Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 1 – Interlude 2 – Partie 2

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 2 : Une journée dans la capitale

Partie 2

« Atchoum ! »

« As-tu pris froid ? »

Je ne pense pas... J’ai juste ressenti un frisson dans mon dos. Est-ce que quelqu’un parle de moi quelque part... ? J’avais répondu à Dolan, le propriétaire de la Lune d’Argent, en lui disant que j’allais bien.

J’étais dans la capitale pour la journée.

J’avais été spécifiquement nommé pour une quête de guilde spéciale en aidant les commerçants locaux à faire le plein de marchandises dans la capitale. Dolan et Barral étaient naturellement présents, mais beaucoup d’autres commerçants étaient également venus. La raison pour laquelle ils m’avaient spécifiquement demandé était à cause de ma capacité à utiliser le sort [Porte].

« Tu sais, tu ne dois pas avoir vraiment l’occasion d’aller à la capitale aussi souvent ? »

« Aller et revenir en un seul jour est comme un rêve devenu réalité. » Barral, du magasin des Huit Ours et Simon, le propriétaire du magasin d’objets, bavardaient joyeusement sur les sièges avant.

Nous roulions dans un assez grand chariot, soi-disant le plus grand de tout Reflet. C’était logique quand vous pensiez que nous étions en route pour ramasser un tas d’armes et de vivres.

J’avais regardé autour de moi et j’avais remarqué que tout le monde agissait comme une bande de jeunes impatients. Qu’est ce qu’il y avait de si excitant ? Ce n’était pas comme si c’était leur première visite dans la capitale ou quoi que ce soit du genre.

Le chariot s’arrêta devant une grande auberge à quelques pas de la route principale. Apparemment, ils s’occuperaient de votre chariot pendant un petit moment si vous payiez pour cela.

Huh? N’allons-nous pas juste stopper le chariot devant toutes les boutiques ? Tous les commerçants étaient brillants d’excitation lorsqu’ils sortaient du chariot.

« Très bien, alors, retrouvons-nous ici dans environ, oh, environ cinq heures. Cela vous convient ? »

« Hein ? Nous ne faisons pas le tour des magasins en groupe ? Je veux dire, avec tous les bagages que nous aurons à transporter, ne serait-il pas plus efficace de se déplacer en tant qu’unité... ? » Simon, le propriétaire du magasin d’objets, avait vu ma réaction surprise et m’avait parlé à voix basse.

« Je ne te comprends pas, Touya ? Nous ne sommes pas allés à la capitale depuis longtemps. On veut jouer un peu, tu vois ce que je veux dire ? Dolan est un veuf et tout. Tu comprends ce que cela veut dire, non ? Ah, et garde cela secret vis-à-vis de Micah, d’accord ? »

Pour jouer ? Veuf... ? Attends, ceci ne peut pas vouloir dire... ?!

« Tu as envie d’en visiter une aussi, Touya ? Si tu veux, je peux t’emmener à cet endroit génial que je connais. Ils sont même ouverts pendant la journée. » Je m’étais surpris à avaler inconsciemment à pleine gorge en prévision de ce qui allait suivre.

« Visiter... quoi, exactement ? »

« Un bordel. » Je le savais ! C’est pourquoi tout le monde avait été agité jusqu’à maintenant ?! Alors que ma bouche s’ouvrait et se refermait comme un poisson hors de l’eau, Barral intervint un instant.

« Bien alors, maintenant que tu es au courant, je voudrais juste te rappeler de garder cela secret vis-à-vis des femmes ! Je pense que vous constaterez que cet élément est aussi noté sur le papier de la quête. » C’est un coup bas ! Maintenant, je savais pourquoi vous ne vouliez pas que j’emmène Elze ou l’une des filles ! Je savais que c’était suspect de votre part de l’avoir précisé !

« D’accord alors, on se revoit tous dans cinq heures ! » Les gars descendirent gaiement la rue et sortirent dans la rue principale. Cette situation justifie-t-elle vraiment de sauter au sens propre ? Sérieusement ? Simon m’avait invité à aller avec eux, mais j’avais poliment refusé. Je veux dire, j’étais techniquement engagé avec la princesse de ce pays. Je ne pouvais pas me permettre de faire quoi que ce soit d’imprudent comme visiter un bordel. Vous ne sauriez jamais où les subalternes du roi pourraient regarder dans l’ombre.

Au moins, c’était l’excuse que j’avais donnée. En vérité, je n’avais pas eu le courage. Oui, j’étais un froussard.

« Eh bien, j’imagine que j’ai cinq heures à tuer... » J’aurais aimé pouvoir au moins emmener Kohaku. Kohaku se reposait probablement, ou plutôt récupérait, sur mon lit, dans ma chambre, avec la porte fermée et sécurisée.

Étant donné que les filles avaient continué à flirter avec ce tigre sans arrêt depuis plusieurs jours, j’avais senti qu’un jour de repos était plus que mérité pour donner même un moment de paix dans cet enfer.

J’avais décidé de faire une promenade autour de la capitale. Contrairement à la petite ville de Reflet, la grande capitale était pleine de gens de races différentes. Il y avait des hommes-bêtes que j’avais vus auparavant, mais en dehors d’eux, je pouvais aussi repérer des gens avec des cornes qui sortaient de leurs fronts, et des gens avec de longues oreilles pointues. Ces derniers... étaient probablement des elfes. Je ne les avais vus que dans des jeux vidéo auparavant, mais je pouvais voir toutes sortes de gens comme ça se promener.

Ce royaume parvenu de Mismede... il était supposé composé principalement de semi-humains, avec une majorité d’hommes-bêtes. Étant donné que Belfast essayait d’établir des relations amicales avec eux, il était logique que la capitale voie plus de semi-humains en visite comme conséquence directe.

Il y avait encore beaucoup de pays qui les discriminaient assez farouchement, donc Belfast était à cet égard un endroit beaucoup plus accueillant pour eux.

« Hum... Dois-je aller chercher une simple quête auprès de la guilde locale ? Je vais juste me fatiguer à marcher pendant cinq heures, de toute façon... » Mis à part les quêtes de chasse aux monstres et de collecte d’herbes, il y avait beaucoup d’autres quêtes inhabituelles qui ont trouvé refuge à la guilde. D’aider quelqu’un à déménager, à faire de la publicité pour un magasin ; certains des plus bizarres impliquent des choses comme la recherche de chats perdus. Naturellement, les récompenses pour des quêtes comme celles-ci étaient assez faibles, mais elles étaient de toute façon généralement destinées aux débutants. C’étaient moins des quêtes, mais plus des emplois à temps partiel.

Mon sort [Recherche] pourrait aider à trouver immédiatement des chats perdus. Non, attendez, ça ne semble pas être une si bonne idée après tout. J’avais presque oublié que [Recherche] scanne seulement une très petite zone autour de moi.

J’avais déjà été à la guilde dans la capitale. La quête que nous avions acceptée était celle de l’extermination de Dullahan, qui avait été par la suite hors de contrôle.

J’avais marché dans la rue principale et finalement le bureau de la guilde est apparu. Il était beaucoup plus grand que celle de Reflet...

Attaché à l’immeuble, on trouvait un bar, détenu et géré par la guilde. Apparemment, vous pourriez obtenir des rabais sur la nourriture et les boissons en montrant simplement votre carte de guilde. Je n’avais jamais utilisé cette fonction.

À la fin de la journée, il y avait beaucoup de hooligans parmi les aventuriers. Je ne voulais pas prendre le risque d’être à nouveau pris dans des bagarres d’ivrognes, et je n’étais pas non plus très enthousiaste à l’idée de me saouler moi-même. Et si je voulais manger, alors j’irais dans un restaurant ordinaire.

L’entrée de la guilde de la capitale était une paire de portes battantes en bois ressemblant à celle d’un film occidental démodé. Je les avais traversées comme un cow-boy et jusqu’à l’intérieur de la guilde elle-même.

Il y avait moins de monde que ce à quoi je m’attendais. C’était logique cependant, quand j’ai considéré que l’heure était quelque part autour de 10 heures. Les gens qui accepteraient des quêtes d’une journée seraient déjà en chemin depuis longtemps, et il était encore trop tôt pour que quelqu’un revienne après avoir terminé quoi que ce soit.

Pour le moment, j’étais allé voir le tableau de quêtes. J’étais actuellement de niveau Vert, ce qui signifie que je ne pouvais toujours accepter que les quêtes de niveau Noir, Pourpre ou Vert.

La plupart des quêtes vertes étaient des chasses aux monstres, mais comme, en tout cas, on avait besoin de quitter la capitale pour les accomplir, je les ai abandonnés. Entre les quêtes Pourpre et Noire, il y en avait beaucoup qui semblaient faisables dans une période assez courte.

Vous n’aviez pas envie de devenir baby-sitter... Réparation du toit ? Je pouvais probablement gérer quelque chose avec mon sort [Modelage], mais... Oh ? Celle qui avait attiré mon attention était une quête de démolition de maison. Pour le travail manuel, mon sort [Renforcement] semblait définitivement être à la hauteur de la tâche.

Là encore, le [Renforcement] n’était resté actif que pendant de courtes périodes de temps, donc ça n’avait peut-être pas été à la hauteur... Eh bien, même si ça ne l’était pas, j’avais toujours eu le sort d’amélioration musculaire [Augmentation de puissance] pour me couvrir, donc j’étais sûr que cela fonctionnerait. J’avais descendu le rouleau de quête du tableau et je l’avais porté jusqu’au bureau de la réception.

Le lieu de travail était juste à côté du quartier ouest des riches. C’était un bâtiment assez vieux, et plusieurs hommes avaient déjà travaillé pour le démolir. Quand je m’étais présenté au contremaître du site et lui avais dit que je venais de la guilde, il m’avait demandé d’aller retirer toute la marchandise du magasin situé dans le coin de la propriété.

Apparemment, les fondations du bâtiment principal avaient pourri au fil des ans, il avait donc fallu les démolir pour des raisons de sécurité, mais le hangar qui servait de magasin était encore largement utilisable s’il était un peu réparé.

Il semblait que le propriétaire de l’endroit était décédé, et tout ce qui se trouvait dans le hangar devait être éliminé de toute façon, je n’avais donc pas à m’en occuper avec soin, car c’était effectivement de la camelote. Si je faisais vite mon travail... il me resterait du temps, alors j’avais décidé d’y aller à un rythme un peu plus tranquille.

« Mec, ça empeste la moisissure ici. » J’avais utilisé un mouchoir comme un masque anti-poussière de fortune et je m’étais mis à enlever toutes les ordures du bâtiment, en commençant par les choses les plus proches de la porte.

Une vieille commode, une table cassée, une horloge murale sans mains, une casserole avec un trou énorme, un lit avec des pieds cassés, une poupée sans bras, une tasse de thé ébréchée... c’était vraiment juste un tas d’ordures inutile.

Sauf pour cette épée là-bas ! ... Ou alors je l’avais pensé, jusqu’à ce que je la retire de son fourreau pour constater que la lame était cassée. Je ne savais pas à quoi je m’attendais.

J’avais aussi trouvé un bouclier, mais il y avait une énorme fissure dedans. Il y avait aussi des armures en plaques, mais elles étaient déformées à plusieurs endroits et ne pouvaient plus être portées. Il y avait toujours une hache de guerre en relativement bon état, mais elle était tellement rouillée qu’elle ne valait probablement plus grand-chose.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Laisser un commentaire