Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 10 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Le croyant qui rêve

Partie 2

L’ancienne glorieuse capitale de Yulong, Shenghai, n’était plus qu’un tas de décombres et de déchets. Il ne restait plus aucune trace de la ville tapageuse qui s’y trouvait autrefois.

La Phase avait fait un joli numéro sur cette ville, et cela m’avait honnêtement mis plus qu’un peu mal à l’aise. Le simple fait de regarder autour de soi donnait vraiment une idée de l’ampleur du pouvoir impressionnant qu’exerçaient les Constructions Dominantes.

Notre groupe venait de quitter Brunhild, lorsque Kohaku avait soudainement émis un grognement d’avertissement.

Kohaku regardait dans une certaine direction. Il ne nous avait pas fallu longtemps pour voir un groupe de vagabonds se diriger vers nous depuis cette direction. Ils tenaient des couteaux et des haches.

« Hooh... Garçon… Laisse ton argent, laisse la fille. Si tu fais cela, nous te laisserons vivre. File. »

L’un des hommes poussa un rire pervers en criant. La fille dont il parlait était Tsubaki, qui se tenait à mes côtés.

« Qui sont-ils ? »

« Probablement un groupe de charognards. Ils sont probablement en train de récupérer des objets de valeur dans les vestiges de la capitale. »

Donc, ce sont des vautours… Dégoûtant. On dirait plutôt un rassemblement de méchants.

« Bâtard ! Tu m’écoutes !? »

« Je ne suis pas sourd. Je vous entends très bien. »

Ils étaient bien trop impatients, c’était un vrai casse-tête. Ils nous avaient encerclés, les couteaux à portée de main.

« Éclate, Feu ! Éruption rougeoyante : [Explosion] ! »

J’avais le sentiment que la diplomatie n’était pas vraiment leur truc, j’avais donc lancé un sort explosif sur un monticule de décombres tout proche. Un son massif se fit entendre tandis que les débris s’évaporaient en un rien de temps.

Hein ? Mes sorts ont-ils toujours été aussi forts ? Est-ce un autre effet secondaire de ma divinité ? Je m’étais demandé si je finirais par rejoindre les vrais dieux au rythme où j’allais. L’immortalité ne semblait pas être une mauvaise affaire.

« Eeeeeek ! »

« Merde, c’est un mage ! Foutez le camp d’ici, les gars ! »

Les futurs bandits commencèrent à se disperser dans toutes les directions.

Alors, c’est déjà aussi anarchique, hein… ? Je suppose que je vais me diriger vers l’endroit où se trouve le nouvel empereur céleste. J’avais sorti ma carte et je lui fis afficher les environs.

« Euh… Voyons voir… La nouvelle capitale s’appelle bien Heilong ? »

« C’est exact. Ici même… Au nord-ouest de notre position actuelle. »

« Très bien, allons-y. »

« A-Attendez un instant… Avez-vous l’intention de vous y rendre en volant ? »

« Hein ? Oui. Pourquoi ? »

Kohaku et Tsubaki me montrèrent des expressions douloureuses. Il semblerait qu’ils détestaient voler tout autant que les autres.

J’aurais pu utiliser [Téléportation], mais je n’avais pas l’habitude de le faire fonctionner sur de longue distance, je ne voulais donc pas apparaître au-dessus d’une rivière. Il semblerait que je n’aie pas le choix.

« … Très bien. J’irai moi-même à Heilong et je vous ouvrirai une [Porte] quand j’atterrirai. »

« Ce sera très apprécié… »

« O-Oui, ça le sera beaucoup. »

Si j’avais su qu’ils seraient si difficiles, j’aurais amené Gungnir. Je pouvais quand même voler plus vite que n’importe quelle machine tout seul, cela me convenait donc bien.

Ça m’avait vraiment plu. Tout ce que j’avais à faire était d’invoquer [Vol] et de décoller à toute vitesse.

Il m’avait fallu environ trois minutes pour atteindre ma vitesse maximale. Alors que le paysage se déplaçait sous moi, mes yeux s’étaient finalement arrêtés sur une ville. C’était Heilong, la nouvelle capitale.

Bordel… C’était juste un vol de trois minutes, pourquoi avaient-ils dû en faire tout un plat ? J’avais ronchonné en descendant dans une zone forestière.

Une fois hors de vue, j’avais ouvert une [Porte] vers Shenghai. Kohaku et Tsubaki étaient arrivés quelques instants plus tard.

« Très bien, nous sommes prêts. Oh attendez, je dois me déguiser. »

J’avais utilisé [Mosaïque] pour censurer mon corps, car je changeais rapidement de vêtements. Les gens de mon ancien monde associaient une telle censure en mosaïque à une nudité flagrante… Mais je ne me suis pas tout à fait déshabillé à ce point.

« C’est très… fantaisiste… »

Tsubaki regarda ma tenue d’Oni Argenté et eut une réaction assez intéressante. J’avais été un peu surpris, car la tenue ne me semblait pas particulièrement voyante. Le masque et le hakama mis à part, cela ne m’avait pas semblé si spécial.

« P-Pas la couleur ou le style ou quoi que ce soit, c’est juste que… Votre tenue semble juste… Le mal ? Je sais que c’est une mission de vol et tout, mais… cela ne semble pas très approprié pour un ninja. »

Hmph… Être réprimandé par un ninja, c’est un peu drôle… Mais ce n’est pas grave. Après tout, ce n’est pas comme si nous étions ici uniquement pour l’infiltration.

J’avais emmené Tsubaki et Kohaku à Heilong. On avait rencontré quelques difficultés à la porte, mais nous avions réussi à soudoyer le garde pour qu’il nous laisse entrer. C’est à ce moment que j’avais réalisé à quel point les gardes étaient corrompus dans la région. Ils ne semblaient pas à leur place.

Heilong était une ville-château traditionnelle de style chinois. Il y avait plusieurs rangées de maisons en tuiles rouges qui bordaient les rues. Il y avait une haute tour au loin, et quelques étals bordent les chemins de la rue. J’avais aussi vu des lanternes en papier ici et là.

Il y avait aussi un grand château au milieu de la ville. Mais je ne l’avais pas bien vu. Les murs étaient trop hauts.

C’était une ville avec beaucoup de choses, ici et là. J’avais vu des gens se traîner sans énergie, comme s’ils étaient déprimés. J’avais soudainement ressenti une étrange sensation.

« J’ai l’impression qu’on nous regarde… »

« Ce n’est pas qu’une impression. On vous regarde fixement. »

« … Je vous ai dit que votre tenue était diabolique, non ? »

Bleh… Il est inutile de s’en inquiéter maintenant. De plus, les gens ne font que regarder.

« Et maintenant ? »

« Récupérations d’informations, Tsubaki. Tu dois recueillir des informations sur le Bataillon d’acier. Kohaku, tu vas la protéger. Si vous pouvez trouver des informations sur l’endroit où il se trouve et sur les personnes qui les ont fabriquées, ce serait idéal. Ne leur courez pas après, mais renseignez-vous si vous le pouvez. Nous nous retrouverons ce soir. »

« Compris. »

« Oui, mon seigneur. Je vous contacterai si quelque chose arrive. »

Tsubaki et Kohaku avaient rapidement disparu dans la foule.

J’avais décidé de prendre sur moi d’écouter les habitants de la ville qui parlaient du nouvel empereur céleste.

« Hm… On va généralement dans un bar pour ce genre de choses, non ? »

Même si je suivais cette logique, il était encore midi. J’avais décidé qu’il serait tout aussi bien d’aller dans un magasin ou un restaurant. Je n’avais pas déjeuné non plus, c’était donc le bon moment.

« Uhh… Hm. Dans ce cas, j’irai là-bas. »

Je m’étais dirigé vers le bord de la route et je m’étais assis dans une vieille chaise usée par les intempéries. Il y avait un menu sur la table voisine, mais je n’avais reconnu aucun des plats. Je m’étais surtout demandé ce qu’était ce « ramen à la viande ». Il y avait probablement de la viande dedans, mais je ne savais pas quelle sorte de viande.

« … Qu’est-ce que vous désirez ? »

Le propriétaire de l’étal m’avait interpellé de façon suspecte. Ses yeux étaient fixés sur moi, comme s’il était inquiet. C’était probablement à cause de mon masque.

« Ah, euh… Je vais prendre ce ramen à la viande. »

« Bien sûr. Un ramen à la viande arrive tout de suite. »

J’avais décidé d’être regardé par les gens en attendant ma nourriture. J’avais vu des gens qui allaient et venaient de partout. J’avais soudainement remarqué un manque flagrant de femmes et d’enfants dans la foule.

J’avais remarqué un nombre disproportionné de jeunes hommes armés qui se promenaient. Ils portaient des chaudrons dont la forme ressemblait vaguement à une tête de dragon. Je m’étais demandé si c’était la milice de la ville.

Un incident en cours ? Il y a beaucoup de gardes qui se promènent…

« Voici. Un ramen à la viande. »

« … Attendez une seconde… »

J’avais regardé le bol de nouilles à la viande et j’en étais arrivé à une conclusion étonnante.

Un ramen restera un ramen ! Attendez, non… Ils sont un peu différents. Les nouilles sont plus fines et plus courtes. Ça ressemble donc un peu à du somen.

J’avais aspiré la soupe, mais elle était bien trop fine et trop grumeleuse. Les nouilles avaient aussi un goût bon marché. Un peu comme la nourriture que l’on trouvait dans un avion ou dans un hôpital. La viande était également dure, presque comme du bœuf séché. Je pensais que je pourrais la ramollir si je la trempais un peu dans la soupe, mais… Non, c’était aussi dur qu’une botte en cuir.

Bon, peu importe, on va juste manger… C’est… Hein… ? Qu’est-ce que c’est que cette saveur et cette texture… ? Ça a un peu le goût du… caoutchouc ? Ça sent même un peu fort en plus… ? Mais qu’est-ce que c’est que cette viande ? Sérieusement.

« Hé, commerçant. Quelle est donc cette viande ? »

« Steak de flanc de troll. »

« Hgh... Gardez la monnaie ! »

J’avais jeté une pièce de monnaie en cuivre sur la table et j’étais parti aussitôt.

Qu’est-ce que vous avez essayé de me faire manger, là !? Mais qu’est-ce que…

J’avais ronchonné en signe de dégoût, mais je ne voulais pas que ce soit trop évident sur mon visage.

Cette région était proche de la frontière de Xenoahs, il semblerait donc qu’une sorte de fusion démoniaque se produisait dans leur cuisine. D’après ce que j’avais compris, les gens de familles nobles comme Sakura et Spica évitaient culturellement de manger les viandes de bêtes magiques. Ce n’était pas très savoureux, je ne leur avais donc pas reproché de ne pas avoir participé.

Il était vrai que nous avions déjà mangé de la viande de dragon dans le passé… Mais ce goût était à un tout autre niveau que quelque chose comme de la viande de troll. Je m’étais demandé si peut-être les Dragons avaient évolué pour être aussi puissants afin d’éviter d’être chassés pour leur viande savoureuse.

Je voulais boire quelque chose pour me débarrasser du mauvais goût dans la bouche, mais je ne voulais pas aller dans un restaurant et me retrouver avec quelque chose de mauvais. J’avais ouvert mon [Stockage] et j’avais sorti un thermos d’eau.

Aaah ! Après cette merde, même cette eau normale a un goût étonnant… Hm… ?

« Fouillez la région ! Ils ne peuvent pas être loin ! Continuez à chercher, imbéciles ! »

Tout d’un coup, il y eut une agitation. Il y avait des soldats partout. Il semblerait qu’ils cherchaient quelqu’un, ce qui signifiait que quelque chose avait dû se passer.

« Toi, là ! Je ne t’ai jamais vu auparavant ! C’est quoi ce masque ? »

Un des soldats me jeta un regard furieux. Je n’avais vraiment pas été trop surpris. J’avais l’air super suspect.

« Je ne suis qu’un aventurier voyageur, petit… Je me suis brûlé le visage dans la journée, alors je porte ce masque pour cacher les cicatrices. »

« Vraiment ? Prouve-le ! »

J’avais tranquillement utilisé [Mirage] pour changer mon visage sous le masque. Le soldat s’était rapidement approché de moi au moment où j’avais commencé à enlever le masque. L’image qui lui avait été présentée était celle d’un homme grizzli, horriblement marqué.

« Argh… D’accord, compris. Remets-le en place. »

Le soldat était visiblement nauséeux après avoir vu « mon » visage. J’avais remis mon masque et profitais de l’occasion pour lui soutirer un peu plus d’informations.

« Que s’est-il passé ? Qu’est-ce que ce raffut ? »

« C’est troublant, mais nous sommes après des criminels dangereux. Ils ont tenté de tuer Sa Grandeur l’Empereur Céleste. Un groupe de deux hommes et une femme. Ils servent probablement un des autres faussaires qui prétend être le vrai dirigeant… »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire