Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 10 – Chapitre 1 – Partie 4

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Le royaume démoniaque de Xenoahs

Partie 4

« Les mots seuls ne suffiront jamais. Merci beaucoup d’avoir sauvé ma fille. »

« Ne vous inquiétez pas. J’ai juste fait ce que je pensais être juste. »

La mère de Sakura, Fiana, n’arrêtait pas de baisser la tête vers moi.

Elle semblait être dans un sale état, alors je lui avais jeté [Récupération] et [Rafraîchissement], ce qui l’avait fit paraître beaucoup mieux.

Je pensais cependant que voir sa fille avait probablement fait plus pour elle que mes sorts ne le pourraient jamais.

« Vous avez aussi sauvé ma fille. Au nom de toute notre famille, je vous remercie. »

La personne qui avait ensuite pris la parole était une elfe noire assise sur une chaise. C’était la mère de Spica, Swellra. Elle avait la peau marron foncé, de longs cheveux argentés et des oreilles pointues. Elle avait aussi l’air incroyablement jeune, presque l’âge de Spica. Au premier coup d’œil, les deux auraient pu être prises pour des sœurs.

Les elfes et les elfes noirs avaient apparemment une espérance de vie exceptionnellement longue. Mais contrairement à Leen et aux fées, ils continuaient à vieillir. Juste plus lentement. J’étais curieux de savoir quel âge elle avait réellement, mais je savais qu’il valait mieux ne pas demander.

Son mari semblait être absent pour le moment, alors il n’y avait que moi, Kohaku, Sakura, Fiana, Spica et Swellra assis avec du thé.

« Je n’aurais jamais pensé qu’il y aurait quelqu’un qui pourrait guérir cette maladie… »

« Nous faisons actuellement des recherches à Brunhild. Si nous parvenons à fabriquer un médicament, nous le transmettrons à Xenoahs. »

« Merci », dit Swellra tout en inclinant la tête.

Flora avait récolté une partie des flocons de peau qui étaient tombés de Spica afin de travailler sur un remède. Après tout, il y avait des démons dans notre pays. Même s’ils n’étaient pas si nombreux, je ne voulais pas courir de risque.

Finalement, j’avais décidé d’aller droit au but.

« Alors, alors… Sakura… ou, euh, Farne… voudrait que vous veniez vivre à Brunhild avec elle, Mme Fiana. »

« Moi ? À Brunhild ? »

Fiana avait levé un sourcil en signe de surprise.

« J’ai fait une petite enquête sur ce qui s’est passé. Je ne veux pas être impoli, mais Sakura ne serait pas la seule en danger si elle restait ici. En tant que mère, il est certainement possible que vous soyez vous aussi attaquée. Pour l’instant, les choses sont sûres, car tout le monde pense qu’elle est morte, mais nous ne pouvons pas garantir cette sécurité pour toujours. »

Je faisais confiance aux gens du foyer Frennel, mais l’information avait tendance à se répandre. Même si la nouvelle se répandait, ils seraient bien protégés s’ils vivaient à Brunhild. Notre pays était bien connu pour avoir massacré des dragons et anéanti la Phase, entre autres choses.

Fiana se tourna vers sa fille avec une expression de malaise sur le visage.

« C’est ce que tu veux ? »

« Effectivement. Brunhild est une belle nation. Tout le monde vit ensemble en harmonie, sans distinction de race ou de croyance. Je suis sûre que tu t’y plairas aussi, mère. Plutôt certaine, en fait. »

« Je vois. » Fiana fit un doux sourire à sa fille. Elle se retourna ensuite vers moi.

« Y a-t-il quelque chose que je puisse faire à Brunhild ? »

« Avez-vous des talents particuliers ? »

« Euh, et bien… Je suis une bonne couturière. J’ai aussi enseigné aux enfants quand je vivais à Felsen… »

Vous venez de Felsen ? Le fait qu’elle soit enseignante avait vraiment retenu mon attention.

« Il se trouve que je pensais ouvrir une école pour que les enfants de mon pays puissent en bénéficier. Ce serait bien si un professionnel comme vous y travaillait… Est-ce que ça vous va ? »

« À moins que ce ne soit un domaine particulier, je devrais pouvoir donner un enseignement général… »

« Eh bien, je pensais à des choses comme l’éthique, la lecture, l’écriture, les mathématiques et l’histoire. Quelque chose comme ça. Vous ne serez pas la seule à enseigner. »

« Dans ce cas, je serais heureuse de le faire. »

J’avais l’intention de construire une école depuis un moment, Fiana était donc une aubaine pour l’avenir de Brunhild.

« Il y a une chose, Votre Altesse… Ma fille et moi avons compté sur les bienfaits du seigneur pour continuer à vivre ici… Si nous prévoyons de quitter sa charge, alors je crois que nous devrions l’en informer. »

« Ah, je suis inquiet à ce sujet… »

« Il sera heureux de savoir que Farne est aussi vivante. On a dû faire beaucoup d’effort pour le retenir quand il a appris sa mort… Il était sur le point de se lancer dans un saccage. »

Huh… Il se souciait donc vraiment d’elle ? Si ma fille avait été tuée par Yulong, je leur aurais certainement fait la guerre.

« Comment pourrais-je rencontrer le chef suprême ? »

Je m’étais tourné vers Swellra et lui avais posé la question.

« Je demanderai à mon mari quand il reviendra. Ça ne devrait pas être un gros problème. »

Le mari de Swellra était le garde personnel du seigneur suprême. Ils étaient apparemment amis d’enfances, ils avaient donc une relation très proche.

Même si Brunhild est un petit pays, je suis toujours un membre de la royauté. Je doute qu’on me rejette.

« Très bien, c’est réglé. Pour l’instant, alors, je… »

Mes paroles avaient été coupées par un grondement soudain, et le sol lui-même trembla. Les tasses et les assiettes de la pièce avaient claqué et étaient tombées par terre, comme si elles avaient été touchées par une onde de choc invisible.

« Qu’est-ce que… Un tremblement de terre ?! »

J’avais regardé autour de moi, essayant de déterminer ce qui se passait, quand une femme de ménage fit soudainement irruption dans la pièce.

« M-Milady ! Le château ! P-Pandémonium est… ! »

Je m’étais précipité dans la cour, j’avais invoqué [Vol] rapidement. Puis, j’avais regardé le ciel nuageux et je vis Pandémonium, la forteresse du seigneur, qui dominait la ville. Cependant, quelque chose n’allait pas. Elle était en flammes.

Pourquoi diable la tour droite s’effondre-t-elle ? Que s’est-il passé ici ?

« Kohaku, assure la sécurité de tout le monde. Je vais voir ce qui se passe au château. »

J’avais envoyé un message télépathique à Kohaku en m’envolant.

{Comme vous le souhaitez. Soyez prudent.}

En regardant en bas avec ma vue à vol d’oiseau, j’avais remarqué qu’il y avait de la fumée à perte de vue. Il y avait aussi des cadavres éparpillés un peu partout. On aurait dit des gardes de Xenoahs.

J’avais atterri sur le sol et j’avais essayé de chercher des survivants, mais je n’en avais pas trouvé un seul. Les cadavres continuaient de s’empiler, et leurs corps sans vie gisaient autour de moi.

J’étais entré dans Pandemonium et j’avais suivi la piste des morts. C’était un massacre absolument unilatéral. Chacun des morts avait été transpercé au cœur.

« Gyauuugh ! »

J’avais entendu un cri terrifié, j’avais donc couru vers la source sans réfléchir.

J’étais sorti dans la cour, j’avais trouvé quelqu’un entouré de dizaines de chevaliers démoniaques.

Il avait une forme humanoïde. Principalement recouvert de matériaux cristallins. Des épines acérées de phrasium vitreux faisaient saillie de sa forme.

Il avait des yeux rouges perçants et des « cheveux » en cristal hérissés, pour ainsi dire.

« Une construction dominante… ! »

Mais qu’est-ce que… Pourquoi maintenant, pourquoi ici ?!

Contrairement au Dominant que j’avais déjà vu, celui-ci n’avait pas beaucoup de poitrine. Elle semblait plus tonique et musclée. En bref, c’était une forme masculine.

Comment a-t-il échappé à nos capteurs… ? Attendez… Merde, il n’y a pas de branche de la guilde à Xenoahs !

J’avais regardé et je l’avais vu rire. Il avait continué à se moquer en tendant le bras. Celui-ci prenait la forme d’une lance aiguisée et s’étendait pour tuer les gardes. Oh non !

« [Bouclier] ! »

Un bruit de claquement retentit alors que la lance rebondissait sur mon champ de force invisible. La phrase rieuse se tourna vers moi, son expression s’aiguisant.

{#im@n+oh@om @ek@?}

« … je ne vous comprends pas. Utilisez la langue de ce monde. »

Il avait décollé du sol et s’était dirigé vers moi instantanément. Il est rapide, mais…

« [Téléportation]. »

Je m’étais téléporté juste derrière la Construction Dominante.

« Et puis… [Augmentation de puissance] ! »

J’avais augmenté ma puissance naturelle et lui avais donné un coup de pied en réponse. Il s’était envolé comme une boule de flipper et s’était écrasé contre un mur voisin, qui s’était effondré à l’impact.

La Phase s’était relevée, indemne, alors que les débris s’éparpillaient autour de lui. Il était seulement un peu sale, mais sinon il n’avait pas une seule égratignure. Ouaip. J’ai essayé.

{y@r € un#@o×m=@e}

« J’ai déjà dit que je ne vous comprenais pas. »

La Phase me regarda, clairement ennuyée. Puis, elle poignarda son bras droit dans la tête d’un cadavre voisin, ramena immédiatement son bras en arrière et fixa le corps. Après cela, une belle fleur de cristal commença à fleurir sur le sol, à partir du tas d’os et de cervelle mutilé. La fleur avait germé rapidement, et elle fana presque, mais juste avant de s’effriter, elle portait un objet en forme d’amande. Est-ce une graine, ou un fruit… ? Quoi ?

La Construction Dominante arracha l’objet du sol et le jeta dans sa bouche, en émettant de forts craquements pendant qu’il croquait.

{+no#domo÷t uku=rik%@ene△eto € i ke neek@}

Il avait ensuite porté sa main gauche à sa propre gorge, et avait écrasé une petite zone. C’est quoi ce bordel ?

{# t€ o@@....... Ah… Comment est-ce ? »

« Je vous comprends maintenant… »

« Oh. Comme c’est fortuit. La connexion a été faite, hm ? Il semble que même un être tel que toi puisse se prélasser maintenant dans ma pleine grâce. »

Il parlait sur un ton masculin, souriant comme un fou alors que ses yeux rouges se fixaient sur moi.

« Tu n’es pas mauvais… Non, tu n’es pas mal du tout. Je dois dire que tu es un adversaire digne. Tu es très intéressant, petit homme. »

« Vous êtes… une Construction Dominante, n’est-ce pas ? Comment êtes-vous arrivé ici ? Que faites-vous ici ? »

« Oh, ça ? Ce n’est pas grand-chose, je te l’assure. J’ai simplement arraché les coutures de la frontière. J’avais prévu d’en tuer le plus possible avant que le recul ne me frappe, mais ce retard n’est pas trop grave… Tu es après tout très intéressant. »

Recul ? Qu’est-ce qu’il veut dire par là ? La Phase avait nonchalamment transformé son bras en forme de lance en une fine lame. J’avais suivi ses mouvements et j’avais arraché Brunhild de ma taille, en activant le mode lame dans le processus.

« Êtes-vous ici pour chercher le Noyau Souverain ? »

« Ohoho. Tu es au courant ? En effet, c’est bien le cas. Moi, la magnifique Gila, je vais frapper tous les misérables qui se trouvent sur mon chemin. Et je ne laisserai personne se mettre en travers de mon chemin ! Alors, tu as compris ? Meurs, ordure. »

Gila vint vers moi rapidement, me lançant son attaque. Mais Moroha était plus rapide, ce qui m’avait permis de m’en sortir. J’avais à peine réussi à l’esquiver grâce à son entraînement. Puis, je m’étais retrouvé dans l’air pour lui faire une entaille, mais il avait attrapé mon arme avec sa main gauche. Même si Brunhild pouvait facilement taillader des dragons, ce n’était rien comparé à la peau de phrasium.

« Mode fusil ! »

J’avais rapidement transformé l’arme, lui permettant de s’échapper de sa prise, puis j’avais tiré les six balles de phrasium à bout portant dans la poitrine de Gila. Après cela, j’avais rechargé en moins d’une seconde et j’avais tiré une nouvelle salve sur son visage.

Gila avait été repoussée. Elle fit alors un saut périlleux en plein vol. En atterrissant, elle fit un large sourire.

« Wahaha ! Incroyable, incroyable ! Cela fait longtemps que quelqu’un n’a pas représenté une menace ! Je dois te remercier pour ce cadeau, mais tiens, reprends-les ! »

Gila pointa les doigts de sa main gauche vers moi. Cinq petites balles avaient été tirées. J’avais à peine réussi à en esquiver quatre, mais la cinquième m’avait touché l’épaule et s’était enfoncée profondément.

Merde ! J’aurais dû utiliser [Téléportation] à ce moment !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.
    Ho incroyable Touya est blessé!

Laisser un commentaire