Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 10 – Chapitre 4 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : L’Étranger d’un autre monde

Partie 2

« Quoi… !? »

J’avais instinctivement sauté en arrière et j’avais pris mon pistolet, pour immédiatement viser la femme. Le visage sur lequel mon arme était pointée était absolument magnifique, c’était l’une des plus belles filles que j’avais jamais vues.

Mais là n’étais pas le problème. Le problème, c’était ses yeux rouges. Ses yeux rouges et ses « cheveux » durs, la façon dont le soleil brillait et se reflétait sur le dessus de sa tête. Elle brillait comme les créatures que j’avais vues dans Roadmare, puis plus tard dans Xenoahs.

« Une Construction Dominante… !? »

Merde, comment a-t-elle pu infiltrer Brunhild !? Les capteurs ne se sont pas déclenchés !

« S’il vous plaît, attendez. Mon intention n’est pas de vous combattre. »

« … Quoi ? »

Tu ne veux pas te battre ? Quoi ?

« Je suis Lycee. Si vous êtes ce Mocheyzuki Tooya, alors vous connaissez sûrement Endymion ? »

« Endymion… Tu veux dire Ende ? »

Il a un nom comme ça ? Sans déc...

« Endymion n’est pas encore revenu de l’espace entre les mondes. L’effort ne doit pas être monumental. C’est pourquoi j’aimerais vous demander de le retrouver. »

« Retrouver… ? »

J’étais extrêmement méfiant à l’égard de ce poussin et je ne savais pas quoi penser. Soudainement, la fille, Lycee jeta quelque chose vers moi depuis sa robe. C’était un petit prisme triangulaire, d’une dizaine de centimètres de long.

« Si vous y mettez de la magie… Alors Endymion sera appelé ici, normalement. »

« Normalement ? »

« C’est ce que m’a dit Endymion. Je n’ai jamais essayé. Il me manque ce que ce monde appelle le pouvoir magique. Il a dit que si je devais avoir des ennuis, je devais chercher le souverain de Brunhild. Mochizukey Tohya. »

Mais qu’est-ce que… Cette fille est à tous les coups une Construction Dominante, alors pourquoi travaille-t-elle avec Ende ? N’est-il pas un ennemi de la Phase ? C’est peut-être un piège ? J’avais jeté un coup d’œil à Lycee avec des yeux suspicieux, mais je n’avais lu aucune émotion sur elle. Pourtant, quelque chose en elle me semblait différent des deux autres que j’avais déjà rencontrées.

J’avais versé un peu de ma magie dans le prisme, mais rien ne s’était vraiment passé. Est-il brisé… ?

Après cet échec, j’avais progressivement augmenté la quantité de magie que je versais dans le prisme, jusqu’à ce que je le remplisse avec environ un dixième de ma magie totale. Il s’était ensuite brisé en plusieurs petits éclats.

« Whoa ! »

J’avais retiré ma main du prisme éclaté. Les débris flottèrent dans l’air pour former un grand cercle. Ende était soudainement apparue au milieu du cercle, le traversant presque comme si c’était un de mes portails.

« Ah. Touya, hein ? Il était temps… Tu m’as vraiment sauvé. Si tu n’avais pas fait ça, il aurait fallu encore un semestre ou deux avant que je puisse revenir. Merci… Je suis maintenant de retour, Lycee. »

« Je vois que tu es revenu, Endymion. »

Ende souriait comme si rien d’extraordinaire ne se passait. Son écharpe flottait dans la brise alors qu’il remettait les pieds dans ce monde.

◇ ◇ ◇

« Mec, par où devrais-je commencer… »

« Dis-moi tout. J’aimerais connaître tous les détails depuis le début. »

Ende avait commencé à parler en buvant son thé fraîchement infusé. Nous étions tous les deux assis dans mon château. Lycee s’était assise à côté de lui, en sirotant son propre thé comme elle l’avait fait plus tôt avec son saké.

La seule autre personne dans la pièce, c’était moi. Je ne gardais personne d’autre dans l’ignorance, je voulais juste comprendre d’abord moi-même la situation. C’était sérieux.

« Ça signifie que je pourrais finir par parler pendant un moment, c’est bon ? »

« C’est bon. Commençons par quelque chose de simple. Cette fille, Lycee. C’est une des Dominantes ? »

« Effectivement. »

Ende continuait à siroter son thé.

« Les Constructions Dominantes sont le niveau le plus élevé de l’espèce Phase, non ? »

« C’est exact. Les constructions inférieures, les constructions intermédiaires, les constructions supérieures et les constructions dominantes. Au-dessus d’eux, il n’y a que le Souverain. Les Constructions Dominantes, comme leur nom l’indique, exercent une domination sur tout ce qui est inférieur à eux. Ils ont également une plus grande capacité d’intelligence et d’émotion. Mais la plupart du temps, ils ne sont pas très bons pour tout ce qui concerne les émotions. »

Il me fait un sourire ironique en regardant Lycee.

« Laisse-moi alors juste mettre une chose au clair. Cette fille n’est-elle pas une ennemie ? »

« La notion d’ennemi dépend des circonstances, Touya. Si toi et tes alliés décidiez de tuer le Souverain, alors nous serions vos ennemis. »

Ende me jeta un coup d’œil, un subtil soupçon de défi dans ses yeux.

« Es-tu l’un des membres de la Phase, Ende ? »

« J’aurais pu le mentionner dans le passé, mais je suis simplement quelqu’un qui traverse les mondes. On m’a appelé de bien des façons dans le passé. Un vagabond, un marcheur voyageur, l’étranger… La liste est longue. Je suis né dans un monde qui existe “plus haut” sur l’échelle de la réalité, du moins comparé à celui-ci. J’ai la capacité de traverser des mondes, de haut en bas, mais seulement des mondes “en dessous” du mien. Je n’ai pas de pouvoir omnipotent. »

Il peut donc se déplacer entre les mondes… C’est un pouvoir honnêtement incroyable… Il a dit qu’il ne peut traverser que les mondes inférieurs, mais je me demande si cela signifie qu’il pourrait aussi visiter la Terre…

« Au cours de mes voyages, je me suis retrouvé sur une certaine planète. C’était le monde d’où venait la Phase. La planète de cristal, Phrasia. C’est là que j’ai rencontré la Phase Souveraine. Bien que le titre soit neutre, il serait peut-être préférable de la désigner comme une reine dans ce sens. C’était après tout une femme. »

Huh... La Phase Souveraine est une femme ?

« Nous avons échangé entre nous sur de nombreux sujets. Nous avons passé de nombreuses années ensemble sur ce monde… C’était bien. Finalement, elle, eh bien… Elle souhaitait vivre avec moi. Moi aussi, je voulais passer le reste de ma vie avec elle. Mais mon peuple, les Voyageurs… Nous ne pouvons pas nous installer. Nous ne pouvons pas nous enchaîner à un seul monde. Nous, les Voyageurs, sommes animés par le sens de l’exploration et de la liberté qu’apporte un nouveau monde. C’est pourquoi elle a décidé de venir avec moi. Il y a après tout des génies dans d’autres mondes… Cela lui a pris du temps, mais elle a trouvé sa solution. Sa méthode pour traverser les mondes. »

C’est logique. Ce n’est pas parce qu’un monde est plus bas sur une échelle qu’il est nécessairement inférieur. Le progrès scientifique sur Terre est bien au-delà de ce qui se fait dans ce monde, mais les trucs issus de la magi-tech qui peuvent être appliqués ici dépassent largement certains de nos trucs. Après tout, nous ne pouvons pas guérir instantanément les blessures sur Terre comme ils le font ici avec la magie. Mais quand même… traverser des mondes comme ça…

« Donc tu me dis qu’elle est devenue le Noyau Souverain, a franchi les frontières des mondes, a commencé à absorber l’énergie des gens des nouveaux mondes, et a utilisé cette énergie pour s’élever… N’est-ce pas ? »

« C’est ça. Son hypothèse était que si elle atteignait les hauteurs d’où je venais, elle pourrait acquérir une méthode pour devenir une existence comme moi. Alors, et seulement alors, nous serions capables de vivre une vie complète ensemble. C’était son plan. »

Ende regarda vers le bas, jetant un triste froncement de sourcils au sol. Lycee ne semblait pas y prêter beaucoup d’attention. Elle croquait les biscuits de Lu comme une petite créature des bois. Des petites bouchées prudentes. Elle appréciait le saké, puis le thé, et maintenant les biscuits… Mais elle mangeait très lentement. Je me demandais si elle avait déjà essayé ces choses-là. Je m’étais détourné d’elle et je regardais de nouveau Ende qui parlait une fois de plus.

« Les Constructions Dominantes ont bien sûr protesté. La plus véhémente de ses protestataires est celle que j’ai rencontrée l’autre jour, Ney. »

« Vous avez rencontré Ney, Endymion ? »

Lycee avait arrêté son lent ronronnement pour interroger son compagnon.

« Hm ? Oh, oui. Elle a l’air en bonne santé. »

« Je vois. »

Lycee haussa les épaules et recommença à manger les biscuits. Elle n’exprimait pas beaucoup d’émotions, mais il semblerait qu’elle connaissait Ney dans une certaine mesure.

« Oui. J’ai été attaquée après ça, en fait, par quelqu’un qui se fait appeler Gila. »

« Oh, ce type ? C’est une vraie tête brûlée. Sais-tu que c’est l’une des personnes qui veut son pouvoir ? »

Oui, ça ne me surprend pas du tout. Il a l’air d’un type pompeux.

« Revenons à mon histoire… les Dominants ont protesté contre sa décision de voyager à travers les mondes. Ils avaient bien sûr tous leurs raisons. Certains avaient peur pour sa sécurité, d’autres voulaient garder sa force dans l’écosystème du monde, d’autres encore voulaient simplement s’approprier son pouvoir. La Souveraine est la force vitale de toutes les Phases, et leur donne leur résilience surnaturelle. Sans la Souveraine, toute l’humanité des Phases perdrait ce pouvoir. Ils avaient peur de ce qui pourrait arriver. Aucun d’entre eux n’a réalisé qu’il leur suffisait de se mettre d’accord sur un nouveau Souverain pour maintenir l’unité de l’espèce. Même s’ils n’avaient pas le même pouvoir qu’elle, ils pourraient continuer. Elle espérait qu’ils s’en rendraient compte à temps, et qu’ils la laisseraient enfin quitter le monde de la Phase avec moi. »

« Alors c’était comme si vous vous étiez enfuis parce que sa famille avait protesté contre le mariage, hein… ? »

Ende sourit un peu amèrement à mon commentaire.

« Je suppose que c’est une analogie appropriée, oui. Je ne l’ai évidemment pas kidnappée, nous avons simplement souhaité la même chose. Nous nous sommes bien débrouillés pendant un certain temps. Nous avons fait l’ascension des mondes ensemble. Quand son noyau faisait un arrêt pour rassembler suffisamment d’énergie, je passais mes journées à explorer le nouveau monde, à rencontrer des gens et à visiter des lieux. J’étais seul, mais elle était avec moi en esprit. Quand il était temps pour elle de bouger, je bougeais avec elle. Une fois qu’elle avait émergé du corps des formes de vie locales, je pouvais sentir sa présence, et je savais qu’il était temps de partir. Mais un jour, une chose sans précédent s’est produite. La Phase a commencé à envahir un monde dans lequel nous restions. »

« Attends. Veux-tu dire qu’un autre Phrase a gagné le pouvoir qu’elle avait de se déplacer à travers les mondes ? »

« Dans un sens, oui. Elle a essayé plusieurs méthodes différentes pour traverser la frontière. La plus facile était de déchirer le tissu entre les mondes, et de forcer son passage. Mais elle et moi avons convenu qu’une telle méthode était risquée, et avons décidé de ne pas l’employer. Après tout, faire sauter la frontière de la barrière protectrice d’un monde laisserait ce monde complètement vulnérable aux menaces extérieures. Nous voulions éviter la perte de vies innocentes dans notre poursuite de plus hauts sommets. C’est pourquoi elle est devenue un noyau dans un état proche de la mort, et a utilisé une méthode plus bénigne pour voyager. Mais, de retour sur le monde d’origine, une certaine faction de Phase a découvert le chemin le plus dangereux, et a commencé à démolir de force des mondes pour nous suivre. »

Ce qui me vint à l’esprit était l’image d’Ende s’enfuyant avec la fille d’un parrain de la mafia, avec des criminels qui le poursuivaient violemment.

Naturellement, dans ce genre d’histoire, le héros serait mis en pièces si jamais on les retrouvait.

« Nous avons quitté ce monde avant qu’ils ne puissent la trouver, et nous nous en sommes sortis indemnes. Mais nous avons appris plus tard que le monde que nous avions fui fut anéanti. C’est alors que j’ai rencontré Lycee, et elle m’a informé de ce qui se passait. Depuis lors, nous avons été poursuivis, en essayant de ne pas rester trop longtemps et en espérant que d’autres ne soient pas blessés. »

« Je comprends que vous voyagiez, mais cette fille… Lycee ? Qu’en est-il d’elle ? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire