Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 10 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Le croyant qui rêve

Partie 3

Et ben… Voilà donc vraiment ce qui se passe à Yulong ? Des tentatives d’assassinat toute la journée ? Apparemment, il avait été attaqué dans sa cour. Mais le plus grand problème était le fait que les assassins avaient réussi à aller aussi loin. L’empereur céleste avait été défendu avec succès par sa garde personnelle, et les assassins potentiels avaient réussi à s’échapper.

« Un des hommes de leur groupe, un homme brandissant un bâton de bo, a été blessé à l’épaule. Si tu vois quelqu’un comme ça, fais-le-nous savoir. »

Le soldat me fit un signe de tête avant de partir en courant. Yulong semblait plus dangereux que jamais.

Bon sang, c’est totalement sans rapport avec moi, mais… L’ennemi de mon ennemi est mon ami, non ?

« Voyons voir… »

J’avais ouvert la carte sur mon smartphone. Je ne voulais pas attirer trop d’attention ou quoi que ce soit, alors je ne l’avais pas projeté. Bien que j’aie eu le sentiment de me démarquer suffisamment.

« Recherche. Homme à l’épaule blessée. »

« Recherche terminée. Une personne dans le voisinage local. »

Bingo. Je ne connaissais pas ce type, mais il semblait avoir une blessure si évidente qu’elle était encore visible.

J’avais pensé qu’ils l’auraient peut-être soigné avec de la magie de lumière, mais il semblerait que personne n’était capable de le lancer dans leur groupe. Personne n’avait dû apporter de potion.

J’avais décidé d’aller chercher le gars. Mais j’étais un peu sur mes gardes. Je ne voulais pas me faire de nouveau bombarder en plein visage.

« Hmm… »

J’étais sorti de la rue et je m’étais retrouvé dans une étendue dense de bambous, il y avait peu de monde dans le quartier.

Cet endroit semble être l’endroit idéal pour un panda… Attendez non, il n’y a probablement pas de pandas normaux dans ce monde… Ils finissent probablement par faire des blagues et par apprendre le kung-fu.

Je marchais sur les sentiers battus, avec ces pensées qui me passaient dans la tête, mais je m’étais ensuite arrêté.

Ils sont là. J’avais senti la présence de deux autres personnes. Mais une semblait différente. Celui-ci m’avait déjà remarqué et venait déjà vers moi. Attendez, d’en haut !?

« HAAAAAAH ! »

« Augh ! »

La masse dense de bambou offrait une couverture parfaite pour l’attaque, et j’avais à peine réussi à éviter la frappe. Mon agresseur avait atterri, lançant une rafale de coups que j’avais habilement parés, avant de lancer un puissant coup de pied balayé que j’avais à peine évité en sautant en arrière. Il portait une robe noir sombre qui couvrait tout leur corps, mais il avait une voix qui me rappelait celle d’une femme.

Nous nous étions à nouveau affrontés avant de sauter en arrière et d’établir une bonne distance. La femme à capuche avait soudain levé la paume de sa main et l’avait pointée dans ma direction.

Attendez une seconde… !

« Haaah !! »

Elle lança une onde de choc vers moi. J’avais à peine atténué l’impact avec une défense en croix. Je connaissais ce mouvement ! L’attaquant n’avait pas cédé, il combla l’écart en moins d’une seconde et lança un barrage de poings impitoyable sur mon corps.

J’avais plongé sur le côté et j’avais donné un coup de pied en direction de ses jambes. Elle était tombée en déséquilibre et avait immédiatement sauté en arrière, se retournant en plein vol au fur et à mesure de ses mouvements. Le saut fit tomber le capuchon de sa cape, révélant ainsi sa véritable identité.

« Aaaahaaa ! Je le savais ! »

« Mh !? »

La fille dragon s’était retirée prudemment pendant que je parlais, des yeux de fouine s’étaient posés sur moi.

Elle n’était autre que la femme que j’avais rencontrée dans la Mer des Arbres, la fille dragon qui avait furieusement combattu Elze pendant la taille, Sonia Parallem.

« Qu’est-ce qui se passe ici ? Que fais-tu à Yulong ? Attends, ça veut dire que l’employé blessé est Rengetsu ? »

« … Qui êtes-vous ? »

« Hein ? Oh, c’est vrai ! On ne peut pas le savoir à cause de la tenue. »

Je portais toujours mon masque, j’avais donc tiré sur une corde, le faisant ainsi laisser tomber par terre.

« Tu vois ? C’est moi ! »

« Qui êtes-vous ? »

« Hein ? »

Pour une raison inconnue, Sonia avait été effrayée par mon visage. C’est alors que je m’étais souvenu que j’avais oublié de retirer [Mirage], je devais donc avoir une apparence horrible. J’avais rapidement dissipé l’illusion sur mon visage.

Sonia avait un œil mystique qui lui permettait de voir à travers les illusions, mais il semblerait qu’elle devait l’invoquer activement. Elle était semblable à Yumina et à Sa Sainteté le Pape à cet égard.

« Tu vois ? C’est moi. Mochizuki Touya. »

« Touya… !? »

Il semblerait qu’elle ait enfin compris ce qui se passait. Mais je n’avais aucune idée de la raison pour laquelle elle était à Yulong.

◇ ◇ ◇

« Viens, Lumière ! Calme de la déesse : [Méga Guérison] ! »

J’avais utilisé l’un de mes sorts de restauration les plus puissants sur Rengetsu. La coupure sur son épaule avait été soignée en quelques secondes.

« … Toujours aussi incroyable. C’est comme avant. »

Rengetsu s’était levé et avait souri alors qu’il roulait son épaule.

 

 

« Quand même… Pourquoi es-tu à Yulong, Touya ? Ou, euh… Votre Altesse le Grand Duc de Brunhild… »

« Ah, ne t’embête pas avec les trucs formels. Te souviens-tu que je voyage en secret ? En ce moment, je ne suis que l’Oni d’Argent, un guerrier errant d’Eashen. »

J’avais très vite bloqué la tentative d’inclinaison de Rengetsu. Je ne voulais pas que mon identité soit dévoilée. Pourtant, il semblerait que l’intérêt de Sonia avait été piqué.

« Mettons cela de côté à partir de maintenant, j’ai une question. J’ai entendu parler d’un groupe de trois personnes qui ont tenté d’assassiner le nouvel empereur céleste. C’est vous, les gars ? »

« Assassiner ? C’est ce qu’ils disent ? Il est certainement vrai que nous sommes entrés par effraction et avons tenté de lui ôter la vie. Mais ce n’était pas une simple tentative d’assassinat. Ce n’était que justice. »

« Guh… Ce maudit Xiaofah ! Nous étions si proches, mais ses gardes étaient plus forts que prévu… »

Sonia parla avec colère en appuyant ses paroles.

« Xiaofah ? »

« Le nouvel empereur céleste, ou du moins c’est ce qu’il prétend. Voleur Xiaofah. Même s’il revendique un héritage divin, il n’est rien d’autre qu’un aventurier fouineur devenu un voleur encore plus vicieux, » dit Rengetsu avec de l’amertume dans sa voix.

Un voleur ? Qu’est-ce que cela signifie ?

« Depuis la grande invasion de Yulong par la Phase, beaucoup de gens se sont présentés en prétendant détenir les droits au trône. Le défunt empereur céleste a certainement beaucoup couché, donc le fait qu’il ait eu un grand nombre de successeurs n’est honnêtement pas si surprenant. Mais les concubines et leurs enfants, ainsi que sa femme légale, sont tous morts lorsque Shenghai a explosé. Même ses fils directement connus qui ont échappé à l’explosion ont fini par être tués il y a un moment. C’est pourquoi il est presque impossible de vérifier qui ment ou non dans ses affirmations de nos jours. »

Pour moi, tout cela avait un sens. Si une personne inventait une histoire, il lui suffisait de montrer une sorte d’objet qui le prouvait, et cela suffisait pour fonder une revendication raisonnable.

Mais il n’y avait dans ce pays plus d’objets que les gens pouvaient utiliser comme preuves solides, surtout depuis que la capitale n’était plus là.

Et donc, naturellement, tout se résumait au talent ou à la force. En affichant sa puissance, le candidat pourrait recevoir un soutien puissant.

Mais cela aussi n’était pas sans risque. Tous ceux qui se proclamaient héritiers ne se contenteraient pas de tourner le dos et d’accepter la défaite. Ils seraient plutôt galvanisés pour s’attaquer les uns aux autres afin d’affirmer leur domination.

« Xiaofah est l’un de ces candidats qui affirment sa domination. Il a sorti un objet rare connu sous le nom de Sceau céleste. Il a affirmé que c’était la preuve définitive qu’il faisait partie de la lignée du précédent dirigeant, car c’est un trésor royal de la famille impériale Yulong. »

« Donc il est en fait lié au type précédent ? »

« Absolument pas. Le Sceau céleste est un objet précieux qui a été extrait d’une ruine. Il a froidement assassiné l’aventurier qui l’a trouvé, et il essaie maintenant de prétendre qu’il l’a eu toute sa vie. »

Alors il l’a piqué, hein… ? Cela signifie que l’objet qu’il possède n’est peut-être même pas légitime.

« L’aventurier qu’il a tué était un homme qui a beaucoup fait pour nous deux. Il s’est occupé de nous quand nous étions jeunes et inexpérimentés. Nous devons assassiner Xiaofah et venger sa mort ! »

« Normalement, un type comme lui ne serait pas reconnu, même avec le Sceau céleste… Il a aussi réussi à obtenir une force effrayante d’un autre endroit. Je parle de son… »

« Son bataillon d’acier. »

Rengetsu fit un signe de tête à mes paroles.

Ainsi, un homme était soudainement apparu avec le Sceau céleste de Yulong, et un bataillon de soldats mécanisés. Cela semblait certainement suffisant pour affirmer sa domination dans cette course folle.

Mais je me demandais vraiment où il avait obtenu sa technologie. Je ne voulais vraiment pas découvrir que Gordien tirait les ficelles ici, mais j’avais un mauvais pressentiment en général.

« Au fait, Tou… Guerrier Oni, pourquoi es-tu ici ? »

« Ah… Son bataillon d’acier est basé sur une technologie volée à mon pays. Je suis juste venu ici pour me venger un peu. »

« Oh, intéressant… Ce sont certainement des merveilles technologiques. Mais je crois que le Frame Gear que j’ai vu combattre ces Golems de bois était beaucoup plus puissant que le Bataillon d’acier que j’ai vu combattre jusqu’à présent. »

C’était évident. Ceux de Yulong n’étaient rien d’autre que des Frame Gears merdiques issus de la rétro-ingénierie. Mais je ne pouvais pourtant pas me permettre de les prendre à la légère, ils étaient basés sur une technologie avancée.

Hm ? Qui est ce...

« Sonia ! Rengetsu ! Vous allez bien ? Qui est cet homme masqué !? »

« C’est bon, Jesty. C’est un de nos amis. Il a guéri la blessure de Rengetsu. »

J’avais peur que la milice de la ville nous ait trouvés, mais je m’étais trompé. C’était un autre type portant la même robe que Sonia et Rengetsu. D’après ce que j’avais compris, ils étaient restés derrière pour le laisser s’échapper, mais il avait fini par revenir pour eux.

« Touy — Guerrier Oni… Voici Jesty Parallax. C’est le fils de l’aventurier que nous avons mentionné juste avant. »

Merde… C’est vraiment une mission de vengeance. L’homme appelé Jesty Parallax avait enlevé sa cagoule. Ses cheveux étaient courts et bruns, et ses yeux semblaient de couleur noisette. Selon mon estimation il devrait avoir entre vingt et vingt-deux ans. Il mesurait environ cent quatre-vingts centimètres.

Il était certainement plus grand que la moyenne. Rengetsu était à peu près de ma taille, mais Sonia était plus grande que nous deux. Apparemment, le clan draconien comptait de nombreuses femmes de grande taille.

Hm… Je ne fais actuellement que cent soixante-dix centimètres de haut. Je suis toujours en pleine croissance, non ? J’aimerais avoir au moins cinq centimètres de plus… Attendez, j’espère que mon corps ne s’arrêtera pas de grandir si je me réveille complètement à ma divinité ou quelque chose comme ça…

« Un plaisir. Je m’appelle Jesty Parallax. Merci d’avoir soigné mon ami. »

« Hm ? Oh, sérieusement, ce n’est pas un problème. »

Alors que j’étais perdu dans mes pensées à propos de ma taille, j’avais été accueilli par le nouveau venu. Il semblait être un jeune homme assez gentil et joyeux.

« Très bien, rester ici ne va pas nous aider… [Porte]. »

J’avais ouvert le même portail que j’avais connecté à l’ancienne capitale il y a quelque temps.

« Allons-y. »

J’avais ignoré le triple assaut des visages abasourdis et j’avais traversé mon portail. Après une brève période, ils m’avaient tous les trois suivi. Sonia était arrivée en premier, suivie de Jesty et ensuite de Rengetsu.

« Nous sommes… »

« Nous sommes dans l’ancienne capitale de Yulong, Shenghai. »

« Sérieusement ? C’est très loin… »

« Incroyable… Est-ce le pouvoir de la magie du transport... »

Le trio regarda autour d’eux avec émerveillement, lorsque Sonia adopta soudainement une position de combat. Il semblerait qu’elle ait remarqué quelque chose.

« Hooh... Les garçons… Laissez votre argent, laissez la fille. Si vous faites cela, nous vous laisserons vivre. Filez. »

« … Encore une fois, vraiment ? »

Le gang que j’avais rencontré plus tôt était sorti de l’ombre, comme des cafards.

Sérieusement les gars ? Vous faites exactement la même chose qu’avant.

Ils n’avaient pas semblé réaliser que c’était moi, probablement à cause du masque et de la tenue différente.

« [Paralysie]. »

« Gwaugh ! »

J’avais rapidement utilisé mon smartphone pour neutraliser tout le groupe d’abrutis. Il semblerait que leur faire peur ne suffisait pas, j’avais donc choisi de les humilier. J’espère qu’avec ça ils comprendront la leçon.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

Laisser un commentaire