Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 8

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Plus on est de fous, plus on rit ! Doublement de joie, moitié moins de chagrin

Partie 8

Puisque nous étions déjà dans la capitale royale, nous avons décidé de ne pas louper cette occasion. Nous n’étions certainement pas à court d’argent, nous avions donc ainsi décidé de faire du shopping. Ou plutôt, cela avait été décidé à ma place. Il me manquait ce qu’il fallait pour résister à la volonté des trois filles.

Nous avions laissé notre chariot à l’auberge, même si cela allait nous coûter un peu d’argent parce que nous n’avions pas prévu de rester la nuit, et avions décidé que nous nous réunirions là dans trois heures.

Les trois filles étaient allées quelque part ensemble, mais j’avais choisi de faire quelque chose par moi-même. Je ne voulais vraiment pas être leur porteur. Sans oublier qu’il y avait quelque chose que je voulais m’acheter moi aussi.

J’avais donc sortit mon smartphone, trouvé ma position sur la carte et... j’avais réalisé que la capitale était énorme. Honnêtement, je n’aurais pas attendu à moins. Y a-t-il une fonction de recherche ? Très bien, a-r-m-u-r-e-r-i-e...

Assez rapidement, plusieurs épingles étaient apparues sur la carte, montrant les emplacements des boutiques d’armures dans la région. La plus proche était... juste en face de moi ? J’avais levé la tête pour voir une boutique d’armure avec un signe de bouclier devant elle. Je n’avais même pas eu à la chercher...

« Bienvenue ! » J’étais entré dans le magasin pour voir une abondance absolue de boucliers, d’armures, de gantelets et de casques. Derrière le comptoir au fond de la pièce, j’avais vu un commerçant à l’air chaleureux qui me souriait.

« Excusez-moi, puis-je jeter un coup d’œil ? »

« N’hésitez pas ! Essayez aussi ce que vous voulez. » M’ayant donné sa permission, j’avais commencé à regarder attentivement les pièces d’armure. Je m’étais dévolu à l’armement depuis que j’avais acheté un katana pour effectuer ma première requête de la guilde, et à ce moment-là, j’avais en quelque sorte remis l’achat de l’armure à plus tard. Mais être ici m’avait donné une bonne occasion d’en profiter, et je n’étais pas sur le point de la manquer. C’était la capitale royale, après tout, alors je pensais que je pourrais aussi bien obtenir quelque chose de génial.

D’accord, maintenant... J’apprécie beaucoup la mobilité, donc je ne pense pas que je sois adapté à une sorte d’armure métallique. Se déplacer en armure complète doit être un véritable enfer.

Mon choix allait donc se porter sur des types d’armures plus légères, comme le cuir...

« Excusez-moi, quelle est la meilleure armure que vous avez ? Ah, non métallique, je veux dire. »

« Non métallique ? Ce serait probablement cette armure de rhinocéros tacheté. »

« Rhino tacheté ? »

« Exactement, un rhinocéros avec des taches dessus. L’armure faite à partir de sa peau est plus dure et plus durable que celle fabriquée à partir de cuir standard. » J’avais essayé de frapper avec mes poings sur l’armure et c’était très dur, en effet.

« Et c’est encore plus léger que l’armure métallique ? »

« Eh bien... à moins que ça ne soit enchanté, c’est comme ça la plupart du temps. »

Enchanté... C’est la chose où ils ajoutent des effets magiques à l’équipement, non ? J’avais entendu dire que certains objets enchantés hautement convoités pouvaient être trouvés dans des ruines antiques, mais le royaume magique en Extrême-Orient les avait produits en grand nombre.

« Vendez-vous des armures enchantées ? »

« Désolé, mais nous n’en vendons pas. Un équipement comme celui-là est vraiment cher. Je pense que Berkut, l’armurerie de l’avenue de l’Est, vend des choses comme ça, mais c’est exclusif aux nobles. » Le commerçant avait répondu avec une expression troublée.

Exclusif aux nobles, hein ? Assez problématique — attendez. « Me laisseraient-ils entrer si je leur montrais ça ? »

« Qu’est-ce que c’est... ? c-c’est le duc... ! Êtes-vous un proche du duc, monsieur ? » En voyant la médaille que j’avais reçue du duc, le commerçant avait immédiatement changé d’expression.

« Tout devrait aller, alors. Si le duché vous approuve, il n’y aura pas de problème du tout. » Je lui avais donné une pièce d’argent pour compenser le temps perdu, puis j’avais quitté le magasin. Après cela, en faisant référence à ma carte, j’étais parti à la recherche de l’armurerie Berkut.

En traversant la capitale royale, je ne pouvais cacher ma surprise face à toutes les races non humaines qui erraient ici et là. Il y en avait beaucoup, toutes avec leurs traits uniques, mais ce qui attira davantage mon attention étaient les hommes bêtes.

Je n’en ai pas vu un seul dans Reflet, mais ici, vous ne pouviez pas les manquer même si vous essayiez. Ces hommes bêtes n’étaient pas ceux avec des corps humains et des têtes d’animaux, comme, disons, le Minotaure — ils étaient comme la fille-renard marchant devant moi. Les oreilles et la queue mises à part, elle n’était pas différente d’un humain normal. Grande, cheveux blonds avec des oreilles de renard tout aussi lumineux, sauf pour les pointes noires. Une grande queue moelleuse avec une extrémité blanche. Elle avait également une autre paire d’oreilles, des oreilles humanoïdes, tout comme les nôtres. Linze avait dit quelque chose à propos des deux paires ayant une relation principale-subordonnée, mais je n’avais pas vraiment compris les détails...

Oh ? Cette fille-renard semblait vraiment perdue et confuse... Cherchait-elle quelqu’un ? Son expression semblait vraiment troublée. Et pourtant personne ne l’aidait. Les gens de la capitale semblaient aussi froids que ceux de mon monde.

C’est bon, je suppose que je vais devoir aller lui parler.

« Euh... tout va bien ? »

« O-Oui ?! Qu’est-ce que ch'es ?! »

Oups, je l’ai tellement surprise qu’elle a oublié comment prononcer des mots. Elle m’avait regardé avec les yeux grands ouverts. Je devais la faire se calmer. Après tout, je n’étais pas un pervers bizarre ou quoi que ce soit... Ou du moins, c’est ce que je pensais. Pourquoi était-elle si effrayée, j’avais commencé à perdre confiance dans ma réussite.

« Eh bien, il semblait que tu avais des ennuis. Je me demandais juste ce qui se passait. »

« Ah, euh... j’ai... j’ai perdu mon compagnon... »

Ah, alors elle était perdue après tout.

« N-Nous avons décidé où nous allions nous rencontrer si jamais nous étions séparés, m,-mais je ne sais pas où est cet endroit... »

La voix du petit renard devenait peu à peu faible. Je pourrais jurer que je venais de voir ses oreilles et sa queue s’affaisser d’une manière profondément triste.

« Comment s’appelle cet endroit ? »

« Euh... je pense que c’était un magasin de magie appelé Luca... ? »

Un magasin de magie nommé Luca... j’ai compris. J’avais sorti mon smartphone, j’avais fait une recherche sur la carte... Et voilà. C’était sur le chemin vers celui de Berkut. Pratique.

« Je peux t’y conduire. C’est de toute façon sur le chemin de l’endroit où j’allais. »

« Vraiment ?! Merci inchiniment ! » Oh, elle a mal prononcé à nouveau. Quelle charmante petite créature ! Elle était probablement plus jeune qu’Elze et Linze. Douze, peut-être treize ans... ?

En suivant la carte, nous avions marché dans les rues. Sur le chemin, j’avais appris qu’elle s’appelait Arma.

« Êtes-vous un touriste ici, monsieur Touya ? »

« Non, j’avais du travail à faire. Cependant, il est déjà terminé. Et toi, Arma ? »

« Ma sœur avait du travail à faire ici, et je l’ai rejointe. Je voulais voir la capitale, » Arma laissa paraître un sourire éclatant. C’était presque comme si l’expression troublée d’avant n’avait jamais existé.

Comme nous passions notre temps à bavarder, nous arrivâmes assez rapidement à la boutique de magie. Il y avait une bête en face d’elle. En remarquant Arma, elle avait rapidement couru vers nous.

« Arma ! »

« Ah, Sœurette ! » Arma courut directement dans la poitrine de sa grande sœur. La dame l’avait instantanément étreinte. Aussi évident que cela puisse paraître, elle était aussi une femme-renard et aussi clairement plus âgée. Probablement une adulte. L’aura de dignité qui l’entourait la faisait ressembler à un soldat.

« J’étais si inquiète ! Comment peux-tu te perdre... ?! »

« Je suis tellement désolée... Mais ça va ! Monsieur Touya m’a aidé à arriver ici. » Constatant enfin ma présence, la dame me fit un salut sincère.

« Avez-vous aidé ma sœur ? Merci beaucoup. »

« Ce n’est rien, vraiment. Je suis juste content de l’avoir rencontrée. »

Elle avait voulu me récompenser, mais j’avais refusé parce que j’avais des affaires à régler. Ce que j’avais fait ne valait pas le moindre remboursement. Après une brève présentation, j’avais pris congé. Arma ne pouvait pas s’arrêter de me faire des signes de la main alors que je m’éloignais.

Alors que je me dirigeais vers Berkut après les avoir laissées derrière, je ne pouvais pas m’empêcher de remarquer que les bâtiments et les magasins autour de moi devenaient de plus en plus raffinés. Après un moment, j’avais finalement atteint ma destination.

« Bon sang, cet endroit a l’air vraiment cher... » Ce bâtiment officiel en brique m’avait fait me sentir un peu timide. C’était comme un magasin de marque.

Je ne me sentais pas à ma place. Il me semblait qu’ils prendraient même un droit d’entrée. Eh bien, ce n’était pas comme s’il y avait des gardes ou quoi que ce soit. Sachant que rester planté là ne m’amènerait nulle part, j’avais pris une profonde inspiration et je suis entré.

En franchissant la porte grandiose, j’avais été rapidement accueilli par une jeune femme.

« Bienvenue à Berkut. Êtes-vous ici pour la première fois, monsieur ? »

« Effectivement. Je n’ai jamais été ici auparavant. »

« Eh bien. Pourriez-vous avoir un moyen de prouver votre statut social ou une invitation vous permettant de faire des achats ici ? »

Je vois. Aucun opportun autorisés, hein ? Uniquement les nobles et leurs invités. J’avais sorti la médaille du duc et l’avais montrée au commerçant. Contrairement à l’homme du magasin précédent, la dame n’était pas du tout perplexe et ne faisait que baisser la tête.

« Tout est pour le mieux, alors. Merci beaucoup. Maintenant, pour quelle affaire êtes-vous venu ici ? »

« J’aimerais jeter un coup d’œil à vos armures enchantées. »

« Entendu. » Je l’avais suivie jusqu’à un coin de la boutique, où j’avais rencontré un éventail d’armures variées, des plaques brillantes avec une lueur mystificatrice aux gants de cuir bon marché qui ne semblaient en aucune manière spéciaux.

« Sont-ils tous enchantés ? »

« C’est exact. Par exemple, ce Bouclier de Miroir d’Argent est enchanté pour réfléchir les sorts offensifs, alors que ce Gantelet de Force de Demi-Dieu a un enchantement de renforcement musculaire placé directement dessus. » ... Eh bien, je pourrais certainement ressentir de la magie venant d’eux. Maintenant, quand est-ce que je suis devenu capable de percevoir cela ? Probablement une intervention divine. Je ne devrais pas trop y penser.

« Monsieur, que cherchez-vous exactement ? »

« Ah, quelque chose de non métallique... Fondamentalement, une armure légère, mais durable. »

« Dans ce cas... pourrais-je suggérer cette veste en cuir ? Elle est enchantée pour résister aux lames, aux flammes et à la foudre. » Hmm... Ça sonnait bien, mais le design était juste... Le mot ringard était un bien faible mot pour dire à quel point c’était de mauvais goût. En outre, la broderie draconique sur le dos était tout simplement embarrassante.

Soudainement, j’avais remarqué un manteau blanc qui pendait au coin de la boutique. C’était un long manteau avec des fourrures sur les manches et le col.

« Et à propos de celui-là ? » Dis-je en pointant du doigt le manteau que j’avais remarqué.

« Il est enchanté pour être résistant à la lame, la chaleur, le froid et les coups. De plus, il a une résistance élevée à la magie offensive, mais il y a un petit problème avec ça... »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« La résistance à la magie ne fonctionne qu’avec les affinités magiques du porteur. Non seulement cela, mais cela leur fait subir des dommages doubles pour des affinités qu’ils n’ont pas. »

... Donc, quelqu’un avec une affinité au Feu serait très résistant au feu, mais s’il n’avait pas d’affinité avec le Vent, la résistance à la foudre serait non seulement inefficace, mais aussi lui ferait double dommage... Une vraie épée à double tranchant. Cela ferait des merveilles si le porteur combattait des monstres du même élément, mais quand ils allaient au-delà, les risques étaient bien trop grands...

Eh bien, ce n’est pas comme si cela avait de l’importance pour moi ! Après tout, j’ai une affinité pour tous les éléments ! Gagné !

« Puis-je l’essayer ? »

« Allez-y. »

J’avais pris le manteau, examiné la texture et l’avais mise sur moi. La taille était bonne. J’avais essayé de bouger un peu, et cela n’avait pas semblé nuire à ma mobilité, et je ne l’avais pas senti non plus. Je l’avais donc bien aimé.

« Combien pour celui-ci ? »

« Nous le faisons bon marché et nous le vendrons pour huit pièces d’or. »

Chacun d’eux avait à peu près la taille d’une pièce de cinq cents yens et avait la gravure d’un animal ressemblant à un lion. Et c’était après l’avoir rendu bon marché ? C’était un sacré coup à mon portefeuille, si vous me le demandez... était-ce un prix correct, cependant, compte tenu des effets. Mon sens de la valeur de l’argent était vraiment déformé...

« D’accord, je vais le prendre. Voici le paiement. »

« Une pièce de platine, comprise. S’il vous plaît, attendez un moment. » Elle retourna au comptoir et revint avec un plateau d’argent contenant deux pièces d’or. Je les pris, les plaçai dans mon portefeuille et me dirigeai vers la sortie.

« Merci beaucoup pour votre achat. Nous attendons avec impatience votre prochaine visite ! » Elle inclina la tête et me vit partir alors que je quittais Berkut.

Et donc, j’ai finalement eu une bonne armure. Elle m’a coûté un bras et une jambe, bien que...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !
    PS: Une armure légèrement puissante pour un héros légèrement puissant XD

Laisser un commentaire