autres ordres de chevaliers dans le monde ne recrutaient pas de femmes, et que ceux qui le faisaient ne recrutaient que des nobles. On avait probablement entendu dire que Brunhild était un pays qui ne se souciait ni de la race, ni du sexe, ni des croyances.

Il y avait aussi beaucoup plus d’hommes bêtes et de démons. Je ne pouvais pas m’empêcher de me demander si c’était l’œuvre du seigneur… Une partie de moi soupçonnait qu’il avait envoyé un groupe de démons afin qu’il puisse obtenir plus d’informations sur ce que Sakura faisait. Même pour un père aimant, ce serait un peu trop… J’avais décidé de leur accorder le bénéfice du doute et de supposer qu’ils étaient des participants réguliers.

« Maintenant, commençons. Tournez-vous, s’il vous plaît. »

« Hein ? »

Lain pointa l’horizon et, comme si c’était un ordre, le bruit des battements d’ailes submergea la zone. Tout le monde se retourna pour trouver un dragon monstrueux qui les regardait fixement.

« GRWAUUUUUUUGH ! »

Le dragon d’azur, Luli, releva la tête et rugit avec une vigueur bestiale.

H-Hey, n’est-ce pas un peu trop ? Je t’ai juste dit de les effrayer un peu.

« Eeek ?! »

« C — c’est un Dragon ! Pourquoi ? ! »

« Courrez pour votre vie ! Il va nous tuer ! »

La grande majorité des candidats commença à se diriger vers les collines, se dispersant dans toutes les directions et cherchant désespérément à s’échapper. Luli ne fit rien d’autre que de les fixer silencieusement pendant qu’ils se dispersaient.

Ceux qui coururent avaient été naturellement disqualifiés. C’était la première phase. Il n’y avait pas de place pour les lâches dans notre armée, nous avions besoin de gens qui défendraient les innocents autour d’eux.

Nous avions perdu environ les deux tiers de la foule initiale. Luli était descendue au sol, et Lain recommença à parler.

« Ceux qui se donnent la priorité sur les citoyens de notre nation n’ont pas leur place parmi nous. Félicitations, ceux qui sont restés ont passé le premier test. »

Lain avait fini de parler, et la foule avait finalement réalisé ce qui s’était passé. Il y avait des gens qui étaient devenus faibles des genoux et qui ne pouvaient tout simplement pas s’enfuir à cause de la profondeur de leur peur. Mais ce n’était pas un problème pour moi. J’avais le sentiment que ces personnes seraient éliminées au cours des prochaines phases.

Certains des lâches étaient revenus et avaient essayé de se trouver des excuses, disant qu’ils couraient vers la ville pour la protéger, ou qu’ils avaient été emportés par la foule sans le vouloir, mais Norn et les autres les avaient simplement ignorés. Il y avait ceux qui refusaient de reculer même après avoir été rejetés, j’avais dit à Luli, par télépathie, de leur rugir dessus. Ils s’étaient encore enfuis, et je savais qu’ils ne reviendraient pas.

Luli était remontée en flèche dans le ciel, après avoir fait son travail. Lain recommença à parler alors que la foule regardait Luli s’envoler.

« Très bien, passons à la phase deux. Je vais faire passer à tout le monde trois jours dans la forêt à l’ouest de cette plaine. L’eau y est abondante, car une grande rivière la traverse. Mais vous ne pouvez pas apporter de nourriture à l’intérieur. Nous fournirons cependant des cantines d’eau. Si vous quittez la forêt avant la fin des trois jours, vous êtes disqualifiés. Plusieurs chevaliers de notre ordre vont jouer le rôle d’Oni affamé, et ils vous traqueront. Ces Onis ne vous tueront pas, mais ils tenteront de vous assommer et de vous faire sortir de la forêt. »

Lain termina son explication, plusieurs participants levèrent la main comme pour l’interroger.

« Pouvons-nous nous battre contre les Onis ? »

« Oui, bien sûr. Les vaincre est tout à fait possible. Mais nous vous demandons de vous abstenir de les tuer dans la mesure du possible. »

« Pouvons-nous faire équipe avec d’autres dans la forêt ? »

« Cela me convient également. Mais il sera peut-être plus facile pour l’Oni de vous suivre si vous êtes en groupe. »

« Combien d’Onis y aura-t-il ? »

« Je ne peux pas vous le dire. Il pourrait n’y en avoir qu’un, il pourrait y en avoir une centaine. Ils porteront tous des masques Oni distincts, vous pourrez donc le savoir en un coup d’œil. »

« Peut-on utiliser la magie ? »

« L’utilisation de la magie est interdite pour cet examen. Nous avons érigé une barrière autour de la forêt qui rend la magie inutile, vous devrez donc utiliser votre cerveau. »

Je ne voulais pas que la forêt brûle à cause des sorts de feu. Tout ce qu’ils avaient à faire était d’éviter l’Oni pendant trois jours. S’ils comptaient sur la magie tout le temps, cela ne signifierait pas grand-chose quant à leurs capacités de survie.

« Si vous restez dans la forêt après trois jours, vous passerez cette étape de l’examen. Il n’y a pas de limite au nombre de personnes qui peuvent le passer. Si tout le monde ici est à l’intérieur de la forêt à la fin, alors vous réussissez tous. Nous vous distribuerons des badges, que vous pourrez attacher à vos vêtements. Si vous les enlevez à tout moment et les jetez par terre, vous serez téléportés ici. Si vous pensez avoir atteint votre limite, ne jouez pas les héros. Abandonnez si vous pensez que vous ne pouvez pas le supporter. Les badges fonctionneront aussi si vous quittez la forêt, ils vous ramèneront ici. Mais vous serez quand même disqualifié. »

Nous avions commencé à distribuer les badges que nous avions utilisés la dernière fois. J’avais fini par avoir le dernier.

« Cela va sans dire, mais il est également interdit de terroriser les autres participants pour qu’ils abandonnent leur badge ou quittent la forêt. Ce serait un motif de disqualification immédiate. Vous devez agir à l’image d’un chevalier. »

Lain descendit de la plate-forme et Nikola commença à guider tout le monde vers la forêt.

Je marchais avec eux quand une femme aux cheveux noirs, à côté de moi, avait commencé à parler d’un ton feutré.

« Les préparatifs sont terminés. Nous pouvons partir à tout moment. »

« Bon travail, Tsubaki. Voyons comment se déroulent les deux premières heures pour l’instant. Je veux voir ce que tout le monde fait. S’il y a des personnes qui agissent de manière sournoise ou suspecte, faites-les éliminer. Je ne veux pas perdre de temps avec les fauteurs de troubles. »

« Compris. »

Tsubaki fit un signe de tête subtil à mes côtés. Elle avait infiltré les participants, tout comme moi. Pas seulement elle, d’ailleurs. Quelques membres de l’ordre des chevaliers s’étaient mêlés aux autres participants. La plupart d’entre eux étaient des membres du corps de renseignements de Tsubaki.

Ils y allaient sans nourriture, donc la survie était primordiale. J’avais conçu ce test dans l’idée qu’il ferait ressortir la vraie nature d’une personne. J’avais demandé à des gens de s’infiltrer dans l’examen pour enquêter sur la façon dont les gens allaient agir, mais aussi pour assurer la sécurité de tout innocent en cas d’urgence.

J’avais le sentiment qu’il y aurait de dangereux fauteurs de troubles parmi les candidats, et la forêt contenait aussi quelques bêtes magiques.

Heh, je me demande s’ils vont tomber sur les pièges spéciaux que j’ai mis en place… ? Heheh… Je me demande s’ils pourront tenir tout ce temps dans la forêt… ? Heh… A-Attends, ça me fait passer pour un méchant ! J’y travaille, je vous le promets ! Je suis un bon gars !

La forêt était assez large, et il y avait beaucoup d’arbustes denses. Il n’y avait pas beaucoup de marge de manœuvre pour s’y repérer là-dedans. Le territoire de Brunhild était à l’origine envahi par des bêtes magiques, et j’avais chassé la plupart d’entre elles, mais la forêt était lentement devenue un terrain de reproduction pour les plus têtus au cours des derniers mois.

Personne n’y était vraiment allé jusqu’au fond, à l’exception de quelques aventuriers envoyés par la guilde pour trouver certains objets. La densité de la forêt protégeait la route des attaques de bêtes magiques, mais j’avais quand même pensé qu’il serait plus sûr de tous les anéantir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire