Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 10 – Chapitre 1 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Le royaume démoniaque de Xenoahs

Partie 2

« Tu dis donc que Sakura et Farnese Forneus sont une seule et même personne ? »

« Effectivement. Cette fille est Lady Farne. J’ai veillé sur elle depuis qu’elle est jeune, il n’y a donc aucune erreur. »

Je m’étais assis avec Spica dans le couloir du château. Elle semblait assez convaincue. Même si elle n’en avait aucune idée jusqu’à présent, elle était absolument certaine que Sakura était Farnèse.

« C’est le résultat de ce médaillon, l’Oeil Proteen. Son pouvoir peut déformer la perception de certains objets, en fonction des espèces spécifiques. D’après l’aspect des choses, il a été fait pour que les démons ne sachent pas qui elle est. Il est probable que n’importe quel autre démon comme moi verrait ses cheveux comme étant noirs. »

Elle avait regardé le médaillon que Sakura portait.

Ça m’avait paru assez logique. C’était à cause du médaillon qu’elle portait. C’était en fait un ancien artefact… Pour les humains, elle avait l’air normal, mais pour les démons, son apparence était altérée.

« Sakura… Est-ce que ce nom te dit quelque chose ? Farnese ? »

Sakura, qui était assise à côté de moi, secoua la tête fermement.

« Pas du tout. Je ne me souviens de rien de mon ancienne vie, même pas de Spica. Mes excuses. »

« Ce n’est pas possible… Gah, c’est gênant… Bien que je suppose que je devrais m’estimer heureuse. Après tout, tu es en vie. »

Spica avait l’air triste. C’était naturel, n’est-ce pas ?

Ça m’avait cependant rappelé quelque chose… Spica a dit qu’elle protégeait Farnese, n’est-ce pas ? Donc ça doit vouloir dire…

« Attends une seconde. Spica, la famille Frennel agit en tant que gardiens pour le seigneur de Xenoahs et sa famille, non ? Cela ne ferait-il pas de Sakura une princesse ? »

Spica détourna le regard, mais elle avait l’air frustrée. Je m’étais demandé si le fait de le lui demander était une erreur. Quelque chose comme ça devait être un secret.

Au bout d’un moment, elle poussa un profond soupir et s’était mise à parler.

« … C’est exact. Malheureusement, je ne suis plus une citoyenne de Xenoahs, donc je suppose que je peux en parler… Surtout vu la situation. Lady Farne est en effet l’enfant illégitime du Seigneur Suprême Zelgadi von Xenoahs. »

Sakura m’avait simplement regardé et avait incliné la tête dans une confusion silencieuse. Je m’étais demandé si elle ne pouvait pas comprendre sa situation actuelle.

« Illégitime ? Veux-tu dire qu’elle est née hors mariage ? Est-elle censée être un secret ? »

Je n’avais aucune idée des ramifications sociales. Est-ce qu’une personne pourrait même cacher à sa famille un enfant qu’elle a eu ? Je m’étais dit que la femme du seigneur Zelgadi était probablement terrifiante.

« Seules quelques personnes connaissent Lady Farne. Elle ne possédait pas les dents du maître suprême, preuve qu’elle était son enfant. C’est pourquoi elle était… On s’est occupé d’elle. »

« Les dents du seigneur ? »

« Ceux qui sont nés de la lignée du seigneur ont des cornes qui poussent sur leur front. Le sexe n’a pas d’importance. Mais Lady Farne en manque. Son pouvoir magique était plus que suffisant pour prouver sa légitimité en tant qu’enfant, mais elle était toujours rejetée. L’existence officielle de Lady Farne a été effacée des archives. En ce qui concerne Xenoahs, elle n’a jamais vraiment existé. »

Attends, quoi ?! Pourquoi les cornes sont-elles si importantes ? C’est ton enfant, mec ! Tu ne peux pas faire ça à ton propre enfant ! Je fronçais les sourcils alors que Spica continuait. Elle savait probablement exactement ce que je pensais.

« Le maître suprême a fait ça par pitié. Il pensait que Lady Farne et sa mère, Lady Fiana, seraient plus en sécurité. Nombreux sont ceux qui, à la cour du maître suprême, considèrent l’absence de cornes comme un affront à notre nation. Le maître suprême pensait probablement que Lady Farne serait plus heureuse en menant une vie humaine normale, au lieu d’être une monnaie d’échange politique. »

« Humaine ? Alors… est-ce que cela fait de la mère de Sak-Farnese une humaine ? »

« Oui. En général, un enfant né de la lignée du seigneur et de toute autre espèce sera toujours un démon. Cependant, il semblerait que Lady Farne ressemble davantage à sa mère, ce qui la rend à peu près entièrement humaine. Il est probable que le sang de sa mère a gagné à cause d’un incident bizarre, mais quand même… »

Spica ouvrit la bouche pour continuer avant de jeter un coup d’œil sur Sakura et de la refermer. Elle semblait avoir quelque chose en tête.

Selon Spica, la mère de Sakura ne voulait pas devenir une concubine. Apparemment, si elle en était devenue une, elle aurait été séparée de sa fille. Il semblerait que les femmes que le maître suprême avait prises pour lui voyaient leur dossier effacé.

Après cela, Spica était allée vivre avec Sakura et sa mère. Apparemment, elle était l’invitée de la famille Frennel, qu’elle accompagnait. Apparemment, elles vivaient ensemble une vie tranquille et paisible.

Mais les choses avaient changé lorsque Sakura avait eu dix ans. Les cornes du seigneur étaient apparemment en sommeil en elle, et elles avaient soudainement jailli de sa tête. Cela causa beaucoup d’ennuis et de surprises, tant pour le seigneur que pour la famille Frennel. Au fur et à mesure que les cornes de Sakura s’allongeaient, son pouvoir magique s’intensifiait également.

Quel que soit son sexe ou son âge, le successeur du titre de seigneur dans Xenoahs était déterminé par son pouvoir et son potentiel magiques. Et finalement, la magie de Sakura s’était développée au point d’être plus puissante que celle du prince héritier.

La mère de Sakura ne voulait pas qu’elle devienne le nouveau seigneur suprême, mais les maisons nobles complotaient déjà. Tout le monde les regardait d’un œil suspicieux, certain qu’ils allaient usurper le trône.

Tous croyaient fermement que Sakura allait succéder au titre de seigneur.

Les premier et deuxième princes ayant perdu leur mère dans la maladie, leurs familles élargies avaient lancé une campagne de soutien très publique. Après tout, Sakura était considérée comme un parasite pour eux.

Le seigneur donna à Sakura le « l’Oeil Proteen », afin qu’elle puisse se protéger. L’artefact absorbait la magie de son détenteur afin de projeter une apparence illusoire autour d’eux. C’était une mesure temporaire, jusqu’à ce que Sakura puisse devenir assez puissante pour réduire les cornes par son propre pouvoir.

Mais un jour, alors qu’elles faisaient du shopping, Sakura et Spica avaient été attaquées par un groupe d’hommes masqués.

Les hommes étaient des combattants habiles et, bien que Spica possédait une lame, elle n’avait pas son bouclier à portée de main. D’après ce que j’avais compris, elle avait réussi à acquérir un bouclier de fortune et à gagner du temps. Sakura s’était échappée dans la confusion, mais les hommes avaient lancé une attaque suicide. Spica tomba alors inconsciente.

« Attends, ces attaquants masqués… »

« En effet, j’ai découvert plus tard qu’il s’agissait d’assassins de Yulong. Je ne sais pas s’ils avaient agi selon leur propre volonté, ou si c’était un ordre du gouvernement. »

Je le savais… Je me rappelle maintenant que Sakura m’a aidé une fois… Peut-être que ça veut dire qu’elle a eu une petite résurgence de souvenirs. Ça veut dire que ses souvenirs pourraient revenir un jour… Oui, ça me plairait.

« Je me suis réveillée dans la maison de mon enfance, et mon père m’a informée que Lady Farne était morte. Il y avait des morceaux de son corps éparpillés dans la cour. L’horreur que j’ai ressentie lorsque j’ai tenu son bras et sa jambe coupés ? Honnêtement, je ne l’oublierai jamais. »

Après cela, Spica quitta Xenoahs. Il semblerait qu’elle était accablée par la culpabilité de son échec. La famille Frennel n’avait pas été formellement déshonorée pour l’incident. Après tout, Sakura n’était pas officiellement reconnue par l’État, donc ne pas protéger quelqu’un qui n’existait pas n’était pas un véritable échec.

Mais Spica avait refusé de suivre cette logique. Elle était totalement incapable de se pardonner. C’est pourquoi elle avait abandonné sa maison.

Spica suivit la piste de ceux qui avaient assassiné sa protégée. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour identifier les hommes masqués comme étant des hommes de Yulong. Elle était donc en train de traverser cette nation. Mais alors qu’elle se dirigeait vers la capitale, l’invasion de Phase commença.

Yulong fut anéanti, et ceux qui étaient derrière l’attaque moururent probablement sans jamais avoir été confrontés à une véritable justice. Elle erra ensuite, sans maître ni but, jusqu’à ce qu’elle soit finalement frappée par la maladie qui l’amena à Brunhild. Elle s’était apparemment rendue à Brunhild afin de trouver un endroit où mourir.

« Euh, laisse-moi écourter ton histoire une seconde. J’ai quelques problèmes avec ça. »

« Comme quoi ? »

« Eh bien, tout d’abord… J’ai trouvé Sakura avec des membres manquants, en train de mourir. C’est vrai, mais… ce n’était pas dans Xenoahs. C’était dans les montagnes d’Eashen. Si les assassins étaient de Yulong, quelle raison auraient-ils de la tuer ? Et en plus… Sakura n’avait pas de cornes ou autre chose quand je l’ai trouvée. »

« Ah, uhm… Grand Duc ? Je, eh bien… Je peux les faire sortir », dit Sakura en s’agitant tout en parlant doucement.

« Hein ? »

Elle ferma les yeux. Peu à peu, des cornes argentées commencèrent à jaillir de sa tête. Cela devait être les dents du seigneur.

« C’est bien ce que je pensais. Tu as réussi à les cacher ? »

Spica semblait être consciente du phénomène.

« Pourquoi n’en as-tu pas parlé plus tôt, Sakura ? »

« Je… Eh bien… J’avais peur… d’être différente… J’ai appris plus tard qu’il n’y avait pas de discrimination ici, mais… ce n’était jamais le bon moment pour en parler… »

« Avez-vous aidé à guérir Spica parce qu’elle était de la race démoniaque ? »

Sakura avait légèrement hoché la tête.

Ouah… Risquait-elle elle-même d’attraper la maladie ? Ah, attends… Sakura ne l’a pas vraiment touchée ? C’est une employée de la Lune d’Argent qui l’a amenée dans sa chambre.

De toute façon, les preuves étaient assez accablantes. Spica avait raison. Sakura était Farnese Forneus, la princesse de Xenoahs.

« Eh bien, maintenant que nous le savons, Sakura… Ou euh, Farne. Que devrions-nous faire ? »

« Appelez-moi Sakura, s’il vous plaît. C’est le nom que vous m’avez donné, Grand-Duc. Je l’aime beaucoup… »

Eh bien, si tu le dis. Si Sakura te convient, ça me convient aussi. Il est certainement préférable de continuer à utiliser ce nom, au cas où.

« Je n’ai toujours pas mes souvenirs, donc mon autre nom ne signifie pas grand-chose pour moi. Je ne veux pas retourner à Xenoahs, je ne veux pas me venger de ceux qui m’ont attaquée… Cependant… »

« Hm ? »

« Je souhaite voir ma mère. », murmura Sakura en me fixant du regard.

« Et le maître suprême ? »

« Je ne ressens aucun lien avec lui, donc ça n’a pas d’importance. »

Et bien… D’accord. Sa réaction m’avait paru un peu logique. On dirait qu’ils n’étaient pas très proches. Sakura ne ressentait tout simplement pas le besoin de lui parler. Il ne me semblait pas qu’il avait vraiment l’air d’être une mauvaise personne, mais…

« Où est la mère de Sakura en ce moment ? »

« Probablement encore dans notre maison familiale. Après la mort de Lady Farne, elle s’est effondrée à cause de la tension, et elle est alitée depuis. »

C’était tout à fait compréhensible. Nous devions absolument lui montrer que Sakura allait bien. Cependant, ses souvenirs étaient perdus, ce qui posait problème.

« Si seulement nous avions quelque chose qui puisse restaurer les souvenirs… Même [Récupération] n’a pas porté ses fruits. Mais peut-être que si nous t’emmenons à Xenoahs, nous pourrions remuer un peu tes souvenirs. »

Si elle se promenait à l’endroit où elle avait grandi, alors ça pourrait l’aider. Au moins, voir sa mère remuerait probablement quelque chose.

Très bien, je vais utiliser le [Rappel] pour voir dans l’esprit de Spica, et ensuite j’utiliserai une [Porte] pour aller à la maison Frennel de… Oh. Ohhh.

« SUIS-JE UN IDIOT ?! »

« G-Grand Duc ?! »

« Qu-Qu’est-ce qui s’est passé ? »

À cause de mon débordement subit, les deux femmes m’avaient regardé avec surprise. Leurs regards étaient anxieux. Je m’étais senti comme un idiot.

« Mais qu’est-ce qui se passe ? ! Je suis un crétin complet ! Il y a certainement un sort qui peut faire ressurgir des souvenirs ! Je l’ai utilisé pendant tout ce temps ! Je suis vraiment un idiot ! »

Je m’étais cogné la tête contre la table.

Tuez-moi maintenant. Tuez-moi, c’est tout. Je suis vraiment un idiot. À quoi je pensais pendant tout ce temps ?

J’avais [Rappel], qui était un sort conçu pour fouiller dans les souvenirs. Le sort ouvrait les souvenirs d’une autre personne et me permettait de les lire librement. Les souvenirs que j’avais obtenus en l’utilisant m’avaient également permis d’ouvrir des portails vers des lieux du passé de l’autre personne.

Mais ce dont je ne me souvenais pas, c’était que le sort pouvait aussi faire remonter les souvenirs à la surface. J’avais été idiot de l’oublier.

Pensez-y de cette façon, une personne moyenne ne se souviendrait pas des plats qu’elle avait vus sur un menu de déjeuner il y a une semaine. Pourtant, si j’utilisais [Rappel] pour jeter un coup d’œil dans les souvenirs de cette personne et voir le menu, elle aurait aussi cette vision.

Le mot [Rappel] signifie récupérer quelque chose et le ramener. Je ne pouvais pas croire que j’avais été si ignorant. Je méritais d’être frappé au visage. Assez fort pour que je perde même quelques dents.

« … je suis désolé. Je suis vraiment désolé, Sakura ! »

« C’est… bon. Vraiment, ça ne me dérange pas. »

Même si elle s’en fichait, je me sentais toujours comme un idiot.

Pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ? ! Gaaah… J’aimerais pouvoir disparaître maintenant…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

Laisser un commentaire