Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 1 – Interlude 1 

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Interlude 1 : Les aventuriers

***

Interlude 1 : Les aventuriers

Partie 1

J’avais pris la journée pour aller visiter la salle de lecture de la guilde, afin que je puisse lire l’Encyclopédie des monstres qu’ils avaient. Avec l’aide de Linze, mon niveau d’alphabétisation s’était considérablement amélioré.

Dans mon monde, une encyclopédie des monstres serait comme un grand livre plein de créatures mythologiques et de complots pour les films de kaiju. C’était vraiment amusant à lire.

Il y avait des entrées pour tous les différents types de monstres, bêtes magiques, esprits, et même les animaux divins, chacune avec leurs propres illustrations détaillées. Cependant, il y en avait quelques-unes qui manquaient d’illustrations, ce qui, je suppose, signifiait qu’elles n’étaient pas encore identifiées.

Parmi tous les monstres du monde, ceux sur lesquels je pouvais trouver le moins d’informations étaient les dragons.

Les dragons étaient des monstres, mais pas que cela. Cela avait suffi pour faire d’eux un autre type de forme de vie. Il avait été écrit que le meilleur moyen de faire face à un dragon était de s’enfuir. On aurait dit qu’ils étaient considérés comme les choses les plus fortes, même dans ce monde... Parce qu’il n’y avait jamais eu de vrais dragons dans mon ancien monde.

La guilde ne permettait à personne de vérifier les livres à l’extérieur du bâtiment. Si vous vouliez vraiment vous référer à quelque chose que vous auriez lu, il vous suffisait de le noter. Cependant, j’avais eu l’allié ultime en la personne de mon Smartphone.

J’avais utilisé l’appareil photo de mon smartphone pour photographier toutes les pages contenant des informations sur les monstres locaux. C’était pour que je puisse y revenir plus tard pour voir leurs traits comportementaux, leurs parties de corps précieuses et leurs caractéristiques générales. N’essayez pas de faire ça à la maison, les gars. J’aurais bien fait de simplement copier les pages avec mon sort [Dessin], mais la pièce était protégée par une barrière empêchant les sorts d’être lancés. Ces genres d’ouvrages étaient apparemment très précieux, il était donc tout à fait plausible que certaines personnes aient essayé d’utiliser la magie pour les voler dans le passé. Cela ne me dérangeait pas vraiment de photographier les pages à la place, car cela prenait moins de place de toute façon en plus d’être beaucoup plus facile à trier.

J’avais aussi trouvé des livres avec des détails sur les demi-humains. Cela m’avait surpris de découvrir que ce monde avait même des démons.

Ces démons n’étaient pas intrinsèquement mauvais ; ils semblaient juste être un autre sous-ensemble d’espèces semi-humaines ayant des caractéristiques uniques.

Vraiment, le terme de démons dans ce contexte se référait à des choses telles que les vampires, les loups-garous, mandragore, lamias et ogres. Ces races n’étaient pas immédiatement hostiles aux humains comme le faisaient les monstres, mais elles ne semblaient pas non plus en bons termes. La plupart de ces soi-disant démons s’étaient apparemment tenus dans un endroit connu sous le nom de Royaume des Démons Xenoahs, loin au nord. Ils avaient rarement approché des pays habités par des humains.

Je ne pouvais pas être sûr qu’ils soient isolés ou qu’ils se soient délibérément tenus à l’écart des humains... Mais, par exemple, même les hommes-bêtes avaient été discriminés. Les démons semblaient être traités d’une manière encore pire.

Une chose que j’avais trouvée intéressante était la différence entre les loups-garous et les hommes-loups. Fondamentalement, un homme-loup était comme un humain, sauf qu’ils avaient des oreilles de loup et une queue. Un loup-garou était un loup de taille humaine debout sur ses pattes de derrière, avec des mains à cinq doigts et des pieds à cinq doigts. En d’autres termes, les loups-garous avaient encore les visages des loups.

De plus, les loups-garous ne s’étaient pas transformés sous la lumière de la lune ou quoi que ce soit du genre. Ils portaient des vêtements et pouvaient toujours parler comme n’importe quel autre semi-humain.

Pourtant, entre un humain avec des oreilles de loup et un homme avec le visage d’un loup, je pouvais voir le premier être accepté parmi une communauté humaine beaucoup plus facilement. Bien que si nous partagions des langues et pouvions toujours communiquer avec eux, alors les apparences physiques ne me semblaient pas si importantes.

D’autres types de demi-humains comprenaient des races ailées, des fées, des races aquatiques, des races cornues, des hommes-dragons, des elfes et des nains.

Même les hommes-bêtes pouvaient être divisés en sous-types comme le chien ou le renard, il était donc difficile de comprendre combien de sortes de semi-humains il y avait.

Regarder une carte du monde m’avait appris que même si le monde était assez grand, son climat était un vrai désastre. Les pays n’étaient pas plus froids dans le nord ou plus chaud dans le sud, ou suivant une logique cohérente comme celle-là.

Ce climat aurait été causé par les esprits habitant dans les terres, mais les détails étaient inconnus. Bordel, je ne pouvais même pas être sûr que ce monde était même sphérique comme la Terre. N’était-il pas porté par des éléphants ou des tortues ou quelque chose comme ça, n’est-ce pas ? J’avais encore été surpris de découvrir qu’il y avait des cartes du monde de grande précision. Là encore, même sans dirigeables ni avions, il y avait sûrement des semi-humains ailés et probablement même de la magie permettant à l’homme de voler, donc ce n’était pas vraiment une surprise.

Oh, le temps est écoulé... La guilde allait facturer des frais d’extension si vous aviez utilisé leurs services pendant trop longtemps, alors j’avais fermé le livre et j’avais décidé qu’il était temps de partir.

Il y avait une bande d’aventuriers qui parlaient devant le tableau des demandes quand j’étais retourné au premier étage. Plus qu’il y en aurait normalement à cette heure de la journée. Était-ce parce que c’était le week-end ? Je m’étais dirigé vers le tableau des demandes pour voir s’il y avait des emplois exceptionnellement bons ou quoi que ce soit, bien que je n’eusse aucune intention réelle d’en accepter.

Nous avions décidé de prendre une journée de congé, car Elze ne se sentait pas très en forme. Ça avait dû être difficile de gérer... des problèmes de filles comme ça. Même mon sort [Restauration] n’avait eu aucun effet. Probablement parce qu’il n’était pas classé comme une condition de statut anormal, c’était ce que j’avais pensé. En tout cas, ce genre de douleur était la preuve que son corps fonctionnait correctement.

J’avais regardé par-dessus le tableau des demandes quand j’avais entendu des cris de colère venant de l’extérieur.

Les bureaux des guildes se tenaient généralement à côté des bars, dont la plupart restaient ouverts toute la journée. Ils vendaient principalement des repas légers pendant la journée, mais ils servaient toujours de l’alcool, peu importe le moment.

Il y avait aussi une plus grande auberge que la Lune d’Argent dans les environs, et ses clients fréquentaient le bar en raison de son emplacement pratique.

Toutes ces choses combinées signifiaient qu’il y avait des ivrognes à tous les moments de la journée. Cela devrait aller de soi, mais la plupart des gens qui voulaient juste un repas léger n’allaient généralement pas dans un bar. C’était tellement évident.

Je n’avais même été dans cette auberge qu’une poignée de fois tout au plus. Je ne buvais pas d’alcool et je détestais avoir affaire à des ivrognes.

Le nombre élevé d’ivrognes signifiait également que les querelles étaient monnaie courante. Les gens à l’intérieur du bâtiment de la guilde s’y étaient habitués, ce qui avait peut-être suscité quelques plaintes au maximum. Dans des circonstances normales, du moins. C’était une histoire différente quand vous pouviez entendre le bruit des épées qui s’entrechoquaient.

J’avais fini par quitter le bureau de la guilde pour rejoindre la foule des spectateurs. Devant le bar, deux aventuriers se regardaient avec colère. L’un était un homme barbu à tête chauve, et l’autre avait une crête et un visage long. Les deux avaient déjà dégainé leurs épées.

« Que se passe-t-il ? Un duel ? » Ils avaient sorti leurs épées en plein milieu de la route, donc ce n’était pas seulement une simple échauffourée. Dans le pire des cas, quelqu’un pourrait se retrouver mort.

Honnêtement, ce n’était pas la première fois que j’assistais à un duel. Généralement, pour obtenir un duel vous deviez énoncer votre nom ainsi que la raison, puis vous deviez obtenir le consentement de l’autre partie. Après que cela ait été établi, les étrangers s’abstiendraient de s’en mêler. Mais ce n’était pas aussi raffiné qu’un duel. C’était juste une paire d’ivrognes se disputant. Aucun d’eux n’avait de témoins suppléants, donc il n’y avait clairement aucune altercation formelle.

Les citadins les traitaient aussi comme un couple d’animaux nuisibles. Si ce n’était pas un duel, un chevalier patrouilleur serait probablement là pour l’arrêter dans peu de temps.

« ... Tellement stupide. Ils devraient au moins tenir leur combat à l’abri du regard des autres. »

« D’accord, où est le petit malin qui a dit ça ? » Le chauve barbu se tourna dans ma direction, semblant sur le point d’exploser. Il semblait m’avoir entendu.

Les autres spectateurs se mettaient à l’écart comme une mer qui se séparait. Tous ces derniers avaient fui comme s’ils me disaient explicitement de ne pas vouloir en être mêlé. Bon sang, ce n’est pas cool.

« Es-tu celui qui nous a appelés stupide ?! »

« Il nous a appelés comment ?! »

« Non, j’ai dit que ce que tu faisais était stupide. Je ne voulais pas offenser personnellement l’un ou l’autre d’entre vous..., » j’avais fait une petite tentative pour m’expliquer. C’était vrai que je pensais qu’ils étaient une paire d’idiots, cependant.

« Attends... Tu es ce gamin qui a rejoint la guilde récemment, celui qui est toujours suivi par un tas de filles ! Tu me commences à me les gonfler depuis un moment maintenant, tu sais ? Tu essayes de montrer à quel point tu es populaire ? Tu t’amuses bien avec la plupart d’entre nous ?! Alors, tu te plains ? »

« Ouais, M. Je-sais-tout ! Contrairement à vous, il y a de vrais aventuriers qui mettent leur vie en jeu ! La guilde n’est pas votre terrain de jeu, alors va voir ailleurs ! »

« ... Je vois. Alors, être adulte, c’est se saouler et s’acharner avec ses épées en plein milieu de la ville ? Ça me donne vraiment l’air enfantin quand tu le dis comme ça, n’est-ce pas ? » J’avais fini par cracher un peu de sarcasme après ce que ces gars m’aient fait quelques ennuis.

Ne faites pas de sermons aux gens d’être puérils quand vous allez provoquer des incidents partout avec des enfants mineurs. C’est à peu près aussi immature que possible.

Les deux hommes qui s’étaient battus il y a quelques instants nourrissaient la même hostilité à mon égard. Apparemment, ils m’avaient vu comme une menace commune.

« Bâtard... Tu as de vraies tripes, tu le sais ? Envie de découvrir de quelle couleur ils sont, pas vrai? » Le chauve barbu s’approcha de moi. Il y avait des veines sur son front. Il mesurait plus de deux mètres et j’avais fini par me déboîter le cou pour rencontrer son regard.

L’homme devant moi avait des muscles comme un catcheur professionnel. De plus, son comportement avait donné l’impression qu’il était un vrai méchant. Mais en toute honnêteté, je n’étais pas du tout intimidé. J’avais des souvenirs de mettre fait crier dessus par mon défunt grand-père qui était bien plus effrayant que le gars devant moi. Quand j’avais réalisé cela, j’avais par mégarde laissé échapper un rire.

« Tu es le fils d’une... ! » Comme je le pensais, le gars avait hésité à tirer son épée sur moi. Au lieu de cela, il balança son énorme poing gauche droit vers mon visage.

Ouais, je peux lire chacun de ses mouvements. Je penchai légèrement la tête vers la droite et évitai proprement son coup de poing.

Utilisant l’élan de mon adversaire contre lui, je lui avais saisi le bras et le tirai afin de briser son équilibre avant de balayer ses jambes sous lui. Le chauve barbu qui venait de me charger tomba par terre d’un seul souffle. D’accord, j’avais réussi à m’en sortir. Heureusement que j’avais Yae pour m’apprendre comment faire ça.

« Viens par ici, morveux ! » Cette fois, l’homme à la crête se jeta sur moi avec son épée. Vous ne devriez pas pointer des choses pointues sur d’autres personnes.

« [Glissade]. »

« Ghwah ?! » J’avais abattu l’homme fou à la crête en utilisant mon sort de trébuchage, faisant que l’épée s’envole de sa main dans le processus. J’avais ramassé l’épée et, très prudemment, pour ne pas me faire remarquer, jetai [Modelage] pour plier sa forme avec mes mains comme si elle était faite en caoutchouc. Ce sort m’avait permis de changer la forme de tout objet devant moi en quelque chose d’autre. Toute nouvelle forme complexe ou sculpture prenait beaucoup de temps, mais quelque chose de simple était un jeu d’enfant.

J’avais jeté l’épée recourbée devant le mec à la crête.

« Quelle ?! Eep !!! » L’homme à la crête laissa échapper un cri de terreur alors qu’il rampait. On aurait dit qu’il avait tellement peur qu’il ne pouvait même pas se tenir debout. Il pensait probablement que j’avais une force surhumaine après un tel spectacle.

« Toi, putain...! » Cette fois-ci, le chauve barbu était venu en me chargeant par-derrière, balançant son épée sur moi sans une once de pitié. Est-ce que personne ici n’avait de manières ? Je m’écartai pour éviter l’attaque du barbu barbu et passai derrière lui, balayant les jambes par l’arrière cette fois.

« Ngwuh ?! » Il laissa échapper un grognement après être tombé en arrière et se fracasser la nuque contre le sol. Il avait probablement eu une commotion mineure. Il était déjà ivre, mais il ne pouvait même plus garder la tête droite pendant qu’il sautillait d’un côté à l’autre.

J’avais ramassé l’épée du barbu barbu et j’avais employé mon sort, comme avec le mec à la crête. L’homme devint pâle tandis qu’il regardait son épée se déformer devant ses yeux.

« B-Bordel! Tu me paieras ça ! » Avec les mots d’adieu d’un voyou à deux balles, les deux idiots s’enfuirent.

Ne sois pas un ivrogne en colère au milieu de la journée, pour l’amour du ciel. Vous créez des problèmes pour tout le monde.

« Hey, ça va aller, mec ? »

« Oui je vais bien. Pas comme s’ils avaient réussi à me frapper. » L’un des spectateurs avait montré ce qui semblait être préoccupé pour ma santé, alors j’avais agité ma main pour lui montrer que tout allait bien.

« Non, pas ça... Je veux dire, ces types étaient avec les Crocs d’Acier et les Serpents Venimeux, non ? Ils vont probablement amener tout un tas de gars effrayants pour se venger de toi. » Crocs d’Acier ? Serpents Venimeux ? Je ne comprends pas. Mais il s’était avéré que c’étaient une paire de groupes d’aventuriers qui étaient assez bien connus dans la région. Pas comme si je n’avais jamais entendu parler d’eux. Nous n’avons jamais vraiment interagi avec d’autres groupes en dehors du nôtre. Et nous n’avions aucune raison de traîner dans les bars non plus. Je suppose que nous manquions de connaissances locales sur des petites choses comme ça. D’après ce que j’avais entendu dire, les Crocs d’Acier et les Serpents Venimeux étaient tous deux composés principalement d’aventuriers de rang Bleu.

***

Partie 2

Nous étions une équipe d’aventuriers du rang vert, donc techniquement ils nous surpassaient de deux rangs.

Votre rang de guilde augmentait en fonction des points que vous aviez gagnés en remplissant vos demandes, et il augmentait à partir du rang noir, passant par le violet, le vert, le bleu, le rouge, l’argent et l’or, dans cet ordre. Cela ne signifiait pas que les gens de haut rang étaient plus étonnants par défaut, mais naturellement, monter dans les rangs devenait de plus en plus difficile au fur et à mesure que vous progressiez à travers eux.

Il était devenu si difficile d’atteindre les rangs les plus élevés que presque personne ne l’avait jamais atteint le rang Argent, et encore moins le rang Or. Bordel, il n’y avait qu’une seule personne dans le monde entier qui détenait actuellement le statut d’aventurier de rang or. Il avait fallu une quantité absurde de points, même juste pour passer du rouge à l’argent.

C’est pourquoi les aventuriers de rang rouge étaient généralement considérés comme parmi les meilleurs. Ceux qui se trouvaient en dessous d’eux dans le rang bleu étaient généralement considérés pour la plupart comme des vétérans.

... Cependant, aucun de ces gars en ce moment ne m’avait semblé être des vétérans. Ils étaient tous deux stupidement faibles. Là encore, le fait d’être à un rang supérieur n’avait rien à voir avec le niveau de force qu’ils avaient en réalité.

Honnêtement, je ne croyais pas que l’un ou l’autre de ces groupes avait autant de temps libre pour se donner la peine de se venger. Les querelles entre aventuriers étaient pratiquement quotidiennes, et ce n’était pas comme si j’avais blessé grièvement l’un ou l’autre.

À ce moment-là, je n’avais aucun moyen de savoir à quel point j’avais tort...

« Tu veux bien m’expliquer ce que tu as fait, le veux-tu bien, Touya-dono ? »

« Eh bien, je ne me souviens pas vraiment d’avoir fait quoi que ce soit qui nous mettrait dans ce genre de situation... » Le lendemain, juste après Elze, Linze commença à avoir ses propres « problèmes de filles », alors j’étais allée avec Yumina et Yae à la forêt orientale sur une quête de chasse.

« Notre cible était un monstre appelé un renard-vent. Il s’agit d’un renard qui attaquait avec des lames de vent comme un kamaitachi youkai. » Je pensais que ce mythe était l’esprit-belette ? Pourquoi est-ce qu’un tel renard existe dans ce monde ?

Nous avions vaincu le monstre sans aucun problème et nous lui avions coupé la queue comme preuve quand nous avions été soudainement entourés par un groupe d’aventuriers méchants.

« Hé là, morveux. Nous sommes venus pour te faire payer pour hier, » parmi le groupe d’aventuriers, il y en a un que j’avais reconnu. C’était le chauve barbu qui avait causé un tas d’ennuis dans la rue devant le bar l’autre jour.

Huh? Est-ce que c’est ce que je pense ? Est-ce que tous ces gars sont venus ici pour une petite raison comme ça ?

« ... Hmm... Donc, au fond, vous étiez tellement gêné hier que vous avez amené tous vos amis en pensant à me donner une leçon, est-ce exact ? Choisir un enfant, je peux vous faire passer comme immature, mais c’est juste pathétique. »

« Tais-toi, bordel ! Si je laissais les choses telles qu’elles étaient, ce serait comme de la boue sur toute notre réputation ! Je vais te montrer ce que cela veut dire de se battre contre les Crocs d’acier ! » Les aventuriers autour du chauve barbu ricanèrent tous en préparant leurs armes. Il y en avait pas mal. Un, deux, trois, quatre... Neuf au total. On aurait dit que les Crocs d’Acier étaient après tout un groupe assez important.

« Amener tout un groupe de personnes pour régler ses comptes avec quelqu’un est un prétexte pathétique pour un homme — non, un aperçu d’une misérable pourriture à forme humaine. Touya, quel est le plan ici ? » Bon sang, Yumina, elle a de tels sentiments même quand elle est provocatrice. Je veux dire, regarde ce pauvre vieux barbu. Être fustigé par une fille de douze ans le rend rouge au visage. Regarde la vapeur qui s’élève de lui, je pourrais probablement cuire un œuf sur sa tête ! J’avais été surpris par le caractère d’Yumina. Très honnêtement, je pensais qu’elle aurait un peu plus peur dans ce genre de situations. Je suppose qu’elle n’était pas seulement une princesse pour faire joli.

« Eh bien ! Dans ce cas, c’est de l’autodéfense justifiée. Alors je pense que nous pouvons nous permettre d’aller un peu plus fort du moment que nous ne tuerons personne, » déclara Yumina.

« Effectivement. Ils sont absolument odieux, » Yae tira son épée et retourna la lame pour faire face à l’ennemi. En voyant son mouvement, les crocs d’acier avaient fait leur mouvement.

Avant même qu’ils ne puissent nous atteindre, l’une des flèches d’Yumina avait percé l’épaule droite d’un homme.

« Urgh! » Au moment où l’homme avait lâché son arme, je m’étais rapproché et j’avais pressé mon doigt contre lui.

« [Paralyser]. »

« Hrngh?! » Avec ma magie de paralysie qui sapait toute la force de son corps, l’homme s’était effondré sur place.

« Approche-toi, petit...! » Un homme brandissant d’énormes haches était venu me charger, balançant ses armes follement, mais il n’y avait absolument aucun avantage à faire ce genre de mouvements. Peut-être que c’était parce que j’avais commencé à m’entraîner avec Yae récemment, mais il semblait qu’il bougeait au ralenti.

En trouvant la première ouverture appropriée entre ses attaques, je m’étais précipité dedans et lui avais donné un coup de poing dans le ventre tout en activant [Paralyser] encore une fois. Tout comme le premier gars, celui-ci était tombé au sol avec un bruit sourd.

[Paralyser] était un excellent sort pour rendre un adversaire inoffensif, mais il avait une grande faiblesse en ce sens qu’il me demandait d’avoir un contact physique avec la cible. De plus, si l’ennemi avait un talisman de défense magique de quelque sorte que ce soit, alors peu importe, la faiblesse de ce talisman, le sort de [Paralyser] n’aurait aucun effet.

Bien que les talismans, même les plus faibles disponibles, se vendaient à un prix assez élevé, il n’y en avait pas beaucoup qui étaient susceptibles d’en avoir un sur eux.

« Frappez, Terre ! L’abîme du fou : [Piège] ! »

« Arrghhhhh... !!! »

« Noooooon ...! » Je jetai un coup d’œil derrière moi pour voir Yumina lancer un sort de piège de type Terre. Étant donné que les voix des hommes résonnaient littéralement en tombant, ça devait être assez profond... Seraient-ils encore conscients après une chute comme celle-là ? « Hrgh! »

« Gwah ...?! » Sur le côté, Yae avait déjà renversé deux hommes avec le côté émoussé de son épée et était en train de s’occuper d’un troisième. À ce moment-là, les Crocs d’acier avaient déjà perdu leur avantage numérique, nous laissant seulement avec le chauve barbu et deux autres hommes.

« C-C’est ridicule... ! Nous sommes des aventuriers de rang bleu ! Pourquoi nous débattons-nous si difficilement contre une bande de gamins comme ça...?! » Encore une fois avec le classement, hein ? Je ne savais pas depuis combien de temps ils faisaient des quêtes de guilde, mais si on leur donnait assez de temps, n’importe quelle personne semi-capable n’atteindrait-elle pas le rang bleu sans problème ? Avec un grand nombre de membres de groupe et en n’acceptant que des demandes simples, vous pourriez graduellement, mais régulièrement, gagner des points et monter dans les rangs de cette façon. D’un autre côté, cette méthode ne vous mènerait pas loin. Si vous vouliez vraiment viser le rang rouge ou supérieur, cela prendrait une éternité.

En fin de compte, tout ce que cela signifiait était qu’il n’y avait pas de véritable corrélation entre le rang de la guilde et ses capacités réelles. Au moins pour ceux qui sont en dessous du rang rouge, de toute façon. Atteindre le rang rouge ou un rang supérieur nécessitait d’avoir des compétences et de capacités réelles, sinon vous ne seriez probablement jamais allé si loin.

« Mrgh ?! »

« Ugaaah !!! » Yae avait sorti deux autres hommes, laissant juste le chauve barbu face à nous trois.

« Quelle douleur ! Vous êtes encore des aventuriers même si ce n’est que sur le papier, n’est-ce pas ? N’avez-vous pas honte d’avoir choisi un combat sérieux contre un groupe d’enfants ? »

« Tais-toi, morveux ! Tu vas mourir pour... »

« Oh, ferme-là maintenant. [Paralyser]. »

« Gfhuuh ?! » Je n’avais pas envie de recommencer la même conversation, alors j’avais frappé le gars avec une application rapide de la magie. Il était inutile d’essayer de raisonner avec des voyous comme lui. Même si vous les aviez retardés une ou deux fois, ils continueraient probablement à revenir en plus.

Dans ce cas, la seule façon de vraiment les chasser était d’écraser complètement leurs esprits. Heheheh...

« Je crois que c’est un peu exagéré, ne penses-tu pas... ? » Murmura Yae en détournant le regard, les joues rouges.

« Vraiment ? Ils se rassemblent en groupe. Alors, ils devaient être prêt à ce qu’un jour, ils leur arrivent quelque chose comme ça. N’est-ce pas évident ? » J’avais installé neuf poteaux au bord de la route menant à Reflet. Un membre nu des Crocs d’acier était suspendu par les chevilles à chaque poteau.

Pour compléter l’affichage, j’avais mis en place un panneau qui disait : « Nous sommes le groupe d’aventuriers appelé les crocs d’acier ! On recrute actuellement de nouveaux membres. »

« Dites Cheese ! » J’avais pris une photo d’eux avec mon smartphone, puis j’avais lancé [Dessin] pour transférer l’image sur le papier. Quand j’avais montré cette image aux perdants des crocs d’acier, ils avaient commencé à pleurer et à pleurnicher à travers leur bâillon qui bloquait la bouche.

« Si tu continues à nous déranger, je répandrai cette image dans les rues de Reflet... Non, je pense que je la posterai tout autour de la capitale pour que tout le monde puisse la voir. Si cela vous convient, n’hésitez pas à venir chercher plus de combats avec nous. J’ai encore plein de punitions en tête, tu sais ? » Je laissai échapper un « Heheheh ... » délibérément diabolique, comme je le criais aux hommes. Avec cette menace toujours en suspens dans l’air, j’avais souri aussi innocemment que possible et avant de livrer le coup final.

« ... La prochaine fois que tu essayeras quelque chose comme ça, je te couperai le tuyau avec une lame de rasoir. » L’idée en soi étant trop dure à supporter, un homme avait fait dans sa culotte. Comme il était à l’envers, il avait fini par salir tout son corps.

« Tu es vraiment impitoyable aujourd’hui. Avais-tu besoin d’aller aussi loin ? »

« Tu ne comprends pas ? La prochaine chose que des gars comme ça ont tendance à faire c’est d’attaquer tout ce qu’ils pourraient considérer comme un point faible. Cela pourrait signifier qu’ils essayent d’enlever l’une de vous ou vous prendre en otage. Je ne veux absolument pas que cela se produise, alors je les écrase totalement afin qu’ils n’aillent même pas considérer l’idée. » Ce combat était mon problème et seulement le mien. Je ne voulais pas qu’Yumina ou les autres soient impliquées plus loin. Quiconque oserait mettre le doigt sur mes précieux compagnons ne méritait aucune pitié, sans même y réfléchir. « Quand vous écrasez quelqu’un, assurez-vous qu’il soit écrasé totalement et soigneusement. » C’était quelque chose que mon grand-père m’avait appris.

... Attends une seconde. Cet autre gars du combat d’hier n’appartenait-il pas à une autre équipe ? Je pense que c’était les serpents venimeux. Attends... ne me dis pas...

« [Porte] !!! »

J’avais eu un mauvais pressentiment sur ses choses là. Alors, j’avais ouvert une [Porte] directement sur la Lune d’Argent et j’avais immédiatement ramené Yumina et Yae avec moi.

Nous étions sortis de la [Porte] et étions restés à l’extérieur de la Lune d’Argent.

Ce que nous avions trouvé là était un groupe de sept hommes inconscients au milieu de la rue.

J’avais reconnu l’un des gars sur le terrain. C’était ce stupide mec à crête. Attends, est-ce que ça voulait dire que ces types étaient des Serpents venimeux ?

Mais qu’est-ce... ?

« Oh, bon retour. Cela a dû être rapide, pour sûr. »

« Ça va, Touya ? » Nous étions de retour. Le maître de l’auberge de la Lune d’Argent, Dolan, et le propriétaire du magasin d’armes, Barral étaient tous les deux là. Ils étaient assis sur un banc devant la Lune d’Argent, faisant une partie de shogi avec une pile d’hommes inconscients juste à côté d’eux.

« Que s’est-il passé ici ? »

« Eh bien, ces gars sont venus en marchant pendant que nous jouions au shogi et ont exigé que j’emmène Elze et Linze immédiatement. Je leur ai dit que les filles ne se sentaient pas bien et qu’ils devaient s’en aller, mais ils y sont allés et ont fait irruption dans l’auberge. Je me suis retourné contre eux et ça a fini comme ça. »

« Nous nous sommes un peu disputés avec eux et ils se sont effondrés. On n’a même pas eu à se battre bien longtemps. Étaient-ils vraiment des aventuriers ? » Murmura Barral. Je baissai les yeux sur les gars des Serpents venimeux, complètement stupéfaits. Je m’étais trouvé très surpris par la force de Dolan et Barral, bon sang...

Cela dit, les deux étaient plutôt bien musclés, et ils travaillaient respectivement dans une auberge et une boutique d’armes, donc ils étaient probablement habitués à faire face à ces types de durs à cuire. S’ils ne pouvaient pas s’adapter au travail, ils pourraient facilement faire faillite.

« Alors, quoi qu’il en soit, quel est le problème avec ces gars ? »

« Euh... Eh bien, je pense qu’ils sont venus pour régler leur compte avec moi. Ils ont probablement prévu de détenir les filles en otage ou un truc de ce genre... »

« Quoi, alors c’étaient un troupeau de déchets humains ? Dans ce cas, nous aurions dû les tabasser un peu plus. » Dolan claqua sa langue en disant cela. Micah était sortie dehors peu de temps après. Elle avait une expression agacée sur son visage. Eh bien, c’était compréhensible. Après tout, il y avait un tas de déchets devant son auberge.

« Oh, bon sang, ce n’est qu’une nuisance. Touya, n’est-ce pas de ta faute si ces gars sont là ? Peux-tu faire quelque chose à ce sujet ? »

« Oh, bien sûr. Juste une seconde. » Je savais instinctivement qu’il ne fallait pas essayer de discuter vu la situation. J’avais utilisé [Augmentation de puissance] pour ramasser tous les hommes inconscients, puis je les avais jetés à travers une [Porte].

En arrière sur la route, j’avais pendu les serpents venimeux de la même manière que les crocs d’acier — simplement nu et par les chevilles. Ils revinrent à la raison et remarquèrent immédiatement leur pitoyable état.

Quand ils avaient alors remarqué les crochets d’acier qui pendaient en face d’eux, ils étaient devenus complètement pâles.

J’avais fait toute la routine une seconde fois, en mettant un panneau, en prenant une photo, et en les ayant terrifiés.

Ils avaient essayé de crier quelque chose, mais je m’en foutais. Ils pourraient rester là toute la semaine à se repentir pour tout que cela ne m’intéressait pas.

D’après ce que j’avais entendu plus tard, il semblait que Dolan et Barral étaient tous les deux d’anciens aventuriers. Tous deux avaient atteint le rang bleu, mais n’avaient jamais atteint le rang rouge. Bien qu’étant tous deux des aventuriers en solo, c’était quand même impressionnant.

Je ne pouvais pas oublier que ces perdants avaient le même rang que Dolan et Barral. Les aventuriers prenaient vraiment différentes formes et tailles.

Tu ne pouvais pas juger un livre par sa couverture... sauf que Dolan et Barral étaient tous deux aussi forts qu’ils en avaient l’air ? L’un était un homme rouquin géant et l’autre était bâti comme un ours, après tout...

J’avais ignoré ses idiots suspendus et étais retourné à la Lune d’Argent à travers ma [Porte].

« Hmm, on dirait que tu t’en es occupé. » En pleine santé, Elze écoutait l’histoire des événements de l’autre jour d’Yae et Yumina.

Linze n’était pas tout à fait de retour à son état normal, mais ça n’avait plus l’air si terrible, alors elle nous a rejoints à la table du dîner.

« Pourtant, c’était un spectacle que je ne pourrais pas oublier avant longtemps. Vous auriez dû voir le visage de Touya-dono au moment où il pensait qu’Elze-dono et Linze-dono avaient des ennuis. »

« Il avait l’air très sérieux, n’est-ce pas ? C’était presque effrayant. » Oh s’il te plaît ! N’en as-tu pas déjà assez parlé  ? Me trouvant tout agité, j’avais avalé le reste de mon jus de fruits d’un trait.

« Hmmmm ? Est-ce que tu t’es inquiété à propos de nous quand tu pensais que nous avions des ennuis ? » Elze se rapprocha de moi, sans doute pour me taquiner encore plus. Écoutez-moi, vous tous...

« Bien sûr que j’étais inquiet. Je sentais que mon cœur allait éclater quand je pensais que quelque chose pouvait vous arriver. Dolan et Barral ont sauvé la mise cette fois, mais s’ils n’avaient pas été là et que quelque chose vous était arrivé, je suis sûr que j’aurais fait quelque chose d’épouvantable à ces voyous. »

« H-Huh ? Oh, c’est comme ça... »

« Ah... » Elze et Linze se tournèrent toutes les deux vers le bas, rouges comme des tomates. Huh? Était-ce en raison de ce que j’avais dit ?

« Touya, et si c’était moi ou Yae qui étions en danger, aurais-tu réagi pour nous de la même manière ? »

« Ben ouais, bien sûr que je l’aurais fait. Toi et Yae êtes mes précieux compagnons. Je ferais n’importe quoi pour vous sauver si jamais vous aviez des ennuis. »

« E-Est-ce que c’est le cas, est-ce...? »

« C’est mon Touya ! » Cette fois, Yae tourna son visage rouge vif vers le bas, tandis qu’Yumina me lança un sourire radieux. Qu’est-ce que c’est que cette ambiance... ? Enfin, peu importe.

« M-Maintenant que j’y pense, ces deux groupes semblent s’être désintégrés après ce que vous avez fait, Touya-dono. Tous leurs membres ont également quitté la ville comme s’ils fuyaient un monstre horrible. C’est ce qu’ils ont fait. » Eh bien ouais ! C’était une réaction assez naturelle. Je m’attendais à ce que cela arrive quand j’y étais allé et leur avais fait ces choses horribles. Bien que cela m’avait rendu un peu infâme par la même occasion. Mais cela ne me dérangeait pas vraiment, car cela signifiait que moins de gens étaient susceptibles de nous cibler.

Ces groupes n’étaient pas particulièrement appréciés parmi les membres de la guilde, donc personne n’avait porté plainte contre moi ou quoi que ce soit du genre. En règle générale, la guilde ne s’impliquait pas dans les conflits entre aventuriers.

« Je n’ai jamais pensé que tu étais capable de telles choses aussi dégoûtantes. »

« Vous avez réduit deux groupes d’hommes aux larmes, vous l’avez fait... Cela a sûrement été un spectacle très dissuasif. »

« Je comprends que les méchants de ce genre aient besoin d’une leçon pour qu’ils n’essayent pas quelque chose de plus idiot, mais quand même... »

« Je pense toujours... ça me semble un peu trop... » Linze me lança un petit sourire assez rigide.

Non, tu vois, ce n’est pas comme ça, non ? J’avais besoin de leur donner une bonne leçon... Non, la manière de le dire ne me donne toujours pas l’air d’un méchant... Hrm... Je l’ai fait pour qu’ils n’essayent plus jamais quelque chose de stupide comme ça. ..? C’est pour me protéger, moi et mes amis ! Je les ai psychologiquement torturés jusqu’à la soumission pour protéger mes amis ! Je n’en ai tiré aucun plaisir sadique !

... Je ne mens pas, d’accord ?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire