Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 1 – Chapitre 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 3 : La créature en cristal

***

Chapitre 3 : La créature en cristal

Partie 1

Le lendemain, nous étions allés au magasin de Zanac pour terminer la demande que nous avions acceptée de sa part. Au début, il avait été surpris par notre retour rapide, mais il l’avait rapidement compris une fois que je lui avais expliqué l’utilisation du sort [Porte]. Les téléporteurs étaient certainement rares, mais après tout pas sans précédent.

« Voici la lettre contenant la réponse du vicomte. » J’avais remis la lettre à Zanac. Il inspecta le sceau et confirma qu’il était authentique avant d’ouvrir la lettre et de la parcourir brièvement.

« En effet, ça l’est. Merci pour ce travail bien fait. »

« Ah oui ! Monsieur Zanac, vous devriez prendre ça. Comme nous n’avons utilisé que la moitié des frais de voyage, je me suis dit que nous devions vous rendre le reste, » dis-je en lui remettant le sac avec l’argent de voyage restant.

« Vous êtes un garçon honnête, n’est-ce pas ? Si vous n’aviez pas mentionné votre utilisation de ce sort [Porte] en revenant, vous auriez facilement pu garder cet argent pour vous. »

« Je me suis dit que votre confiance me serait plus profitable que de l’argent rapide. En tant que marchand, je suis sûr que vous comprenez. »

« ... Très juste en effet. Un marchand vaut seulement autant que la confiance que les gens ont de lui. Peu de gens auraient été disposés à faire du commerce avec quelqu’un ayant la réputation d’être un tricheur. Prendre à la légère ce fait ne peut jamais mener à de bonnes choses. »Pendant qu’il parlait, Zanac avait pris l’argent.

Après cela, il m’avait remis une carte de la guilde avec un numéro imprimé dessus, pour servir de preuve que nous avions remplie la demande. Tout ce que nous avions à faire était de remettre cette carte au bureau de la guilde pour réclamer notre récompense.

Nous avions remercié Zanac, puis nous avions quitté son magasin. De là, nous étions allés directement au bureau de la guilde.

Lorsque nous étions entrés dans la guilde, nous avions été accueillis par la vue familière des tableaux de demandes et des gens qui regardaient de tous les côtés. Nous nous étions dirigés vers le bureau de la réceptionniste. Yae agissait nerveusement pendant tout ce temps, puisque c’était la première fois qu’elle était présente.

J’avais remis la carte que j’avais reçue de Zanac, et ainsi, notre quête était terminée.

« S’il vous plaît, présentez vos cartes de guilde. » En même temps que le bruit fort de trois coups de poing, la réceptionniste avait pressé le tampon magique sur nos cartes.

« Et voici la récompense de sept pièces d’argent. Comme toujours, merci pour votre travail acharné. » J’avais pris notre prime, puis j’avais appelé Yae à la réception.

« Pendant que nous sommes ici, cette fille veut également s’inscrire auprès de la guilde. »

« Une nouvelle inscription, alors ? Très bien. » Pendant qu’Yae recevait l’explication sur son enregistrement au sein de la guilde, nous nous étions divisé la récompense. Nous avions chacun pris deux pièces d’argent et avions décidés de dépenser le reste pour la nourriture pour nous tous plus tard.

« Pourtant, ça fait un peu bizarre, tu sais ? Une récompense de deux pièces d’argent représentait soudainement beaucoup moins d’argent que ça ne l’est réellement..., » marmonna Elze.

« Je sais exactement ce que vous voulez dire. Soudainement, le fait d’avoir obtenu ces pièces de platine vous a fait totalement perdre votre perception de leur valeur..., » avait répondu Linze.

Je ne pouvais m’empêcher de sourire à la réaction amusée d’Elze. C’était tout bête, honnêtement. L’argent que nous avions reçu du duc était finalement un bonus, et rien de plus. Je devais m’assurer d’être responsable sur le plan financier et de ne pas trop m’en fier dans ma vie de tous les jours.

« Je me suis inscrite, je l’ai fait ! » Yae agita joyeusement sa carte alors qu’elle se dirigeait vers nous.

Sa carte était la noire des débutants, contrairement au reste de notre groupe. On aurait dit qu’elle se sentait légèrement écartée quand elle avait remarqué ce fait. Pourtant, nous n’étions pas encore à un très haut niveau. J’étais sûr que l’écart serait réduit en un rien de temps, car nous continuions à faire plus de quêtes ensemble.

Puisqu’Yae était si impatiente de commencer tout de suite, nous étions tous allés à l’un des tableaux de demandes.

Lorsque des personnes avec des cartes de guilde de différentes couleurs s’associaient pour accepter une demande, leur niveau global serait jugé par la couleur de la carte qui était la plus répandue dans leur équipe. Puisque trois d’entre nous avaient des cartes mauves et qu’un seul d’entre nous avait une carte noire, nous pouvions accepter les demandes de niveau mauve même avec Yae à son niveau actuel.

J’avais lu les demandes postées avec tout le monde.

« Les ruines du Nord... Chasse, Mega... Slimes ? Hey, celle-ci est toujours à prendre. Et nous... »

« Pas question ! » « S’il vous plaît, arrêtez. » « Je ne pense pas. »

Répondre en parfaite synchronisation, n’est-ce pas ? Je vois ce que c’est. Et vous avez même amené une nouvelle recrue à vos côtés cette fois. On dirait qu’Yae n’est pas bonne avec les choses collantes et visqueuses non plus... Vraiment dommage...

À la fin, nous étions partis avec une demande de chasse pour une certaine espèce de bête magique appelée ours-tigre. Avec un nom comme ça, je me demandais quelles parties appartenaient au tigre et à l’ours... Leur habitat était à quelques minutes à pied si nous utilisions une [Porte]. Donc, nous nous y étions facilement rendus.

Eh bien, j’avais vite découvert que les ours-tigre étaient de grands ours ayant la fourrure rayée du tigre. En outre, ils avaient des crocs comme des tigres à dents de sabre !

J’avais été surpris quand ils nous avaient tendu une embuscade dans les montagnes Rocheuses, mais Yae avait fini par les battre presque toute seule.

Nous avions cassé leurs crocs afin de les ramener à la guilde comme preuve que nous avions pris soin d’eux, et j’avais utilisé « [Porte] » une fois de plus pour nous ramener à la guilde. Nous avions remis les crocs et la quête était ainsi terminée. Tout cela ne nous avait pas pris plus de deux heures, nous donnant une récompense de douze pièces d’argent. Honnêtement, la vitesse à laquelle nous effectuions ces quêtes commençait à devenir folle.

Naturellement, nous avions été interrogés quant à savoir si nous avions vraiment vaincu ces monstres à l’endroit spécifié dans la demande. J’avais soigneusement informé la réceptionniste que je pouvais utiliser une magie de téléportation, et elle avait accepté mon explication. Apparemment, il y avait plusieurs autres aventuriers avec différents types de magie de téléportation, bien que chacune de ses magies avait ses propres restrictions. Dans le cas de mon sort [Porte], il ne pouvait m’emmener que vers des endroits où j’avais déjà été au moins une fois auparavant.

Yae avait continué à nous demander pour faire une autre quête, car il nous restait encore beaucoup de temps, mais je n’étais pas vraiment prêt pour d’autres combats à ce moment-là. J’avais réussi à la calmer en suggérant que nous allions tous chercher quelque chose à manger à la place. Et donc, nous nous étions arrêtés au café, à l’origine, pour célébrer la demande de Zanac, ainsi que l’inscription à la guilde d’Yae, ainsi que pour sa première quête de chasse réussie.

Nous avions tous commandé de petites collations et des boissons, ainsi qu’une crème glacée à la vanille pour chacun d’entre nous. Yae était choquée par son premier contact avec cette nourriture, mais elle l’engloutissait comme tout le monde en très peu de temps.

Au moment où nous allions partir, Aer avait demandé si je pouvais trouver un nouveau plat pour le menu. Hmm... qu’est-ce qui va être bon cette fois ? Je suppose que je vais chercher quelques idées quand nous reviendrons à l’auberge.

◇ ◇ ◇

Cela faisait deux semaines que nous étions rentrés de la capitale. Il pleuvait dehors. Il pleuvait depuis trois jours, en fait. Apparemment, ce monde avait aussi eu une saison des pluies, mais ce n’était pas ça. Juste une période pluvieuse particulièrement longue.

Jusqu’à ce que la pluie cesse, nous avions arrêté de faire les quêtes de la guilde. Au lieu de cela, je m’étais immergé dans mes études de magie. Fondamentalement, je repérais de nouveaux sorts utilisables de ce livre que j’avais acheté dans la capitale.

C’était un livre de cinq cents pages. J’en avais lu environ un tiers, mais je n’avais réussi à trouver que quatre sorts utiles. Il y avait une cinquantaine de sorts par page, donc vingt-cinq mille en tout... Parmi ces vingt-cinq mille, il n’en restait que quatre utilisables parmi les quelque huit mille trois cents que j’avais examinés.

Les sorts que j’avais acquis étaient :

[Enchanter] — Un sort pour infuser des propriétés magiques dans les objets.

[Paralyser] — Un sort pour paralyser un adversaire pour l’empêcher de bouger.

[Modélisation] — Un sort pour changer les formes de minéraux, de bois ou apparentés.

[Recherche] — Un sort pour localiser les objets proches.

Seulement ces quatre.

Parmi eux, la [Modélisation] et la [Recherche] s’étaient révélés les plus utiles. Cependant, aucun d’entre eux n’était parfait.

[Modélisation] était une compétence pour transférer son image mentale afin de reformer un objet solide, mais cela ne prenait pas mal de temps si vous n’y étiez pas habitué. De plus, perdre l’attention à mi-chemin produisait habituellement des résultats bizarres.

J’avais essayé de faire un set de shogi pour la pratique, mais le plateau lui-même était trop long et les pièces étaient trop grandes pour tenir dans les carrés.

C’était difficile à moins d’avoir une image claire en tête lors de l’exécution du sort. Il aurait été beaucoup plus facile de créer quelque chose en regardant à quoi ressemblerait le produit fini, alors j’avais réussi à obtenir un ensemble de shogi plutôt bien fait en cherchant une image d’un tel set sur mon smartphone.

[Recherche] était un sort que j’avais appris en pensant que cela serait utile pour essayer de localiser des objets perdus, mais il s’était avéré que le sort lui-même pouvait aussi effectuer des recherches incroyablement vagues.

Je pensais qu’il n’y avait pas de vanille dans ce monde, alors comme test, j’avais utilisé la [Recherche] sur le marché et j’avais fini par instantanément en trouver.

Ce que j’avais trouvé n’était pas la vanille à laquelle j’étais habitué, mais un fruit étrange ressemblant à une tomate cerise qui s’appelait apparemment un Koko. Néanmoins, il avait le même goût et la même odeur que la vanille, ainsi il s’était avéré être très utilisable comme substitut.

Même si le nom ou la forme étaient différents, si c’était quelque chose que mon esprit jugerait comme étant de la vanille, alors mon sort le détectera... Il ratissait large.

Mais même ce sort avait des inconvénients. Sa portée d’action était incroyablement réduite. Il agissait seulement dans un rayon d’environ cinquante mètres. Je ne pouvais pas vraiment l’utiliser pour trouver des personnes disparues.

« J’ai faim... » J’avais vérifié quelle heure il était, et j’avais remarqué que l’heure du déjeuner était déjà passée. Pas étonnant.

Je fermai le livre, fermai ma chambre et descendis les escaliers. Dans la salle à manger, Dolan et Barral, le propriétaire de la boutique d’armement des huit ours, étaient assis l’un en face de l’autre. Entre eux se trouvait une planche de bois couverte de carrés.

« Tu joues encore au shogi ? »

« Ouais, » répondit Dolan, son regard rivé au tableau tout le temps. Je ne pouvais pas m’empêcher de hausser les épaules.

En ce qui concerne le set de shogi que j’avais préparé, Dolan était celui qui s’y intéressait le plus. Une fois que je lui avais appris les règles, il s’était immergé dans le jeu, et avait même commencé à se faire des relations en jouant contre lui. Barral s’était aussi pris au jeu, alors ils s’affrontaient tous les deux quand ils avaient du temps libre.

Pour être honnête, j’avais vraiment eu de la chance quand Barral s’était aussi pris au jeu. Jusqu’à ce qu’il arrive, j’avais été forcé d’être l’adversaire de Dolan, étant la seule autre personne qui connaissait vraiment les règles.

Même si je connaissais les règles, je n’étais moi-même pas du tout bon au shogi. Je n’avais même pas l’habitude d’y jouer très souvent. J’avais d’abord gagné quelques parties, mais je ne pouvais plus gagner face à Dolan. J’avais deviné ce qu’était la signification de devenir bon à quelque chose parce que vous aimiez le faire.

J’avais passé ma commande pour le déjeuner à Micah dans la cuisine, puis j’avais pris un siège de l’autre côté de la salle à manger pour ne pas déranger Dolan et Barral.

« Monsieur Barral, qu’en est-il du magasin ? »

« Il n’y a pas beaucoup de gens qui marchent sous la pluie, alors j’ai laissé ma femme responsable des affaires. Peu importe, cependant. Tôuya, penses-tu que tu pourrais en fabriquer d’autres ici, des planches de shogi ? »

« Eh ? Je n’en ai pas déjà fait un pour toi ? » J’aurais pu jurer que je lui en avais fait un juste l’autre jour puisqu’il avait dit qu’il voulait aussi s’entraîner chez lui.

« Simon du magasin d’objets a dit qu’il en voulait aussi un. Fais-moi une faveur, d’accord ? »

« Bon, d’accord alors... » Ne peux-tu pas obtenir un artisan pour en faire un... ? Bien que j’y pensais, je m’étais rendu compte que le faire normalement pourrait s’avérer être un véritable problème.

« Vraiment. Merci beaucoup, gamin. »

« Échec et mat. »

« Hum ?! » Dolan laissa échapper ce mot, croisa les bras et regarda le tableau, et Barral réagit à son tour. Ces deux étaient complètement accroc. Je n’avais aucune idée que ça irait dans cette mesure.

Pendant que je les regardais tous les deux, Micah avait porté mon repas.

« Tiens, désolée pour l’attente. Et vous deux, dépêchez-vous et mettez déjà cette chose de côté. »

« Désolé... Juste une partie de plus. » Dolan fit un geste comme s’il suppliait Micah de les laisser continuer à jouer. Pour être justes, ils ne joueraient probablement pas autant par temps normal. D’un autre côté, il se pourrait que la pluie fournisse une excuse pratique...

Le repas que Micah avait fait aujourd’hui était des pâtes aux herbes sauvages et une soupe de tomates avec deux tranches de pomme.

« J’y pense, Micah, où sont les autres ? »

« Linze est toujours dans sa chambre, tandis qu’Elze et Yae sont sorties plus tôt. »

« Sous cette pluie ? »

« Elles sont allées acheter les nouveaux desserts de Parent, apparemment. » Oh, voilà l’explication. Comme j’avais réussi à trouver de la vanille, j’en avais parlé avec Aer et j’avais créé un gâteau à la vanille comme nouveau dessert du menu.

Comme la fois précédente, tout ce que j’avais vraiment fait était de trouver la recette et noter les instructions sur la façon de le faire. Même ainsi, il s’était avéré délicieux. Tellement délicieux que je m’étais laissé emporter et lui avais fait faire un roulé aux fraises.

Quand Elze avait entendu parler de ça, elle m’avait presque tenu par le cou, exigeant de savoir pourquoi je n’en ramenais pas avec moi. Elle était si déraisonnable...

Le fait de voir ces nouvelles créations en vente ne signifiait pas que vous deviez courir et les obtenir le jour de leur sortie. Eh bien, je suppose qu’il ne faut jamais sous-estimer la ténacité d’une fille gourmande.

« Nous sommes de retour ! Ahh, nous sommes trempées ! »

« Nous sommes de retour » quand on parle du loup, les deux filles étaient de retour. Elles secouèrent leurs parapluies et les plantèrent à l’entrée.

Ce monde n’avait pas les parapluies de vinyle auxquels j’étais habitué. Il y avait des parapluies, mais ils étaient essentiellement faits de tissu et de bois. Bien que ceux qu’elles avaient étaient infusés de résine de pin, ils étaient toujours aussi résistants à l’eau que ceux auxquels j’étais habitué.

« Content de vous revoir. Avez-vous trouvé ? »

« Bien sûr que nous l’avons trouvé. Il y avait moins de monde à cause de la pluie, donc c’était beaucoup plus rapide que d’habitude. » Elze brandit fièrement le sac de friandises. La pauvre, regardez-moi ce sourire.

« C’était délicieux, en effet. »

« Je sais, pas vrai ? » Elles en avaient même mangé sur le chemin du retour ? Quelle paire de gloutons.

« Tiens, Micah, celui-ci est pour toi. »

« Je vous remercie. Je vais vous donner l’argent pour ça plus tard, d’accord ? » Elze sortit quatre petites boîtes blanches du sac et en tendit une à Micah. On aurait dit que Micah avait demandé à Elze de l’avoir aussi.

« Pour qui est le restant ? »

« Un pour Linze, un autre que je vais partager avec Yae... Et ce dernier est celui que tu dois livrer au duc. »

« Attendez, livrez ? » Peu importe, avez-vous l’intention d’en manger plus ?!

« Qui d’autre que toi va arriver à la capitale sous cette pluie ? Nous devons leur donner des cadeaux en échange de leur hospitalité de la dernière fois, c’est du bon sens. » Quand j’avais dit qu’elles devraient venir aussi bien dans ce cas, j’avais été poliment repoussé. Il semblait qu’elles soient toujours nerveuses en face du duc Alfred. Dépêchez-vous à la fin !

Sans réel choix en la matière, j’étais parti seul. Comme c’était un produit frais, plus tôt je le lui remettrais, meilleur en sera le goût.

Oh, d’accord... Je pensais que je livrerais aussi un tableau de shogi au duc. Tel un souvenir de ce genre.

J’avais informé Dolan et lui avais demandé la permission d’utiliser quelques-uns des débris de bois provenant de dehors dans le jardin. J’avais lancé la [Modélisation] et j’avais fait deux autres ensembles de shogi. Je les avais déjà faits plusieurs fois, donc je m’y étais habitué.

J’avais fini de les faire en une dizaine de minutes. Je les avais vérifiés juste pour être sûr. Ouais, ils me vont bien. J’avais accidentellement fait une tour de trop la dernière fois, donc je devrais faire attention.

J’étais retourné à la salle à manger et avait remis un ensemble à Barral. J’avais mis le gâteau et la boîte contenant les morceaux de shogi dans un sac, puis j’avais mis le plateau de shogi sous mon bras.

« D’accord, je pars, alors. » J’avais pris mon parapluie et j’étais sorti dans le jardin pour me préparer à lancer la [Porte]. Il était toujours préférable d’éviter de se démarquer en faisant cela.

Le meilleur endroit pour apparaître serait, je suppose... dans l’ombre de la porte d’entrée.

« [Porte] ».

« Délicieux ! C’est délicieux ! »

« Tiens-toi correctement, Sue. Mais tu n’as pas tort... Ce gâteau roulé est vraiment délicieux. » Sue et la Duchesse Ellen avaient joyeusement dévoré mon offrande de gâteau roulé. Cela valait la peine de le prendre comme ça. Le duc en avait mangé aussi, et il avait semblé approuver.

« Je suis vraiment jaloux des gens de Reflet qui sont capables de manger ça tous les jours. Si je pouvais seulement lancer [Porte] comme vous, alors je serais aussi capable de l’acheter tout le temps. »

« Si vous le souhaitez, je pourrais enseigner la recette et les instructions de cuisson aux chefs de ce domaine. Ce n’est pas vraiment un secret commercial ou quoi que ce soit du genre. »

« Vraiment, Touya ?! Mère, tu entends ça ?! Nous pourrons manger ça tous les jours ! » Sue s’accrocha à mes paroles plutôt fermement. Excusez-moi, jeune mademoiselle, mais la bave s’échappe de votre bouche.

« Pas maintenant, Sue. Tu vas grossir si tu le manges tous les jours. Restons-en à tous les deux jours, d’accord ? » La Dame de la maison avait son mot à dire, même si je ne pensais pas que tous les autres jours feraient une différence par rapport à tous les jours... Je me sentirais assez coupable si Sue s’était complètement engraissé la prochaine fois que j’irai leur rendre visite.

« Maintenant, vous avez appelé cette chose shogi, n’est-ce pas ? »

« C’est exact. C’est un jeu qui se joue à deux... un passe-temps en quelque sorte. Voulez-vous essayer ? » J’avais installé mon côté du tableau pendant que le duc Alfred inspectait le tableau et les pièces.

« Père, laisse-moi aussi jouer ! »

« Attends maintenant ton tour, je vais y aller en premier. » Le duc m’avait copié et mis en place son côté de la planche...

Sauf que les tours et les fous étaient dans les mauvaises cases.

« Tout d’abord, je vais vous apprendre comment chaque pièce peut bouger. Cette pièce est un pion et indique un fantassin régulier. Il ne peut bouger que d’une case à la fois. Mais si vous le placez du côté de l’adversaire, alors... »

« Hm, je vois... » Lentement mais sûrement, j’avais enseigné au duc les mouvements de base de chaque pièce. Il s’était avéré être un étudiant précoce. J’étais certain qu’il s’améliorerait rapidement étant donné sa vivacité d’esprit. Hélas, je n’allais pas tarder à regretter mes actions.

« Une partie de plus ! Juste une de plus ! Nous aurons fini après ça ! » Vous m’avez dit la même chose il y a juste une minute, pensai-je... Le résultat était que, tout comme Dolan, le duc était devenu accroc au shogi. Et, pour la deuxième fois, j’avais été forcé de jouer plusieurs parties de shogi à un rythme rapide. Le soleil s’était couché depuis longtemps, et Sue s’était même endormie sur le canapé alors qu’elle nous attendait.

Je repensai à quel point ce monde avait peu de distractions et je me demandai brièvement si c’était la raison pour laquelle les gens étaient si prompts à se concentrer sur des choses comme le shogi.

« C’est un jeu très intéressant. Je dois aussi faire jouer mon frère ! » Il était tard dans la nuit avant que je ne sois finalement relâché. Mais le duc commença à me causer une grande surprise avec cette déclaration troublante. Je ne pouvais qu’espérer que le roi ne deviendrait pas aussi accro au shogi. Il n’ignorera pas la politique de l’État pour peaufiner son jeu, n’est-ce pas ?

Oh, la pluie s’était finalement calmée.

***

Partie 2

« Yae, il se dirige vers toi ! »

« Compris ! » Il avait disparu de mon champ de vision en utilisant le mur de château en ruines comme un bouclier.

Après ça, j’avais entendu un clang métallique provenant de l’autre côté du mur, et quand j’avais fait le tour du mur, j’avais vu la créature engagée dans un combat contre Yae.

Elle portait une armure de plaque noire et frappait les environs avec une énorme épée menaçante. Une aura de puissance brute jaillissait de son torse alors que ses puissantes jambes s’accrochaient au sol sans jamais céder. Ses deux bras déplaçaient sans effort la lourde épée sans la présence de la moindre miséricorde dans tout son être.

Et bien, depuis le départ, il lui manquait un sentiment de pitié, car ce chevalier noir n’avait pas de tête.

Un Dullahan, voilà donc son nom. Il s’agissait d’une créature issue d’un chevalier qui avait été décapité alors qu’il conservait en lui de nombreux regrets. Par la suite, il avait en quelque sorte ressuscité sous cette forme de monstre et il avait commencé à décapiter les autres afin d’essayer de trouver une nouvelle tête qu’il pourrait placée sur lui. C’était différent des légendes sur cette créature qu’on trouvait dans mon ancien monde.

Mais ce Dullahan était désormais notre cible. Yae et moi avions attrapé le Dullahan dans une attaque en tenaille. Je lui avais envoyé un signal avec mes yeux, et elle avait vérifié que la lumière se rassemblait bien entre mes doigts avant de se replacer rapidement à sa place.

« Frappe-le, Lumière ! Lance Sacrée Étincelante : [Javelot Brillant] ! » Une lance aveuglante de lumière avait alors jailli de mes doigts que j’avais dirigés vers le Dullahan. La lance heurta l’épaule gauche de la créature, lui arrachant le bras.

Mais contrairement à un humain, aucune goutte de sang ne s’écoula de sa blessure. À la place, un miasme noir s’était répandu dans l’air ambiant alors qu’il se déplaçait pour me frapper avec son épée massive avec son bras droit restant.

Soudainement, au bon moment, une ombre avait surgi de côté afin d’intercepter le chevalier sans tête avec un coup de poing brutal en plein dans son flanc. Puis, ne laissant pas le monstre récupérer son équilibre, l’ombre avait continué avec une rafale de coups de pied réalisés avec brio.

« Elze ! T’es-tu occupé des loups cornus ? »

« Ouais, j’ai déjà nettoyé tout ça ! Mais tu sais, il y avait une vingtaine de ces choses-là ? » Un peu après ça, Linze était venue en courant depuis un peu plus loin du champ de bataille. Eh bien, c’était le moment pour l’épreuve de force.

Le Dullahan avait un peu chancelé en raison de la série d’attaques d’Elze, mais il avait rapidement corrigé sa posture et avait envoyé sa lame voler horizontalement au niveau du cou de sa nouvelle cible. Elze remarqua ce fait et elle avait alors à peine réussi à se dégager, se jetant dans une roulade effectuée dans ma direction.

« Sors, ​​Feu ! Sphère de flammes du purgatoire : [Boule de Feu] ! » Linze avait alors lancé une boule de feu qui avait directement touché le dos du Dullahan.

À cet instant, Yae se déplaça afin de le frapper, mais son épée frappa seulement l’épée ennemie alors que son attaque était repoussée au loin.

« Cette chose est solide ! Nous n’aurons aucune chance face à elle si cela se transforme en une bataille d’endurance ! »

Contrairement à l’ennemi, nous ne pouvions pas nous permettre de prendre un seul coup de cette arme. S’il le faisait, cela nous fendrait en deux, et même une égratignure suffirait sans aucun doute à nous arracher un membre ou deux.

Le Dullahan était déjà une créature sans vie, un être de la mort. En d’autres termes, un monstre de type mort-vivant. En règle générale, les monstres morts-vivants étaient extrêmement faibles contre la magie de type lumière. Linze pouvait également utiliser la magie de lumière, mais elle n’était pas particulièrement compétente. Et donc, je devais être celui qui l’achèverait... mais j’avais eu à ce moment-là une idée.

« Linze ! J’ai besoin de toi pour geler les jambes de cette chose ! Il faut que tu me fasses gagner quelques secondes ! »

« Hein !? Hmm... j’ai compris ! » En entendant cela, Yae et Elze avaient fait un mouvement de concert. Elles avaient ainsi attiré l’attention du Dullahan afin qu’il ignore Linze et moi. Notre travail d’équipe avait finalement atteint un niveau impressionnant.

« Entrelace le, Malédiction Gelée : [Prison de glace] ! »

Le sort de Linze avait gelé le sol aux pieds de Dullahan en un éclair. Le chevalier sans tête avait mis toute sa force dans ses jambes afin de se libérer de la contrainte, et la glace avait commencé à se fissurer autour de lui. Comme si je gâcherais cette chance unique !

« [Multiple] ! » J’avais alors activé l’un de mes sorts non élémentaires. Quatre cercles magiques flottant dans les airs étaient apparus autour de moi à cet instant. Après ça, j’avais commencé à incanter un sort issu de la magie de lumière.

« Frappe-le, Lumière ! Lance Sacrée Étincelante : [Javelot Brillant] ! » À la suite de mon ordre, quatre lances de lumière étaient sorties en provenance des quatre cercles magiques. Chaque lance avait alors suivi une trajectoire directe vers le Dullahan. L’effet de [Multiple], l’une de mes acquisitions les plus récentes dans ma magie du Néant, avait permis de multiplier les effets d’un unique sort lancé après coup.

Le chevalier sans tête tenta de se déplacer afin d’esquiver les lances de lumière, mais la glace de Linze le maintenant fermement au sol.

Le Dullahan avait ainsi encaissé l’intégralité de l’attaque, perdant du même coup son bras droit, un morceau de son torse, sa jambe gauche, et il avait également eu un trou dans sa poitrine avant de finalement s’effondrer sur le sol. Des miasmes noirs sortaient de l’armure vaincue avant de se faire disperser par les vents. Le chevalier sans tête ne bougera plus après ça.

« On dirait qu’on a fini ici. »

« Cela s’est révélé être un travail difficile, » Elze laissa échapper un soupir de soulagement et Yae se laissa tomber sur le sol de terre battue. C’était à prévoir. Yae avait été celle qui avait dû constamment esquiver toutes les attaques de Dullahan en combat rapproché au cours de la majorité de ce combat.

« ... Nous ne nous attendions pas à ce qu’une meute de loups à cornes apparaisse en plus de ça. Il s’agissait d’une dangereuse erreur de calcul... » Quand elle avait dit ça, Linze avait tenu sa main contre sa poitrine, montrant le soulagement qu’elle ressentait en ce moment.

Au cours des derniers mois, nous avions amélioré notre rang de guilde jusqu’au rang vert. Avec comme cette suite de couleur pour les cartes : noir, violet, vert, bleu, rouge, argent et doré. Nous étions donc maintenant au troisième rang le plus bas de la pyramide. D’après ce que je savais, le fait d’atteindre ce rang signifiait que les personnes autour de vous vous reconnaîtraient en tant qu’aventuriers à part entière.

Nous étions tout de suite prêts à accepter une requête verte quand Elze était arrivée avec la suggestion d’essayer pour la prochaine fois une quête issue d’un siège de la guilde se trouvant dans une ville différente.

Et ainsi, nous avions décidé d’aller dans le bâtiment de la guilde se trouvant dans la capitale. Là-bas, nous avions trouvé une requête verte demandant l’élimination des monstres présente dans ces ruines.

Apparemment, il s’agissait de ruines de ce qui était autrefois l’ancienne capitale du pays il y a plus de mille ans. Le roi de cette époque avait décidé d’abandonner cette terre et il avait fait construire une nouvelle capitale ailleurs. En gros, il avait décidé de relocaliser.

Je n’avais aucun moyen de savoir à quoi cela ressemblait à l’époque où c’était encore la capitale du pays, mais en ce moment, l’endroit était couvert de lierre et les murs du château étaient criblés de trous. Il y avait encore de faibles traces du sol pavé et quelques bâtiments pouvant vous donner l’impression que c’était autrefois une ville, et au centre de tout ça se trouvait ce qui devait avoir été le château royal... même si ce n’était en ce moment que des décombres royaux. C’était l’image même d’une ville en ruine.

Au fil du temps, des monstres étaient venus vivre dans les ruines, et les aventuriers comme nous étaient envoyés là-bas afin de les pourfendre. Mais d’ici peu, les monstres seraient de retour, ce qui conduirait d’autres aventuriers à les tuer, formant ainsi un curieux cycle.

Pourtant, il était vrai que si on les laissait en paix, les monstres finiraient par accumuler assez d’effectifs pour devenir une menace pour les zones environnantes. Il était probable qu’il soit préférable de les chasser de temps en temps afin d’apporter la sécurité dans ces terres.

« Même s’il s’agit de la vieille capitale, il n’y a vraiment pas grand-chose ici, hmm..., » en regardant autour de moi, tout ce que je voyais, c’était des murs qui s’effondraient, des murs brisés et des murs fissurés. Au sommet de cette zone, sur le haut de la seule colline ayant une vue décente sur les environs, il y avait le site où se dressait l’ancien château royal. Je me demandais si les ancêtres de Sue avaient vécu là à un moment donné.

Mais est-il normal que cela se détériore ainsi en de telles ruines sans traits distinctifs ? Était-ce peut-être comme dans les Trois Royaumes quand Dong Zhou avait rasé jusqu’au sol la vieille capitale, y compris les murs et les maisons, alors qu’il déplaçait sa capitale à Chang'an ?

« Ce serait drôle s’il y avait un trésor de la famille royale caché en ses lieux. »

« Eh bien, je ne crois pas que ce sera le cas. Ce serait différent si le pays était tombé, mais une simple relocalisation de la capitale ne serait pas si complexe qu’ils oublieraient par mégarde de précieux trésors au cours du processus. »

« Je le sais bien. Je pensais tout simplement que ce serait drôle s’il y avait quelque chose comme ça ici, » Elze bouda face à l’argumentation sonore d’Yae. Un trésor, hein !?

Si je pensais à mon ancien monde, il y avait les trésors enfouis de Tokugawa, Takeda, etc., mais il semblait que de tels concepts étaient aussi familiers dans ce monde. Quant à moi, je n’étais nullement opposé à l’idée. L’idée d’une chasse au trésor n’avait jamais manqué de frapper quelque chose présente dans le cœur d’un homme.

À ce moment-là, une idée avait surgi dans ma tête. Mais je pourrais tout à fait utiliser ce sortilège !

« [Recherche] : Trésor, » je venais à ce moment-là d’utiliser un sortilège de localisation.

S’il y avait quelque chose que je pourrais considérer comme étant un trésor dans la zone autour de moi, alors ce sort le détecterait et me l’indiquerait. Mais dans notre cas, ce n’était pas le cas. Eh bien, c’était à prévoir que cela ne trouve rien.

« As-tu utilisé un sort de [Recherche] !? Qu’est-ce que cela à indiquer ? A-t-il trouvé quelque chose ? »

« Tout ce que j’ai appris c’est que s’il y a un trésor, c’est loin d’ici, » j’avais annoncé avec un sourire amer les résultats de ma recherche à une Elze surexcitée.

« Je vois... c’est nul ! »

« M-Mais cela ne fonctionne-t-il pas seulement pour des choses que Touya verrait lui-même comme un trésor ? Et il pourrait y avoir d’autres choses de valeur en dehors de la portée de ce sort... » Oh, mon dieu, il semblait que la jeune sœur était impatiente de partir à la chasse au trésor. J’aurais dû m’y attendre de la part des jumelles.

En fait, c’était exactement comme Linze venait de déclarer. Par exemple, disons qu’il y avait une peinture extrêmement précieuse réalisée par un artiste célèbre qui traînait dans la zone. Si je devais regarder cette peinture et penser quelque chose du genre « c’est juste bon pour la poubelle, » alors mon sort de recherche ne le verrait nullement comme un objet de valeur.

Les résultats étaient donc entièrement basés sur l’état d’esprit du lanceur du sort. Cette flexibilité incroyablement vaste était à la fois la plus grande force de ce sort et la faiblesse la plus importante. Si l’on reprend l’exemple de la peinture, le sort serait probablement capable de réagir positivement une fois après avoir découvert après coup la véritable valeur de la peinture.

Dans tous les cas, elle n’avait pas du tout tort. Mon système de référence pour le trésor était principalement composé de choses comme des pierres précieuses, des couronnes en or, des épées décoratives, ou des piles d’argent ancien. Dans ce cas, le terme que je devrais utiliser serait plutôt...

« [Recherche] : Reliques historiques. » De cette façon, il devrait détecter des objets ayant une valeur historique dans son champ d’action... Alors que je venais de me rendre compte que je n’avais aucun moyen de le savoir en un coup d’œil. Attends... « ... Hein !? J’ai détecté quelque chose ! »

« Hein !? » « Quoi !? » « Pourrais-tu répéter !? » fut leurs réactions.

Il était là, présent dans les lieux. Je parlais bien entendu d’un objet d’importance historique. Les ruines elles-mêmes étaient également incluses dans les résultats, mais il y avait quand même quelque chose d’autre à proximité. J’avais alors affiné mes sens. Oui, il était bien là.

« Dans quelle direction est-ce !? » s’exclama Elze.

« ... C’est par là. Je peux le sentir dans cette direction. C’est quoi ce truc ? Cela me semble être assez gros ! » dis-je.

« Est-ce gros !? » Elles avaient toutes crié cela à l’unisson. Nous avions progressé à tâtons à l’intérieur des ruines alors que nous avancions au sein des décombres. Tout le monde avait suivi mon exemple jusqu’à ce que nous finissions par arriver devant un gros tas de gravats. Hmm... ?

« Au-dessous de ça ? Est-ce que ça vient de sous ces décombres ? » Juste au moment où je me demandais quoi faire des tonnes de débris se trouvant devant nous, Linze s’avança et se mit alors à incanter un sort.

« Disperse tout, Flamme ! Éruption cramoisie : [Explosion] ! » Les gravats avaient été soufflés en petits morceaux à la suite d’un énorme boom. Linze, est-ce que ce n’est pas un peu trop puissant là ?

« ... Je m’en suis chargé, » tout en ne tenant aucun compte de mon étourdissement, Linze se mit à examiner le sol là où les décombres avaient été retirés violemment. D’où vient tout ce soudain zèle ?

Alors que je me tenais là où les décombres se trouvaient avant ça, j’avais senti que le signal se renforçait encore plus. Était-ce donc bien en dessous de ça ? En regardant attentivement, j’avais pu remarquer quelque chose à moitié enfouie dans la terre...

J’avais appelé toutes les filles et nous avions commencé à dégager l’objet. Après avoir finalement pu retirer la terre qui recouvrait l’objet, il s’était avéré qu’il s’agissait d’une double porte en acier qui aurait facilement recouvert deux tatamis aussi bien en taille que par leur forme. Pourquoi était-elle cachée dans un endroit comme celui-ci... ?

Nous avions alors combiné notre force afin d’ouvrir les portes. Pour une raison inconnue, elle s’était ouverte avec douceur, ne montrant quasi aucune trace de rouille quand à sa structure. Il était tout à fait possible qu’elle ne soit pas faite d’acier.

Après avoir fini d’ouvrir les portes, ce que nous avions trouvé nous attendait devant nous. Il s’agissait d’un escalier de pierre nous faisant étrangement entrer dans les profondeurs.

***

Partie 3

« Apparais, ​​Lumière ! Minuscule illumination : [Sphère de Lumière] ! » Linze avait créé une petite lumière qui flottait dans l’air. Nous avions descendu d’une allure prudente les escaliers en pierre se trouvant devant nous.

L’escalier était en spirale et il semblerait que cela allait durer éternellement. Alors que nous avancions, j’étais rempli d’anxiété. C’était presque comme si nous allions dans les entrailles de la terre elle-même.

Après un certain temps, les escaliers s’étaient arrêtés pour laisser place à un long passage en pierre. Le chemin était droit et si sombre que je ne pouvais rien voir là-dedans. C’était humide, moisi et cela avait une apparence douteuse... Il émanait de cet endroit une atmosphère qui m’avait donné la chair de poule.

« C-Cet endroit me fait peur. Y a-t-il des fantômes ici ? » demanda Elze.

« Q-Qu’est-ce que tu dis, Elze-dono ? L-Les fantômes ne viendraient pas ici, ils ne le feront pas ! » Yae avait répondu aux murmures d’Elze d’une manière hyperbolique. Cela mit à part... Est-ce que les filles peuvent arrêter de tirer sur mon manteau ? C’est difficile de marcher quand elles font ça tout le temps...

Linze, d’un autre côté, marchait résolument dans le couloir. Elle a de la volonté celle-là.

La lumière produite par Linze était la seule chose qui éclairait la zone, donc nous la suivions en nous tenant très près d’elle. Alors que nous avions continué le long de ce passage, le plafond était progressivement devenu plus haut jusqu’à ce que le chemin débouche sur une grande salle.

« Qu’est-ce que c’est ça... ? » J’avais vu ce qui semblait être une sorte d’écriture tracée sur le mur devant nous. Elle faisait quatre mètres de haut et dix mètres de large... les lignes tracées à travers elle avaient séparé l’écriture en colonnes. Chaque colonne avait une trentaine de centimètres de largeur et contenait chacun des éléments d’écriture.

En y regardant de plus près, tout cela ressemblait plus à des pictogrammes qu’à des lettres. Cela m’avait fait me souvenir des langues anciennes, comme celle des Mayas ou des Aztèques.

« Linze... peux-tu lire ces symboles ? » demandai-je.

« Je ne peux pas... Je ne comprends pas ce que sont ces lettres. Dans tous les cas, cela ne semble pas être une ancienne langue utilisée pour la magie..., » Linze ne m’avait pas regardé quand elle avait répondu à ma question, elle avait tout simplement gardé son attention dirigée vers le mur.

Cet endroit était clairement d’importance historique. Même un œil non entraîné comme le mien pourrait reconnaître un tel fait. Plutôt que de trouver en ces lieux un trésor ou du butin, c’était quelque chose de très différent. Mon sort de [Localisation] devait avoir reflété ce sentiment quand je l’avais utilisé précédemment.

Oh, c’est vrai. Je devrais capturer ce moment en faisant une photo, avec mon smartphone en main, j’avais appuyé sur le bouton de mon application photo, et un flash éblouissant avait illuminé la pièce pendant un moment.

« Ah ?! C’était quoi !? » Yae et les autres avaient été surprises par le soudain flash. J’avais levé mon smartphone pour montrer que tout allait bien, et elles avaient toutes poussées un soupir.

Je suppose qu’elles se sont enfin habituées à mes excentricités. Attends, je ne devrais pas dire des choses comme ça à propos de moi.

J’avais pris plusieurs photos des différentes sections du mur, en m’assurant d’avoir au moins une photo de chaque partie. C’était vraiment difficile... Pourquoi quelque chose d’aussi inhabituel se trouvait-il dans un endroit comme celui-ci ?

« Hé ! Venez ici une seconde ! » Elze, qui cherchait ailleurs, avait soudainement fait entendre sa voix. Elle pointait une partie du mur du côté droit de la pièce.

« Il y a quelque chose d’enterré ici, » là où je regardais, il y avait une pierre brun clair qui était toute boueuse et qui était encastrée dans le mur. Elle faisait environ deux centimètres de diamètre. Une gemme... ? C’était possible que cela en soit une de mauvaise qualité et tout sale...

« Il s’agit... d’une pierre de sort. C’est même une pierre avec un attribut de Terre ! Si nous y injectons de la magie, il devrait se passer quelque chose ! » déclara-t-elle.

« Quelque chose... ? Ne serait-ce pas un piège ? » demandai-je.

« Je ne peux pas le dire avec certitude que cela n’est pas un piège... mais quelque chose comme ça ne serait pas considéré comme classique en ce qui concerne la lutte contre les intrus, » l’explication de Linze avait clairement du sens... Mais je ne pouvais toujours pas enlever cette anxiété. Quand il y avait un tel bouton, naturellement vous voudriez le pousser, non ? Dans ce cas, ça aurait pu être un piège... Eh bien, peut-être que je suis juste en train de me faire des idées...

« Eh bien, Touya. Faites circuler un peu de fluide magique dedans ! » demanda Elze.

« Pourquoi moi !? » Je m’étais vite tourné vers Elze en réponse à sa remarque désinvolte. Ne penses-tu pas que ça pourrait être piégé, jeune fille ?

« C’est un sort de Magie de Terre, donc ce n’est pas pour n’importe qui, mais tu peux quand même le faire, n’est-ce pas ? » demanda Elze.

Hmm... Je pense qu’elle marque un point, Linze avait une affinité pour la Lumière, l’Eau et le Feu... Elze avait une affinité avec Néant, et Yae n’avait aucune capacité pour la magie. Et moi, j’avais évidemment une affinité pour tous les éléments. Donc je suppose que je n’ai vraiment pas le choix, hein.

« ... Pourquoi avez-vous toutes reculé maintenant ? » demandai-je.

« C’est juste au cas où... » « On sait jamais ! » « C’est mieux d’être sûre que d’être désolée ! » Tout le monde s’éloignait de moi tout en souriant légèrement alors qu’elles plissaient leurs yeux en raison de l’anticipation. Tout en poussant un soupir, j’avais canalisé de la magie à travers l’ancienne pierre magique.

Bzzzzzzzz... Le sol lui-même avait commencé à gronder et avait tremblé, puis soudain, le mur devant moi s’était transformé en sable tout en révélant un trou béant. Belle ouverture de porte que nous avons là...

« Qu’est-ce que c’est ? » Nous avions regardé à travers le trou laissé par le mur défait, et nous avions vu quelque chose au milieu d’une autre pièce. Il s’agissait de quelque chose qui était couvert de poussière et de sable.

La meilleure façon de le décrire était... Je suppose que la première chose qui m’était venue à l’esprit était le corps d’un insecte. Un criquet, peut-être ? Oui, cela ressemblait à un criquet. Il avait un corps central rond, un peu comme un ballon de rugby ou une amande, avec six jambes minces qui en sortaient. Cependant, certaines pattes étaient cassées.

Il était de la taille d’une petite voiture. Imaginez un criquet mort avec tous ses membres arrachés, c’était un peu quelque chose comme ça... ?

Mais il avait également eu une forme simplifiée et rationalisée... C’était plus comme si cela avait été conçu comme une machine que comme une créature vivante. Cela semblait franchement être un peu comme une œuvre d’art abstrait.

« Quelle est cette chose ? Une sorte de statue ? » Elze regardait la chose sous différents angles. En regardant de plus près, il y avait un orbe rouge proche de la taille d’une balle de baseball visible à l’intérieur de la tête de la chose ? Torse ? Eh bien, il était à l’intérieur de ce qui aurait pu être soit la tête ou le torse de la chose.

Je ne pouvais pas le dire à cause de la poussière et du sable recouvrant la surface, mais il semblait être fait d’un matériau semi-transparent... Est-ce fait en verre ? Je ne pouvais pas vraiment le voir très clairement à cause de l’obscurité.

« Linze... combien de temps es-tu en mesure de maintenir cette [Sphère de Lumière] ? » demandai-je.

« Euh !? Eh bien... La magie de lumière n’est pas mon fort... mais je devrais être capable de la tenir pendant environ deux heures, » Linze gonfla ses joues, levant les yeux vers la sphère de lumière suspendue dans les airs.

« Hein ? La lumière ne devient-elle pas un peu plus sombre ? » demandai-je.

« Il n’y a pas de variation à ce sujet. Il est devenu plus sombre... A-Attendez..., » déclara Linze.

« Touya-dono ! » Après le cri d’Yae, mon regard se tourna pour voir l’orbe rouge qui commençait à briller à l’intérieur de la tête du criquet. Le criquet avait commencé à remuer et à faire tomber la poussière et le sable présent sur lui.

« Touya ! Il absorbe la magie de la [Sphère de Lumière] ! » Voilà pourquoi la lumière devient plus faible ! L’éclat de l’orbe à l’intérieur de la chose avait commencé à s’intensifier et à s’éclairer, et assez rapidement, il avait commencé à remuer encore plus violemment.

En aucune façon... cette chose n’est-elle pas réellement vivante ?

Ses pattes cassées se régénéraient lentement. Était-il en sommeil, attendant que le pouvoir magique vienne et le soigne ?

Sssskkkkrrrrreeeeeeee ! Sssskkkkrrrrreeeeeeee ! Sssskkkkrrrrreeeeeeee !

« Gah...! Qu’est-ce que... !? » Un soudain bruit aigu s’était réverbéré à travers la pièce, assaillant directement mes oreilles en produisant une douleur. Le bruit avait déchiré la pièce, assez fort pour faire frémir mon corps comme si j’avais été électrocuté. Le son avait même commencé à endommager la pièce. Oh merde ! Nous allons être enterrés vivants !

« [Porte] ! » La porte de lumière était apparue à la suite de mon ordre. Tout le monde avait couru l’un après l’autre afin d’atteindre une zone sûre au-dessus du sol. J’avais été le dernier à entrer dans la [Porte], mais pas avant que je ne vois le criquet se lever et se diriger vers moi avec une vitesse monstrueuse. Comme une lance projetée sur sa cible, il avait foncé vers moi et avait réduit l’écart jusqu’à arriver à cinq mètres de moi en un instant.

J’avais foncé pour sauter dans ma [Porte] et j’avais atterri à plat ventre. J’avais alors désactivé mon sort de [Porte] dès que les ruines au-dessus du sol étaient arrivées dans mon champ de vision. Nous avions à peine évité d’être enterrés vivants.

« Qu’est-ce que c’était ? »

« Je n’ai jamais vu un tel monstre auparavant, je n’ai pas..., » Elze et Yae avaient regardé vers l’entrée des ruines souterraines, alors que toutes deux étaient emplies de tension et d’anxiété. Un grondement profond était venu du sous-sol. Quelque chose comme un tremblement de terre se déroulait en ce moment.

Un son rugissant résonna du fond des ruines, accompagné de plusieurs projections de débris et d’un nuage de poussière. La chambre souterraine avait probablement cédé. Dans tous les cas, ce monstre maudit avait été définitivement écrasé là dessous.

Il n’y avait que du silence autour de nous alors que tout le monde reprenait leur souffle.

...Rrrrreeeeee...

Ce bruit... Aucune chance... !

Kkkrrreeeeee...

Cela devient de plus en plus proche.

Sssskkkkrrrrreeeeeeeeeee !!!

Alors que la terre se fendait soudainement en produisant un important bruit, la créature avait traversé le sol et était apparue devant nous.

***

Partie 4

Un corps en forme d’amande avec six pattes allongées qui sortaient de là. Un corps de cristal, magnifiquement scintillant et brillant comme de l’eau sous le soleil. Cet être translucide était vivant, et c’était une sorte de créature en cristal.

La créature avait déplacé ses pattes et avait commencé un déplacement latéral. Les murs en ruines s’effondraient alors qu’il se déplaçait, coupés tel un couteau qui passait à travers du tofu. Franchement, c’est vraiment tranchant !

« Apparais, ​​feu ! Duo cramoisi : [Flèche de feu] ! » Linze avait attaqué la créature avec un barrage répété de flèches enflammées. Mais la créature n’avait même pas essayé d’esquiver ces tirs, choisissant simplement de les encaisser tout en restant stoïque. Non attends... cela les absorbe. Les flèches de feu étaient aspirées dans la créature, les unes après les autres !

« Absorbe-t-il les attaques magiques ? » demandai-je.

« Zut... Dans ce cas... ! » Yae s’élança, frappant le criquet avec une force meurtrière. Cependant, ce qui était censé être une frappe de mort sûre n’était rien de plus qu’une égratignure pour lui.

« C’est extrêmement solide ! » déclara-t-elle.

« Prends ça... ! » Elze avait suivi l’attaque d’Yae avec un énorme coup de poing qui avait touché le côté du criquet. Cependant, même si elle l’avait poussé un peu sur le côté, son coup de poing n’avait eu aucun réel effet.

Une des jambes de cristal de la créature semblait viser Elze. Elle avait alors esquivé ça. C’était une bonne chose qu’elle fasse ça, car sinon elle aurait été embrochée.

« Comment pouvons-nous arrêter cette chose !? » Cette créature absorbait la magie... et les lames ne pouvaient pas l’endommager. Que devrais-je faire... ? Attends... si la magie d’attaque frontale ne fait rien, alors... peut-être que nous puissions essayer une approche indirecte.

« [Glissement] ! » Au moment où j’avais lancé le sort, ciblant le sol sous les pieds du criquet, il avait trébuché et s’était écrasé sur le sol. Parfait !

« Linze ! Il ne faut pas lancer des sorts directement sur lui, mais utiliser indirectement l’environnement pour l’affecter, » dis-je.

« Je vois... Compris ! Viens à moi, Glace ! Grande Masse de Glace : [Rocher de Glace] ! » Linze avait décidé de lancer un sort de glace. Puis, une énorme masse de glace était apparue au-dessus de la créature... et elle lui était tombée dessus ! Outch. Cela doit faire mal. La créature pouvait absorber directement la magie quand elle était lancée contre elle, mais elle ne pouvait pas absorber des objets qui avaient été créés à l’aide de la magie.

Skree ! Créant un bruit étrangement semblable aux charnières d’une porte rouillée, la créature était clairement enragée. Mais il semblait que même des objets créés par magie ne pouvaient que causer des dégâts mineurs, cette créature était vraiment trop solide !

Profitant de sa brève incapacité, Elze avait sauté vers lui à la vitesse d’une balle. « [Accélération]... ! Pleine Accélération ! » En utilisant [Accélération], une magie du Néant qui permettait d’augmenter les capacités physiques de son lanceur, Elze avait effectué une frappe dévastatrice sur l’une des pattes de la créature.

La patte avait été détruite en un battement de paupière, accompagné par le bruit de verre qui se brisait.

« Impressionnant ! » Bien sûr, cette chose pourrait être endommagée. Même si nous ne pouvions que lui faire que de faible dommage chaque fois, cela signifiait que nous serions en mesure de gagner !

« Skkrrrr... Sssskkkrreeeeee ! » Le criquet laissa échapper un autre cri perçant, et l’orbe rouge dans sa tête commença à doucement luire. Presque comme si cela réagissait à la lueur, la jambe brisée s’était régénérée sans effort. Hé... impossible que cela se produise ainsi...

« Elle se régénère..., » Elze resta stupéfaite pendant un moment, donnant à la jambe nouvellement régénérée l’occasion de frapper. En un instant, la patte s’était déplacée et avait transpercé en profondeur son épaule droite. Comme son rythme de combat avait été brisé, elle n’avait pas réussi à l’éviter.

« Gwagh...! »

« Merde ! » Elze avait bondi afin de se mettre hors de portée d’autres attaques opportunistes. Du sang avait commencé à couler de la plaie sur son épaule, tachant ses vêtements d’un cramoisi profond. Elle avait été mise à genoux avec de la sueur sur son front.

« Yae ! Linze ! Bloquez cette chose ! » Les deux filles avaient hoché la tête et s’étaient mises au travail. Yae l’avait distraite avec la vitesse pure pendant que Linze avait conjuré plus de blocs de glace. Pendant que les deux filles distrayaient la créature, je me dirigeai vers Linze et jetai de la magie curative. Une douce lumière enveloppa son épaule et le sang cessa de couler de la blessure alors qu’elle se refermait.

« Merci... je vais bien maintenant, » comment peux-tu dire ça ? Même si la plaie s’était refermée, le dommage était toujours présent.

Régénération... la propriété d’absorber la magie... une carapace anormalement solide... comment pourrions-nous le battre ? Avait-il vraiment un point faible ?

« Même si on le brise, ça peut se régénérer ! Comme c’est futile ! »

« ... Attends... quand nous avons trouvé la créature, elle était cassée à plusieurs endroits, alors pourquoi est-ce qu’elle va bien maintenant... ? » Je m’étais souvenu qu’il avait absorbé le sortilège de Linze puis qu’il avait régénéré. Attendez, avait-il besoin d’énergie magique pour se régénérer ? L’orbe à l’intérieur de sa tête brillait chaque fois que cela s’était produit. Se pourrait-il que l’orbe fût le noyau, en quelque sorte du genre ?

« Elze, » j’avais après ça dit à Elze le plan que j’avais imaginé.

« Huh? Peux-tu réellement faire cela ? »

« Je ne suis pas sûr... Mais ça vaut le coup, non ? »

« ... Tu as raison. »

J’avais stabilisé mon souffle et j’avais regardé la créature, concentrant mon esprit sur ce que je voulais faire. Parce qu’elle avait un corps transparent, je pouvais parfaitement distinguer ma cible !

« [Récupération]. » Soudain, le petit orbe rouge doux était dans mes mains. Je l’avais donc fait ! « Elze, je l’ai ! »

« [Accélération] ! » J’avais lancé le petit orbe dans les airs, où il rencontra bientôt le poing d’Elze. Se trouvant pris en sandwich entre le poing d’Elze et le sol, le petit orbe avait finalement été brisé en morceaux.

« Et maintenant ? » Après que son noyau avait été détruit, la créature avait cessé de bouger. Finalement, des fissures s’étaient répandues sur son corps qui s’était brisé avant de s’effondrer en provoquant un fort bruit. La créature en cristal était finalement vaincue, alors que ses restes scintillaient au soleil.

Nous avions attendu un moment pour voir si ça se régénérerait, mais cela ne s’était jamais produit.

« Hm... » Il y avait un soudain manque de tension dans l’air en raison de notre victoire, alors je m’étais assis par terre.

J’étais tout simplement content que l’idée que j’avais soudainement eue à ce moment-là ait tellement bien réussi. Si le sort de [Récupération] avait échoué, je ne savais pas comment cela aurait finit. J’avais lancé mon sort plus vite qu’il ne pouvait l’absorber, et cela avait apparemment bien fonctionné, étant donné que j’avais réussi à retirer le noyau.

J’avais levé la tête pour voir qu’Yae et Elze étaient aussi assises par terre. Pendant ce temps, Linze semblait être occupée à chercher parmi les fragments brisés du monstre.

« Cela... pourrait effectivement être un matériau semblable à de la pierre de sort ! »

« De la pierre de sort, vraiment ? »

« Oui. Les propriétés de ces pierres incluent également l’amplification de la magie, l’accumulation de la magie et la réutilisation de cette magie comme s’il s’agissait d’énergie. Le monstre avait absorbé les énergies magiques des autres sorts et l’avait utilisé pour se régénérer... ou peut-être c’était plus une capacité défensive. Peu importe, la créature a aussi utilisé l’énergie magique pour attaquer. Amplification, accumulation et utilisation... ce sont les trois propriétés de cette pierre. »

Se pourrait-il qu’il n’eût pas la capacité de faire de l’énergie magique par elle-même... ? Était-ce la raison pour laquelle elle était restée bloquée dans les ruines ? Mais attendez, l’énergie magique circulait à travers le monde. Est-ce que cette pièce bloquait cette magie terrestre en ayant une sorte de sceau anti-magie ? Toute cette scène était une énigme enveloppée dans l’incertitude.

« Ne devrions-nous pas signaler ce genre de chose à la guilde ? »

« Non. Étant donné que cela impliquait les anciennes ruines trouvées dans l’ancienne capitale, nous devrions probablement informer directement le gouvernement. Je pense que nous devrions rapporter cela au duc, » eh bien, cela avait un sens pour moi. Cela semblait un choix judicieux compte tenu de la situation. Avec ça, nous étions partis voir le duc.

« [Porte] ! »

*

« Je vois... Donc, il y avait de telles ruines dans l’ancienne capitale..., » le duc Alfred croisa les bras comme s’il réfléchissait en ce moment, puis il se pencha en arrière dans sa chaise. Sue et la duchesse Ellen étaient allées faire une promenade, donc malheureusement je n’avais pas eu l’occasion de les voir. Nous étions allés dans le salon où nous avions annoncé au duc l’essentiel de ce qui était arrivé.

« Très bien. Cette situation peut concerner la famille royale. Je prendrai des dispositions pour qu’un groupe de recherche au nom du pays soit envoyé afin d’enquêter. Bien sûr, nous allons aussi essayer d’en savoir plus sur ce monstre. »

« Oh ! Hmm, les ruines souterraines se sont effondrées, il pourrait donc être un peu difficile d’enquêter. »

« Quoi !? Oh mon cher... je suis curieux de savoir ce qui avait pu être écrit sur ce mur que vous avez mentionné..., » le duc baissa ses épaules en raison de sa déception. Nous avons fait quelque chose de mal là-bas. Non attendez ! Nous n’avons rien fait ! Ce monstre a détruit l’endroit, et non pas nous !

« Oh, le texte sur le mur. Ne vous inquiétez pas, nous pourrions encore être en mesure de le faire. J’ai pris une photo de celui-ci. »

« Pho-to...? » J’avais ouvert la photo dans l’application galerie de mon smartphone et je lui avais montré le texte.

« Qu-Qu’est-ce que c’est que ça !? »

« C’est un sort de la magie du néant. Il permet d’afficher des images qui ont été captées par cette chose-là. »

« J-Je vois... vous êtes toujours plein de surprises, n’est-ce pas ? » Le duc Alfred avait été merveilleusement trompé par mon mensonge. Je suis désolé. Je m’étais excusé dans ma tête. C’est un peu difficile à expliquer autrement.

« Si vous me donnez du temps, je peux le transcrire pour vous. »

« S’il vous plaît, faites ainsi. Cela pourrait justement être la clé afin de résoudre le mystère de la délocalisation de la capitale qui a été effectué il y a mille ans. » Oh, il semblerait que même les personnes du pays ne savaient même pas pourquoi la capitale avait été déplacée.

Je pensais qu’ils auraient laissé une trace d’un événement aussi important quelque part dans certaines archives officielles. Là encore, s’il avait raison, alors ce texte pourrait même être exactement ce que nous venions de trouver. Il pourrait même avoir eu des informations sur la créature de cristal que nous avions rencontrée.

J’avais compris la faiblesse de la créature. J’étais confiant dans le fait que je pourrais probablement le battre si jamais nous devions combattre une autre de ces créatures.

Mais je ne pouvais toujours pas sortir quelque chose de mon esprit. J’avais le sentiment que la vieille capitale qui se trouvait dans cet état avait quelque chose à voir avec la créature de cristal...

Tout en ayant un sentiment d’incertitude sur l’ensemble de l’épreuve qui nous attendait, nous avions laissé le reste entre les mains de Duc Alfred et nous avions quitté sa propriété.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire