Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 4

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 4 : La famille royale

Partie 4

« Selon le général, il y avait deux complices : le serveur et le testeur de poison. Ils ont également trouvé du poison du même type qui avait été enduit dans un verre dans la résidence du comte Balsa. Et enfin, le comte Balsa lui-même a avoué avoir tenté de kidnapper Sue. On dirait que cette affaire est close. » Le duc parla joyeusement assis sur une chaise dans l’une des pièces du château royal.

Nous étions accompagnés dans la salle par Sa Majesté le Roi, la princesse Yumina, la reine Yuel et Charlotte, qui étaient tous assis autour de la même table et qui buvaient tranquillement leur thé.

« Que va-t-il arriver au comte ? »

« Une tentative d’assassinat du roi n’est pas moins qu’un crime de haute trahison. L’homme lui-même sera exécuté, sa résidence et ses biens seront confisqués, et son domaine sera détruit. » Eh bien, en réalité c’était tout à fait normal. Les sentiments de culpabilité... ne m’avaient curieusement même pas traversé l’esprit. Probablement parce que ce gars avait eu ce qu’il méritait. C’était difficile de montrer de la sympathie pour un homme comme lui.

« Et sa famille ? »

« Les traiter comme des complices et les exécuter tous... serait plutôt excessif. Au minimum, ils perdront leur statut de nobles et seront bannis du pays. Cela dit, l’homme n’avait pas de femme ou d’enfants, et ses autres parents étaient tous activement opposés à l’intégration des semi-humains dans notre société. Maintenant qu’ils seront partis, les choses devraient être un peu plus faciles pour mon frère. » Le duc garda son ton enjoué pendant qu’il parlait.

Je vois. Cet incident pouvait être utilisé afin de donner l’exemple à tous les autres nobles qui s’opposaient à l’alliance avec les hommes bêtes et les garder sous contrôle.

« Honnêtement, mon garçon, je vous suis sincèrement redevable. Je voudrais bien faire un cadeau à l’homme à qui je dois la vie. Y a-t-il quelque chose que vous désirez ? » Le roi semblait presque suppliant, mais honnêtement, je ne voulais absolument rien pour le moment.

« S’il vous plaît, ne vous inquiétez pas pour ça. J’étais, à ce moment-là, en route pour voir le duc quand tous ces évènements se sont produits. C’était juste un coup de chance pour Votre Majesté. Il suffit de considérer ceci comme une pure coïncidence. » Je n’avais pas vraiment fait grand-chose avec mon propre pouvoir, cela avait l’avantage d’être exact. La seule raison pour laquelle je pouvais même utiliser le sort [Récupération] était grâce à Dieu. Si j’essayais de profiter d’une compétence injuste comme ça, le karma se serait sûrement retourné contre moi...

Hmm ? Minute, pensais-je, ses choses là n’étaient-elles pas dans le domaine d’expertise de Dieu ? Juste, épargne-moi un autre coup de foudre. Sérieusement. Merci de ne plus jamais faire ça.

« Un homme qui n’a aucune cupidité comme toujours, hein, jeune Touya ? » déclara le duc en reposant sa tasse de thé sur la soucoupe posée sur la table.

« N’est-il pas naturel d’aider un ami dans le besoin ? Ce n’est pas comme si j’avais fait ça parce que je voulais une récompense. Je voulais le faire, ni plus ni moins. » C’était vraiment ce que je ressentais à propos de tout cela. Si, d’un autre côté, le comte Balsa était venu me demander de l’aide, je n’étais pas sûr que j’aurais fait quelque chose pour lui. Dans le cas du duc, je connaissais le genre de personne qu’il était, et le voyant en difficulté m’avait donné envie de l’aider au mieux de mes capacités. C’était tout ce qu’il y avait à faire.

« Vous êtes vraiment une personne curieuse. La possibilité d’utiliser deux sorts Néant, à la fois [Récupération] et [Glissade]... C’est vraiment un don rare. » Charlotte m’avait parlé avec un sourire éclatant. Être loué pour ma magie par la magicienne de la cour en personne m’avait fait tourner tout rouge.

« Deux ? Bien sûr que non, le jeune Touya peut utiliser bien plus que deux sorts uniques. Même lorsqu’il est venu me rendre visite, il l’a fait au moyen du sort [Porte]. Puis il en utilisa un autre pour détecter le poison, et je me rappelle qu’il me disait que les sets de shogi qu’il apportait en cadeau étaient aussi fabriquées à travers des sorts non élémentaires. »

« Qu-quoi ? » Plus le duc parlait, plus Charlotte devenait visiblement plus tendue. Hmm... Imaginant que c’était la meilleure manière d’agir ici, j’en avais conclu qu’il faudrait être honnête sur ce sujet.

« Euh, eh bien, à propos de ça... Voyez-vous, il me semble que je puisse utiliser tous les sorts non élémentaires. Bien qu’il y ait toujours une chance que certains sorts ne fonctionnent pas, je ne suis pas sûr des détails. » Au moins, je n’avais jamais manqué d’apprendre aucun des sorts que j’avais essayé d’acquérir jusqu’à présent. Eh bien, excluant cette fois où j’ai échoué à lancer [Apportez] correctement. Cependant, là encore, j’avais finalement réussi à ajouter ce sort à mon répertoire.

« Tous... ?! Si c’est réellement le cas, alors cela pourrait être une occasion mémorable... ! S-S’il-vous-plaît, excusez-moi juste un peu ! » Charlotte s’était frayé un chemin hors de la pièce, clairement dans une certaine frénésie... J’espère que je n’avais pas dit juste quelque chose que je n’aurais pas du dire maintenant...

« Alors, c’est vous qui avez fabriqué ce set de shogi, Touya, mon garçon ? Al l’a apporté et l’a loué grandement, et après avoir pris la planche, j’ai été absolument fasciné par ce jeu ! C’est vraiment une activité intéressante. Alors, c’est quoi cette histoire d’un objet uniquement construit par la magie ? »

Ouais, juste ce dont je m’inquiétais. Le roi était aussi devenu accroc à ça. Ces frères sont vraiment du pareil au même.

Afin de le démontrer, j’avais pris un verre de la table et j’avais lancé [Modelage] dessus. Le verre changea peu à peu de forme, et en trente secondes j’avais achevé mon interprétation du roi lui-même. C’était une sculpture en verre de dix centimètres de haut qui, si je le disais, captura vraiment son aura majestueuse.

« Et, eh bien, c’est à peu près comme ça que ça fonctionne. » J’avais remis la figurine au roi. Comme le modèle de la pièce était assis juste en face de moi, j’avais pu capturer même le moindre détail. Le seul vrai problème était que, étant fait de verre, il se briserait encore s’il tombait.

« C’est incroyable... Je crois me rappeler qu’il y avait quelqu’un de Refreese qui pouvait utiliser la même magie, mais voir une telle perfection se déverser dans sa création jusqu’au moindre détail... » Refreese... Était-ce l’Empire Refreese ? Si ma mémoire était bonne, c’était l’un des pays frontaliers. Non élémentaire, la magie Néant était principalement composée de sorts uniques et personnalisés. Il était tout à fait possible pour plusieurs personnes de partager des formes similaires, mais avec de subtiles différences dans les sorts personnels non élémentaires.

Le roi tenait sa petite figurine au soleil et s’émerveillait de la façon dont elle scintillait. Voyant cela, je sentais que je devais vraiment compléter le décor, car le roi serait un peu triste tout seul, alors j’avais pris deux autres verres à la main et je m’étais mis au travail.

Peu de temps après, j’avais complété deux autres figures de verre : l’une de la reine et l’autre de la princesse. Je les avais donnés à leurs propriétaires respectifs. Elles les avaient acceptés avec des sourires radieux, puis avaient bavardé joyeusement en comparant les figurines des autres avant de les aligner toutes les trois sur la table. Ouais, je savais que c’était une bonne idée de faire confiance à mon instinct. L’ensemble terminé donnait vraiment une belle image avec toute la famille ensemble au même endroit.

« C’est vraiment un cadeau merveilleux. »

« Nan, les verres que j’ai utilisés pour les fabriquer étaient les vôtres pour commencer. Au contraire, je suis désolé de les avoir utilisés comme matériaux d’artisanat sans vous l’avoir demandé d’abord. » J’avais baissé la tête vers le roi pour montrer ma modeste excuse. Quand je relevai la tête, le petit visage suppliant du duc attira immédiatement mon attention. Il était vraiment le type qui ne faisait aucun effort pour cacher ses émotions.

« ... Je ferai aussi quelques figurines de la famille ducale, la prochaine fois que je viendrai vous rendre visite. Je vous le promets. »

« Ça ne vous dérangerait vraiment pas ?! Vous avez toute ma gratitude ! » Si je devais faire plus de statuettes de toute façon, ce serait beaucoup plus facile de les fabriqué avec les modèles présents devant moi.

J’adressai un sourire ironique à l’assaut calculé du duc quant à ma générosité, quand tout à coup un fort bruit retentit dans la pièce et la porte s’ouvrit, Charlotte chargea, portant un grand nombre de choses dans ses bras. Elle s’approcha de moi ayant l’aspect d’un fantôme terrifiant et me tendit un parchemin avec quelque chose d’écrit dessus.

« Enfant... p-peux-tu lire ça ?! » Charlotte se rapprochait de plus en plus. Quoi ? Qu’est-ce que c’est, qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi est-ce que je me retrouve toujours dans ces situations effrayantes ?! Donnant suite au comportement compulsif soudain de Charlotte, j’avais parcouru des yeux le parchemin. Tout ce qui était écrit était dans une langue que je n’avais jamais vue auparavant. Je ne pouvais pas distinguer un seul mot.

« ... Tout ceci n’a ni queue ni tête. Qu’est-ce que c’est, exactement ? »

« Donc vous ne pouvez pas le lire, n’est-ce pas ? Très bien, que diriez-vous de ce sortilège non élémentaire ? Pensez-vous être capable de l’utiliser ? » Cette fois, elle avait sorti un gros volume et se tourna vers une page spécifique. Je pourrais lire celui-ci. Voyons voir... Sortilège magique... [Lecture] ? Selon le livre, c’était un sort qui permettait de lire un certain nombre de langues différentes. La seule nécessité était que le lanceur devait tout au moins connaître le nom de la langue sur laquelle il essayait d’utiliser le sort. Oh, c’était logique. Il était possible que je puisse déchiffrer le parchemin avec ce sort.

... Attends une minute. Si j’avais eu ce sort plus tôt, je n’aurais pas dû compter sur Linze pour m’apprendre à lire et à écrire...

« Je pense que je peux probablement l’utiliser maintenant, mais... savez-vous dans quelle langue ce parchemin est écrit ? »

« Il est écrit dans la langue sacrée antique. Il n’y a presque personne dans le monde qui puisse le lire. » Hmm... Eh bien, ça valait le coup.

« [Lecture] : langue sacrée antique »

J’avais activé le sort... Mes yeux s’étaient précipités vers le parchemin. Euh... mm...

« C’est... »

« P-Pouvez-vous le lire ? » Charlotte avait bloqué les yeux sur moi alors que je remarquais des étoiles plein ses yeux. En comparaison, j’avais probablement dans les miens quelque chose qui ressemblait plus à un ciel nocturne nuageux.

« Désolé... je peux distinguer les caractères maintenant, mais je n’ai aucune idée de ce qui est écrit ici. »

« Vous pouvez le lire... mais vous ne savez pas ce qu’il dit ?! Qu’est-ce que vous voulez dire ?! »

« Eh bien, voyons... En prenant un élément, qui n’implique aucun art significatif pour accéder à l’Origine de la Magie, et en introduisant cela dans les procédés artistiques naturels de la méthode Soma afin de provoquer un changement dans les combinaisons. ... Et bien, ce ne sont que des choses de ce genre. Tout ceci n’a pour moi ni queue ni tête. » Je n’avais vraiment pas compris un seul mot. En premier lieu, lire quelque chose et le comprendre étaient deux choses différentes. Peu importe ce que ce parchemin avait écrit, c’était un sujet beaucoup trop difficile à comprendre.

« Alors vous pouvez vraiment le lire ! Touya, c’est incroyable ! Avec cela, notre recherche commencera à progresser à pas de géant... ! Désolé, pourrais-je vous demander de lire celui-ci aussi ? »

« Attends, attends, patientez une seconde ! » Je rompis le déluge de demandes de Charlotte alors même qu’elle se dirigeait à nouveau vers moi avec encore plus de documents. Évidemment, elle était tellement excitée que je pouvais presque voir de la vapeur sortir de son nez ! Bon sang, madame ! Calmez-vous un peu ! « Charlotte, est-ce que vous allez vous calmer un moment ? »

« O-Oui, bien sûr ! Je-je-je suis vraiment désolée pour tout ça ! J’ai l’impression de m’être un peu laissé embarquer sur le coup...! »Après avoir retrouvé ses sens, Charlotte baissa la tête alors qu’une énorme rougeur se répandait sur son visage.

« Je suis bien conscient que vous avez étudié avec passion le domaine de la magie de l’esprit antique depuis très longtemps, donc ce n’est pas comme si je ne comprenais pas votre sentiment à ce sujet. »

« C’est exactement ça ! Jusqu’à présent, nous nous démenons pour recoller les morceaux, un mot après l’autre, parfois sur plusieurs mois, voire même des années, notre recherche étant parsemée de problèmes tels que les erreurs de traduction occasionnelles ou autres... Mais Touya, il l’a lu en un instant ! Touya, je vous en prie, s’il vous plaît, aidez-nous à traduire ces textes dans l’intérêt de notre recherche ! » Hein ? Elle veut que je continue à lire ce genre de choses...? Sans fin, est-ce donc ce qui m’est réservé dans un avenir proche ?

« À propos de ça... Approximativement combien y en a-t-il à traduire ? »

« Voyons voir... Eh bien, il y a d’innombrables documents qui doivent encore être traduits... Si nous devions commencer par les documents relatifs à l’ancienne civilisation de Palteno, alors... »

« C’est assez ! Merci, mais sans façon ! » Dès le moment où elle prononça le mot « innombrable », j’avais déjà jeté mentalement l’éponge. Cela ne me dérangeait pas d’aider de temps en temps, mais je n’avais aucune intention d’en faire une carrière ! Je n’avais pas l’intention de travailler en tant que traducteur de sitôt.

Face à mon refus, Charlotte avait fait un visage qui aurait facilement pu convaincre n’importe qui que la fin du monde était proche. Je ne pourrais pas me regarder dans la glace si je la laissais comme ça...

Oh, il y avait une solution...

« Excusez-moi, Votre Majesté. Pourrais-je emprunter un verre de plus ? »

« Ça ne me dérange pas, mais qu’est-ce que vous prévoyez de faire avec cette fois ? » Je m’étais occupé de la partie en verre, il ne restait plus que du métal... Je supposais que des pièces d’argent suffiraient.

Prenant mes pièces d’argent et les plaçant à côté du verre, j’avais lancé mon sort [Modelage] et j’avais commencé à remodeler les matériaux. J’avais fabriqué le cadre en pièces d’argent, puis inséré deux disques de verre dans les ouvertures sur le devant. Avec ça, ma création était complète.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire