Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 7

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 2 : Plus on est de fous, plus on rit ! Doublement de joie, moitié moins de chagrin

Partie 7

Le jardin du vicomte possédait un dojo.

En entrant, je ne pouvais pas retenir ma surprise. Après tout, il ressemblait exactement à un dojo de kendo japonais.

Un plancher de bois poli, plusieurs épées de bois accrochées au mur... avec un véritable sanctuaire.

« Ce bâtiment a été planifié par M. Jubei, et il a été construit par mon père. Il a été conçu pour avoir une esthétique d’Eashen, comme vous pourriez le constater. »

« Cela me rappelle le dojo à la maison... Ça me rend nostalgique. »

Comme ça on est deux, Yae. Aller à Eashen va bientôt être en tête sur ma liste des priorités.

« Choisissez l’épée en bois qui vous convient le mieux. Ils sont alignés par la taille de leur prise. » Après s’être vêtu d’une tenue d’entraînement, le vicomte fixa sa ceinture et saisit une épée de bois. Yae, d’un autre côté, prit quelques épées et essaya plusieurs fois de les balancer avant de décider laquelle lui conviendrait le mieux. Peu de temps après, elle se tenait face à face avec l’homme.

« Est-ce que l’un de vous maîtrise la magie de guérison ? »

« ... Nous connaissons un ou deux sorts. » J’avais répondu en levant ma main et en regardant Linze.

« Alors il n’y aura pas besoin de se retenir. Viens à moi avec tout ce que tu as. » Quand il avait dit cela, nous étions allés nous asseoir au bord du dojo pour ne pas entraver leur combat.

Frappé par une idée subite, j’avais sorti mon smartphone. Très bien...

« Qu’est-ce que tu fais ... ? » S’exclama Linze, l’air confus.

« Juste un petit quelque chose pour le futur. » Pendant que je répondais, Elze avait pris le rôle de l’arbitre et avait pris sa place entre les combattants.

Après avoir confirmé qu’ils étaient complètement prêts, elle avait signalé le début.

« Maintenant alors... commencez ! » Alors que la voix d’Elze résonnait dans le dojo, Yae se précipita vers le vicomte à la vitesse d’une balle. Il avait arrêté le premier coup de plein fouet et paré soigneusement chacune des nombreuses attaques qui avaient suivi.

Yae recula momentanément et tenta d’adapter sa respiration. Cependant, malgré l’occasion en or, le vicomte ne l’avait pas attaquée. Au lieu de cela, il avait juste regardé ses mouvements.

Face à face, ils se serrèrent les uns contre les autres comme s’ils dessinaient une spirale intérieure. Peu à peu, la distance entre eux se rétrécit jusqu’à atteindre un point qui provoqua un autre échange d’épées de bois... commençant une autre série de coups vicieux.

Cependant, Yae était la seule qui attaquait réellement. Le vicomte avait simplement paré, esquivé et dévié, ne montrant aucun signe de prise d’initiative.

« Je vois... Alors c’est comme ça. » Il déplaça son épée dans une position inférieure. Yae avait fixé sa cible et avait respiré pendant que ses épaules se déplaçaient de haut en bas dans une succession rapide. Il était évident qu’elle manquait d’endurance.

« Votre maîtrise de l’épée est correcte. J’irais même jusqu’à l’appeler exemplaire, car je ne vois même pas un seul mouvement inutile. C’est exactement la manière dont Jubei m’a appris. »

« Y a-t-il un problème avec ça, n’est-ce pas ? »

« Pas le moindre. Cependant... vous n’avez pas dépassé ce niveau. »

« Quoi — ?! » Le vicomte avait déplacé son épée dans une position aérienne et avait montré son premier geste d’agressivité. Je pouvais même sentir son aura électrique.

« En garde ! » Il fit un pas en avant, et avant même que je ne le remarque, bondit rapidement et réduisit la distance entre lui et Yae. L’épée qu’il tenait au-dessus de sa tête descendit rapidement vers sa tête. Yae avait répondu en positionnant son épée au-dessus d’elle-même.

Cependant... au moment suivant, elle était tombée par terre avec un son très déplaisant. Je l’entendais gémir alors qu’elle tenait un de ses côtés.

« À-assez ! » Elze avait proclamé la fin du match. Si cela avait été une vraie bataille, Yae aurait été soigneusement divisée en deux.

« Guh... »

« S’il vous plaît, évitez de bouger trop. J’ai probablement cassé quelques-unes de tes côtes. Si vous leur en donnez la possibilité, ils peuvent percer vos poumons. Vous ! Venez la guérir. »

« Ah, c’est vrai. »

Alors qu’Yae se tordait de douleur, j’avais placé ma main sur son flanc et lancé un sort de Guérison. Plus tôt que prévu, probablement en raison de la douleur déclinante, son expression était devenue calme.

« Je vais bien maintenant » après m’avoir remercié, Yae se leva et salua sincèrement le vicomte.

« Je suis reconnaissante pour vos conseils. »

« Ta maîtrise de l’épée n’a pas de côté obscur. Tu mélanges des feintes et des attaques réelles, charges et recules si nécessaire... C’est à la fois féroce et ouvert. Cependant, la manière dont tu manies l’épée ne rompt pas les limites de l’entraînement de dojo. Maintenant, je ne dis pas que c’est une mauvaise chose. Après tout, la vraie force diffère d’une personne à l’autre. » Les yeux perçants du vicomte transpercèrent Yae.

« Qu’attendez-vous de votre épée ? » Elle n’offrit aucune réponse à ses paroles. Au lieu de cela, elle leva simplement les yeux vers son épée de bois.

« C’est la première chose que tu dois apprendre. Ensuite, tu trouveras ton vrai chemin. Et quand tu l’auras fait, n’hésite pas à revenir vers moi. » Avec ces derniers mots, le vicomte sorti du dojo

« Hé, eh bien... Ça ne te dérange pas trop ! Les batailles sont toutes basées sur la chance. Si tu as perdu, tu étais vouée à l’échec de toute façon ! »

« ... Elze-dono... vous ne m’aidez pas du tout, là... » Yae regarda Elze avec une expression sévère, ce qui la fit éclater de rire.

Linze avait pris le contrôle du chariot pour nous amener au poste de contrôle par lequel nous pouvions quitter le quartier noble.

« Que vas-tu faire à partir d’ici, Yae ? Nous retournons à Reflet », avait proclamé Elze.

« Qu’est-ce que je devrais faire, je me le demande... »

Merde, elle a l’air vraiment faible. Cela me rappelait un employé inutile qui avait perdu tout espoir. Assise du côté de nos bagages, Yae regardait le ciel au loin avec son menton posé sur ses mains.

« Si tu n’as nulle part où aller, tu devrais venir avec nous à Reflet ! Ensuite, tu pourras rejoindre notre guilde, faire la fête et même parfois t’entraîner avec nous ! » Parfois ? Eh bien, j’ai un peu compris ce qu’allait faire Elze. Nous étions devenus de bons amis, donc ça aurait été un peu dommage si nous nous séparions à ce moment-là.

« Ce n’est peut-être pas une mauvaise idée, sûrement pas. »

« D’accord, c’est décidé ! »

« Vous, vous êtes si puissant... » L’efficacité d’Elze m’avait fait adopter un sourire ironique. Elle avait profité pleinement de la déprime d’Yae... ou peut-être qu’elle était juste attentionnée à sa façon ? Tout en y réfléchissant, notre chariot avait atteint le point de contrôle. Les soldats au poste étaient venus vers nous, et quand Linze leur avait timidement montré la médaille que nous avions reçue du duc, ils n’avaient pas hésité à nous laisser passer. Mon Dieu, ce duc vaut le coup.

« Le monde est un très grand endroit, c’est... Je ne pensais pas que je faisais face à quelqu’un de si fort... J’ai un long chemin devant moi, je le sens... » Yae murmura lentement ces mots.

Alors elle était toujours accrochée à ça... Ça a dû être un choc.

« Le coup final surtout... Je ne comprends pas comment c’est arrivé, je ne comprends pas. Je pensais que j’allais parer l’épée telle qu’elle venait d’en haut... mais elle m’a frappé sur mon côté... »

« C’était quelque chose ! J’étais juste à côté de toi, mais je n’ai même pas vu ce qu’il s’est passé ! C’était comme si je clignais des yeux et que tu étais soudainement allongé sur le sol, tu sais ? » Pour aider Yae à le traiter, Elze commença à expliquer avec enthousiasme ce qu’elle voyait.

« C’est vraiment dommage... Si seulement je pouvais voir cette attaque une fois de plus, si seulement... »

« Mais tu le peux, » expliquai-je.

« ... Excuse-moi ? » Mes mots nonchalants poussèrent Yae à adopter une expression plutôt stupide et à cligner des yeux à plusieurs reprises.

J’avais sorti mon smartphone, puis j'avais affiché le match que je venais d’enregistrer, et j’avais lancé la vidéo pour elle.

« Qu-Qu’est-ce que c’est ?! Ah ! Att-Attends ! Ça, c’est moi ! Et vicomte-dono ! Elze-dono, elle aussi ! »

« Whoa, c’est quoi ce bordel ?! Ça bouge ! Mais je suis juste là ! Eh ? Attends, c’est vraiment Linze ?! Sœurette ?! Non, elle est ici aussi ! Que se passe-t-il ?! »

« Calmez-vous. »

« Ow! » « Aïe...! » J’avais laissé tomber une tape légère sur le dessus de leurs petites têtes paniquées. Elles avaient vraiment besoin de se calmer. Cependant, ce n'était pas comme si ce n’était pas drôle.

« C’est... un peu comme une magie Néant personnalisée qui permet l’enregistrement d’événements pour que vous puissiez les revoir plus tard. Je l’ai utilisé pour enregistrer votre match. »

« Cette magie est réellement incroyable ! »

« Eh ? Quel est le nom de ce sort ? »

« Ah... smartphone, je suppose ? »

« Smawtforn... n’a jamais entendu parler de ça avant. Bien, peu importe. C’est une magie non élémentaire après tout. » Elze croisa les bras et inclina la tête. Yae, d’un autre côté, prit mon smartphone et regarda intensément l’écran. Assez tôt, elle était arrivée au moment où elle avait été vaincue.

« Juste ici, oui ! » L’épée qui était censée tomber sur sa tête était en fait sur mon côté tout le temps. Huh? J’étais tout à fait sûre que c’était une frappe aérienne...

« Qu’est-ce que ça veut dire...? »

« Je ne sais pas... » Demandai-je à Elze, qui la regardait à mes côtés, mais elle semblait aussi ignorante que moi.

« T-Touya-dono ! C’est possible de le revoir, n’est-ce pas ?! »

« Bien sûr que oui. Autant de fois que tu veux. Devrais-je revenir au début ? Ou juste avant ta défaite ? »

« Avant ma défaite ! »

J’avais défini le point de départ et remis le téléphone à Yae. Le vicomte s’approcha d’Yae et la frappa directement sur le côté. Il n’avait jamais visé la tête. Mais j’étais tout à fait sûr que...

« Épée de l’ombre... »

« Épée de l’ombre ? » J’étais troublée par les mots qu’elle murmura tranquillement.

« C’est une technique qui transforme un fort esprit combatif en une lame. Étant une illusion, elle n’a aucune substance. Cependant, puisqu’il est fait d’esprit, elle a une présence que vous pouvez ressentir, sûrement... C’est pourquoi, avant de le réaliser, vous reconnaissez son existence. Le vicomte a probablement attaqué avec l’ombre par le haut alors qu’il a frappé avec sa vraie lame dans mon côté. L’attaque d’en haut était constituée de son puissant esprit combatif... tandis que la vraie, que je ne pouvais pas sentir, venait du côté, il l’a fait ! Oui... J’ai mordu à l’hameçon qu’il a posé, moi ! »

Alors on lui avait montré une illusion ? Je pensais que cette douche froide la rendrait encore plus déprimée, mais elle souriait réellement. Et ça ne ressemblait pas au sourire de quelqu’un qui avait abandonné... C’était comme si elle avait réalisé quelque chose. Ses marmonnements me firent pourtant sérieusement peur.

« Mon sabre n’a pas de côté obscur, c’est sur. Maintenant, je vois ce qu’il voulait dire, oui. Parfois, vous n’attendez pas l’ouverture chez votre ennemi, mais créez-la vous-même... C’est intéressant, réellement... »

« Hey, Yae. Ça va ? »

« Je vais bien, oui. Merci, Touya-dono. Vous m’avez vraiment aidé, sincèrement. » Comme Yae semblait satisfaite, j’avais repris mon smartphone et l’avais placé dans ma poche. Eh bien, c’était bon de l’aider à retrouver le moral.

« Je vais m’entraîner beaucoup et devenir encore plus forte... Avec vous tous à mes côtés, je le ferai ! »

« C’est mieux comme ça ! Je ne l’aurais pas dit autrement ! » Yae et Elze avaient échangé un tope-là. Ah, les joies de la jeunesse.

« H-Hey, ne m’oublie pas... » Une voix légèrement amère était venue de l’avant du chariot. Oh, ce n’est pas comme si l’on t’avait vraiment oublié ! Désolé, Linze.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire