Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 10 – Chapitre 3 – Partie 1

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : Le croyant qui rêve

Partie 1

En s’habituant à leur smartphone, les dirigeants mondiaux avaient réalisé à quel point cet outil était utile.

En ce qui concernait les étrangers, je les avais remis aux dirigeants associés à mon alliance. À Brunhild, mes fiancées en avaient reçu un chacun, et les gynoïdes de Babylone en avaient tous reçu un aussi. Karen, Moroha, les quatre anciennes Élites de Takada, le Chevalier Commandant et les Vice-Commandants, Laim et Micah de la Lune d’Argent en reçurent un aussi.

Je m’étais également assuré que leurs listes de contact ne contenaient que des personnes qu’ils connaissaient bien. Par exemple, je n’avais pas donné le numéro de Micah au roi de Belfast. Mais elle avait le mien. Sinon, le rang le plus élevé dans son répertoire était Lain.

Elle pourrait cependant enregistrer le numéro du roi s’il le lui disait personnellement. Mais je ne voulais pas que n’importe qui ait une ligne directe avec un dirigeant national.

L’introduction de mes smartphones avait cependant eu des conséquences négatives imprévues. Les gens se contentaient d’envoyer des SMS ou de passer des appels pour chaque petite chose.

La nouveauté ne leur échappait pas, ils l’utilisaient donc autant que possible. Mais je pouvais comprendre ce qu’ils ressentaient. Ils se calmeraient probablement au bout d’un moment, donc c’était bien.

« C’est… énorme… C’est encore mieux que l’artefact que j’utilise actuellement pour la communication. Vous voulez dire que je peux vraiment avoir ça ? »

« Oui. »

J’avais expliqué les fonctions générales du téléphone au chef de guilde Relisha, puis je le lui avais remis. Je venais à la guilde pour des affaires importantes.

Relisha avait fait du thé, alors je le buvais. C’était un peu différent du thé habituel, mais c’était très bon. Relisha avait une préférence pour le thé noir. Elle avait une grande variété de feuilles de thé sur les étagères de son bureau.

« Comment se présente la situation concernant la Phase ? »

« Deux petites constructions à Hannock la semaine dernière. Ils ont été éliminés par un groupe de rang rouge. C’est la troisième émergence ce mois-ci. Ils sont apparus un peu plus fréquemment ces derniers temps. »

Elle n’avait pas tort. Il semblerait que la frontière du monde était à nouveau déchirée. C’est une bonne chose que les zones déchirées ne soient pas trop proches les unes des autres. S’ils se reliaient, les failles deviendraient encore plus grosses.

Si cela se produisait, elle s’ouvrirait au point où les constructions supérieures et les constructions dominantes pourraient sortir. Ce ne serait pas bon.

Nos options étaient limitées pour le moment. Nous avions cependant quelques pistes d’action.

Première méthode : la purge totale des phases

Celui-ci était un peu extrême. Après tout, je ne savais pas combien de Phases existaient de l’autre côté. Il y aurait également des pertes massives de vies humaines sur le front de l’humanité.

Deuxième méthode : la diplomatie avec les phases

Seules les Constructions dominantes semblaient capables d’un discours intelligent. Je ne pensais pas que parler avec eux ferait grand-chose, ils voulaient clairement nous tuer. Même si je n’en avais rencontré que quelques-uns, les deux constructions dominantes que j’avais rencontrées jusqu’à présent étaient des individus lunatiques et dangereux.

Troisième méthode : Prendre le noyau souverain, et le pousser quelque part ailleurs

Le monde survivrait certainement si nous envoyions le Souverain dans un autre monde, mais je ne me sentirais pas à l’aise avec les ramifications. Je mettrais plutôt la crise sur une autre société. Je ne savais pas non plus comment faire. Ce n’était pas non plus comme si je pouvais simplement demander conseil à Dieu Tout-Puissant. Il avait une politique ferme de non-ingérence.

Quatrième méthode : Détruire le souverain

Cela ferait d’Ende mon ennemi. Je n’étais pas très enthousiaste à ce sujet. De plus, j’avais le sentiment que le Souverain lui-même ne sortirait pas sans se battre. Je ne voulais pas qu’il se réveille et que les choses s’empirent.

Méthode 5 : Réparer la frontière du monde

Je n’avais aucune idée de comment faire.

Chaque option que j’avais n’était pas concluante. De manière réaliste, la première méthode serait la meilleure pour obtenir des progrès tangibles. La deuxième méthode serait mon choix par défaut si je rencontrais un autre Dominant, mais même dans ce cas…

« Oh, c’est vrai. J’ai eu des nouvelles de Yulong. Un nouvel empereur céleste est en marche. »

« Quoi, encore ? »

Combien de dirigeants autoproclamés un pays peut-il avoir ? Depuis que l’ancien était mort, un nouvel empereur céleste avait surgi dans chaque grande ville. Ils avaient transformé les restes brisés du pays en une collection de villes-États concurrentes.

« Eh bien, ce type est apparemment assez sérieux. Il a mené une guerre contre tous les autres dirigeants autoproclamés et les a massacrés. Il a été assez brutal dans ses moyens jusqu’à présent. »

« Comment cela ? »

« Il est impitoyable. Corruption, assassinat, il a même fait sauter une des maisons de ses concurrents. Mais la plus grande menace ? Son bataillon d’acier. »

« Bataillon d’acier ? »

Je fronçais les sourcils en entendant les mots de Relisha. J’avais quelques soupçons.

« Comme son nom l’indique, c’est une armée de soldats d’acier qui opèrent de façon autonome. Nous pensons actuellement qu’ils doivent être basés sur le Frame Gear, ou sur une forme de plagiat. »

« Je le savais… »

J’avais pensé que les pièces volées de Frame Gear entreraient en jeu à un moment donné. Mais ils avaient réussi plus tôt que prévu. Ils devaient avoir bénéficié d’un soutien technologique ou financier sérieux.

Et cela signifiait probablement, bien que ce n’était alors qu’une supposition… Gordien, l’Ordre Dorée, avait volé nos pièces, créé les Soldats d’acier en faisant de la rétro-ingénierie de la technologie, et l’avait apportée au nouvel empereur céleste autoproclamé de Yulong. Après tout, l’Ordre Dorée comptait des membres allant des marchands aux universitaires, ils avaient probablement de nombreux contacts.

Il était même possible que ce nouvel empereur soit aussi membre de l’organisation. Je ne pensais pas vraiment que c’était un membre de la famille de l’empereur précédent.

« Dites-m’en plus ? En quoi ressemble-t-il à un Frame Gear ? »

« Oui. Il y a effectivement une ressemblance. Regardez ici, un des membres de notre guilde en a fait un croquis. Tenez, celui-là. »

Relisha m’avait passé un bout de papier provenant de l’énorme pile de son bureau.

« Mm, je vois… Il y a définitivement une ressemblance. »

L’image représentait un géant de métal avec de longs bras et des jambes courtes, il était assez court, mais compensait avec sa largeur. Il avait également un cou court et semblait généralement quelque peu malformé. Mais il avait certainement l’air durable et stable. Hm… c’est donc l’un de ses soldats d’acier…

Ça ressemble vraiment à un Frame Gear… Mais je ne sais pas comment il se comportera au combat.

« Et combien y a-t-il de soldats? »

« Il n’y a pas de chiffre exact, mais notre rapport de guilde indique qu’il en existe une centaine. Il a utilisé ces machines pour attaquer les autres villes indépendantes, et a réussi en un rien de temps. »

C’était logique, un soldat normal ne pouvait pas se mesurer à une infanterie mécanisée. S’il y en avait qu’un faible nombre, ils auraient pu riposter, mais pas contre une centaine.

« Alors, que pensez-vous que ce nouvel empereur céleste a l’intention de faire ? »

« Probablement d’unifier la nation entière sous sa bannière. Il pourrait probablement le faire avec l’aide de ces machines. »

Le Bataillon d’acier était vraiment formidable. Unifier Yulong était probablement quelque chose qu’il pouvait faire avec leur pouvoir, Relisha avait raison.

Que dois-je faire ? La technologie avait été définitivement volée à Brunhild. Je n’aimais pas le fait qu’elle soit utilisée pour la guerre. Mais en même temps, je ne pouvais pas faire irruption… Je me sentais un peu mitigé…

Mais si Gordien était derrière tout ça, je ne pouvais pas laisser tomber. Ils pourraient avoir des intentions malveillantes. Je suppose que je pourrais trouver une excuse commode afin d’interférer.

« Très bien… Ils ont volé notre Frame Gear, alors volons l’un des leurs. Que pensez-vous de cela ? »

« Hm ? »

Relisha leva un sourcil en signe de surprise.

◇ ◇ ◇

« … Et c’est pourquoi je vais voler un de leur soldat d’acier ! »

« Ohoho... Superbe. J’aime cette idée, Touya. Tu vas me laisser faire une analyse approfondie quand tu l’auras, non ? »

Le docteur Babylone me fit un sourire menaçant pendant qu’elle parlait. Elle se demandait probablement ce qu’ils avaient fait à sa technologie.

Les trois princesses Yumina, Lu et Hilde me regardaient avec de grands yeux. Sakura était techniquement une princesse, mais elle avait été élevée et avait vécu comme une simple noble. Elze, Sue et Leen semblaient également très enthousiastes à l’idée. Linze, Yae et Sakura semblaient un peu perplexes.

« Un leader mondial parlant de quelque chose d’aussi déshonorant que le vol ? Que prévois-tu au juste ? »

« N’appelle pas ça du vol ! Appelle ça, euh… “Emprunt éternel non autorisé”. »

« C’est la même chose ! »

Hilde fronça les sourcils. Elle était du genre honnête, c’était donc logique.

« C’est bon, je vais cacher mon identité. Regarde ! »

« Vas-tu vraiment encore porter ça ? »

Yae soupira un peu en reconnaissant le masque d’oni en argent. Il semblerait que, pour une raison quelconque, il avait une connotation un peu négative pour elle. Mais j’avais adoré, cela m’avait permis de cacher ma véritable identité et aussi d’aller jusqu’au bout !

« Alors si tu veux voler ces machines… Vas-tu y aller seul ? »

« Non, je pensais prendre Tsubaki et Kohaku. Je ne veux pas d’un groupe trop important, cela augmentera les chances de se faire prendre. »

« Je veux y aller aussi. Je ne peux pas, Touya ? »

« Tu ne peux pas. »

« Hmph. Tyran… »

J’avais rapidement rejeté la demande de Sue. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit en danger avec moi, mais il y avait toujours la possibilité que les choses tournent mal.

Je n’en avais pas parlé à Kousaka non plus. Il aurait absolument apposé son veto à l’idée.

« Mais pourquoi fais-tu cela ? N’est-ce pas bien de les laisser tranquilles ? »

« Je ne sais pas s’ils utiliseront leurs soldats mécanisés contre d’autres nations par la suite. Felsen, Hannock, Xenoahs, Roadmare… Je veux connaître le potentiel de l’ennemi, juste au cas où. »

« Alors pourquoi dois-tu y aller et le faire, Touya ? »

« C’est ma position personnelle, ce n’est pas une position nationale. Je ne peux pas laisser quelqu’un faire cela en mon nom ou en celui de Brunhild. »

J’avais donné des réponses vagues à Elze et Linze, mais en vérité, je voulais trouver le vrai cerveau et les éliminer pour de bon.

Il y avait juste une chose qui m’inquiétait.

Le roi de Felsen avait parlé des ambitions de l’ancien Ordre Dorée.

« Ces gens tentent de faire revivre des techniques anciennes et de les utiliser, à l’abri des regards. C’est le but de Gordien, l’Ordre Dorée. »

Je m’étais demandé si leurs objectifs étaient toujours les mêmes. Si cet Ordre néo-gordien essayait de faire revivre le même genre de magie interdite.

J’avais le pressentiment que l’aide à l’actuel candidat au trône de Yulong faisait partie de leurs ambitions. Mais je ne pouvais pas en être sûr. C’était juste une intuition.

Mais mon intuition a tendance à être juste… Est-ce un effet de ma divinité, peut-être ? Eh… Je suppose que c’est bien… Ce n’est pas comme si c’était un problème.

L’utilisation de techniques aussi anciennes et taboues demandait beaucoup de puissance. Ils ne seraient pas facilement capables de faire une telle chose. La possibilité que cela soit dangereux ou destructeur était extrêmement élevée, ils pouvaient donc probablement provoquer un incident majeur en invoquant quelque chose d’aussi ancien.

Si c’était le cas, il fallait que je les détruise avant que cela n’arrive à ce point. Mais il me fallait acquérir des preuves solides de leurs activités avant de pouvoir m’engager.

J’avais le sentiment que j’allais faire une folle promenade.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire