Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 10 – Chapitre 3 – Partie 7

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Le croyant qui rêve

Partie 7

Attendez, attendez… Felsen ? Ne savent-ils pas à quel point l’armée magique est puissante là-bas ? Il y aura des pertes massives des deux côtés ! À moins qu’ils ne disent sérieusement qu’ils sont prêts pour cela…

« Essayez-vous de venger l’ancien Ordre Doré ? Se venger de la mort de Garland ? C’est inutile ! »

« Je ne me soucie pas de venger mon père. Je souhaite simplement créer un monde où l’Ordre Doré régnera au sommet. Un monde nouveau. Un monde magique. Là où nous, les mages, nous sommes l’élite. Je souhaite créer l’Imperium Magia. »

« Attendez, mon père ! Vous êtes le fils de l’ancien chef !? »

« Effectivement. Chef du Néo Ordre Doré. Fils de Garland Goldie. Je suis Galzeld Goldie. »

Gad, ou… Galzeld, s’était présenté de manière tape-à-l’œil et il frappa son bâton contre le sol. Ce type était le chef. Je ne m’attendais pas à le rencontrer ici.

« Je vais réussir là où mon père a échoué ! Je vais jeter le sort interdit [Sanctuaire], et quand je le ferai… Ce monde sera purgé de tous les utilisateurs non magiques ! Ce monde sera enfin pur. »

Qu’est-ce que… ? [Sanctuaire] ? Est-ce le sort que son père essayait de jeter ? Je suppose qu’il dit que cela va anéantir les gens qui ne peuvent pas utiliser la magie, mais tout ne s’additionne pas ici…

Pourquoi Felsen ? Pourquoi les envahir ? Y a-t-il là un artefact dont ils ont besoin ou quelque chose comme ça ?

« Il y a encore beaucoup de choses que je ne comprends pas vraiment, mais cela n’a pas d’importance. Si vous êtes le chef de l’Ordre Doré, alors je ne peux pas vous laisser partir. »

« Oh, vraiment ? »

Galzeld m’avait fixé. Il n’y avait aucune crainte dans ses yeux. Alors qu’il riait, le mur derrière lui et Sol se brisa. Une grande main mécanique fit irruption dans la pièce.

Une machine courte et sans tête était apparue parmi les débris du mur. Il tenait dans sa main une lance conique. C’était l’un des soldats d’acier ! Il s’élança dans la salle avec une force incroyable et poussa son arme vers le trône.

« Guh ! »

« Eeekeeeh ! »

Le faux empereur et moi nous étions écartés du chemin juste à temps. Son magnifique trône avait été complètement détruit. Aucune forme de vantardise ne pouvait l’empêcher de ressembler au déchet qu’il était à présent.

Bon sang, ce truc est en fait assez fort. Si les anciens modèles de Chevaliers avaient une force de dix, alors ce truc valait définitivement un huit.

« Uwaaah ! »

Le faux empereur s’était enfui à toute vitesse dans le couloir. C’était un ancien voleur, donc je n’avais pas été trop surpris. Il semblait que son plus grand talent était de courir. Mais je ne pouvais pas me permettre de le laisser partir.

« Tsk... Jesty ! Les gars ! Poursuivez-le ! »

« Compris ! »

Jesty, Rengetsu et Sonia avaient tous couru après le faussaire.

Les seules personnes qui restèrent de mon côté étaient Kohaku et Tsubaki.

« Vous pensez vraiment que vous pouvez attaquer le bataillon d’acier tout seul ? Quelle arrogance... »

Une voix forte était sortie de la machine. Le son était grésillement, comme s’il était transmis par un haut-parleur bon marché. C’était la voix du pilote à l’intérieur.

Il y avait beaucoup de choses qui tombaient, donc la voix était un peu difficile à distinguer, mais… Je savais à qui il appartenait.

« … je vois. Alors tu t’es enfui et tu as rejoint ces gars, hein ? C’est bien ça, Bowman ? »

« Qu — Buh… Comment ? ! Comment savez-vous qui je suis ? »

Je le savais. Quel idiot… ! Ce type n’est autre que l’ancien expert en magie technologique de Roadmare, Edgar Bowman.

C’était lui qui avait causé ce désastre avec les Golems déchaînés. Il avait été démis de ses fonctions et envoyé dans les mines en tant que criminel condamné. Il n’avait évidemment aucune idée de qui j’étais, puisque j’étais toujours déguisé en Oni argenté.

J’avais été informé qu’il s’était échappé à cause d’une interférence extérieure, mais tout était rentré dans l’ordre maintenant. Il avait été emprisonné par l’Ordre Doré.

« Je vois, je vois… Alors, tes copains de l’Ordre Doré ont fait ça avec toi, hein ? Ce tas de ferraille. »

« Tas de ferraille !? Qu’est-ce que vous avez dit ? C’est un de mes incroyables bataillons d’acier ! Ce sont mes chefs-d’œuvre qui vont conquérir la totalité de Yulong ! Vous avez vu ce qu’ils ont fait, n’est-ce pas !? »

« Ne vous la ramenez pas pour un truc que vous avez conçu en rétro-ingénierie à partir d’une technologie volée. Par rapport aux appareils de Brunhild, ces choses sont des déchets. »

« Petit malheureux ! »

Il avait poussé sa lance vers moi. Mais ses mouvements étaient beaucoup trop télégraphiés.

Je l’avais esquivé, encore et encore, tout en prenant note de la façon dont il attaquait.

La fonction qui consistait à le déplacer semblait différente de celle d’un Frame Gear. Le Frame Gear scannait votre cerveau et lisait vos mouvements, c’était donc comme une extension de votre propre corps. Il travaillait en tandem avec son pilote.

La machine devant moi avait l’impression d’avoir été programmée avec des modèles de mouvement. Elle se déplaçait un peu comme les personnages d’un jeu de combat après avoir entré certaines commandes.

Je ne voulais pas dire que cela semblait aussi simpliste que « appuyer sur A pour frapper et sur B pour donner un coup de pied », mais cela ressemblait vraiment à ce genre de système de contrôle. Les contrôles étaient peut-être fonctionnels, mais cela signifiait probablement qu’ils ne pouvaient pas s’adapter aussi bien aux diverses situations. Après tout, c’est un homme qui avait entré les commandes.

Il avait cependant pu être influencé par la barrière. La magie des Frame Gears les traversait, ce qui facilitait leurs mouvements. Mais je ne pensais pas qu’un des bataillons d’acier pouvait reproduire des fonctions aussi complexes.

« Ces choses sont vraiment merdiques ! »

« Silence ! »

J’avais plongé sous un de ses bras lourds et je l’avais tranché au coude avec mon Divin Brunhild.

Le bras, ainsi que la lance qu’il portait, s’était écrasé au sol.

« Quoi !? »

J’avais plongé sous la machine et j’avais tranché les deux genoux de la même façon. Le mécha fut déséquilibré et il s’effondra vers l’avant, s’écrasant au sol.

« Non ! Impossible, improbable, inconcevable ! Comment cela a-t-il pu se produire ? Comment une de mes belles créations a-t-elle pu être vaincue !? »

« Qu’est-ce que cela vous fait ? Vaincu par un seul homme !? »

Sol regarda fixement vers le haut, incrédule, alors j’avais rapidement utilisé [Accélération] pour me précipiter vers lui. La barrière fit que cela n’avait presque pas duré, mais cela avait suffi pour réduire la distance.

« Guh ! »

Il leva son bouclier, mais cela n’avait pas eu d’importance. Je l’avais tranché au milieu, ça avait coupé jusqu’à son bras.

« GWAAAUUUGH ! »

« Ça suffit. Taisez-vous ! [Paralysie]. »

« Ghuh ! »

Je l’avais touché, son sort était maintenant fixé. Son corps s’était effondré sur le sol en un instant.

Il y avait une énorme quantité de sang qui coulait de l’entaille sur son bras, j’avais donc rapidement refermé la blessure avec un bref élan de magie curative. Après tout, j’avais des questions pour lui.

« Avez-vous d’autres atouts dans votre manche ? »

Je regardais Galzeld avec du feu dans les yeux. Mais il avait juste répondu avec un doux sourire.

« Ahaha... Vous êtes fort. Incroyablement fort… Quel merveilleux Oni ! Il semble que vous puissiez aussi utiliser la magie. Que diriez-vous de rejoindre l’Ordre Doré ? Une fois que nous aurons créé le Magia Imperium, et que je serai le Mage Imperator, vous pourrez me rejoindre en tant que bras droit. »

« Bras droit ? Ne me donnez pas ça. Un connard comme vous m’a promis la moitié du monde une fois, et j’avais aussi décliné cette offre. »

Cet homme dragon aurait fini par se faire manger, que je le rejoigne ou non.

« Oh ? Comme c’est malheureux. Vous devez donc mourir. »

« Ce robot Bataillon d’acier est foutu. Votre ami soldat est paralysé. Pensez-vous vraiment que vous êtes en mesure de négocier et de parler aussi hautainement ? »

« Et que pensez-vous qu’un bataillon soit, jeune homme ? Ils sont nombreux. »

Galzeld avait souri, le sol même sous mes pieds s’était mis à trembler et à gronder.

J’avais regardé à travers le mur en ruine de la zone du jardin, et j’avais vu plusieurs cercles magiques sur le sol. Un bataillon entier de robots de combat en acier avait commencé à s’élever à partir d’eux.

Ils étaient identiques à celui que j’avais déjà vaincu. Ils détenaient de nombreuses armes différentes. Certains avaient des lances, d’autres des haches, d’autres encore des épées. Certains tenaient même ce qui semblait être des arbalètes.

« Merde. C’est vrai, il y en avait un millier dans le sous-sol… J’ai oublié. »

« Oho ? Vous en saviez déjà autant ? Laissez-moi vous dire un petit secret. Il n’y en a beaucoup plus ici. Nous avons déjà déployé plus de 90 % d’entre eux vers la frontière de Felsen. Nous les avons également améliorés régulièrement. Nous en avons déjà assez pour affronter ces imbéciles de Felsen. »

Tu parles d’une préparation… Je suppose que nous aurions dû agir plus tôt. S’il y en a une cinquantaine ici, cela signifie qu’il devrait y en avoir environ neuf cent cinquante de l’autre côté de la frontière… C’est mauvais. Mais je suppose que je devrais les détruire avant de m’en inquiéter.

Mais je n’étais pas du tout inquiet. J’avais une bonne raison d’être calme.

« … Hey, Galzeld. Vous n’entendez pas ce bruit ? »

« … Pardon ? »

Je lui fis un sourire, il était alors soudainement devenu un peu plus mal à l’aise. Il dressa les oreilles pour tenter désespérément de comprendre ce que j’insinuais.

Le bruit de l’acier sur l’acier se faisait entendre au loin. Le bruit de la terre qui grondait se rapprochait de plus en plus. Le bruit des explosions, des secousses. Il avait couru dehors pour voir ce qu’il avait entendu.

« Non… ! »

Ce dont il avait été témoin à l’extérieur était simple. Son bataillon d’acier était en train d’être démantelé. Les auteurs ? Un Frame Gear samouraï violet clair, et un Frame Gear Chevalier orangé.

C’était Yae dans son Schwertleite et Hilde dans son Siegrune.

« Impossible ! Pourquoi les Frame Gears de Brunhild sont-ils ici… !? »

Le Frame Gear de Yae dansait sur le champ de bataille. Il utilisait son épée courte pour frapper le Bataillon d’acier sous tous les angles, séparant les membres des corps en un clin d’œil.

Le Frame Gear de Hilde piétinait vaillamment, bloquant les lances avec son puissant bouclier. Il avait ensuite violemment mis ses ennemis en pièces par des frappes héroïques.

J’avais envisagé la possibilité qu’ils déploient le bataillon d’acier, j’avais donc mis en place un portail que seuls les Frame Gears pouvaient traverser avant le début de la mission. J’avais contacté par télépathie Luli et Kougyoku pour que Yae et Hilde se préparent au combat. La barrière magique n’avait après tout pas affecté le lien télépathique.

Le bataillon d’acier s’était attaqué à Schwertleite et à Siegrune, l’un après l’autre. Il en restait plus d’une vingtaine. Il ne leur serait pas impossible de gagner s’ils étaient nombreux, et c’était probablement ce que les pilotes espéraient obtenir.

Mais les épéistes de ma maison n’étaient pas du genre à perdre contre de simples faussaires, et ce qu’importe leur nombre. Après tout, les nouveaux Frame Gears n’étaient pas faits pour faire de la figuration.

Les membres détruits du bataillon d’acier s’étaient empilés les uns après les autres.

« Ghh… ! »

« Je ne sais pas ce que vous aviez prévu, mais vous devriez céder ici. Et si je vous emmenais directement chez le roi de Felsen ? »

« Hah... Hahahah… Vous êtes donc un chien de Felsen… Mais Felsen n’a pas d’avenir, je vous le promets ! Ils céderont face à l’Ordre Doré, ils céderont face à moi ! »

Galzeld cria en tenant son bâton vers le ciel.

À ce moment, son bâton avait émis un énorme éclat de lumière, j’avais levé le bras pour me protéger les yeux.

Lorsque la lumière s’était atténuée, Galzeld n’était plus là. J’avais entendu le bruit de petites ailes qui battaient. J’avais regardé vers elle. Il y avait une chauve-souris qui volait vers l’est.

Attendez, c’est lui ? ! A-t-il utilisé un sort de transformation ou autre chose ? C’est sa magie Néant ! Peu importe comment il avait fait, je ne pouvais pas le laisser s’échapper. J’avais invoqué le [Vol] afin de le prendre en chasse, mais j’avais volé environ deux mètres avant de m’écraser au sol. Cette maudite barrière était toujours active !

« Kohaku ! »

« Compris ! » Kohaku s’accroupit, tandis que je sautais sur son dos. Elle avait sprinté vers les murs massifs et sauté par-dessus. Je m’étais envolé avec [Vol] une fois hors des murs, mais je n’avais pas pu retrouver la chauve souris.

« Rechercher. Chauves-souris à proximité. »

« … Recherche terminée. Pas de chauves-souris dans un rayon de cinq kilomètres. »

Bon sang ! Une chauve-souris ne peut pas voler aussi vite. S’est-il transformé en autre chose ? Ou a-t-il simplement utilisé une autre barrière pour faire en sorte que mon sort recherche ne fonctionne pas ?

Je suppose qu’il s’est échappé… Non, attendez. Je peux encore l’avoir !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire