Dans un autre monde avec un Smartphone – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 3

Bannière de Dans un autre monde avec un Smartphone ***

Chapitre 1 : Un nouveau monde

Partie 3

La forêt orientale était à environ deux heures de marche de Reflet. J’avais espéré que nous serions en mesure de faire de l’auto-stop si nous en voyons-une, mais aucun chariot n’était passé. Exactement deux heures plus tard, nous étions arrivés dans la forêt.

Nous progressions dans cette forêt dense, tout en prenant conscience de l’environnement qui nous entourait. Au début, j’étais effrayé par chaque petit bruit, des oiseaux qui pleuraient aux petits animaux qui se déplaçaient parmi les arbres. Mais peu à peu, cependant, je m’étais rendu compte de quelque chose.

Légèrement, mais sûrement... je pouvais détecter la présence de choses autour de moi. Je ne pourrais pas dire ce que c’était ou si cela nous avait vus... Toutes sortes de trucs comme ça. Je me demandais ce que cela pouvait être... Une sorte de sixième sens, peut-être ? Cela aurait pu être tout simplement un autre de ces petits cadeaux de Dieu.

Tout en méditant là-dessus, j’avais remarqué une présence hostile envers nous un peu en avant et vers la gauche. Je pouvais sentir son agressivité.

« Attendez, il y a quelque chose. » Les filles s’étaient arrêtées dans leurs élans quand j’avais parlé.

J’avais continué à regarder dans cette direction alors que mon groupe se mettait en formation de combat. Comme s’il s’y attendait, une ombre noire jaillit et nous attaqua.

« Hup ! » Je paniquais et pivotais mon corps pour esquiver, me rassurant intérieurement qu’après tout, tout allait bien.

Je pouvais prédire ses mouvements. Il faisait à peu près la taille d’un gros chien, avec de la fourrure grise et une seule corne noire sur la tête. Cependant, la bête devant moi était bien trop féroce pour être un simple chien... Voilà donc à quoi ressemble un loup solitaire.

Alors que je me retournais pour faire face, un second avait sauté de l’autre côté et avait attaqué Elze. Elle se tenait devant la créature et enfonçait son poing droit dans le museau de celui-ci. Prenant un coup foudroyant de son poing vêtu d’un gantelet, le loup solitaire fut jeté à terre et toute la vie en lui fut retirée. Tué en un seul coup.

Pensant que j’étais distrait alors que je regardai le combat d’Elze, le loup devant moi découvrit ses crocs et bondit à nouveau pour attaquer. J’étais resté calme, simplement en train de bouger dans le même tempo que son attaque, puis j’avais dégainé le katana de ma hanche. Mon attaque s’était engagée alors que nos corps se croisaient. À cet instant, la tête du loup avait été tranchée de son corps et envoyée voler dans les airs. La pièce décapitée avait rebondi au sol comme un ballon de basket.

J’avais ressenti de la culpabilité et d’autres émotions désagréables après avoir tué un animal pour la première fois de ma vie, mais quatre autres loups étaient apparus avant que j’aie eu le temps de laisser pénétrer ces émotions. Deux d’entre eux s’étaient précipités sur ma position.

« Sors, Feu ! Grêle des pierres rouges : [Ignis Fire] ! »

Au moment même où j’avais entendu ces mots, l’un des loups qui m’attaquaient avait soudainement pris feu. Il semblait que Linze m’avait soutenu par-derrière avec sa magie. Merde ! J’ai raté ma première chance de voir la magie en action ! Zut...

L’autre loup avait chargé sur moi, mais j’avais encore une fois esquivé son attaque et l’avais trucidé avec mon katana. Il était tombé au sol et son corps était devenu inerte.

Je me retournai pour voir l’un des autres loups bondir sur Elze, qui riposta avec un coup de pied circulaire envoyé dans son estomac et l’envoya voler. À proximité, le dernier loup restant avait été brûlé comme une chips. Merde, j’ai encore une fois manqué une autre chance de voir la magie...

« Je suppose que nous en avons fini ici. La demande était de vaincre cinq loups, mais nous avons fini par en prendre un de plus, hein, » déclara Elze en claquant ses gantelets ensemble.

Nous en avions battu six au total, chacun d’entre nous en ayant tué deux. Pour notre premier combat, c’était plutôt bien. Bien qu’en vérité, c’était mon tout premier combat.

Donc, pour prouver que nous avions terminé la quête, nous devions ramener avec nous les cornes de loup. Nous avions coupé les six cornes et les avions placées dans nos sacs. Notre seul travail restant était de les livrer à la guilde pour compléter la mission.

En quittant la forêt, j’avais physiquement senti mon corps se détendre. C’était comme si quelque chose d’étouffant avait disparu de l’air. C’était probablement simplement un autre sentiment auquel je devais m’habituer.

Heureusement cette fois nous avions rattrapé une charrette sur le chemin qui allait vers la ville, et alors nous avions pu faire de l’auto-stop.

Grâce à cela, nous étions revenus à la ville beaucoup plus rapidement. Après notre arrivée en ville, nous nous étions rendus à pied à la guilde, où nous avions signalé la fin de la demande de chasser cinq loups solitaires. J’avais fini par garder la corne restante en commémoration des événements de la journée.

« C’est bon, toutes les cornes semblent être là. Maintenant, présentez vos cartes de guilde. » Quand nous avions présenté nos cartes à la réceptionniste, elle avait pressé quelque chose comme un timbre sur chacune d’elles. Pendant ce temps, un cercle magique était apparu brièvement sur les cartes avant de s’effacer.

Lorsque j’avais posé la question plus tard, j’avais découvert que le timbre différait selon la difficulté de la demande. Les cartes avaient sauvegardé l’information sur ce que nous avions fait, de sorte que nous avions accumulé des timbres, finalement notre rang augmenterait et la couleur de notre carte changerait.

Nous étions seulement au rang noir, celui des débutants. Apparemment, l’ordre ascendant était Noir, Violet, Vert, Bleu, Rouge, Argent et enfin Or.

« Voici votre récompense, dix-huit pièces de cuivre. Eh bien, la demande a été satisfaite. Bon travail là-bas ! » La réceptionniste nous avait remis notre récompense, que nous avions rapidement divisée en six pièces chacune. Avec cela, nous avions gagné trois jours de nourriture et d’hébergement. Et j’avais finalement senti que je serais capable de me débrouiller dans ce nouveau monde.

« Hey, hé, tu veux aller manger un morceau pour fêter notre première quête ? » Elze proposa ce plan d’action en quittant la guilde.

C’était un peu tôt pour le dîner, mais il m’était venu à l’esprit que nous avions manqué le déjeuner, alors j’avais supposé que ce n’était peut-être pas une si mauvaise idée. De plus, j’avais une faveur à demander, donc cela semblait être une bonne occasion.

Nous avions décidé d’aller dans une petite maison de thé en ville. J’avais commandé un sandwich chaud et du lait, Elze avait commandé ce qui semblait être une tarte à la viande et un jus d’orange, et Linze avait commandé une crêpe et un thé noir. Après avoir passé notre commande, j’avais commencé à parler.

« Hey, puis-je vous demander une faveur ? »

« Une faveur ? » Répondit Elze.

« Ouais. Pensez-vous que vous pourriez m’apprendre à lire et à écrire ? Ça m’aiderait vraiment. J’ai déjà des problèmes ici et là, donc je me dis que plus tôt j’apprendrai, mieux ce sera. »

« Hmm... c’est un bon point ! Si vous ne pouvez pas lire les informations sur les quêtes, alors je suppose... » Elze et Linze acquiescèrent à l’unisson. C’était dans des moments comme celui-là que l’on pouvait vraiment dire qu’elles étaient jumelles.

« Dans ce cas, demande à Linze de t’apprendre. Elle est intelligente, alors je suis sûre qu’elle sera une bonne enseignante. »

« Ce... Ce n’est pas... je veux dire... Si tu es d’accord avec moi... »

« Merci beaucoup. Tu vas vraiment m’aider. »

Bien. Donc, je serais capable d’œuvrer en vue d’atteindre mon but : pouvoir lire et écrire. Je devais juste faire face à mes études sérieusement. J’étais content d’avoir trouvé un professeur si gentil. En parlant de...

« Oh ouais, Linze. Pendant que nous y sommes, penses-tu que tu pourrais m’apprendre de la magie ? J’aimerais pouvoir lancer des sorts et toutes sortes de choses. »

« Quoi ?! » Ces fichues jumelles parlaient même à l’unisson... Quoi ? Est-ce que ce que j’ai dit était vraiment bizarre ?

◇ ◇ ◇

« T’enseigner de la magie... ? Eh bien... Touya, quelle est ton aptitude ? »

« Aptitude ? »

« La magie est fortement influencée par... l’aptitude avec laquelle tu es né ! Les gens sans le don... ne pourront pas du tout utiliser la magie... »

Hmm... Donc, la magie n’était pas quelque chose que n’importe qui pouvait utiliser. Eh bien, c’était logique. Après tout, si tout le monde pouvait utiliser la magie, alors la civilisation aurait été beaucoup plus basée autour de cela.

« Le don pour ça, hein... Tu sais, je pense que ça ira sur ce point. Quelqu’un, euh, a garanti que je serais capable d’utiliser la magie si je le voulais. »

« Qui t’a dit ça ? »

« Oh euh... juste une personne très, très importante. » C’était Dieu, en fait.

Hah. Oui en effet. Elles penseront que je suis fou si je leur dis cela. Je pensais que ce serait mieux de garder cette partie pour moi.

« Je veux dire, y a-t-il un moyen de tester si quelqu’un a des aptitudes pour la magie ? »

À réponse à ma question, Linze avait sorti des pierres translucides de la poche autour de sa taille. Rouge, bleu, jaune et parfaitement translucide ; ils brillaient presque comme si elles étaient en verre. Chacune avait environ un centimètre de diamètre. En les regardant, je me souvins qu’il y en avait une semblable sur la baguette d’argent de Linze. Cependant, celle sur sa baguette était plus grande que les pierres qu’elle plaçait devant moi.

« OK, alors qu’est-ce que c’est ? » Demandai-je, clairement confus par ses actions.

« Ce sont, euh, des pierres magistrales. Elles peuvent être utilisées pour amplifier, stocker et libérer de l’énergie magique. Nous pouvons les utiliser pour tester si tu as ou non une aptitude à la magie. Mais ça ne peut fournir qu’une estimation approximative, d’une manière ou d’une autre... » Linze murmura quelque chose comme : « Je me demande si l’eau serait la magie la plus facile à mettre en évidence... » avant de ramasser la pierre bleue. Elle le tint au-dessus de la tasse dont elle avait fini de boire son thé.

« Sors, Eau ! »

À l’ordre de Linze, une petite quantité d’eau avait coulé depuis la pierre d’attraction dans la tasse de thé.

« Ouah. »

« C’est comme ça que tu lances un sort. Tout à l’heure, la pierre magique a répondu à mon énergie magique et a créé de l’eau. »

« Au fait... » Elze intervint, puis prit la pierre magique de sa sœur. Après cela, elle a essayé de lancer le même sort.

« Sors, Eau ! »

La pierre magique a refusé de s’activer. Pas même une goutte d’eau avait coulé.

« C’est ce qui arrive quand tu n’as aucune aptitude pour un élément. Tu vois, cela signifie que je ne peux pas utiliser la magie de l’eau. »

« Tu ne peux pas l’utiliser même si ta sœur jumelle le peut ? »

« Mec, tu ne réfléchis vraiment pas avant de parler, hein ? Je veux dire, n’y vois aucune offense, mais quand même... »

Oups. C’était un assez mauvais lapsus. Il ne semblait pas qu’elle soit sérieusement en colère contre moi, mais cela ressemblait plus à une bouderie. J’étais juste content que mon commentaire irréfléchi ne l’ait pas blessée.

« Elle n’est peut-être pas capable d’utiliser la Magie de l’Eau, mais en échange, ma sœur peut utiliser la magie de Fortification... personnellement, je ne peux pas utiliser ce type... Tu as aussi besoin de l’aptitude appropriée pour utiliser la magie de Fortification. »

Les choses étaient soudainement devenues beaucoup plus logiques. Je me demandais d’où, avec son corps mince, sortait toute cette force, mais le mystère avait été résolu.

« Chacun a de l’énergie magique à l’intérieur d’eux, mais à moins qu’ils aient l’aptitude de l’utiliser, ils ne seront pas capables de le canaliser en sorts. » On aurait dit que tout dépendait de si vous aviez ou non le don. Ceux qui n’avaient pas de talent n’avaient pas de chance. Il semblait que ce monde était aussi injuste que mon ancien.

« Donc, nous serons en mesure de tester mon aptitude si je fais la même chose ? »

« Oui. Prends simplement la pierre dans ta main et concentre-toi dessus. Après ça scande : Sors, Eau ! Alors, si tu as l’aptitude... l’eau devrait sortir. » Elze me tendit la pierre magique bleue en disant cela. J’avais mis une assiette sous ma main pour empêcher la table d’être trempée, puis j’avais maintenu la pierre au-dessus et j’avais commencé à me concentrer. Je jetais le sort que l’on venait de m’apprendre.

« Sors, Eau ! »

Avant que je puisse même cligner des yeux, l’eau avait commencé à jaillir de la pierre d’attraction comme un robinet cassé.

« Euh-oh-huh-wha — ?! »

Je lâchai précipitamment la pierre magique et la cascade cessa immédiatement. Malheureusement, il était trop tard. La table avait l’air d’avoir été aspergée à l’aide d’un tuyau d’incendie et la nappe était trempée.

« ... Que diable cela signifie-t-il ? » J’avais regardé les deux sœurs devant moi, cherchant une explication pour cette scène bizarre. Cependant, aucune des deux ne m’avait répondu. Elles restaient assises là, regardant avec étonnement le spectacle devant eux. Il semblait honnêtement que les expressions sur leurs visages avaient été copiées-collées. En fait, tout était tellement absurde que je m’étais presque trouvé en train de rire.

« ... Touya, tu as tellement d’énergie magique que c’est presque comme une source bouillonnante... c’est ce que je pense. Pour provoquer une réaction si forte avec une si petite pierre et seulement le fragment d’une incantation... et aussi à ton premier essai... C’est juste que... ton énergie magique semble être d’une puissance phénoménale... Je n’en crois pas mes yeux, même si je viens de le voir. »

« ... Je crois que tu es vraiment plus apte à être un mage. Sérieusement, je n’ai jamais rien vu de tel dans ma vie. »

Après tout, il semblerait que j’avais le potentiel, tout comme Dieu m’avait dit que je l’aurais. Mon talent sur le terrain était sûrement aussi l’œuvre de Dieu. Ça aurait dû l’être. Je n’étais pas sur le point de me plaindre, j’étais juste content de savoir que je pouvais vraiment utiliser la magie.

Faisant des excuses pour avoir inondé la table, nous nous étions précipités hors du café. Le soleil s’était déjà couché au moment où nous étions revenus à l’auberge, donc mes leçons de magie devaient être laissées pour le jour suivant et au-delà.

Une fois mon dîner terminé, Linze commença à m’apprendre à lire et à écrire. J’avais eu la permission de Micah d’utiliser la salle à manger pour la leçon. Pour commencer, j’avais demandé à Linze d’écrire une phrase simple pour moi. À côté de cela, j’avais écrit la même chose en japonais.

« ... Je n’ai jamais vu une écriture comme celle-là avant. Où l’as-tu appris ? »

« Hm... C’est une écriture originaire de ma ville natale et de la région environnante. Je suis probablement le seul dans ces régions à pouvoir la lire. » Peu importe ces éléments, j’étais probablement la seule personne au monde capable de comprendre cette écriture. C’était presque si ce langage n’avait uniquement de sens que pour mes yeux.

Linze avait l’air un peu perplexe, mais il semblait qu’elle croyait mon histoire pour le moment. En continuant, elle m’avait enseigné quelques phrases plus simples, que j’avais régulièrement jumelées avec leurs homologues japonais. Linze avait dû être une enseignante talentueuse, parce que les mots venaient de se mettre en place dans mon cerveau.

Attends, ma mémoire a-t-elle toujours été aussi bonne ? Est-ce une autre action de Dieu... ? Si c’est vraiment grâce à Lui, alors ça aurait été bien mieux qu’il me le fasse savoir dès le début. De telles pensées me traversaient l’esprit, mais j’étais sûr que Dieu avait ses raisons. De toute façon, je n’étais pas vraiment en mesure de demander plus que ce que j’avais déjà obtenu de Lui.

Nous avions passé un bon moment, puis Linze et moi étions retournés dans nos chambres respectives pour la nuit.

J’avais sorti mon smartphone et noté les événements de la journée dans mon journal de fortune. J’avais alors décidé de jeter un coup d’œil à ce qui se passait dans l’autre monde. Oh, cette personne a gagné un prix d’honneur du public. Ah, je voulais voir ce film...

Finalement, j’étais soudainement revenu à moi et je m’étais souvenu que je devais ouvrir ma carte et vérifier pour Eashen. J’avais découvert sur la carte que c’était un pays insulaire très à l’est d’ici, tout au bord du continent. Je n’avais jamais pensé que cela ressemblerait au Japon jusque dans ces moindres détails, mais c’était presque identique. J’avais décidé d’y aller si j’en avais l’occasion.

Entre chasser ces monstres et toute cette marche, j’étais mort. Je sentis bientôt que la somnolence s’emparait de moi, alors je me glissai dans le lit et laissai le marchand de sable faire son travail. Bonne nuit.

« Zzz... »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire